Combien d’humains ?

Aujourd’hui, je veux m’attarder sur le nombre maximal d’êtres humains pouvant permettre une cohabitation harmonieuse avec les autres espèces et une prise en charge efficace de nos impacts environnementaux pour les réduire, les minimiser et les annuler.

SI vous lisez mes articles en horizontale plutôt qu’en diagonale, vous avez remarqué que j’utilise régulièrement le nombre «milliard» pour désigner ce que je considère comme étant la limite du nombre acceptable d’humains sur Terre. Au-delà, je crois qu’il devient impossible de garder le contrôle sur ses bonnes et ses mauvaises idées.

En fait, j’arrondis le nombre que j’ai réellement en tête puisque je l’évalue en réalité à sept-cent-millions. Je ne me suis pas adonné à faire de savants calculs pour en arriver à cette valeur, elle provient de mon subconscient qui me le souffle. Méthode très peu scientifique, j’en conviens, toutefois ce nombre provient probablement de plusieurs dizaines d’années de lectures scientifiques à partir desquelles mon cerveau l’a déduit.

Ce nombre correspond à la moitié de la population chinoise ou à la moitié des Indiens. Il est presque équivalent au nombre d’Européens en incluant les Russes. Imaginez une population mondiale du dixième de l’actuelle valeur.

Nuages_13

Oui, rasez neuf maisons sur dix en y laissant ses habitants à l’intérieur et vous verrez mieux à quoi votre quartier ressemblerait. Ça semble horrifiant et pourtant l’espace libéré est celui nécessaire pour voir prospérer les plantes et les animaux. Je ne parle pas des bêtes d’élevage ou des plantes de culture qui, inévitablement, ramènent la pauvreté des espèces. Je parle des plantes et bêtes sauvages à qui nous avons tout enlevé et surtout leur droit de vivre.

Je crois sincèrement à l’arrivée subite d’une forme d’éradication de l’espèce humaine. Les causes probables sont nombreuses et nous ne pourrons pas toutes leur échapper encore très longtemps. Bien au contraire, je pense à une série dramatique d’événements qui s’enchaineront en cascade à des moments rapprochés.

La plupart des effets d’entrainement liés aux catastrophes restent encore inconnus. Nous n’en percevons que quelques-unes, les plus évidentes, les plus faciles à associer. Nous en extrapolons d’autres, les plus susceptibles de découler des premiers effets. Mais au-delà de deux paliers de conséquences, notre boussole perd ses repères et tout devient spéculations. Pourtant, il est évident que la Nature ne se contente pas de deux simples paliers de causes à effets.

La signification profonde de cette phrase consiste à dire qu’il existera bien plus d’effets négatifs que ceux raisonnablement imaginables. Toutes les prétendues catastrophes actuelles ressembleront à des pétards mouillés lorsque la machine environnementale globale décidera de se dérégler pour de bon.

COucher-de-soleil-sur-Montréal-2

L’absence de précédents reste l’élément le plus dangereux de la situation actuelle. Comment alerter la population alors que les preuves manquent? Car pour obtenir des preuves, ça prend des précédents et ils n’existent pas. Il est si facile de penser que certains lanceurs d’alerte parlent sans connaissance de cause, car incapables d’aligner la moindre preuve de leurs allégations. Bien évidemment, l’alerte n’est pas infondée, elle s’appuie sur des données ayant subi une extrapolation, c’est-à-dire une déduction basée sur des valeurs réelles précises et une connaissance minimale du fonctionnement du système et de ses interactions. Ces lois accompagnées de données fiables permettent de générer des prévisions raisonnablement justes.

Ceux qui crient à la fumisterie n’ont jamais rien compris à la façon dont la science peut engendrer des prévisions sérieuses sans avoir absolument à retrouver des événements passés similaires. L’empirisme n’explique pas, la science oui. Voilà ce qui distingue ces deux façons de voir le futur à partir du présent et du passé. Voilà pourquoi la science peut prévoir assez justement des futurs inédits, contrairement à l’empirisme qui doit se contenter d’événements antérieurs connus pour baser leurs futurs.

