Valérie Plante à la mairie de Montréal

Dans le monde municipal, élire une femme maire n’a rien de bien surprenant. Pourtant, à Montréal, ce poste n’avait jamais encore été accordé à une une personne de sexe féminin et plutôt jeune de surcroit. À quarante-trois ans, Valérie Plante devient ainsi la quarante-cinquième personne à détenir le titre de maire de Montréal. Peut-être un concours de circonstances a retardé cette arrivée. Peut-être que les autres candidates avant madame Plante n’avaient pas l’étoffe nécessaire. Ou peut-être que les Montréalais affichaient jusqu’à présent une préférence pour des maires aux anciennes méthodes politiques. C’est probablement un mélange bien dosé de toutes ces possibilités qui a retardé la venue d’une maire à l’Hôtel de ville de Montréal.

J’ai eu terriblement honte de certains maires précédents, même si le maire sortant, monsieur Denis Coderre, a partiellement réussi à renverser la vapeur par rapport à ses prédécesseurs en ce qui concerne la corruption systémique. Mais ce dernier était encore de l’ancienne école des politiciens, une bête très bien entrainée à gagner et qui pouvait compter sur une machine très bien organisée pour le faire gagner. Les Montréalais aiment les gagnants par dessus tout, malheureusement au-delà de leurs talents et de leurs compétences à construire une ville qui saura affronter les défis de demain plutôt que de bien adresser ceux antérieurs.

Bien entendu, madame Plante devra se retrousser les manches afin de réaliser son programme politique. Il est à la fois réaliste et utopique. Faire construire une nouvelle ligne de métro dans le nord de Montréal ne pourrait se réaliser que dans le contexte où les autres administrateurs de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) ainsi que les autres élus des paliers supérieurs le veulent eux aussi. Mais avant tout, il faudra terminer la ligne bleue dans l’est de la ville. Construire une ou plusieurs pistes cyclables express, par contre, voilà une idée que je partage depuis fort longtemps et qui demande beaucoup moins d’investissements et d’alliés provinciaux et fédéraux.

Évidemment, madame Plante devra tout apprendre et cela exigera du temps. En un seul mandat, elle n’aura pas la chance de réaliser beaucoup de ses promesses électorales. Les Montréalais auront-ils la patience nécessaire ? Pour cela, elle devra choisir des priorités réalistes et réalisables en un temps relativement court. Tous les projets requérant des subsides hors de son contrôle sont aussi très importants, mais les électeurs ne voient pratiquement jamais l’évolution de ces dossiers. Ils voient seulement l’annonce du début des travaux lorsque le financement est enfin bouclé.

Un des points les plus graves consiste à savoir ce que fera son équipe face à la corruption systémique et la collusion des fonctionnaires avec certains entrepreneurs qui risquent, dans le premier cas, de voir s’envoler les juteux cadeaux, et dans le second, de perdre leurs alléchants contrats.

Quoi qu’il en soit, ce vent de fraicheur et de jeunesse aura tôt fait de déstabiliser et, espérons, de désencroûter les BVH. Oui, les bonnes vieilles habitudes surannées qui font passer les intérêts des citoyens montréalais au dernier rang des priorités.

Je souhaite sincèrement que madame Valérie Plante insuffle une énergie nouvelle à l’Hôtel de ville de Montréal. Et dans la même foulée, j’espère surtout que tous les autres acteurs de l’arène municipale rament dans la même direction que notre nouvelle maire.

Photo: Radio-Canada.ca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s