La nature des loups

7889e7b46c_nodam_463-1024x768-80f54

Un loup doit-il s’en vouloir d’être un loup ? Non. Cependant, un loup n’a pas à agir en loup avec tout ce qui se trouve autour de lui. Il ne se dénature pas s’il réfrène certains comportements préférablement réservés à des adversaires. Est-il moins loup pour autant ?

Il n’est pas moins loup. Toutefois, sa vraie nature n’est jamais bien loin de la surface et la faire ressurgir s’avère facile à susciter, car il est loup.

Il choisira ou sera forcé de choisir un statut. Soit il acceptera de se tenir en meute en acceptant les compromis conséquents, soit il fera partie de la minorité d’individus vivant solitaires.

Cette solitude lui forgera des traits inexistants chez ceux qui ont préféré la meute, annihilant d’autant plus sa capacité de vivre entourés de congénères. Ainsi, deux loups n’auront pas du tout les mêmes comportements selon leur condition sociale.

Le loup grégaire, le loup solitaire.

L’un est-il plus loup que l’autre ?

Photo :  ; futura-sciences.com ;

10 commentaires sur “La nature des loups

    1. Je pense que le loup devenu solitaire par choix ou par obligation ne redevient jamais grégaire. Le premier perçoit facilement les manigances des membres d’une meute qui s’efforcent de rester unis et il se demande si le jeu en vaut vraiment la chandelle. Les loups grégaires ne se rendent pas compte des compromis consentis pour préserver leur microsociété, trop accaparés à préserver ce mode de vie.
      Quant au loup solitaire par ostracisme, il vouera une haine aux autres loups et celle-ci le rapprochera dangereusement de l’asocialité et même de la sociopathologie. Pourtant, cette vie lui a été imposée bien souvent à cause de tendances précoces qui l’ont éloigné de ses semblables. Il accusera les autres, alors que son bannissement aura probablement été causé par sa propre haine de ses semblables. Toutefois, certains individus seront bannis par un loup dominant qui refuse toute proximité avec un adversaire potentiel. D’autres individus seront laissés de côté parce que le dominant les trouve trop faibles, une nuisance dans l’esprit d’un loup idéaliste qui veut forger sa meute selon ses seuls principes. Un loup ostracisé restera par la suite un loup plutôt indésirable, le forçant parfois à poursuivre sa vie solitaire contre sa volonté.
      Il est tout à fait possible à un loup de vivre en meute ou de vivre relativement seul. Chaque mode ayant leurs avantages et leurs inconvénients à comprendre et à accepter. Certains loups parviendront à vivre une partie de leur vie en groupe et une autre en solitaire. Ils comprendront mieux l’ensemble des règles régissant les différents individus.
      Les questions fondamentales restent les mêmes : « Comment l’individu est-il le plus utile ? Comment est-il le plus heureux ? Comment est-il le moins dommageable pour les autres ? Qui est prêt à l’accepter ? » Souvent, les réponses à ces questions se télescopent, l’empêchant de trouver une réponse unique et l’obligeant à faire des compromis.
      Tous les choix ne s’offrent pas toujours d’emblée. La vie est un jeu où le hasard tient un rôle prépondérant. Il est parfois possible de le déjouer, parfois il avale ses victimes, quoi qu’elles fassent. Il n’existe aucune recette infaillible.

      Aimé par 1 personne

  1. Oui, le loup solitaire se forgera son propre caractère et ses propres opinions. Il pourra également faire ses propres expériences et découvrir son plein potentiel. Le loup en émeute ne peut pas faire quelque choses qui ne fait pas partie de la meute car il sera d’office exclus, jugée. Il n’apprendra que ce que la meute lui apprend. Et la plus triste des choses, c’est qu’il ne découvrira jamais  » qui il est réellement « .

    Aimé par 1 personne

      1. Et un peu de temps pour soi je trouve que c’est essentiel, histoire de se retrouver. Cependant, pas tout le temps car on reste des êtres sociables après tout. La « meute » n’apporte pas que du mauvais. Elle nous apporte également l’amour et la stabilité émotionnel. L’amour est l’essence de toute créature vivante, c’est ce qui nous procure la paix intérieur. Rester longtemps seul et sans amour, je pense que c’est une très mauvaise idée.. Cela pourrait engendrer des êtres eux-mêmes dépourvu de toute forme de compassion et voir mêmes des psychopathes…. En faite, il faut trouver le juste milieu tout simplement. Être bien entourée. Les 2 extrêmes reste mauvais.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s