Les scientifiques du GIEC, le Groupe d’expertise et de conseil intergouvernemental sur l’évolution du climat, sont condamnés à l’impopularité. On les traite d’alarmistes, alors ils revoient leurs scénarios à la baisse en éliminant les pires scénarios de leur liste. Et lorsque la planète finira par se rebeller, les effets risquent de dépasser largement leurs prévisions édulcorées et ils seront blâmés une fois de plus pour ne pas avoir tiré suffisamment fort la sonnette d’alarme.

Les auteurs des rapports de ces études ont pleinement conscience du paradoxe. La psychologie humaine préfère le déni en bloc si les conséquences annoncées deviennent trop graves. À l’autre extrémité, l’humain banalise les conséquences peu alarmistes, car elles doivent mériter qu’il délaisse ses préoccupations quotidiennes.

Le GIEC joue donc à trouver le point d’équilibre où l’humanité sera conscientisée et alarmée juste assez pour qu’elle agisse, tout en évitant l’anodin pour qu’elle se sente concernée, ainsi qu’en évitant de parler du pire pour éviter son décrochage.

Montréal_8.jpg

Cette attitude fragile de mes «semblables» me désole au plus haut point. Nous ne faisons pas partie d’une espèce évoluée lorsqu’il faut sauver la chèvre, le loup et le pasteur en mentant à eux tous, en les flattant dans le sens du poil et en leur parlant comme à des enfants en bas âge afin d’éviter qu’ils tapent des crises de nerfs.

Pour ces raisons, l’humanité n’est pas prête à affronter de graves bouleversements. Notre nombre tombera en flèche et cette hécatombe sera principalement causée par nous-mêmes. Paniqués, nous nous en prendrons à nos semblables, nous les dépouillerons, nous les laisserons sans ressources et les pires d’entre nous massacreront des villages et des villes entières. Plus que tous les fléaux apportés par la Terre, nous prouverons une fois encore que le pire cataclysme de tous les temps, fut, est, et sera encore et toujours… l’humain.

Trop de mauvaises idées

Trop de monde sur Terre signifie aussi trop de mauvaises idées pour pouvoir toutes les contenir. L’humanité a depuis longtemps dépassé le nombre optimal d’individus au-delà duquel le contrôle des mauvaises idées devient une tâche impossible. Puisque le capitalisme est basé sur la croissance absolue et surtout ininterrompue, le nombre d’humains a explosé afin de soutenir un régime économique aux accointances cancéreuses.

Les mauvaises idées se sont, elles aussi, multipliées sans que personne puisse y faire grand-chose, car pour juguler une horde de celles-ci, les ressources nécessaires dépassent largement les quantités disponibles. De fait, même si la croissance du nombre d’individus s’applique apparemment de la même façon aux bonnes et aux mauvaises idées, la réalité s’avère tout autre.

Comme un gardien de but, une population peut bloquer une mauvaise idée, mais pas une volée de centaines de bourdes lancées simultanément. Avec la croissance exponentielle de la population, les mauvaises idées ont largement dépassé la quantité pouvant être gérées, contenues, contrôlées ou abattues.

Des gens peuvent se mobiliser une à deux fois par année, mais pas à tous les jours. Ainsi, les mauvaises idées finissent inévitablement par envahir nos vies sans opposition digne de ce nom et ce phénomène est survenu sans relâche depuis plus d’un siècle.

En dépassant le milliard d’individus, la population mondiale a perdu sa capacité de contenir les fous et leurs œuvres de destruction. Tous ces ravages poignent au grand jour depuis des lustres et pourtant nous sommes restés et restons toujours de marbre. Mers de déchets, réchauffement climatique, dégringolade de la biodiversité, déforestation, monocultures, maladies engendrées par la pollution et les pesticides, l’avenir n’est pas sombre, mais opaque, gluant et nauséabond.

