Croissances et exigences

Il est faux de croire que les Puissants de ce monde peuvent tout obtenir grâce à leur colossale fortune. Ils ne peuvent se payer deux éléments essentiels qui leur permettent de maintenir leur mode opératoire.

Le premier élément, les oligarques ont besoin d’une population mondiale croissante, sinon le système économique mondial capitaliste meurt étouffé puisqu’il est essentiellement basé sur le principe de la croissance ininterrompue des profits. Après avoir économisé en ayant coupé tous les gras possibles, après avoir acheté ou s’être autrement débarrassé de la plupart de leurs compétiteurs pour récupérer leur clientèle, le seul autre moyen d’augmenter les profits passe par la croissance des ventes. Ils doivent donc vendre plus d’unités à chaque consommateur tout en additionnant de nouveaux consommateurs.

Le graphique suivant montre l’irréversibilité du processus et la diminution généralisée. Notez que l’élite subsiste plus longtemps à l’effondrement et celle-ci compte bien en profiter pour changer de paradygme une fois que les autres bulles se seront effondrées. C’est pourquoi, pour l’instant, elle s’en fout encore de la croissance idiote puisqu’elle s’en nourrit et elle sera la dernière à y survivre. Cependant, leur mutisme pour le cacher ou leurs efforts pour tenter de nous convaincre du contraire ne saurait inverser ce processus.

Handy

Même les adolescents comprennent qu’une croissance continue infinie est impossible, sinon qu’adviendrait-il de leurs boutons d’acné et de leur moral ? Pourtant, le système capitaliste global nie catégoriquement cette évidence puisque toute sa stratégie repose sur une croissance continue ininterrompue. Vous avez entendu parler des dérives liées aux techniques de Ponzi. Pourtant, le système capitaliste mondial est construit sur ce principe de pyramide qui doit accroitre continuellement les dimensions de sa base. Autrement, tout le système flanche, implose et disparait.

Le deuxième élément essentiel dont les dirigeants de l’ombre ne peuvent se passer, ce sont nos bras pour faire leurs besognes. Afin de conserver leur hégémonie, ils doivent écraser les compétiteurs actuels et potentiels, détourner des ressources de tous types, affaiblir les pays inamicaux à leurs désirs. Pour ce faire, ça prend des guerres et des populations qui les soutiennent en désirs et en actes.

98781289_o.jpg

Des guerres sont alors inventées en utilisant toutes sortes d’excuses et de magouilles pour soutenir la croissance des consommateurs et des profits. Les économies des autres pays sont détruites et remplacées pour les contrôler afin de s’approprier toutes les ressources. Bon, on connait la suite.

Voilà pourquoi la population mondiale croît sans cesse et elle le fera jusqu’à l’effondrement de sa bulle, associée à celle qu’elle nourrit, le capitalisme d’entreprise et d’état, car il ne faut pas se bercer d’illusions, toutes les bulles finissent inexorablement par péter. Ce sont les mathématiques qui le disent. Ensuite, libre à nous tous d’y croire.

Nous sommes utilisés, non seulement comme consommateurs, mais également comme souteneurs des régimes politiques et financiers basés sur des croissances absolues.

Cet article ne cherche pas à critiquer ou à soutenir un système économique plus qu’un autre. Je ne désire pas non plus vous convertir à une idéologie quelconque. Je mets sur la table une équation dotée d’un point d’inflexion, au mieux une asymptote. En termes moins mathématiques, la population de la Terre finira par décliner. Dans le meilleur des cas, elle cessera de croitre. Cependant, cette deuxième possibilité ne peut pas s’obtenir avec un régime économique mondial basé sur la croissance perpétuelle.

deforestation

Vous pouvez encore dormir sur vos deux oreilles, l’hécatombe ne surviendra probablement pas de notre vivant, mais tous les signes avant-coureurs ont commencé à apparaitre et certains même depuis longtemps. Remarquez les dérives financières de plus en plus répétées causées par la recherche « créative » de nouveaux profits. Voyez comment la majorité des marchés sont de plus en plus monopolistiques. Observez les méthodes et les arguments de plus en plus tordus et mensongers pour créer des guerres. Constatez l’essoufflement de la terre nourricière par les monocultures afin de maximiser les profits. Notez la destruction irréfrénée des habitats non agricoles pour les convertir en terres arables. Un consommateur mort de faim est un consommateur en moins donc une source de profit disparue.

monoculture.png

Bientôt, la terre ne pourra plus nourrir que les humains, mais sans le reste du biotope, notre bulle explosera. C’est absolument impossible d’arriver à un autre résultat si la population humaine croit constamment.

Photos : diversifiedtrust.com ; delibere.frafriqueinside.compszczolyimy.pl

Un milliard

Ce chiffre est souvent évoqué pour diverses raisons autres que celle permettant de qualifier un milliardaire.

