RuSmEu

Certaines personnes soutenant avoir été enlevées par des extraterrestres se sont souvent retrouvées avec des petites incrustations sous-cutanées qu’ils relient temporellement à leur «abduction». Cet anglicisme ne possède pas le sens d’«enlèvement» en français, mais il est récurrent dans le vocabulaire des ovnistes.

Une chirurgie mineure leur a permis d’extraire ce qui ressemble à de minuscules cailloux métalliques. Cependant, la chair s’était fortement liée à ceux-ci, occasionnant l’obligation d’en retrancher une certaine quantité autour du caillou. On peut donc affirmer que les implants ont la propriété d’être biocompatibles. Jusqu’ici, c’est un peu bizarre, car les incrustations minérales que l’on rencontre normalement ne se lient jamais aussi bien aux tissus charnels à moins d’être en titane.

Une analyse de leur composition chimique a été exécutée afin de vérifier leur teneur. Et c’est là que la bizarrerie reprend. Le titane en est absent. Par contre, on retrouve du ruthénium (44 Ru), du samarium (62 Sm) et de l’europium (63 Eu). Eh non, l’europium n’est pas de l’opium venant d’Europe. Vous constatez, comme moi, que ces trois éléments chimiques ne sont pas ceux qu’on retrouve couramment dans notre assiette ou sur notre établi, une exception, à l’occasion, dans des mots croisés.

De fait, ils sont tous les trois très rares à la surface de la Terre. Le ruthénium est souvent allié à de l’iridium. Ces deux éléments se retrouvent habituellement dans des météorites. Quant au samarium et à l’europium, deux lanthanides créés au moment de l’explosion de supernovæ, ils se retrouvent, eux aussi, dans des météorites.

Mais que font ces gens avec des morceaux métalliques aussi étranges dans leur organisme? Ils n’ont tout de même pas été mordus par une météorite colérique! Faut-il alors prendre leur histoire d’abduction au sérieux?

Lorsqu’il étudie certains animaux, on sait que l’humain en échantillonne une certaine quantité pour les équiper d’une bague ou d’une balise afin de les repérer plus facilement et de suivre leur périple avec précision. Les extraterrestres font-ils de même avec nous? Ce serait très logique et compréhensible. Si c’est le cas, on est loin de comprendre la technologie utilisée dans ces implants.

Chose certaine, toutes les créatures vivant dans notre univers sont obligées d’utiliser les mêmes 118 éléments chimiques que nous connaissons. Ce qui change, c’est la façon de les utiliser. Voilà moins de cent ans, on ne connaissait nullement l’usage qu’on pouvait faire de certains éléments chimiques qu’on utilise aujourd’hui fréquemment dans les circuits intégrés. Si les extraterrestres nous avaient équipés à l’époque de tels dispositifs, nous n’aurions reconnu qu’un grain de sable.

Alors que dire de ces étranges implants? Force est de constater qu’il est impossible que des gens se soient intentionnellement ou involontairement planté ce genre de caillou ayant cette composition chimique sous la peau. Ce qui semble plutôt improbable, c’est que ce soit d’origine extraterrestre. Mais comme dirait Sherlock Holmes: «Quand on a éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, se doit d’être la vérité».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s