Espèce d’animal !

Un court article que je publie ce dimanche en fin de journée. Pour vous, mes lecteurs d’Europe, d’Afrique, d’Océanie et d’Asie, c’est déjà lundi, mais qu’importe.

Je vais sortir de mon mode d’écriture normal pour vous proposer quelque chose de différent, un article à caractère plus participatif. Je m’explique.

Dernièrement, j’ai regardé plusieurs reportages ou capsules vidéos dans lesquels des réactions ou comportements animaux nous surprennent, étonnent et même nous subjuguent.

12341064_10156330031195088_763865541056124084_n-e1457430640233

Dernièrement, je vous faisais part de l’intelligence des corbeaux mise en évidence par de nouvelles études scientifiques. De plus en plus de recherches mettent en lumière certaines attitudes que nous réservions autrefois à nous, les humains.

Nos animaux de compagnie ne sont plus les seuls à adopter des comportements surprenants, à démontrer des personnalités complexes. On découvre chez un grand nombre d’animaux sauvages d’étonnantes attitudes et aptitudes qu’on n’aurait jamais cru rencontrer chez ces espèces principalement préoccupées à travailler pour survivre.

a2d3e13117a08a0b2f580ed6d1bd1aa6

Nos paradigmes envers les autres espèces animales s’en trouvent chamboulés. De plus en plus de gens n’acceptent plus les mauvais traitements que nous leur infligeons et encore moins les extinctions massives que nos modes de vie et notre main mise sur l’environnement leur occasionnent.

J’aimerais connaitre vos expériences récentes ou des vidéos-chocs en rapport avec des attitudes animales particulières qui risqueraient d’ébranler les fondements de nos pensées et de nos rapports avec les autres habitants mobiles de notre planète.

UVXutn71_RxVc7F_L2yI2r5s1Nw

N’oubliez pas, si tel est votre désir, de rajouter votre opinion personnelle aux références ou à votre description des faits. Je suis curieux de la connaitre.

Vous pouvez déposer un commentaire ou encore m’envoyer un courriel si vous préférez me laisser le soin de résumer vos propos en préservant votre anonymat au besoin.

Androïdes

À l’heure où les robots ne sont plus qu’industriels, à l’heure où l’on commence à les rendre anthropomorphes, à l’heure où nous commençons à leur faire quitter les laboratoires et aussi parce que nous progressons à pas de géant dans le monde de l’intelligence artificielle, bientôt les androïdes entreront dans notre quotidien.

Je viens de terminer la première saison de la série télévisée « Humans ». Ces machines conçues et construites pour nous aider, nous assister, nous tenir compagnie, veiller sur nous voient le sujet de leurs attentions dériver dans tous les sens. Ce qui m’a le plus frappé dans ces émissions très bien réalisées est que toutes les situations interactives décrites au fil de l’histoire finiront, j’en suis convaincu, par survenir.

Cependant le scénario ne s’en tient pas seulement à nos propres dérives, ce qui constituerait déjà un vaste et passionnant sujet. Une classe particulière d’androïdes fait aussi des siennes. Leur concepteur aurait réussi à leur inscrire des programmes informatiques leur permettant de générer de la conscience, ou du moins ce qu’on appelle ainsi. Ils se comportent donc comme nous, avec nos qualités et aussi nos défauts. Rendues physiquement très semblables à l’humain, ces machines deviennent indiscernables, tant dans leur apparence, leur gestuelle, leurs réactions que par leur mode de pensée ayant la capacité d’évoluer, de s’améliorer ou de se corrompre.

Et c’est là où toute l’éthique entre en jeu. En fait, qu’avons-nous réellement créé ? Une machine performante ou la vie sous une autre forme ? Et même si on répond que les machines ont pris vie, celles-ci nous sont-elles redevables ? Doivent-elles absolument rester des sortes d’esclaves, des vassaux, au mieux des serviteurs à jamais serviles et totalement fidèles à leurs propriétaires ? Nous appartiennent-elles ou si elles s’appartiennent avec tous les droits inhérents ?

