Héroïsme spontané

L’humain peut empêcher les catastrophes, mais il reste totalement impuissant à s’opposer aux cataclysmes. Nous vivons à la surface d’un monde né du feu des cataclysmes et toujours bâti sur ce feu qui engendrera d’autres cataclysmes. On ne parle pas de probabilités, mais de temps avant que de nouveaux monstres n’apparaissent et nous frappent.

Kenya Floods

Séismes, explosions volcaniques, tsunamis, tous ces phénomènes partagent une origine commune. La tectonique des plaques, montrée par la dérive des continents, accuse la venue de toutes ces horribles conséquences pour l’humain et son environnement.

Malgré les systèmes d’alerte avancés, malgré la science des prédictions, malgré les précautions prises, malgré notre compréhension des mécanismes mis en œuvre, des milliers de gens périront quand même lors de prochains cataclysmes. Plusieurs individus bénéficieront d’un droit à la vie grâce à nos connaissances acquises au fil du temps. D’autres n’auront pas cette chance, certains par leur propre faute.

feu-foret-portugal-3

Plusieurs curieux en mal de devenir célèbres sur les réseaux sociaux braveront les interdictions et les consignes d’évacuation. Certains ne voudront pas quitter leur logement afin de protéger (!) leurs biens. D’autres resteront piégés dans des bouchons en tentant de fuir. Quelques-uns attendront sereinement que la grande faucheuse vienne les cueillir. Enfin, plusieurs personnes chargées du secours des citoyens mourront en devoir.

982527-01-08-1532848794_947846_highres

Des centaines de drames épouvantables seront vécus. Des actes héroïques incalculables seront également accomplis un peu partout. La grandeur et la décadence humaines s’exprimeront dans ce qu’elles ont de plus puissant. C’est toujours le cas lors des catastrophes, certains s’élèvent en risquant leur vie pour aider leurs semblables, tandis que d’autres s’élèvent en grimpant sur la tête de victimes nécessiteuses. Le sauveteur risque sa vie sans la perdre nécessairement. L’ingrat, lui, perd son âme à coup sûr. D’incroyables gestes de pure bonté côtoieront d’innommables félonies.

Des héros et héroïnes spontanés naitront pour rapidement retourner à leur vie ordinaire. Action éphémère et pourtant tout sauf futile, le samaritain opère spontanément. Il n’éclot d’aucun bouton apparent, puis il disparait sans fanage, sans laisser de traces de son altruisme et de son courage offerts gratuitement. Il ne se verra jamais comme un héros, mais plutôt comme une sorte d’opportuniste ayant eu la chance de sauver une ou plusieurs vies.

equipes-secours-militaires-cherchent-moyen-acceder-grotte-Than-Luang-pieges-douze-enfants-entraineur-football-1er-juillet-2018-Chiang-Rai-Thailande_1_1398_931.jpg

Le héros spontané n’est pas entrainé ni fourbu aux techniques à employer dans ces circonstances. Il pense peu, car le temps compte plus que tout. Il agit, simplement. Il fait taire son propre instinct de survie pour ne pas qu’il interfère dans sa mission. Parfois, il deviendra lui-même une victime. Il aura offert le précieux pour préserver le précieux, trop conscient de la valeur de la vie pour ne pas tout tenter pour la sauver même si elle ne lui appartient pas.

8953c89ed934f1b8af6d00660c69925e

Est-ce une tautologie de parler d’héroïsme spontané? L’héroïsme relève-t-il toujours de la spontanéité? Pas nécessairement. Malgré leurs compétences en la matière, les professionnels du secourisme démontrent autant d’héroïsme lorsque leur propre survie est déposée sur la balance.

Peut-on confondre héroïsme spontané et témérité? Tous les deux consistent à agir dangereusement et même de manière inconsidérée. Toutefois, la témérité ne vise aucun objectif noble, contrairement à l’héroïsme. La différence entre les deux se situe dans le pourquoi et non dans le comment.

Connaissez-vous une personne qui a été ce genre de héros ou héroïne? L’avez-vous été vous-même? Avez-vous été rescapée par une de ces personnes anonymes issues de nulle part?

10 commentaires sur “Héroïsme spontané

  1. En terme de survie, nous avons tous des façons différentes de réagir, l’inhibition, la fuite ou le front. Peut-être qu’en raison de ces différentes réactions, nous n’avons pas la même capacité d’héroïsme ? Sans vouloir négliger ou ne pas tenir compte de l’autre, mais c’est une réaction totalement instinctive ? C’est une question ouverte à laquelle je me pose à la lecture de votre post. Merci pour ces réflexions

    Aimé par 2 personnes

    1. Les gens qui fuient le danger sans poser de gestes héroïques envers autrui n’ont pas à être jugés. L’option « héros » n’existe pas lorsque survient un grave danger. Celui qui jette un rescapé à la mer pour prendre sa place dans un canot de sauvetage, même s’il le fait par instinct, commet un meurtre.
      Le héros est une aberration bienfaitrice, pas une règle à laquelle nous devons ou devrions nous soumettre.

      J'aime

      1. Oui complètement. Simplement je me demande dans un tel état de fait, la motivation ou ce qui peut créer alors de soi un meurtrier alors que rien ne prédestine à cela. Je veux dire, y a t’il un état d’esprit plus favorable à créer un potentiel meurtrier face à une situation extrême ? Et même nous, comment reagirions-nous dans le vif de la situation. Je voudrais dire et je pense que je ferai de mon mieux pour sauver une personne en danger face à moi, mais je ne peux omettre que peut-être je ne le ferai pas. Et pourquoi ? Peut-être ma réflexion est tordue mais une telle question engendre forte réflexion pour moi 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. C’est pourquoi j’insistais dans le titre sur la spontanéité du geste. Je ne pense pas qu’on puisse planifier de l’être ni même de savoir si nous en serions un. Notre réaction devant l’inconnu danger nous sera révélée et nous devrons vivre avec les événements. Rester pour aider une personne si les possibilités de la sauver sont quasi nulles, tout en nous garantissant notre propre perte, ce n’est pas nécessairement de l’héroïsme. Tout sauveteur doit aussi protéger sa vie, elle vaut autant que celle des autres victimes. J’ai justement parlé de témérité pour considérer qu’il existe une limite à l’héroïsme, une limite personnelle indiscutable.

        Aimé par 1 personne

  2. Parfois, souvent même, il y a des héros qui ne se reconnaissent pas. Il y a des gestes, parfois anodins, qui peuvent sauver une vie. Subtilement mais de façon déterminante. Nous ne rendons pas compte non plus, sans passer par des drames apparents, comment un sourire, un geste si simple comme de dialoguer avec une personne inconnue, de faire des gestes du anodins qui peuvent changer une vie. Il n’est pas forcément des actes qui sauvent de façon visible le corps d’une âme, mais qui touchent directement l’âme en question. On ne se rend pas compte comme nous pouvons être des héros simplement au quotidien, sans chercher ce statut, mais par nos actes de bienveillance à instaurer un nouveau souffle chez l’autre.

    Aimé par 2 personnes

  3. Dommage que ça prend des drames pour que les gens s’entraident, que les gens héroïque ne se demande pas de quel couleur, de quel religion, de quel parti politique qu’appartienne la ou les personnes à sauver

    Aimé par 1 personne

    1. Mieux vaut être héros une seule fois dans sa vie qu’un zéro tous les jours. Les drames laissent apparaitre des héros qui, tu as raison, ne posent pas tout un tas de questions idiotes avant d’agir. Ce principe devrait s’appliquer dans la vie quotidienne. Un jour, peut-être…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s