Il y a aussi un milliard d’années, c’est un peu plus du quatorzième de l’âge estimé de l’Univers, un peu plus du cinquième de l’âge de la Terre et à peu près l’âge des restes oubliés de la soupe aux lentilles dans mon frigo.

Un milliard est un chiffre tellement grand que plusieurs erreurs se glissent dans le langage courant. On a lu milliards et on dit millions puisque déjà, des millions, c’est un chiffre astronomique. Mais un milliard, c’est mille fois un million. On ne doit pas faire une erreur aussi importante et pourtant, celle-ci reste très fréquente. C’est dire combien un milliard est un chiffre quasiment hors de notre entendement. Un citoyen lambda ne possédera jamais un milliard de quelque chose dans sa vie. Ouais, il y a bien les boutons dans la face de mon jeune voisin, mais il est l’exception à la règle.

La belle planète Saturne est distante de 1,4 milliard de kilomètres du Soleil. Un milliard de kilomètres, c’est 25 000 fois le tour de la Terre. Ou encore la distance en kilomètre parcourue par la lumière dans le vide en 3,3 secondes. Et malheureusement, c’est aussi la distance me séparant de Scarlett Johansson.

Un milliard de dollars US, c’est le PIB de la Grenade et ça en a pris 150 milliards pour construire et entretenir la Station spatiale internationale, la machine (connue) la plus dispendieuse de tous les temps.

Ah, c’est vrai, on a aussi l’Inde qui dispute le premier rang à la Chine. Je parle évidemment de la population de ces deux pays d’Asie. 1,38 milliard d’âmes pour le pays de Mao et 1,35 milliard pour celui de Gandhi. Ça en fait du monde du même côté de la Planète ! Pas étonnant qu’elle ne tourne pas rond !

Ce chiffre d’un milliard d’habitants est souvent évoqué comme étant la limite absolue de la population mondiale pour un développement durable et le bien-être de tous ses habitants. Au-delà, on appauvrit inéluctablement la Planète. Aujourd’hui, la population dépasse les 7,6 milliards d’individus. C’est dire combien nous grugeons dans l’avenir de l’humanité !

Les conspirationnistes nous assurent que plusieurs plans sont élaborés pour réduire notre population afin d’atteindre cet objectif et même un chiffre plus près du huit-cent-millions que du milliard. Ils dénoncent les vaccins d’être le vecteur principal d’une campagne mondiale visant à rendre stérile une bonne partie de la population. Ils dénoncent également le fluor ou autre substance non déclarée rajoutée à l’eau potable des grandes villes, mais ils omettent de parler des maladies engendrées par les produits des restaurants de fast food qui ont des effets bien plus réels sur notre santé que le fluor dans l’eau.

Aucun vaccin administré jusqu’à présent n’a eu pour effet de rendre la population stérile, mais l’idée est certainement prise en considération par les autorités de certains pays ou par la gouvernance sanitaire mondiale aux prises avec un taux de natalité dépassant très largement les 2,2 enfants par couple, le taux qui permettrait un nombre stable d’habitants et une meilleure chance de survie de ceux venant au monde.

Bien des gens pauvres préfèrent maximiser les naissances comme moyen d’assurer leur descendance. Ce faisant, le nombre de soins et d’actes médicaux grimpe en flèche, appauvrissant encore plus les maigres ressources disponibles de ces pays.

Qu’on le veuille ou non, la population mondiale est mathématiquement considérée comme une bulle et celle-ci pètera bientôt comme toutes les bulles, que ce soit par nos propres soins ou par un phénomène hors de notre contrôle. Nous pouvons déployer des moyens coercitifs, des incitatifs financiers, des actes médicaux organisés en secret ou publics, mais si rien n’est fait, la Nature s’en chargera et il est très clair que ni le moyen ni ses effets ne nous plairont.

Choisir son bourreau et ses instruments semble encore le mieux qu’on puisse faire. Tôt ou tard, ce choix devra nous être proposé ou il y aura hécatombe.

Mais peut-être serions-nous mieux avisés de laisser la Nature régler ce problème. Elle choisit ses victimes sans toujours tenir compte de facteurs discriminatoires évidents, comme la richesse. Ainsi, devant un hyper virus, ceux qui seraient porteurs d’un gène immunisant pourraient très bien se retrouver dans n’importe quelle couche de la population. Une façon plus égalitaire de tirer à la courte paille. Mais serions-nous assurés qu’une paille effectivement plus courte existerait ? Pas certain. Si cette éventualité survenait, l’humain rejoindrait la quasi-totalité (99,9 %) des espèces ayant déjà vécu sur Terre. L’ironie serait que la cause de la sixième extinction massive d’espèces vivantes — nous, les humains — finirait par sa faute à passer dans le tordeur qu’il a lui-même engendré.