Essai sur les voyages temporels, visiter le passé

Je passe en revue les suggestions que m’envoie Netflix et qui sont censées correspondre à mon profil. Beaucoup de science-fiction, je ne peux nier mes goûts. Parmi les titres, je suis surpris du nombre de séries et de films utilisant le thème du voyage dans le temps et plus spécifiquement vers le passé.

— Ouais, tout le monde sait que pour changer le futur il suffit de manipuler le présent, on n’a pas besoin de voyage temporel pour ça.

— Mathis, tais-toi et laisse parler l’auteur!

— Mais je suis l’auteur!

— C’est bien trop vrai, on n’est pas sorti de l’auberge! Bon, je poursuis. Je disais donc? Ah oui, les voyages temporels.

Sommes-nous si nostalgiques du passé pour sentir autant le besoin d’y retourner? Somme-nous si déçus du présent qu’on voudrait tout recommencer en faisant ce que les anglophones appellent du «second guessing» traduisible par «une deuxième chance…

—… de tout rater.»

— Mathis, si tu ne te la fermes pas, je te prive d’écriture!

— Bon, bon, ça va, n’en fais pas tout un plat! Je voulais juste t’aider.

Cette dernière interruption est l’expression évidente de son esprit tordu, n’y faites pas attention. Moi aussi, je tente régulièrement de l’ignorer. Alors, je disais. Oui. Voici donc une liste non exhaustive des films et séries télé utilisant comme ingrédient principal les voyages temporaux tirés des titres sur Netflix ou sur AppleTV.

Continuum, Frequency, Looper, Timeless, Les voyageurs du temps, Star Trek premier contact, Star Trek vers les ténèbres, Men in Black 3, Outlander, ARQ, Retour vers le Futur, Terminator, Twelve Monkeys, Code source, The Man from the Future, La machine à explorer le temps, Interstellar, et la liste s’allonge à chaque année.

Je suis surpris, car les voyages vers le passé présentent un défaut majeur impossible à corriger. Ils violent le principe de causalité. Oui, vous connaissez, c’est la clause grand-père. Vous retournez dans le passé tuer votre grand-père avant qu’il n’engendre votre père. Vous ne pouvez donc pas naitre et ne pourriez donc pas revenir tuer votre grand-père. Ce paradoxe est insoluble, car il y a violation du principe de causalité qui stipule que la cause précède toujours l’effet alors que dans mon exemple, il y a interversion de la cause et de l’effet lorsque le petit-fils revient dans le passé tuer son propre aïeul.

Einstein a établi la limite à partir de laquelle, on a violation du principe de causalité. C’est la vitesse de la lumière dans le vide, représentée dans les équations par un c minuscule, oui comme dans E = mc2. Tout objet qui voyagerait plus vite que cette vitesse limite violerait le principe de causalité et créerait des paradoxes du genre de celui que je décris plus avant. Un autre effet paradoxal aussi alarmant est la duplication du personnage qui retourne dans le passé. Un jeune homme rencontre une copie plus vieille de lui-même lui rendant une visite de courtoisie. Spock rencontrant Spock. Une alternative a été présentée dans certains films où le personnage plus âgé habite son propre corps plus jeune afin de contrecarrer la duplication.

Pourtant, Hollywood et ses semblables ne sentent aucun malaise à jouer du paradoxe à la pelletée. Malheureusement, étant du genre particulièrement sensible aux idioties dans les scénarios, les bafouages répétitifs de la causalité me rendent cynique.

— Ce ne sont que des films, ce ne sont pas de vraies histoires survenues à ta tante ou qui pourraient lui arriver! Bon sang que tu es pointilleux!

— Je sais, Mathis, ce n’est que du divertissement. Je ne suis quand même pas fêlé au point de vouloir y croire sérieusement, mais je ne me divertis pas du tout quand je me gratte jusqu’au bon sang.

Alors, la vitesse limite c, est-elle vraiment infranchissable, afin de préserver le principe de causalité et d’éviter ainsi de générer des paradoxes insolubles? Beaucoup de scientifiques le pensent.

L’autre solution possible serait que lorsque nous voyagerions plus vite que la lumière, nous serions incapables de revenir sur nos propres pas. Nous changerions d’Univers. Ainsi notre propre passé resterait inatteignable. Il pourrait exister une panoplie d’Univers parallèles qui se chevauchent sans interagir, sauf lorsque la vitesse est supérieure à celle de la lumière dans le vide. Le dépassement de cette vitesse limite nous ferait alors sauter d’un à l’autre. Cet effet préviendrait les paradoxes. La Nature nous ferait payer ce prix pour éviter de la prendre en flagrant délit d’aberration.

