Des nouvelles de Quark vs Big Sur

Mon article d’hier traitait de différents problèmes survenus lors de la mise à jour du MacOS sur mon ordinateur. La version Big Sur engendre son lot de problèmes, comme c’est souvent le cas avec la relâche d’une version majeure.

La plus dérangeante des anomalies rencontrées concerne l’application Quark XPress qui ne fonctionne plus du tout. J’ai donc ouvert un ticket au support de Quark afin d’obtenir des nouvelles avec l’espérance d’obtenir rapidement une version compatible.

Ce matin, j’ai reçu leur réponse qui, je tiens à le souligner, était écrite en français. Voici le début de leur missive :

« Il s’agit de vous informer que Quark 2020 sera compatible avec big sur en 16.2, la date de sortie du lancement 16.2 n’est pas encore confirmée mais 2020 sera compatible avec Big Sur le mois prochain uniquement. »

La suite de leur message me propose des solutions pour retourner à un MacOS compatible avec la version actuelle. Adieu solution rapide escomptée.

Plutôt que de reculer, j’avais une solution alternative tout prête. Mon ancien MacBook Pro est toujours fonctionnel même si je l’ai relégué depuis à accomplir des tâches subalternes. J’ai donc activé sans difficulté Quark 2020 sur ce vieil ordi et comme par enchantement, j’ai pu poursuivre le travail de mise en page de mon dernier livre.

Voici donc quelques conseils pratiques :

1- Ne vous pressez pas d’installer un nouvel OS avant d’avoir obtenu des garanties du bon fonctionnement de vos applis essentielles.

2- Faites toujours une copie de sûreté de votre ordinateur juste avant une mise à jour majeure de l’OS.

3- N’espérez pas obtenir rapidement une solution d’un tiers parti pour régler les problèmes occasionnés par une mise à jour incompatible. N’espérez même pas une communication préalable vous enjoignant de ne pas effectuer la mise à jour avant la sortie de la prochaine version de l’appli même si vous payez pour un contrat d’entretien et même si vous êtes abonné à leur info-lettre.

4- Ayez toujours un plan B de prêt. Achetez-vous un nouvel ordi avant que ne flanche celui que vous utilisez présentement. Conservez l’ancien ordi et gardez-le fonctionnel le plus longtemps possible.

Big Sur, pas sûr.

Comme plusieurs, je suppose, j’ai installé sur mon MacBook Pro la nouvelle version de l’OS d’Apple hier soir, la Big Sur. Au premier coup d’œil, je remarque quelques changements cosmétiques. Plusieurs icônes sont différentes, la police de caractères utilisée est plus fine et plus claire, Safari présente de petits changements dans ses boutons, etc. Je ne vous ferai pas la nomenclature des changements, en ces sens, Apple est bien mieux placée.

En revanche, à chaque changement majeur de version, plusieurs trucs qui fonctionnaient très bien ne fonctionnent plus. C’est le cas de Quark XPress qui refuse obstinément d’ouvrir mes projets. C’est aussi le cas du module pour Mail du correcteur Antidote qui ne s’installe plus.

Je n’ai pas encore fait le tour de mon champ, mais je suis certain de découvrir d’autres anomalies qui me feront certainement rager. Je me souviens d’une version qui ne permettait pas aux haut-parleurs externes Bluetooth de rester connectés, sauf ceux vendus dans les boutiques Apple.

J’avais prévu pour aujourd’hui une grosse journée de travail sur mon livre. Je voulais terminer sa mise en page. Je devrai attendre la nouvelle version de Quark XPress qui, espérons-le, ne tardera pas. J’ai un contrat d’entretien, on verra combien de temps ça leur prendra pour résoudre le problème. Quant à Antidote, eh bien, si vous recevez de mes courriels avec quelques boulettes, vous saurez pourquoi.

Business as usual

Au milieu des années 1970, une équipe de trois chercheurs du MIT ont mathématiquement extrapolé le futur de notre civilisation en tenant compte de différents facteurs comme l’exploitation des ressources non renouvelables, l’accroissement de la population, etc. Ils ont appelé cette simulation « Business As Usual » afin de signifier qu’elle ne faisait intervenir aucun changement de comportement de notre part. Ils ont modifié leurs données en rajoutant des ressources, en diminuant le taux de natalité, en réduisant notre consommation individuelle, rien n’y faisait, une dégringolade brutale finissait toujours par survenir. Seule la date de l’inflexion de la courbe changeait.

