Quoi suis-je ?

Jour après jour, grâce à l’air que je respire, aux liquides que je bois, à la nourriture que j’ingurgite, je remplace une partie des molécules qui me composent, pourtant, je reste le même individu. Les atomes de notre corps se renouvellent entièrement en l’espace de cinq à six ans. Pourtant, je reste apparemment le même individu d’année en année et même de décennie en décennie.

Je donne de mon sang, mon corps recompose ce liquide vital au bout de quelques jours, mais entre-temps, je reste toujours le même individu. Je passe au bistouri pour une ablation quelconque ou je me fais amputer un membre. Je me réveille, je suis le même individu. Je suis branché à un cœur artificiel cent pour cent mécanique, mon entité fondamentale reste la même. Certaines de mes fonctions cérébrales sont atteintes, je parviens parfois à déplacer ailleurs les connexions détruites dans mon cerveau.

Alors qu’est donc mon entité fondamentale? Jusqu’où va ce jeu de rapetissement jusqu’à mon entité réellement indissociable? Mon moi est quoi? De quoi est-il composé? Où se cache mon moi? Quelle est mon essence? Quoi suis-je?

maxresdefault-3

Certains qualifieront ce moi primal de conscience, d’esprit ou d’âme. Elle ou il transcenderait les parties de mon corps ainsi que ses molécules, mais aurait besoin d’un corps fonctionnel pour y demeurer. Voilà pourquoi certains croient en la réincarnation, un moyen de faire transiter une âme d’un corps à un autre.

Le problème, c’est que nous ne comprenons pas encore ce qu’est la vie. Comment passe-t-on de l’inerte au vivant? On pourra invoquer ici le rôle du Divin. Personnellement, j’ai de la difficulté avec ce concept. Par le passé, on expliquait tout le mystérieux, tout l’incompris, par une intervention divine. Les mystères ont ensuite été expliqués de façon scientifique. Un jour, l’explication de l’apparition de la vie nous sera probablement révélée en termes techniques sans faire intervenir une déité quelconque.

Il reste que notre conscience semble capable de transcender notre corporalité. Voyages astraux, expériences de mort imminente, les fantômes et même les simples rêves nous confrontent à l’incompréhensible. Où se trouve notre esprit? Qu’est-il en réalité? Comment est-il lié au corps?

88013-jouet-tableau-jean-paul-riopelle

Les mystères de la physique quantique pourraient être liés à ceux de l’esprit.

Évidemment, la question fondamentale reste toujours à savoir ce que devient notre esprit après notre mort. Bien des gens pensent qu’il ne peut persister au-delà de la panne du corps, mais sa capacité à se décorporer jette un doute sur cette fin absolue.

Le dernier et le plus grand mystère risque malheureusement de le rester encore longtemps.

12 commentaires sur “Quoi suis-je ?

  1. Le médecin américain Duncan MacDougall entreprit une expérimentation sur le poids de l’ âme . Mais il semble que ses essais dans leur mode opératoire et statistique (que six patients) manquèrent apparemment de rigueur. Il avait transformé un lit d’ hôpital en balance « géante » dans lequel des personnes en fin de vie décédaient.
    Il les pesait avant et au moment de leur décès.
    Il remarqua une perte de masse ces fameux 21 grammes.
    Mais les personnes parfois les reprenaient, ou en reperdaient encore un peu plus par la suite.
    Manque de précision dans la pesée ?
    Le matelas recueillait les fluides . La perte de masse ne correspondait donc pas à ce paramètre.
    Mais son dispositif n’ était pas un système clos, étanche retenant à l’ intérieur les gaz, tant respiratoires qu’ intestinaux.
    S’il y avait au moment du décès, émission de particules lesquelles nous devrions chercher, et comment ?
    Les capteurs qui détectent les différents types de particules émises sont souvent des machines immenses . Pour détecter les neutrinos, afin d’ éviter toute interférence, il nous faut une grotte souterraine avec des capteurs noyés sous l’ eau, et donc plonger la personne dedans. On connaîtrait à coup sûr la cause de leur mort !
    Si un jour l’ on pouvait miniaturiser ces capteurs encore faudrait-il que des gens lèguent leur corps à cette recherche et surtout que leur famille l’ accepte, la mort étant toujours taboue.
    Resterait l’ expérimentation animale, qui est inacceptable à mon avis.

    Par conséquent, je pense que nous allons rester dans le doute pour cette question d’une survie de l’âme après la mort … Éternellement !

    Aimé par 1 personne

    1. L’hypothèse que l’âme pèserait 21 grammes remonte à l’an 1907 et pourtant, étrangement, il semblerait que personne ne se soit penché à répéter cette expérience pour la démontrer ou la réfuter. Si elle est seulement en partie vraie, n’importe quelle perte de masse doit s’accompagner d’une émission de particules.

      Aimé par 1 personne

  2. Et que peut-on dire à propos du transhumanisme ? Pour certains des tenants de cette approche, l’identité ou l’âme pourrait être totalement transférée dans une machine par exemple. Notre corps ne serait qu’un véhicule

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai évité d’aborder le transhumanisme, car j’ai l’intention de lui consacrer un article en propre. Mais puisque vous me posez la question et sans me scooper, je peux tout de même en discuter brièvement.
      Les transhumanistes ont en partie répondu aux questions présentes dans l’article alors que mon opinion reste en mode construction. La capacité que pourrait posséder l’âme de résister à la mort physique leur parait évidente. Le corps est une prison de laquelle il faut s’évader.
      Mais le transhumanisme, c’est également toute cette dérive qui voit dans les êtres humains biologiques imparfaits des humoncules face aux évetuelles entités gonflés aux technologies. Voilà pourquoi je ne touche à ce terme qu’avec une perche.
      Toutefois, en ne considérant que l’aspect conceptuel initial, je pense qu’il serait plus facile de monter un moteur de Ferrari dans une autre Ferrari que dans tout autre contenant.
      Le transhumanisme voit le corps humain comme un défaut de fabrication, une tare génétique, un enclos, des chaines qu’il faut faire exploser. Personnellement, je penche plus dans le sens que notre corps biologique n’est pas qu’un récipient quelonque pour l’esprit et s’il est prison, il contient également les éléments de sa subsistance qui risquent de faire cruellement défaut à l’intérieur d’une unité mécanique. Je termine ici et garde le reste pour le contenu d’un prochain article.
      Encore merci, Ibonoco, pour votre question très pertinente.

      J'aime

      1. Je vous remercie de votre retour très complet. Je suis assez d’accord avec vous s’agissant du transhumanisme : notre corps n’est n’importe quel contenant. D’autre part, je de plus en plus un approche moniste : le corps et l’esprit sont une seule et même chose.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s