Tentons toutefois d’analyser la possibilité que nous puissions réaliser ces voyages régressifs dans un hypothétique avenir. Tentons une preuve par l’absurde. Affirmons donc que dans notre futur, il est devenu possible de visiter le passé qui s’adonne à correspondre, pour nous, au temps actuel. On imagine très bien un individu de notre futur maitrisant cette technologie revenir à notre époque pour miser sur les numéros gagnants de la loterie. L’humain étant ce qu’il est, il ne se contenterait pas de gagner une seule fois, mais il gagnerait certainement plusieurs fois. Les chances sont très fortes qu’on repère une anomalie statistique grave. Qui plus est, une technologie fonctionnelle se limite rarement à être utilisée par un seul individu. Il y aurait donc une foule de voyageurs temporels qui viendraient régulièrement faire le plein d’argent, tuer le futur amant de leur femme, sauver leur amoureux d’une mort certaine et faire toutes sortes de trucs dingues incompréhensibles pour nous, mais parfaitement logiques pour ces voyageurs. Les gestes aberrants pulluleraient. À ma connaissance, ce scénario dantesque n’a pas encore été entrevu. C’est donc que dans notre futur les gens n’utilisent pas les régressions temporelles. Et si notre futur en est exempt, cette technologie n’existera tout simplement pas. Ni dans un futur immédiat ni dans un futur lointain. Supposer que des voyages temporaux dans le passé existeront engendre un effet imprévu relativement peu connu. Nous pouvons dès maintenant affirmer avec un bon niveau de certitude, à partir d’observations du présent, si cet avenir sera réel ou non. Et tout porte à croire que nous pouvons dormir sur nos deux oreilles. Notre descendance ne viendra pas nous zigouiller simplement pour le plaisir de générer un paradoxe temporel.

Certains scientifiques sont prêts à prétendre qu’ils pourraient exister. Par contre, ils croient que ces voyageurs seraient incapables d’interagir avec le passé. Ils seraient comme des fantômes, incapables de déplacer un objet, encore moins de tuer leur aïeul. Par contre, ils pourraient prouver que Trump s’est servi des Russes pour gagner ses élections. Ce serait un formidable outil d’investigation.

Un autre argument militant contre les voyages temporels est la loi de conservation de l’énergie. On sait qu’on ne peut pas en créer ni en détruire, seulement en transformer. Un voyage dans le passé violerait également la loi de conservation de l’énergie. En remontant le temps, de l’énergie se crée en amont (dans le passé) et disparait en aval (dans le futur). Un voyage temporel déplace de l’énergie. Donc, à un moment précis, une certaine quantité d’énergie disparaitrait pour apparaitre dans un autre espace-temps. L’énergie n’est donc plus égale en tout temps. La question reste à savoir si l’univers pourrait maintenir le bon compte par un procédé quelconque. À ce que je sache, les atomes ne sont pas identifiés. En matérialisant dans le passé une certaine quantité d’énergie supplémentaire, l’univers pourrait détruire une masse équivalente d’atomes. Mais lesquels? Le choix se ferait de quelle façon?

On peut, bien entendu, bafouer toutes les règles de physique lorsqu’il est question d’un film ou d’une série télévisée. Mais dans la vraie vie, l’Univers possède certainement des lois incontournables. La conservation de l’énergie et le principe de causalité en sont peut-être deux qui résisteront toujours à notre désir et à notre volonté de les tordre à notre avantage.

Alors, profitez bien des films et des séries télé sur ce sujet s’ils ne vous causent aucun désagrément, car on n’est pas prêt d’en expérimenter ses effets de sitôt. Je vous déconseille toutefois de regarder le premier Superman qui, pour voyager dans le passé afin de sauver sa copine, a eu la fabuleuse idée de faire tourner la Terre en sens contraire ! Quand je parlais d’idioties, celle-là remporte la palme. 

Dans le prochain article, je m’attaque à un autre monstre sacré du cinéma: les extraterrestres. Mais pas n’importe lesquels. Ne le ratez pas et surtout, prévoyez une lecture d’une dizaine de minutes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s