Les résultats de leurs calculs montrent une étonnante ressemblance avec les chiffres réels rapportés durant les 50 ans ayant suivi cette étude. En fait, nous avons légèrement fait pire que leurs prédictions. Faut-il s’en étonner ? Aujourd’hui, leur conclusion alarmiste de l’époque n’étonne plus. Afin d’éviter cette catastrophe, ils recommandaient un changement immédiat de comportement de consommation si nous voulions éviter l’effondrement global anticipé aux alentours des années 2025-2050 selon le modèle.

Nous frôlons l’année 2021 et nous n’avons rien changé alors que l’alarme a été entendue depuis longtemps, toutes les preuves mathématiques à l’appui. Maintenant, l’effondrement surviendra à coup sûr. Il est bien trop tard pour croire changer quelque chose même si nous passions au neutre, même si nous mettions tous les chevaux à la renverse.

L’épisode de la COrVID-19 nous aura servi de coup de semonce. Les historiens du futur, s’il en reste, diront de l’année 2020 qu’elle aura vu poindre le premier signe évident mondial de cette bascule. Ils tenteront de nous trouver des excuses pour avoir laissé le train filer droit dans le précipice, mais leur verdict restera sans appel. Au mieux ils statueront que nous nous sommes comportés en parfaits idiots. Plus probable qu’ils arrêtent leur décision sur le fait que nous avons été de dangereux crétins égocentriques.

N’ayez aucun doute, c’est en ces termes qu’ils nous définiront et ils auront entièrement raison. Parce que nous regardions notre maison flamber et plutôt que de réagir, nous avons continué à festoyer, à faire bombance, à faire du business as usual.

Couleurs d’automne

L’intensité et la diversité du spectre des couleurs automnales se feront regretter lorsque bientôt, tout deviendra gris et blanc.

Par cette superbe journée où les feuilles s’entredéchirent pour savoir laquelle affichera la plus belle robe, les téléréalités n’ont rien inventé en ce sens, le vent frisquet les fait se détacher de leurs arbres qui les ont vues naitre.

Je me souviens que cette saison a longtemps été ma favorite. Alors planchiste, je surveillais fébrilement le vent afin de choisir judicieusement ma planche, mon mat, ma voilure, mon aileron et mes ajustements. Plus qu’avec n’importe quelle autre embarcation, ces choix définissaient mon niveau de plaisir ou de frustration. Trop voilé, c’était la débandade sinon la conduite précautionneuse ennuyante. Pas suffisamment, la planche refusait obstinément de planer, s’enfonçait dans le liquide glacé jusqu’à la hauteur des genoux avant de réussir à émerger lors du prochain coup de vent.

Mis à part la relation nautique entre l’automne et la planche à voile, on peut constater la ressemblance des couleurs. Les gréements et les planches se sont colorés de couleurs vives et intenses, voire saturées, à l’instar des couleurs des feuilles d’érable. Ces couleurs prennent encore plus d’intensité lorsque la luminosité moins aveuglante des journées qui raccourcissent noircit les eaux sur lesquelles ces embarcations sportives évoluent, planent, filent, zigzaguent et sautent les vagues, laissant durant un court instant la fabuleuse impression aux planchistes aguerris de voler.

L’eau très froide n’a jamais été un frein à mon plaisir de plancher, malgré les désagréables mais inévitables trempettes. Pourtant, j’avoue ne pas aimer l’eau. J’ai appris à l’accepter et je me suis toujours vêtu en conséquence afin d’éviter l’hypothermie.

Pour vivre pleinement au Québec, la qualité et le choix des vêtements constituent la pierre angulaire de toute activité extérieure. Et puisque nous évoluons à travers quatre vraies saisons, nos tiroirs et armoires débordent d’une panoplie de vêtements, de sous-vêtements, de survêtements, de souliers, bottes et bottines, de gants, de foulards, de mitaines et de tuques de tout acabit et de toutes les couleurs. Des couleurs empruntées à nos feuilles d’automne.

Bientôt, toutes les surfaces multicolores automnales céderont leur place à la morosité monochromatique hivernale. Seules quelques taches multicolores éparses grouilleront parmi cette blancheur infinie. Un relent, une réminiscence, un rappel de la beauté des couleurs de l’automne.

Nos créatures s’imposent

Cet article est la suite des trois précédents sur le sujet de l’écriture d’œuvres de fiction.

Écrire de la fiction, c’est divin ! Ici, il faut comprendre mon assertion au sens figuré, mais également au sens propre. Car si vous écrivez de la pure fiction, vous serez amené à jouer le rôle d’un dieu lorsque vous créerez des personnages issus du néant. 