Thanos-halloween

La situation est bien décrite dans les films des Avengers. Notez toutefois que le mauvais rôle est tenu par celui qui apporte une solution drastique, celui voulant faire cesser nos folies. La façon de penser ce scénario est intimement liée à notre perception du problème et de la solution. Le problème, ce sont les autres. Le problème, c’est la solution promue. La solution, c’est de ne pas toucher au problème. Et enfin la solution apportée réside à détruire la solution. Suis-je le seul à avoir désiré la victoire décisive de Kronos?

Et vous gardez toujours espoiren l’humain? Alors, ce n’est plus de la naïveté, c’est de l’entêtement acharné! Notre mode de vie est tellement bien ancré que nous refusons tout autodiagnostic pouvant nous apporter la preuve de l’existence d’une quelconque maladie, d’une possible tare, d’un évident défaut ou d’une monstruosité. Notre décadence basée sur le gaspillage, la surconsommation et l’appât du gain pour combler ces désirs aussi irrépressibles qu’inutiles bloque toute introspection. Elle s’avèrerait beaucoup trop douloureuse, alors nous lobotomisons notre sens critique.

En ces temps de noirceur de moins en moins incertains, voici pourtant mon seul conseil et croyez-moi, il ne se veut même pas ironique. Terminez en beauté cette belle aventure. Allez-y! Continuez de voyager partout sur la planète, dépensez immodérément, amusez-vous à tous les instants, soûlez-vous la tronche, défoncez-vous, vivez comme s’il n’y avait pas de lendemain, car bientôt le soleil se couchera et à son prochain lever, le monde chimérique actuel aura disparu à jamais.

Les temps auront irrémédiablement changé et vous détesterez le résultat, vous haïrez les conséquences desquelles vous êtes restés totalement sourds, froids et distants durant tant d’années. Alors, aussi bien en profiter maintenant puisque la Terre se trouve juste sur le point de basculer. Il faut bien que le grand ménage des mauvaises idées s’accomplisse de temps en temps!

germany4

Nommer les nombres jusqu’à 1000 decilliards

Dans l’article précédent, nous avons vu comment le mot billion s’est créé à partir de la valeur million de million (bi-llion), ainsi que le mot milliard qui se situe entre million et billion et qui vaut 1000 millions.

La règle est claire et peut s’étendre aux valeurs plus grandes. Millier de million de million se nommera billiard tandis que million de millions de millions se nommera trillion (tri-llion).

Cette façon de construire des noms de quantités se poursuit aussi loin que nécessaire avec trilliard, quadrillion, quadrilliard, quintillion, quintilliard, sextillion, sextilliard, septillion, septilliard, octillion, octilliard, nonillion, nonilliard, decillion, decilliard…

En changeant de mot à chaque fois qu’une valeur est plus grande ou égale à 1000 on évite de trainer un nombre de plus de 3 chiffres. Donc, une fois rendu à 999, on évitera de dire 1000 en changeant les termes se terminant par -llion par -lliard ou ceux se terminant en -lliard en -llion de l’échelon supérieur.

Maintenant, on peut connaitre précisément le nom d’un nombre sans recourir au dictionnaire en connaissant les échelons définis par le préfixe et le multiplicateur en utilisant le suffixe.

1er échelon mi + llion vaut 1000 milliers ou 106
                      mi + lliard vaut 1000 millions ou 109
2e échelon bi + llion vaut 1000 milliards ou 1012
                    bi + lliard vaut 1000 billions ou 1015
3e échelon tri + llion vaut 1000 billiards ou 1018
                    tri + lliard vaut 1000 trillions ou 1021
4e échelon quadri + llion vaut 1000 trilliards ou 1024
                    quadri + lliard vaut 1000 quatrillions ou 1027
5e échelon quinti + llion vaut 1000 quatrilliards ou 1030
                    quinti + lliard vaut 1000 quintillions ou 1033
6e échelon sexti + llion vaut 1000 quintilliards ou 1036
                    sexti + lliard vaut 1000 sextillions ou 1039
et ainsi de suite.

