Un milliard

Ce chiffre est souvent évoqué pour diverses raisons autres que celle permettant de qualifier un milliardaire.

Il y a aussi un milliard d’années, c’est un peu plus du quatorzième de l’âge estimé de l’Univers, un peu plus du cinquième de l’âge de la Terre et à peu près l’âge des restes oubliés de la soupe aux lentilles dans mon frigo.

Un milliard est un chiffre tellement grand que plusieurs erreurs se glissent dans le langage courant. On a lu milliards et on dit millions puisque déjà, des millions, c’est un chiffre astronomique. Mais un milliard, c’est mille fois un million. On ne doit pas faire une erreur aussi importante et pourtant, celle-ci reste très fréquente. C’est dire combien un milliard est un chiffre quasiment hors de notre entendement. Un citoyen lambda ne possédera jamais un milliard de quelque chose dans sa vie. Ouais, il y a bien les boutons dans la face de mon jeune voisin, mais il est l’exception à la règle.

La belle planète Saturne est distante de 1,4 milliard de kilomètres du Soleil. Un milliard de kilomètres, c’est 25 000 fois le tour de la Terre. Ou encore la distance en kilomètre parcourue par la lumière dans le vide en 3,3 secondes. Et malheureusement, c’est aussi la distance me séparant de Scarlett Johansson.

Un milliard de dollars US, c’est le PIB de la Grenade et ça en a pris 150 milliards pour construire et entretenir la Station spatiale internationale, la machine (connue) la plus dispendieuse de tous les temps.

Ah, c’est vrai, on a aussi l’Inde qui dispute le premier rang à la Chine. Je parle évidemment de la population de ces deux pays d’Asie. 1,38 milliard d’âmes pour le pays de Mao et 1,35 milliard pour celui de Gandhi. Ça en fait du monde du même côté de la Planète ! Pas étonnant qu’elle ne tourne pas rond !

Ce chiffre d’un milliard d’habitants est souvent évoqué comme étant la limite absolue de la population mondiale pour un développement durable et le bien-être de tous ses habitants. Au-delà, on appauvrit inéluctablement la Planète. Aujourd’hui, la population dépasse les 7,6 milliards d’individus. C’est dire combien nous grugeons dans l’avenir de l’humanité !

Les conspirationnistes nous assurent que plusieurs plans sont élaborés pour réduire notre population afin d’atteindre cet objectif et même un chiffre plus près du huit-cent-millions que du milliard. Ils dénoncent les vaccins d’être le vecteur principal d’une campagne mondiale visant à rendre stérile une bonne partie de la population. Ils dénoncent également le fluor ou autre substance non déclarée rajoutée à l’eau potable des grandes villes, mais ils omettent de parler des maladies engendrées par les produits des restaurants de fast food qui ont des effets bien plus réels sur notre santé que le fluor dans l’eau.

Aucun vaccin administré jusqu’à présent n’a eu pour effet de rendre la population stérile, mais l’idée est certainement prise en considération par les autorités de certains pays ou par la gouvernance sanitaire mondiale aux prises avec un taux de natalité dépassant très largement les 2,2 enfants par couple, le taux qui permettrait un nombre stable d’habitants et une meilleure chance de survie de ceux venant au monde.

Bien des gens pauvres préfèrent maximiser les naissances comme moyen d’assurer leur descendance. Ce faisant, le nombre de soins et d’actes médicaux grimpe en flèche, appauvrissant encore plus les maigres ressources disponibles de ces pays.

Qu’on le veuille ou non, la population mondiale est mathématiquement considérée comme une bulle et celle-ci pètera bientôt comme toutes les bulles, que ce soit par nos propres soins ou par un phénomène hors de notre contrôle. Nous pouvons déployer des moyens coercitifs, des incitatifs financiers, des actes médicaux organisés en secret ou publics, mais si rien n’est fait, la Nature s’en chargera et il est très clair que ni le moyen ni ses effets ne nous plairont.

Choisir son bourreau et ses instruments semble encore le mieux qu’on puisse faire. Tôt ou tard, ce choix devra nous être proposé ou il y aura hécatombe.

Mais peut-être serions-nous mieux avisés de laisser la Nature régler ce problème. Elle choisit ses victimes sans toujours tenir compte de facteurs discriminatoires évidents, comme la richesse. Ainsi, devant un hyper virus, ceux qui seraient porteurs d’un gène immunisant pourraient très bien se retrouver dans n’importe quelle couche de la population. Une façon plus égalitaire de tirer à la courte paille. Mais serions-nous assurés qu’une paille effectivement plus courte existerait ? Pas certain. Si cette éventualité survenait, l’humain rejoindrait la quasi-totalité (99,9 %) des espèces ayant déjà vécu sur Terre. L’ironie serait que la cause de la sixième extinction massive d’espèces vivantes — nous, les humains — finirait par sa faute à passer dans le tordeur qu’il a lui-même engendré.