Écrire plusieurs nouvelles m’a formé à inventer des vies entières et crédibles avec leur personnalité unique et complexe en n’utilisant que quelques phrases. C’est possible si on fournit au lecteur certaines clés, alors il comblera lui-même les vides. Créer des personnages, c’est un peu piocher dans une banque de caractères, amalgamant des traits de certains avec des comportements de quelques autres et en y ajoutant sa touche individuelle. En règle générale, la plupart des créatures possèdent un tronc commun, son essence vitale, sur lequel on greffe des membres personnalisés.

Selon le genre d’œuvre, donner trop de précisions et trop de détails sur les héros et les vilains s’avère parfois inutile voire ennuyeux. En contrepartie, ces mêmes détails peuvent constituer un vrai délice dans un autre type de travail visant une clientèle plus encline à apprécier les subtilités psychologiques et les rythmes plus lents.

Dans le cas de la science-fiction, de la fantasy ou de l’horreur, c’est un peu différent puisque le champ des possibilités explose. Laisser son imagination inventer des créatures n’ayant aucun trait commun avec les humains devient alors concevable.

Cinquième conseil. N’essayez pas de cloner des gens que vous avez déjà connus ou croisés pour en faire des personnages supposément de fiction. S’il s’avère normal de s’inspirer d’eux, restez cependant créatif. Faites-vous prendre au jeu de la déité et inventez-leur des qualités et des défauts. Forgez-leur des personnalités, des désirs, des rêves, des habitudes, des leitmotivs, un passé et des relations.

Oui, bien sûr, vous pouvez piocher dans vos souvenirs, mais évitez de copier-coller des vies. Vous pouvez mixer les traits des uns avec les autres. Vous pouvez extrapoler vos réminiscences pour découvrir à quoi ils auraient pu ressembler plusieurs années plus tard. Vous pouvez leur faire prendre une tangente différente. Ou simplement, parfois il reste plus à propos de générer un personnage à partir de rien.

Je préfère cette dernière option et voici mon argument. Lorsqu’on s’inspire trop d’une personne connue dans notre vie, on apporte souvent ses carcans avec elle. On n’osera plus lui mettre des paroles dans la bouche si l’inspiratrice les avait désapprouvées. On s’empêchera de lui faire commettre des actions qu’elle aurait trouvées insensées. Inventer un personnage de toute pièce donne la liberté de le faire évoluer dans le cadre du scénario du livre, pas selon un passé quelconque externe ayant servi d’inspiration initiale.

Ce dernier constat s’avère crucial et j’explique pourquoi. Lorsqu’un personnage émane vraiment du néant, il acquiert sa propre existence et éventuellement celle-ci s’imposera à l’auteur. Il devra composer avec ses choix antérieurs. Les contraintes deviennent bien différentes si la créature nait d’une inspiration.

C’est fascinant de voir agir et évoluer une de nos propres créatures en dehors de nos interférences ou interventions. On dirait que la vie l’habite réellement, que nous n’en sommes plus maitres. Lorsque l’auteur respecte l’essence de son invention, l’écriture prend parfois des tournants surprenants et totalement inattendus.

Il m’est arrivé de mettre mon écriture en pause durant un bon moment afin de choisir entre accepter de me plier à la nature de mon personnage ou le forcer à suivre la route que je lui avais déjà tracée. J’ai bien tenté de trouver une solution intermédiaire, mais celle qu’il m’imposait devait survenir. J’en ai jusqu’à pleurer de rage ! Mais d’étonnantes surprises m’attendaient un peu plus loin.

Voici donc mon sixième conseil. Se confronter à une impasse produite par un personnage qui s’impose ne constitue pas nécessairement un malheur, mais souvent une opportunité. Accepter l’inévitable mène quelques fois à des avenues d’une richesse insoupçonnée tandis que triturer le bon sens pour l’obliger à se conformer à une idée initiale engendre presque à coup sûr des aberrations et d’autres problèmes parfois insolubles.

Comme le spécifiait mon quatrième conseil, réfléchissez avant de choisir une voie facile et probablement inadéquate. Prenez le temps d’explorer le parcours tracé par votre « impertinent » personnage. Donnez-lui la possibilité de vous montrer ses chemins de traverse. Écrivez sans trop craindre la douleur causée par les ratures, les boulettes de papier ou la pression sur la touche « effacer » de votre ordinateur.