On remarque que chaque échelon a 2 suffixes possibles, -llion et -lliard
Chaque préfixe en caractères italiques correspond à son échelon :
bi pour 2e; tri pour 3e;… septi pour 7e; octi pour 8e; noni pour 9e; deci pour 10e

Voilà, vous savez maintenant nommer tous les nombres en français de un jusqu’à mille decilliards ou 1066. C’est le nombre 1 suivi de 66 zéros. Pas mal, non?

Du billion et du capitaine Haddock

Que vaut un billion? En français, le mot «billion» souffre d’une étrange maladie. Il s’est déjà dégonflé de mille fois sa valeur initiale. Dans mon dictionnaire, 1 billion peut donc valoir 1000 milliards, mais aussi 1000 millions. C’est 1000 fois plus petit. Quelle chose extraordinaire pour un mot désignant une valeur censée être parfaitement précise! Toutefois, le problème vient d’un usage abusif de ce mot. Voici l’explication de cette étonnante aberration.

Au XVe siècle, un certain Jehan ADAM est le premier (un autre! décidément!) à donner un nom à la valeur 1 million de millions. Puisque le mot million revient deux fois, il nomme ce nombre «bymillion» qui donnera par la suite le mot «billion». Il en profite donc pour pousser le concept plus loin en donnant des noms différents chaque fois qu’on multiplie 1 million aux précédents. La valeur 1 million de millions de millions s’appelle 1 trimillion qui donnera le mot trillion et ainsi de suite. La logique est excellente et parfaitement compréhensible.

Mais certains scientifiques des siècles ultérieurs ont un problème à résoudre que cette nomenclature laisse en plan. Ils ont besoin d’un nouveau mot, non pas seulement pour des multiples de 1 million, mais aussi pour des multiples de 1000. Ainsi, entre 1 million et 1 billion, ils veulent un mot pour la valeur 1000 millions. Et c’est là où tout part en vrille. Plutôt que d’inventer un nouveau terme, ils recyclent un mot déjà existant, mais très peu utilisé, je vous le donne en mille (wow!), eh oui! c’est le mot «billion».

Et voilà comment un mot inventé parfaitement bien construit désignant une valeur numérique précise a vu sa valeur coupée par mille.

Cette fois-là, la langue française garde ses culottes bien attachées et refuse le changement malgré l’usage et considère celui-ci comme étant de mauvais aloi. Billion continuera de valoir 1 million de millions. De toute façon, au XVIe siècle, un certain Peletier avait déjà inventé le terme «milliart», aujourd’hui «milliard», pour désigner le millier de millions.

Cependant, les anglophones continuent d’utiliser le terme chapardé «billion» pour nommer le milliard. Et c’est pourquoi aujourd’hui, 1 billion francophone est 1000 fois plus grand qu’un billion anglophone. Donc, ne vous fiez jamais à un anglophone s’il dit vous devoir «one billion dollars» et qu’il vous doit en réalité «un billion de dollars».

En résumé, en français, la bonne façon de dire «mille millions», c’est «un milliard ». Et «un million de millions », c’est «un billion »… ça équivaut aussi à «mille milliards».

Le capitaine Haddock le savait parfaitement lorsqu’il jurait en disant «mille milliards de mille millions de mille sabords». Il aurait pu écourter son juron en disant «mille milliards d’un billion de sabords».

Un milliard

Ce chiffre est souvent évoqué pour diverses raisons autres que celle permettant de qualifier un milliardaire.

Il y a aussi un milliard d’années, c’est un peu plus du quatorzième de l’âge estimé de l’Univers, un peu plus du cinquième de l’âge de la Terre et à peu près l’âge des restes oubliés de la soupe aux lentilles dans mon frigo.

Un milliard est un chiffre tellement grand que plusieurs erreurs se glissent dans le langage courant. On a lu milliards et on dit millions puisque déjà, des millions, c’est un chiffre astronomique. Mais un milliard, c’est mille fois un million. On ne doit pas faire une erreur aussi importante et pourtant, celle-ci reste très fréquente. C’est dire combien un milliard est un chiffre quasiment hors de notre entendement. Un citoyen lambda ne possédera jamais un milliard de quelque chose dans sa vie. Ouais, il y a bien les boutons dans la face de mon jeune voisin, mais il est l’exception à la règle.

