Yellowstone, le cauchemar est-il commencé ?

Le parc de Yellowstone dans les états du Wyoming et du Montana aux É.U.A. abrite l’un des volcans les plus gros et les plus dangereux de la planète. Lorsque je me suis intéressé pour la première fois à ce supervolcan, personne n’en faisait de cas. Maintenant, on en entend abondamment parler, mais quel est l’état réel de ce volcan capable de créer un hiver permanent à la grandeur de toute la planète ?

yellowstonevacations-home-fall-geyser-basin-desktop

Comme dans toutes les disciplines scientifiques incomprises, les avis divergent énormément d’un spécialiste à l’autre. Cependant, aucun géologue n’est réellement spécialiste du Yellowstone. Pourquoi ? Parce que sa dernière éruption globale est survenue voilà 640 000 ans. Parce qu’il n’est pas un volcan comme les autres. Parce qu’il possède une taille totalement disproportionnée. Parce que ce genre de volcan – il en existe quelques-uns sur la Terre – n’est jamais entré en éruption de mémoire d’homme et ainsi, on ignore totalement leur comportement et leurs signes avant-coureurs.

yellowstone

L’USGS (United States Geological Survey) estime à 1 sur 730 000 la chance d’une éruption récente, sans spécifier ce que le mot « récente » signifie. Un professeur de l’Université du Colorado croit, pour sa part, qu’il est dans une phase d’endormissement et qu’il ne se réveillerait que dans 1 ou 2 millions d’années. Pourtant, ce volcan possède un cycle éruptif relativement régulier tournant autour de 600 000 ans. Ce professeur a probablement été payé pour endormir les craintes des gens.

M2x075Px

Les geysers du Yellowstone connaissent actuellement une phase d’activités plus intenses. Ces jets d’eau et de vapeur restent néanmoins des signes relativement mineurs des humeurs du ténébreux volcan et ne devraient pas être considérés comme un oracle, toutefois ils ne peuvent pas être ignorés non plus.

Un autre signe très surveillé est l’activité sismique dans la caldeira. Dernièrement, on a noté une forte recrudescence du nombre de secousses, sommes toutes mineures, cependant ce regain d’activité inquiète certains spécialistes. On en dénombre maintenant plusieurs centaines par semaine. Ça ne semble pas poser de grandes angoisses pour l’instant, mais en colligeant tous les changements comportementaux du méchant dragon, je ne partage pas entièrement l’optimisme des géologues chargés de surveiller le sommeil du géant.

La prochaine éruption du Yellowstone atteindra le niveau VEI 8 sur l’échelle d’indice d’explosivité volcanique, le maximum possible. On le qualifie d’ultra-plinien apocalyptique puisque le monstre souterrain rejettera plus de quatre mille fois la quantité de cendres de l’explosion survenue au mont St Helens en 1980. Il recouvrira la moitié du sol des É.U.A. sous plusieurs centimètres de cendres rocheuses. Ses déjections atteindront la stratosphère à 100 km de hauteur et seront transportées à la grandeur de la planète. À cause de cette poussière omniprésente, la température chutera partout de plusieurs degrés, la photosynthèse s’effectuera très difficilement et causera des disettes et des épidémies catastrophiques un peu partout.

maxresdefault-3

Dans mon esprit, le Yellowstone se rapproche dangereusement d’une phase éruptive majeure, mais à l’échelle géologique, les temps ne se comptent pas en semaines ni même en mois. Nous aurons probablement le temps de terminer notre existence sur la boule bleue avant qu’il n’entame ses frasques, mais qui sait ? J’aurai peut-être la chance de regarder l’humain se faire remettre à sa place par la Nature qui lui montrera une bonne fois pour toutes qu’il n’a été qu’une vulgaire mouche agaçante à sa surface.

14 commentaires sur “Yellowstone, le cauchemar est-il commencé ?

  1. Qui sait si, d’ici qu’il se réveille, quelqu’un n’aura pas trouvé le moyen d’éviter l’éruption, de l’éteindre à sa source, ou de la transformer en énergie gérable et inoffensive?! On va sur Mars, on vole d’un continent à autre, on explore les abysses, on utilise le soleil, le vent et l’eau pour faire fonctionner des pays entiers, on résiste à des tremblements de terre ou des coulées de boue… on sait aussi faire beaucoup de conneries, comme utiliser le nucléaire à mauvais escient, rayer des populations entières pour du pétrole ou quelque idéologie, manipuler les masses en n’usant rien d’autre que le langage… Je suis persuadée que les volcans seront les prochains à être domptés par les humains.

    Aimé par 1 personne

    1. Il existe un plan pour tenter de refroidir le Yellowstone à l’aide d’eau que nous pomperions dans sa chambre magmatique. Les forces du Yellowstones proviennent du manteau de la Terre en fusion. C’est un point chaud qui ne s’arrêtera pas de chauffer la chambre par en dessous.
      On a de la difficulté à éteindre un feu de forêt, on bêche comme des dingues à contenir un Fukushima ou un Tchernobyl et on voudrait s’attaquer à éteindre le noyau terrestre ! Ce plan vise à laisser croire qu’on ne reste pas les bras croisés.

      Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ce partage, je découvre, et ce volcan et tout ce qui l’entoure. Très intéressant.
    Mais pourquoi croire que nous ne sommes qu’une vulgaire mouche agaçante pour la terre ? J’ai le sentiment qu’elle nous considère bien plus que nous le faisons mais aussi qu’au final elle s’en remettra toujours de nos frasques. Quelque part, on se punit seule, la terre est capable de se régénérer mais nous ne sommes pas capables de vivre sans ses ressources. On sautocondamne. Et les humains, nous en faisons tous partie, sans exception. Alors pourquoi sautoblâmer. On peut apprendre de nos erreurs et avancer tous ensemble. Les autres c’est nous. Moi, c’est les autres.

    Aimé par 1 personne

    1. Individuellement, nous semblons apprendre de nos erreurs, mais nous prenons des actions collectives qui montrent que nous ne voulons rien comprendre. Paradoxe dans le discours et dans les actes. Au Québec, on dit que les bottines ne suivent pas les babines. Alors que vaut l’humain s’il se montre incapable d’être honnête, non seulement envers les autres, mais également envers lui-même ? Oui, je condamne l’humain et je m’inclus dans le lot.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui je crois. Après je pense qu’il est bon de trouver un juste milieu. Je suis trop optimiste et peut-être manque de réalisme et je vous remercie de relever un peu les choses. Mais c’est vrai que ça m’énerve aussi. Rien contre vous, à ne surtout pas prendre mes remarques personnellement mais ça m’énerve d’entendre que le monde va mal, que la politique va mal et tout pis tout. Je ne sais pas pourquoi ça m’affecte autant mais j’ai envie de me concentrer sur le bon, le durable, ce qui rassemble. Mais je ne suis pas engagée politiquement, je ne crée pas de grand mouvement à part celle de la conscience du cœur et en terme de l’individu. Et encore. Alors peut être oui je me réalise peut-être pas l’ampleur des choses. Et peut-être que c’est ça qui me fait réagir émotionnellement. L’ampleur du chemin, les montagnes à franchir pour pouvoir enfin tous s’élever ensemble et respecter notre environnement. En fait ça me rend triste des fois.

        Aimé par 1 personne

      2. Il faut un peu de tous les styles de gens pour passer à d’autres paradigmes de vie. Il faut aussi beaucoup d’amour et de compréhension. Je connais par contre nos travers d’humains et la facilité avec laquelle nous retombons dans les mêmes décourageantes ornières.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s