Écrire des textes fictifs constitue un travail en perpétuelle progression et une source constante de surprises toutes plus étonnantes les unes que les autres, mais pour réellement les apprécier, mieux vaut ne pas toujours les combattre.

Une fiction réaliste

Écrire un livre ne consiste pas uniquement à étaler des mots les uns à la suite des autres. L’œuvre a besoin d’une planification avant de s’y attaquer en commençant par choisir le style littéraire. Roman, récit, (auto)biographie, autofiction, essai, témoignage, pamphlet, il faut décider comment partager une histoire, ses réflexions, ses idées. Deux grandes classes s’y prêtent de manière drastiquement différente, écrire de la fiction ou de la réalité.

Personnellement, à l’exception de ce blogue, je préfère épancher mes humeurs dans des histoires fictives. C’est pourquoi je m’attarderai sur cette classe d’écriture plutôt que sur l’autre. 

Certains auteurs utilisent des faits qu’ils déforment à peine, modifient les noms d’individus et des lieux afin de produire une œuvre pseudo-fictive. Je les trouve en manque d’imagination puisque toute la trame existait déjà. Les incohérences pouvant se glisser dans une histoire entièrement inventée ont toutes été lissées par la réalité.

On retrouve aussi l’inverse. Écrire de la fiction sous la forme d’une réalité afin de créer de faux faits, plausibles ou non. Ce style n’est pas l’apanage de nos politiciens modernes. Jules César et Hitler s’y adonnaient joyeusement. Malheureusement, même les gardiens de l’Histoire, les historiens, écrivent des tas de mensonges par complaisance ou pour continuer de sentir leur tête sur les épaules.

Règle générale (et troisième conseil), il est préférable d’écrire des faits sous forme de fiction que de la fiction sous forme de faits. La fiction permet tous les écarts entre les événements qu’on voudrait rapporter et leur justesse, elle n’exige pas d’étaler des preuves irréfutables. Dites-vous que personne n’est dépositaire de la vérité, tout n’est toujours qu’une question de point de vue. Décrire des situations en ne se préoccupant que d’un seul côté de la médaille (le sien) me fait penser à un discours démagogique dont les parties adverses n’ont pas le droit à la réplique.

Dans mon dernier roman, j’utilise abondamment la forme récit, annale ou mémoire pour raconter l’histoire. Ce style convenait à l’œuvre jusqu’à une certaine limite. La panoplie de personnages — plus d’une soixantaine — ne permettait pas logiquement à un seul narrateur d’avoir été le témoin ou le rapporteur de tous les faits racontés. Je m’en suis sorti en créant une équipe de narrateurs, chacun écrivant une partie de l’histoire selon leurs accointances avec les différents protagonistes.

Penser à l’histoire et imaginer la bonne façon de la raconter peuvent parfois s’entrechoquer. Dites-vous qu’un écrivain doit d’abord et avant tout trouver d’excellentes solutions à des problèmes souvent complexes. Votre imagination, mais surtout votre rigueur vous permettront d’éliminer les incohérences évidentes ou subtiles, les anomalies temporelles, les ellipses trop pratiques, et les hasards improbables qui rendent certaines œuvres si inconséquentes ou tellement bourrées de coïncidences rocambolesques qu’elles deviennent risibles, voire ridicules.

Plongez tête baissée dans votre histoire, ne soyez pas un maitre rigide ni un esclave asservi à vos propres règles. Osez écrire de l’imprévu. Préférez toujours adopter le point de vue de vos personnages plutôt que le vôtre. Ils vous amèneront peut-être sur des sentiers non balisés, mais parfois vos entités s’avèreront bien plus imaginatives que vous ne le pensez. De belles surprises risquent de vous attendre si vous vous laissez transporter vers des horizons incertains.

Dans une œuvre de fiction, les pièges se multiplient rapidement et certains peuvent même devenir insolubles. Mon quatrième conseil veut donc vous enjoindre de ne jamais tomber dans la facilité en prenant l’intelligence de votre lectorat à la légère. Si vous avez découvert une étrangeté, elle sautera aux yeux de la plupart des lecteurs. N’hésitez jamais, réparez-la en utilisant le moyen le plus approprié et si celui-ci consiste à brûler plusieurs chapitres, faites-le. Débarrassez-vous des personnages déficients et créez-en d’autres, réécrivez les dialogues, rétablissez la chronologie complète s’il le faut. Toutes les demi-mesures auront pour conséquence de doubler l’insatisfaction des lecteurs.

