Les continents

La Terre possède combien de continents et quels sont-ils ?

Cela semble une question triviale et pourtant y répondre nécessite de clarifier certains points importants. La preuve, on voit et on entend de tout, raison des confusions.

Des gens sérieux se sont penchés sur la question et ont établi une norme (ISO-3166) qui inclut le nom et le code de chaque pays ainsi que leur appartenance à l’un ou l’autre des continents. On peut bien rejeter cette norme, mais alors le dialogue se butera probablement à des difficultés irréconciliables.

Continents_vide_couleurs.png

Voici donc la liste des continents selon ISO-3166

Continents-tableau

Quelques remarques importantes concernant cette liste.

– Bien qu’il y ait 7 continents, il n’existe pas de rang. Vous pouvez trier cette liste de la façon désirée.

– L’Amérique n’a pas de sous-continents et celui-ci n’existe plus comme tel. Le concept de sous-continent est inutile et a été abandonné. L’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud ont le même statut que les autres continents et ne font partie d’aucune hiérarchie supérieure.

– Dans les noms des deux Amériques, on écrit Nord et Sud avec une majuscule.

– L’Amérique Centrale n’existe plus. Les pays et les iles qui avaient été classés dans cet ancien continent ont été distribués entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud.

– Le principe des continents reste en partie arbitraire. Bien sûr, il se rapporte à d’importantes masses de terre plus ou moins distinctes les unes des autres. Le cas de l’Europe et de l’Asie fait toutefois exception et leur délimitation est une convention basée sur des critères tant culturels, religieux et politiques que géologiques. Dans les faits, les deux continents forment une seule terre continue, l’Eurasie.

– On doit éviter de confondre les continents avec les plaques tectoniques malgré quelques ressemblances et des noms parfois semblables.

nom-plaques

– Tous les océans et les mers ouvertes sont exclus des limites continentales, sauf en ce qui concerne la limite des eaux territoriales fixée à 22,224 km (12 milles nautiques) autour des littoraux.

– La liste des continents est géographique et non géopolitique. Elle sert à donner aux pays une référence grossière de localisation sur la planète.

– Les 5 anneaux olympiques se rapportent aux 5 continents habités alors que l’Amérique est vue comme un seul continent possédant 3 sous-continents. Selon la charte olympique, chaque anneau n’est cependant pas associé à un continent en particulier. L’Antarctique est exclu de la liste olympique. Cette liste des continents ne constitue pas une norme.

Aneaux-Olympiques

– Lorsqu’on parle de huitième continent (grandes régions océaniques où les plastiques restent en flottaison), il faut l’interpréter dans un sens métaphorique.

dechet-continent

Pourquoi recourir à la norme ISO-3166 ?

– La norme ISO-3166 permet l’échange d’informations sans devoir recourir à des algorithmes personnalisés. En rationalisant les codes et les noms, tout le monde parle des mêmes choses et les écrit de manière identique.

– Le code est important puisqu’il reste le seul élément commun, peu importe la langue utilisée pour désigner le nom du continent. Ainsi, en transmettant les lettres OC, tout le monde comprend qu’il s’agit du même continent, peu importe le nom associé. Le code permet donc de traduire facilement et sans erreur les noms officiels. De plus, il est possible de changer complètement le nom d’un continent tout en garantissant un historique avec l’ancien nom. Suffit de conserver le même code.

– Le code ne doit pas être vu comme une abréviation du nom du continent. C’est pourquoi le code ne change pas avec la langue. Vous pourriez rajouter une colonne d’abréviations au tableau si vous le désirez et utiliser AN et AS au lieu de NA et SA, mais en aucun cas la colonne des codes ne doit être modifiée. Elle garantit l’intégrité des données stockées et transférées.

Si vous faites des recherches sur les continents dans les internets, vous trouverez de tout et surtout de l’ancien. Les gens ne prennent pas l’habitude de se référer à des normes avant de parler des choses. Ça rajoute au déplaisir de mal se comprendre tout en ignorant parfois pourquoi.