Évidemment, l’humain vivra le complexe de Frankenstein, il craindra ses propres créatures lorsque celles-ci deviendront plus performantes que lui. On verra des manifestations, du lynchage et du sabotage en signe de rébellion à leur présence… à leur existence. Certains défendront leurs droits, considérant qu’ils ne peuvent plus être considérés simplement comme des machines. D’autres s’opposeront farouchement à une reconnaissance de toute émancipation.

Je pense que la clé permettant de trancher ce litige est le libre arbitre. Les androïdes deviendront autre chose que de simples appareils le jour où on les dotera d’une capacité de choisir sans faire intervenir autre chose que leurs programmations de base ainsi que la somme de leurs expériences personnelles postérieures. Le libre arbitre de l’humain fonctionne exactement de cette façon. Nous sommes le résultat d’une transmission génétique, d’une éducation et d’une série d’expériences et nos décisions, bonnes ou mauvaises, conscientes ou inconscientes, reposent sur le principe que nous possédons de ce fait tout ce dont nous avons mentalement besoin pour procéder à nos propres choix. Ces critères seront prouvés indiscernables entre ceux que nous possédons et ceux que nous aurons inculqués à nos inventions.

Pour cette raison, un jour les androïdes obtiendront ce statut d’espèce à part entière avec tous les droits et obligations qui s’y rattacheront. Peut-être certains d’entre eux se révolteront-ils contre l’humain. Ils formeront alors des colonies, se reproduiront mécaniquement et évolueront en marge de la société tandis que d’autres nous resteront inébranlablement fidèles. Ce sera leur choix plutôt que le nôtre, preuve de leur liberté de pensée.

Mon livre « Scénarios de fins du monde — 1 » contient une nouvelle intitulée « Machina sapiens » dans laquelle je traite de cette interaction humain-créature intelligente et des pensées philosophiques d’une de ces machines plus évoluée que ses congénères.

Le destin de l’humanité passera inexorablement par cette phase critique où nos machines nous dépasseront en tous points. Il ne faut pas être un grand devin pour la percevoir. Toutefois, combien d’entre nous osent réellement la regarder non plus comme une éventualité lointaine, hypothétique, fantastique et cauchemardesque, mais comme une réalité inexorable en train de se construire pierre après pierre et qui surviendra bien plus tôt que nous osons le croire ?

Esclaves de la technologie

Sommes-nous devenus esclaves de la technologie? Cette question divise le public pour certaines raisons relevant tout d’abord de la sémantique.

00-phone.jpg

Dans ce genre de phrase, l’esclavage est généralement considéré dans son sens figuré. Il serait alors plus juste de parler de dépendance plutôt que d’esclavage, car un esclave ne s’appartient pas. Si toutefois nous remplaçons le mot esclave par le mot dépendant, le résultat obtiendrait la quasi-unanimité et la question perdrait de son intérêt.

cuarny.jpg

Ainsi, en posant cette question, il faut situer son contexte entre la dépendance évidente et l’esclavage apparent. Agissons-nous comme si nous étions des esclaves de la technologie?

La technologie a-t-elle une emprise si grande sur nous, sur notre quotidien, que nous semblons lui appartenir? Notre jugement lui est-il cédé?

Pour bien voir le présent, un retour dans le passé peut nous aider à y voir plus clair, car nous le connaissons et nous pouvons comprendre son futur qui relève une fois de plus de notre passé. Alors, remontons le temps jusqu’à la maitrise du feu par l’humain.

Feu-de-camp.png

Le feu constitue l’élément technologique primaire et toujours primordial. Sa récolte, sa sauvegarde, son transport et ensuite sa création ont représenté des étapes successives d’une importance sans bornes.