Le but ultime n’est pas simplement d’écrire une histoire. Le véritable objectif, c’est d’écrire une excellente histoire et pour y parvenir, acharnez-vous sur les problèmes jusqu’à tous les éliminer, jusqu’à ce qui n’en reste plus aucune trace.

Écrire ressemble parfois à de la torture et puisqu’elle se pratique volontairement, on peut se sentir totalement masochiste. Je compare alors ma situation avec une autre activité que je déteste vraiment, comme passer l’aspirateur. Soudainement, mes difficultés d’écriture prennent une perspective nouvelle, car j’adore fondamentalement m’adonner aux plaisirs de la plume.

« Écrire de la bonne fiction, c’est berner le lecteur avec son consentement s’il préfère penser que l’histoire est véridique plutôt que de l’admettre inexistante.»

Afin de ne pas gâcher ce sublime dessein, restez constamment en alerte en vous efforçant de trouver les défauts dans votre œuvre. Chaque élément impertinent, incomplet, incohérent ou inapproprié brisera la magie que vous cherchez à établir entre vous et le lecteur.

Soyez sévère avec vous-même, l’indulgence n’a pas sa place. En revanche, ne vous découragez jamais même si le constat de vos analyses vous effraie. Prenez le temps de décanter, de souffler, de vous ressaisir lorsque surviendra l’envie de tout balancer à la poubelle ou de fermer les yeux sur les manquements découverts. Choisissez la troisième voie, celle du travail acharné.

Un choix drastique 

Cet article raconte la genèse de mon dernier livre. Il fait partie d’une série qui aborde l’écriture d’un bouquin sous divers aspects à travers mes propres expériences. Je ponctuerai le texte de quelques conseils pratiques.

Au tout début de cette nouvelle aventure, une question s’est imposée. Mon premier roman écrit en 2000 situait l’action à la même période. Ainsi, ses origines, vingt ans plus tôt, exigeaient d’installer les événements au début des années 1980. L’autre solution consistait à écrire aujourd’hui un antépisode contemporain avec l’obligation de réécrire le premier roman censé se passer vingt ans après.

Je n’ai pas attendu longtemps la réponse. Instinctivement, je désirais écrire pour le temps présent, avec nos technologies actuelles et nos sensibilités du moment. J’ai donc décidé de me servir du premier roman uniquement comme source d’inspiration et d’oublier de le considérer comme une suite intégrale.

Jeter aux orties un livre de 400 pages, ce choix devait offrir de plus grands avantages que d’inconvénients. Tout d’abord, je n’aurais pas à craindre des incohérences puisque le premier roman n’avait jamais été publié. Ensuite, je me libérerais de certains personnages, me permettant du même souffle d’en inventer de nouveaux. Et l’argument le plus convaincant fut que j’aurais de toute façon voulu réécrire un jour ou l’autre cet ancien tome. Alors aussi bien aller de l’avant et abandonner cet élément du passé. En clair, je raye cette vieille possession de mes livres comptables, je le décortique, je jette les parties rouillées et désuètes et je ne garde que les portions encore pertinentes, intéressantes, et toujours en accord avec ma personnalité et mes goûts d’aujourd’hui. Ce conflit n’était en fait qu’apparent. Entre le désir de conserver intacte une œuvre antédiluvienne et celui d’écrire pour mon plaisir actuel, ma décision ne s’est pas fait attendre.

Tous les éléments factuels doivent être connus de l’auteur avant même de coucher le premier mot. Qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi semblent des questions faciles. Elles ne le sont pas toujours, croyez-moi ! Alors mieux vaut s’en assurer.

J’en viens donc à mon deuxième conseil. Puisque écrire peut parfois ressembler à des séances de S&M, aussi bien s’y adonner en se procurant les plus grands plaisirs possible !

Les origines

Cet article raconte la genèse de mon dernier livre. Il fait partie d’une série qui aborde l’écriture d’un bouquin sous divers aspects à travers mes propres expériences. Je ponctuerai le texte de quelques conseils pratiques.

Je savais dès le début de l’écriture du livre qu’il friserait les 450-500 pages. À la pointe de mes doigts, les idées s’entrechoquaient, se bousculaient. Tout le monde parle du syndrome de la page blanche, dans mon cas je le décrirais plutôt comme celui de la page noire.

Toutefois, cette foison d’idées ne provenait pas d’une quelconque révélation subite et miraculeuse. En l’an 1999-2000, j’ai écrit un premier roman. Durant les vingt ans qui ont suivi, je désespérais de ne pas avoir expliqué les origines du comportement de plusieurs personnages et de certains faits. Pourquoi ceci ? Comment cela ?