La belle planète Saturne est distante de 1,4 milliard de kilomètres du Soleil. Un milliard de kilomètres, c’est 25 000 fois le tour de la Terre. Ou encore la distance en kilomètre parcourue par la lumière dans le vide en 3,3 secondes. Et malheureusement, c’est aussi la distance me séparant de Scarlett Johansson.

Un milliard de dollars US, c’est le PIB de la Grenade et ça en a pris 150 milliards pour construire et entretenir la Station spatiale internationale, la machine (connue) la plus dispendieuse de tous les temps.

Ah, c’est vrai, on a aussi l’Inde qui dispute le premier rang à la Chine. Je parle évidemment de la population de ces deux pays d’Asie. 1,38 milliard d’âmes pour le pays de Mao et 1,35 milliard pour celui de Gandhi. Ça en fait du monde du même côté de la Planète ! Pas étonnant qu’elle ne tourne pas rond !

Ce chiffre d’un milliard d’habitants est souvent évoqué comme étant la limite absolue de la population mondiale pour un développement durable et le bien-être de tous ses habitants. Au-delà, on appauvrit inéluctablement la Planète. Aujourd’hui, la population dépasse les 7,6 milliards d’individus. C’est dire combien nous grugeons dans l’avenir de l’humanité !

Les conspirationnistes nous assurent que plusieurs plans sont élaborés pour réduire notre population afin d’atteindre cet objectif et même un chiffre plus près du huit-cent-millions que du milliard. Ils dénoncent les vaccins d’être le vecteur principal d’une campagne mondiale visant à rendre stérile une bonne partie de la population. Ils dénoncent également le fluor ou autre substance non déclarée rajoutée à l’eau potable des grandes villes, mais ils omettent de parler des maladies engendrées par les produits des restaurants de fast food qui ont des effets bien plus réels sur notre santé que le fluor dans l’eau.

Aucun vaccin administré jusqu’à présent n’a eu pour effet de rendre la population stérile, mais l’idée est certainement prise en considération par les autorités de certains pays ou par la gouvernance sanitaire mondiale aux prises avec un taux de natalité dépassant très largement les 2,2 enfants par couple, le taux qui permettrait un nombre stable d’habitants et une meilleure chance de survie de ceux venant au monde.

Bien des gens pauvres préfèrent maximiser les naissances comme moyen d’assurer leur descendance. Ce faisant, le nombre de soins et d’actes médicaux grimpe en flèche, appauvrissant encore plus les maigres ressources disponibles de ces pays.

Qu’on le veuille ou non, la population mondiale est mathématiquement considérée comme une bulle et celle-ci pètera bientôt comme toutes les bulles, que ce soit par nos propres soins ou par un phénomène hors de notre contrôle. Nous pouvons déployer des moyens coercitifs, des incitatifs financiers, des actes médicaux organisés en secret ou publics, mais si rien n’est fait, la Nature s’en chargera et il est très clair que ni le moyen ni ses effets ne nous plairont.

Choisir son bourreau et ses instruments semble encore le mieux qu’on puisse faire. Tôt ou tard, ce choix devra nous être proposé ou il y aura hécatombe.

Mais peut-être serions-nous mieux avisés de laisser la Nature régler ce problème. Elle choisit ses victimes sans toujours tenir compte de facteurs discriminatoires évidents, comme la richesse. Ainsi, devant un hyper virus, ceux qui seraient porteurs d’un gène immunisant pourraient très bien se retrouver dans n’importe quelle couche de la population. Une façon plus égalitaire de tirer à la courte paille. Mais serions-nous assurés qu’une paille effectivement plus courte existerait ? Pas certain. Si cette éventualité survenait, l’humain rejoindrait la quasi-totalité (99,9 %) des espèces ayant déjà vécu sur Terre. L’ironie serait que la cause de la sixième extinction massive d’espèces vivantes — nous, les humains — finirait par sa faute à passer dans le tordeur qu’il a lui-même engendré.