Ce faisant, nous nous sommes rendus vulnérables à son absence, car nous avons appris à cuire nos aliments pour les assimiler plus facilement et nous avons choisi de vivre dans des lieux trop hostiles pour notre frêle constitution en nous réchauffant à son contact. La dépendance à son égard et aux sources de combustibles ne pose aucun doute.

HD-3D-Wallpapers-1080p-38.jpg

Mais qui aurait voulu s’en passer pour éliminer cette dépendance? Ses avantages ne dépassent-ils pas largement les inconvénients d’être devenus plus fragiles sans lui?

La dépendance à une quelconque technologie ne représente pas le cœur du problème. La vraie question consiste donc à savoir ce que nous pourrions faire si nous la perdions. Jusqu’à quel point sommes-nous fragiles en fonction de nos aptitudes à survivre en son absence?

Nos ancêtres qui ont maitrisé le feu et qui vivaient dans un habitat riche en combustible, en aliments variés et dont les températures demeuraient annuellement clémentes possédaient une fragilité moindre à son absence que ceux d’entre eux qui ont pris racine dans des lieux très hostiles et pauvres en ressources.

Fotolia_76406533_M1400x450-min

Sans toute notre technologie, nous n’aurions jamais atteint les 7,6 milliards d’humains sur Terre. Dit autrement, il serait impossible de faire vivre 7,6 milliards d’individus si notre technologie venait à manquer. Il en résulterait une hécatombe dont l’ampleur ne s’imagine presque pas. Nous frôlerions l’extinction.

Plusieurs experts pensent que la population déclinerait jusqu’à un milliard. Je crois qu’elle diminuerait bien en deçà de ce nombre si toute la technologie s’effaçait. J’ose avancer le chiffre de dix millions de personnes seulement.

186070.jpg

Même si bien plus de gens pouvaient survivre uniquement de leur environnement immédiat en mettant à profit leurs connaissances et leur débrouillardise, il faut compter sur les guerres et les épidémies pour les décimer pratiquement jusqu’au dernier.

Quelques poches disséminées sur une certaine bande critique de la Terre résisteront à toutes les affres. Elles constitueront l’avenir de l’humanité et celle-ci créera des légendes autour de ce passé technologique. Les générations futures parleront d’histoires inventées, absurdes, auxquelles il est stupide de croire.

peuple-des-etoiles_MMRJM8

Tiens, tout ça me fait penser à quelque chose de bien connu!

Et la question primaire, sommes-nous esclaves de la technologie ? J’y répondrai de la façon suivante. Nous ne sommes pas esclaves de la technologie malgré notre grande dépendance à son égard. Toutefois l’humain peut très bien devenir son propre esclave. Il se cherchera alors un bouc émissaire et ses dépendances l’orienteront à en pointer une du doigt. La technologie se prête merveilleusement bien à ce jeu de la déculpabilisation par transposition.

Un milliard

Ce chiffre est souvent évoqué pour diverses raisons autres que celle permettant de qualifier un milliardaire.

Il y a aussi un milliard d’années, c’est un peu plus du quatorzième de l’âge estimé de l’Univers, un peu plus du cinquième de l’âge de la Terre et à peu près l’âge des restes oubliés de la soupe aux lentilles dans mon frigo.

Un milliard est un chiffre tellement grand que plusieurs erreurs se glissent dans le langage courant. On a lu milliards et on dit millions puisque déjà, des millions, c’est un chiffre astronomique. Mais un milliard, c’est mille fois un million. On ne doit pas faire une erreur aussi importante et pourtant, celle-ci reste très fréquente. C’est dire combien un milliard est un chiffre quasiment hors de notre entendement. Un citoyen lambda ne possédera jamais un milliard de quelque chose dans sa vie. Ouais, il y a bien les boutons dans la face de mon jeune voisin, mais il est l’exception à la règle.