Mon inconscient connaissait la plupart des réponses à ces questions, mais il aurait fallu retourner loin dans le passé pour les comprendre, à la genèse des personnages centraux et au cœur des principaux lieux où les actions se déroulaient.

Vingt ans plus tard, à bout de patience contre ma propre incurie, j’ai finalement décidé d’accepter l’aventure. Si j’ai hésité si longtemps avant de m’y résoudre, j’avais déjà expérimenté la douloureuse tâche de compléter un roman de plus de 400 pages. On ne peut le cacher, les exigences augmentent exponentiellement avec la longueur d’une œuvre.

Alors mon premier conseil serait de ne pas trop vous en mettre sur les épaules si vous aspirez à écrire un premier livre. Gardez-vous de tout vouloir y inclure. Composez avec parcimonie puisque la suite s’avèrera bien plus longue et beaucoup plus difficile que vous ne pouvez l’imaginer.

J’avais donc entre les mains une inspiration inépuisable pour entreprendre l’écriture de cet antépisode dont l’action se situe étrangement vingt ans plus tôt ! Je me sentais si fébrile à l’idée d’enfin accoucher des origines que j’ai versé l’encre virtuelle à une vitesse infernale. Toutefois, avant même d’inscrire mon premier mot sur mon écran, une question s’est imposée et elle concernait un choix drastique.

Dans le prochain article, je m’attarderai sur ce choix pour comprendre qu’un écrivain doit répondre à plusieurs questions avant de se lancer dans une activité de composition effrénée. Se donner des réponses claires de débuter évite souvent de pleurer plus tard.

Mais où était passé ce foutu Corbot ?

Oui, je sais, ça fait longtemps que je n’ai rien publié sur mon site ! J’ai également négligé de vous lire. Aurais-je raté quelque chose ?

Le confinement ? Le déconfinement ? Des bandits masqués partout ? Bof ! Ce genre de petite crise était prévisible. À 7,5 milliards d’individus entassés sur une boule décrépite par ces mêmes gens, la surprise fut que cette pandémie ne soit pas survenue avant.

image-6

Je vous ai souvent entretenu sur le sujet. J’estime à 1 milliard le nombre maximum d’humains que la Terre peut porter afin d’avoir la capacité de la conserver en santé en y consacrant toute notre attention. Ce nombre finira un jour par être atteint lorsque les virus deviendront plus létaux que ce petit coup de semonce actuel.

Mais détrompez-vous, la CORVID-19 (en tant qu’oiseau de malheur, je m’en attribue un peu le mérite en déformant son appellation) ne m’a pas forcé à rester coi. Je n’ai même pas raté une seule journée de travail ! Et voilà la véritable raison de mon mutisme.

Je vous avais tenu au courant que j’écrivais un nouveau livre. Eh bien, il vient un moment, lorsque l’écriture du fond de l’histoire est terminée, il faut tout reprendre, tout réécrire, tout réorganiser, tout réviser et tout corriger. Estimer que ces tâches représentent un travail à temps plein est un euphémisme. SI vous rajoutez mon boulot professionnel à celui-là, tous les créneaux temporels sont occupés.

svedska-osuden

Ce livre de près de 600 pages n’a pas encore reçu mon ultime coup de plume, cependant durant ces derniers mois de silence, les 217 sections contenues dans ce roman ont toutes obtenu ma plus grande attention. 

Pour un auteur, son livre reste toujours une œuvre inachevée. Il faut, de force, le lui arracher des mains. Grâce, ou à cause de la beauté et de la richesse de notre langue, la plupart des phrases demeurent perfectibles. Ainsi, clore son écriture, déclarer un bouquin achevé consiste tout bonnement à s’avouer vaincu.

Alors, ne vous étonnez pas de lire que mon dernier rejeton est loin d’être à mon goût. D’ailleurs, le pourrait-il ? Cependant, chacune des sections a subi le traitement défini précédemment. Patiemment, phrase après phrase, paragraphe après paragraphe, section après section, l’œuvre se solidifie puis s’embellit. Les descriptions se précisent, les personnages s’enrichissent, les dialogues prennent du mordant et la lecture se fluidifie.

Afin de ne pas rallonger indument cet article, je garde les détails concernant ce livre pour une prochaine fois. Je compte d’ailleurs réorienter ce blogue vers ce sujet : l’écriture d’un livre complet. Plusieurs d’entre vous sont sûrement tentés par l’aventure et partager certaines de mes expériences pourrait s’avérer un exercice intéressant pour moi et une source d’inspiration pour vous.