7 commentaires sur “Un milliard

  1. L’humanité n’est pas assez puissante pour tout détruire. L’humanité est ici seulement assez puissante pour se détruire elle-même. Et pourquoi l’humanité se détruirait-elle? Parce que le pouvoir corrompt. En fait, moi je crois que la ‘nature’ a un plan pour chacun de nous. Il suffit d’apprendre de ses erreurs. Une humanité qui n’apprend pas de ses erreurs, n’est pas une humanité, selon moi. Commettre la même erreur à nouveau, si la ‘nature’ a un plan, n’est-ce pas ça, ne pas être une erreur? Est-ce que je commets une erreur, ici?

    Aimé par 1 personne

    1. La Terre s’en remettra, contrairement à certaines espèces disparues ou à disparaitre à cause de l’humain. L’humanité n’apprend pas de ses erreurs parce qu’elle a inventé le principe de l’argent qui ne possède aucune limite physique. On peut donc l’accumuler à outrance au détriment de tout le reste. Posséder du bétail ou des cultures exige de s’en occuper. Il existe donc une limite fonctionnelle, contrairement à l’argent. Accumuler toujours plus d’argent fait que l’humanité répète les mêmes erreurs et finira par en payer le prix… qui sera bien plus élevé que n’importe quelle accumulation monétaire. Le prix sera son existence.

      J'aime

      1. Si l’humanité a inventé le principe de l’argent, mais qu’il n’y a plus d’humanité, alors à qui reviendra la responsabilité de respecter cette chose qui existe? L’humanité va devoir perdurer un moment encore, je crois.

        Aimé par 1 personne

      2. On espère tous que l’humain perdurera et perdra en cours de route ses travers ravageurs, mais l’espérance n’est pas garantie de gagner son pari. Pour ce qui est de l’argent, je pense que l’Univers n’a que faire de ce concept abstrait. Il y préfère certainement l’eau, source de toute vie. Et il ne la distribue pas en bouteilles plastique en échange… d’argent.

        Aimé par 1 personne

      3. L’univers connait déjà tous les concepts abstraits. Les ‘extra-terrestres’ existent, et ont toujours existé. Ce ne sont pas tant les humains ou l’humanité qui soit ravageuse, mais bien les politiciens, présentement. Je prédis prochainement la mort de la fonction de politicien, pour la remplacer par une fonction de, je ne sais pas, de policilien, je n’ai pas encore trouvé le bon mot. Il va sans dire, que la belle démocratie à la française, pigée dans la Grèce antique, n’a pas fonctionné pour nous…Car elle n’a pas besoin d’être substitué (remplacée) par une autre idée… Graduellement, nous apprendrons à nous regouverner nous-mêmes, c’est à dire, individuellement. Les collectivités et communautés, seront régies non pas par vote ou acclamations, mais simplement, par réel consensus. Mais pour cela, tout le monde doit avoir accès à toutes les informations. Tout le monde doit alors tout connaître pour en arriver à un consensus. Les beaux politiciens, c’est terminé, leur rôle ici! Les émotions seront gardés comme des énergies spirituelles, et rien d’autre!!! Présentement, ce sont les politiciens qui n’arrivent plus à danser au son harmonieux de Gaïa. Donc, plus de politiciens, ce sont désormais que de simples hommes et femmes, et tout ce qu’il y a entre les deux. Suis-je trop radical? Ou bien, serons-nous tous trop radicaux? Non, le mot ‘radical’ c’est des sottises, seule la danse de la vie compte réellement. Nous pouvons exister, donc, nous existons, donc nous pourrons exister à nouveau. Le cogito ergo sum de Descartes, hé bien, ça ne voulait pas du tout dire « je pense donc je suis »!!!!!!

        Aimé par 1 personne

      4. On élit les politiciens qu’on mérite. Ils sont le reflet de nos propres désirs, c’est-à-dire de cacher sous le tapis les vrais problèmes plutôt que de les affronter. On s’émeut devant des oiseaux englués dans une mare de pétrole, mais dix minutes plus tard, on fait le plein de notre véhicule sans aucune pensée pour ces mêmes oiseaux, sans volonté ni désir de changer quoi que ce soit. Mettre la faute sur les politiciens revient à se décharger du fardeau une fois de plus en se victimisant plutôt qu’en se responsabilisant.

        Aimé par 1 personne

      5. Oui, c’est peut-être ça. Mais en attendant, je n’ai pas trouvé mieux, pour aider à corriger la situation. Le mérite n’existe plus dans nos sociétés. Donc, on ne mérite pas nos politiciens.
        😈
        Parce que nous ne méritons pas nos politiciens, moi je fais le vœux dans l’univers qu’ils retournent là d’où ils viennent. Parce que, selon moi, tous les politiciens de la terre sont des étrangers d’ailleurs. Ça ne veut pas dire que tous les étrangers soient politiciens. Mais ça veut dire que les politiciens, sont tous des étrangers. C’est peut-être pour cela qu’ils s’en câlissent royalement de notre planète. Et par effet d’endoctrinement, ils essaient de tous nous transformer en politiciens. C’est quoi ça, le politiquement correct? Tous ceux qui sont politiquement correct sont des politiciens. Faut faire passer le mot!
        (en passant, l’hypocrisie, ça n’a jamais fait pleurer le petit Jésus😇)

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s