Chanson noire

Tu hisses un drapeau blanc et je le teins en noir
Une vague de tes relents parcourt tout le manoir
Je mets à feu à sang les planches du promenoir
Des désirs insolents croissent dans mon âme noire

Dans les charbons ardents, étalons idées noires
Blanchi tout comme tes dents mon cerveau broie du noir
Des souhaits de Satan je te lance un chat noir
Plutôt qu’un tir à blanc j’écume une tirade noire

Adieu au sucre blanc finies les forêts-noires
Ces nuits blanches sur le banc près de la patinoire
J’entonnais en léchant le chant dans l’entonnoir
Tu voulais des enfants t’as eu des cerises noires

La noirceur de l’argent, l’agent de la sœur noire
Tu m’as chauffé à blanc au feu d’une bassinoire
J’ai voulu bien souvent t’faire goûter l’urinoir
Je suis resté patient comme un grand tamanoir

Tu veux de moi l’amant, je serai l’ami noir
Passe les pieds devant dans mon vieux laminoir
Je ne serai point blanc mais plutôt ton point noir
Le jour un four mi-blanc, le soir une fourmi noire

Tu hisses un drapeau blanc et je le teins en noir
Une vague de tes relents parcourt tout le manoir
J
e mets à feu à sang les planches du promenoir
Des désirs insolents croissent dans mon âme noire

© Mathis A. LeCorbot

2 commentaires sur “Chanson noire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s