De toute façon, j’ai déjà entamé la composition de la suite, le tome 2 de cette histoire complexe, riche et, à mon avis, oh combien fascinante ! Ainsi, je pourrai plus facilement écrire des articles de blogue si je me cantonne dans la même sphère d’activité. Vous n’aurez plus à attendre plusieurs mois avant de lire quelque chose de nouveau.

Quel est le titre de ce livre nouvellement terminé ? Euh ! J’essayerai de me décider avant ma prochaine publication. Quoi ? Autrefois on choisissait bien les prénoms des enfants après la naissance !

Fin de l’ère mondialiste

Naïvement, on a bien voulu y croire et comme toutes les lubies, elle s’est laissée désirée puis elle nous a enchantés, émerveillés, à tel point que nous en sommes devenus esclaves.

Aujourd’hui nous voyons la bulle se crever, notre folie se montrer sur son vrai jour. L’impensable apparait. L’élastique trop tendu a éclaté et stupidement nous nous en étonnons.

Nous ne pourrons pas arrêter l’économie de cette façon tous les ans. Nous devrons apprendre à vivre entourés de ces fléaux et à mourir à cause d’eux. La machine à dépopulation s’est probablement mise en branle.

Nous croulons sous les exemples des mauvaises décisions prises uniquement dans le but de diminuer légèrement les coûts de nos articles fabriqués. Nous ne possédons plus l’expertise ni les appareils pour créer nos propres équipements de protection. Comble de la négligence, nous venons de comprendre que ceux qui viennent des pays remplis de promesses mensongères ne satisfont pas aux normes pourtant exigées.

Notre cupidité nous détruit et elle continuera parce que nous ne cesserons pas de l’être. Un beau cercle vicieux comme le chien qui court après sa queue. Nous nous moquons du cabot et pourtant nous sommes pires que lui, car nous avons la conscience de nos actes et de nos décisions.

Un milliard ou moins. C’est à ce nombre que l’humain réussira à reprendre sa destinée en mains. La mondialisation cessera d’une façon ou d’une autre, car nous avons également mondialisé les maladies.

Ne vous étonnez pas que nous n’apprenions rien de la leçon actuelle. On pensera à un événement passager exceptionnel. Pourtant, ce n’est pas un malheur tiré du hasard, mais un coup de semonce asséné à notre société. Le comprendra-t-on enfin ?

Distanciation sociale

N’oubliez pas de garder une distance sécuritaire entre deux émojis. J’ai reçu un texto ce matin avec deux émojis qui ne respectaient pas la distance sécuritaire de 2 mètres. Faut-il encore le répéter ?

J’ai fait quelques tests et il n’y a pas de formule magique pour savoir combien d’espaces nous devons taper entre deux émojis pour obtenir cette distance acceptable. En fonction des icônes et de l’appli utilisées, il m’est apparu que 2 espaces semblent être une valeur minimale absolue. Dans le cas des deux icônes utilisées dans l’entête, j’ai dû en utiliser quatre pour atteindre environ ce 2 mètres. Même s’il ne faut pas virer fous, nos efforts ne sont pas inutiles et si nous faisons tous attention, au bout du compte, 

#cavabienaller.

Alors, écrivez prudemment !

La confirmation de vie intelligente extraterrestre, c’est pour bientôt ?

À chaque début d’année, je me pose la question à savoir si on découvrira de la vie extraterrestre intelligente au cours des douze prochains mois.

C’est qu’il est impossible que nous soyons seuls dans l’Univers. Les lois de la physique, de la chimie et de la vie sont les mêmes partout. Le nombre potentiel de lieux de production de vie est si grand que statistiquement parlant, la vie intelligente doit exister ailleurs. Et elle existe, n’en doutez même pas.

Alors, pourquoi ne l’avons pas encore découverte ? C’est la fameuse question qu’on nomme le « paradoxe de Fermi ».

Je ne déclinerai pas les dizaines de réponses possibles, mais seulement la plus évidente puisque cet article n’est pas consacré à ce paradoxe.

milky-way

Le nombre de planètes ou de lunes capables d’abriter la vie est immense, mais les conditions régnant dans l’univers sont tellement dangereuses qu’atteindre le stade de vie intelligente s’avère beaucoup plus rare puisqu’il faut beaucoup de temps et de stabilité pour en arriver là. Et lorsqu’il faut chercher partout et en très peu de temps, les limites de notre technologie ne nous permettent pas de découvrir facilement ces planètes habitées parmi un si grand nombre d’endroits possibles.

