Alicaments

Ne tirez pas sur l’auteur, il travaille à compléter son prochain livre et il aimerait bien le voir publié. Merci de votre magnanimité.

Le Canada édite à peu près chaque année son Guide alimentaire canadien. Le titre dit bien ce qu’il en est. Il est censé nous aider à choisir ses aliments pour une alimentation plus saine.

L’idée n’est pas mauvaise en soi et on peut dire que si on le suit, notre alimentation sera plus encline à être saine. Si on élargit les guides aux diététiciens en général, leurs conseils ont de quoi nous faire réfléchir.

Suivre des modes

Quand un aliment plutôt inconnu, à tout le moins exotique, arrive sur nos rayons d’épicerie, la folie s’empare des diététiciens qui en font souvent une panacée. Tout à coup, il faudrait mettre du quinoa et du qia partout. Moi, je me méfie comme de la peste des aliments dont leur nom commence par un q.

Pressions

Le guide a même incorporé de la malbouffe à une alimentation dite saine, pourvu qu’elle soit consommée en petite quantité hebdomadaire. Ça, on le savait, mais ça n’en fait pas plus des aliments à recommander malgré les pressions des multinationales. On a la preuve, par contre, que les diététiciens sont aussi des putes.

Le guide n’est pas une publication scientifique rigoureuse

Je me rappelle quand le curcuma était tout à coup déclaré épice miracle. Là encore, on nous encourageait à en mettre partout. L’épice est excellente contre les cancers, nous disait-on. Ensuite, premier bémol, il faut le mélanger au poivre pour une meilleure efficacité. Et maintenant, il est redevenu un aliment comme les autres. Ses propriétés miracles ont été surestimées pour ne pas dire radiées.

Le problème vient de certains diététiciens qui font des aliments des médicaments. Un nom existe pour ces abus de langage et d’usage, on parle d’alicaments. Oui, mais leurs fameux alicaments ne passent pas les épreuves scientifiques comme les vrais médicaments.

J’ai travaillé plusieurs années dans des compagnies pharmaceutiques au niveau du contrôle de la qualité et de l’assurance qualité. Pour ceux qui ignorent la différence entre les deux, pour simplifier la chose, le contrôle de la qualité teste les matières premières, les produits intermédiaires, les produits finis et les produits vieillis. Ce sont essentiellement les laboratoires. Quant à l’assurance qualité, elle contrôle le contrôle de la qualité. C’est le chien de garde duquel aucune transgression n’est tolérée.

Vous me direz que c’est normal d’être aussi rigoureux, car les médicaments, en général, sont ingérés. Ah ! Et que fait-on avec les alicaments ?

Cependant, ceux qui font des aliments des médicaments ne leur font passer que des tests sommaires, aucune épreuve scientifique, aucune étude en quatre phases dont celles en double aveugle, à long terme, etc. On se retrouve ainsi à se faire emplir de faux renseignements et même d’insanités que personne ne relève ou ne dénonce.

Guides et conseils obsolètes

Ainsi, l’année suivante, on retire discrètement des guides et des conseils donnés aux consommateurs-patients les phrases trop enthousiastes des années précédentes.

On peut donc être certain que les conseils des diététiciens sont truffés d’âneries et ce n’est pas moi qui le dis, ce sont eux-mêmes en faisant « évoluer » leurs guides et conseils. Suivriez-vous le guide de 2005 ? Non ? Pourquoi ? Parce qu’il est dépassé et lardé de trucs ayant été par la suite démentis. Mais celui de cette année fera exactement pareil puisque les méthodes utilisées pour évaluer les aliments n’ont à peu près pas changé.

Dans ce cas, pourquoi devrais-je suivre le guide cette année alors que je sais pertinemment qu’il est tout sauf scientifique et que l’an prochain leurs auteurs le jetteront aux orties, trop gênés de le regarder une minute de plus ? En me projetant dans l’avenir, en 2025, je le regarderai avec dédain. C’est donc aussi valable pour aujourd’hui.

Développement durable

Dernier point. Un aliment exotique vient d’un pays exotique. Ça signifie qu’il est cueilli on ne sait trop comment ni par qui ni dans quelles conditions et qui il enrichit. Ensuite, il est transporté sur des distances phénoménales avant d’être consommé par nos papilles en manque de nouveautés et d’alicaments. C’est une catastrophe pour l’environnement et probablement pour les gens surexploités qui font les frais des produits frais qui atterrissent par magie dans nos assiettes snobinardes.

Bon, je vous laisse, j’ai des carottes, des betteraves, des choux, des pommes de terre et des navets à faire cuire. Des aliments d’ici qui savent endurer nos hivers québécois en attendant les récoltes locales de l’été prochain.

 

2 commentaires sur “Alicaments

  1. Je ne l’ai pas encore vu le nouveau guide alimentaire canadien on a encore beaucoup parler. Même que les producteurs laitiers s’inquiète de l’impact qu’ils ont lancé une campagne pour redorer leur blason.

    Je n’ai pas vraiment d’avis enfin presque.. celui que je connaissais j’avais l’impression qu’on mangeait tout le temps qu’il y avait trop de portions. Dans le fond ce sont les excès et des mauvais choix en plus des effets de la nourriture sur notre corps qu’on écoute pas toujours…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s