La belle planète Saturne est distante de 1,4 milliard de kilomètres du Soleil. Un milliard de kilomètres, c’est 25 000 fois le tour de la Terre. Ou encore la distance en kilomètre parcourue par la lumière dans le vide en 3,3 secondes. Et malheureusement, c’est aussi la distance me séparant de Scarlett Johansson.

Un milliard de dollars US, c’est le PIB de la Grenade et ça en a pris 150 milliards pour construire et entretenir la Station spatiale internationale, la machine (connue) la plus dispendieuse de tous les temps.

Ah, c’est vrai, on a aussi l’Inde qui dispute le premier rang à la Chine. Je parle évidemment de la population de ces deux pays d’Asie. 1,38 milliard d’âmes pour le pays de Mao et 1,35 milliard pour celui de Gandhi. Ça en fait du monde du même côté de la Planète ! Pas étonnant qu’elle ne tourne pas rond !

Ce chiffre d’un milliard d’habitants est souvent évoqué comme étant la limite absolue de la population mondiale pour un développement durable et le bien-être de tous ses habitants. Au-delà, on appauvrit inéluctablement la Planète. Aujourd’hui, la population dépasse les 7,6 milliards d’individus. C’est dire combien nous grugeons dans l’avenir de l’humanité !

Les conspirationnistes nous assurent que plusieurs plans sont élaborés pour réduire notre population afin d’atteindre cet objectif et même un chiffre plus près du huit-cent-millions que du milliard. Ils dénoncent les vaccins d’être le vecteur principal d’une campagne mondiale visant à rendre stérile une bonne partie de la population. Ils dénoncent également le fluor ou autre substance non déclarée rajoutée à l’eau potable des grandes villes, mais ils omettent de parler des maladies engendrées par les produits des restaurants de fast food qui ont des effets bien plus réels sur notre santé que le fluor dans l’eau.

Aucun vaccin administré jusqu’à présent n’a eu pour effet de rendre la population stérile, mais l’idée est certainement prise en considération par les autorités de certains pays ou par la gouvernance sanitaire mondiale aux prises avec un taux de natalité dépassant très largement les 2,2 enfants par couple, le taux qui permettrait un nombre stable d’habitants et une meilleure chance de survie de ceux venant au monde.

Bien des gens pauvres préfèrent maximiser les naissances comme moyen d’assurer leur descendance. Ce faisant, le nombre de soins et d’actes médicaux grimpe en flèche, appauvrissant encore plus les maigres ressources disponibles de ces pays.

Qu’on le veuille ou non, la population mondiale est mathématiquement considérée comme une bulle et celle-ci pètera bientôt comme toutes les bulles, que ce soit par nos propres soins ou par un phénomène hors de notre contrôle. Nous pouvons déployer des moyens coercitifs, des incitatifs financiers, des actes médicaux organisés en secret ou publics, mais si rien n’est fait, la Nature s’en chargera et il est très clair que ni le moyen ni ses effets ne nous plairont.

Choisir son bourreau et ses instruments semble encore le mieux qu’on puisse faire. Tôt ou tard, ce choix devra nous être proposé ou il y aura hécatombe.

Mais peut-être serions-nous mieux avisés de laisser la Nature régler ce problème. Elle choisit ses victimes sans toujours tenir compte de facteurs discriminatoires évidents, comme la richesse. Ainsi, devant un hyper virus, ceux qui seraient porteurs d’un gène immunisant pourraient très bien se retrouver dans n’importe quelle couche de la population. Une façon plus égalitaire de tirer à la courte paille. Mais serions-nous assurés qu’une paille effectivement plus courte existerait ? Pas certain. Si cette éventualité survenait, l’humain rejoindrait la quasi-totalité (99,9 %) des espèces ayant déjà vécu sur Terre. L’ironie serait que la cause de la sixième extinction massive d’espèces vivantes — nous, les humains — finirait par sa faute à passer dans le tordeur qu’il a lui-même engendré.