Juste pour mettre les choses en perspectives, avant 1995, nous n’avions aucune preuve qu’il existait des exoplanètes, des planètes habitant au-delà de notre système solaire. La majorité des scientifiques croyaient alors qu’elles n’existaient pas. Quelle stupidité ! S’il en existait ici, il en existait aussi partout ailleurs. Je le répète, les lois de la physique, de la chimie et de la vie sont les mêmes partout.

En date d’aujourd’hui, seulement 4 214 exoplanètes ont été confirmées sur les centaines de milliards que contiendrait notre seule Galaxie. Il va sans dire que nous ne sommes qu’au commencement du processus de recherche et qu’il ne faut pas trop se bercer d’illusions. La traque sera longue.

quintana4HR-2-1200

Dans la Voie lactée, on estime qu’il existe au moins dix milliards d’exoplanètes susceptibles d’abriter une forme de vie quelconque. Même en appliquant un crible du type de l’équation de Drake, il reste suffisamment de planètes portant de la vie intelligente pour qu’on finisse par la dénicher… à moins qu’elle ne nous déniche avant.

Depuis Marconi, nous émettons des ondes électromagnétiques artificielles trahissant notre niveau technologique. Depuis la chimie moderne, nous créons des molécules artificielles qui flottent dans l’atmosphère et qui trahissent, elles aussi, notre niveau technologique et par conséquent, notre niveau atteint d’intelligence.

Plus le temps passe et plus notre passé rattrape les exoplanètes. Je m’explique. Puisque la vitesse de la lumière est finie, tout ce que nous voyons dans nos télescopes, ce sont des événements du passé. Nous voyons notre plus proche étoile voisine comme elle était voilà 4,2 ans. Plus on s’éloigne, plus le temps nous séparant du présent des autres étoiles est loin dans le passé.

Ce principe fonctionne évidemment en sens inverse. Une exoplanète en train d’observer la Terre la verrait exempte de vie intelligente pour peu qu’elle soit éloignée d’une centaine d’années-lumière de nous.

Oui, notre intelligence ne se détecte pas à distance, à moins d’émettre du morse par radiofréquences ou les premières molécules synthétiques dans l’atmosphère. Ces deux événements datent tout juste du début du XXe siècle seulement.

Mais chaque année, la bulle croît et atteint de nouvelles exoplanètes. Un jour, d’autres formes de vie intelligente comprendront que nous leur ressemblons et ils prendront des moyens pour nous le faire savoir. Comment ? En faisant comme nous, en répondant par des signaux électromagnétiques.

687474703a2f2f706c616e65746172792e73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f696d6167652f726164696f5f62726f616463617374735f6c672e6a7067

Il existe donc un aller et un retour. Si des extraterrestres intelligents situés à cent années-lumière nous ont finalement compris, leur réponse prendra autant de temps à nous atteindre. On ne peut donc pas espérer les entendre avant les années 2100. Pour que 2020 soit cette année-là, il faudrait, au mieux, que l’exoplanète se situe à moins de la moitié de cette distance, soit à 50 années-lumière de nous.

La bulle englobant nos signaux électromagnétiques artificiels atteint de plus en plus d’exoplanètes au fur et à mesure qu’elle s’accroit. En fait, ce nombre quadruple avec le doublement de la distance. Mais nous n’en sommes tellement qu’au début et les émissions de nos signaux sont si faibles que les chances d’avoir déjà été entendus par des ET frôlent la nullité.

C’est aussi la raison pour laquelle l’institut SETI a presque fait chou blanc depuis qu’il a commencé à écouter ce que les étoiles pouvaient lui apprendre.

Imaginez un océan tapissé de chaloupes à tous les 10 km. Même avec les meilleurs instruments, vous ne verrez jamais une autre chaloupe. Pourtant, elles existent bel et bien. Cette demi-mauvaise analogie nous fait quand même comprendre que l’absence de détection n’est pas la preuve de l’absence des objets à détecter. 

Découvrir de la vie intelligente extraterrestre est extrêmement difficile et cette découverte exigera des moyens bien plus grands que ceux du moment. J’inclus la mission TESS dans les moyens déployés dans le passé.

Ma conclusion est peu encourageante, mais pas sans espoir. Oui, il est possible que nous puissions découvrir de l’intelligence extraterrestre sous peu. Il est aussi possible que ce soit elle qui nous ait découverts et qui nous le fera bientôt savoir, mais les probabilités restent très faibles. La bonne nouvelle est que ces chances s’améliorent de jour en jour.