Discrimination (dite) positive

Depuis le premier jour où j’ai entendu cette formule, elle n’a cessé de me faire hérisser tous les poils de mon corps. Bon, certains prétendront qu’il n’en reste plus beaucoup à redresser sur mon caillou, mais les cheveux qui continuent de vaillamment s’y accrocher s’horrifient pour tous ceux qui manquent à l’appel.

J’étais jeune lorsque cette bêtise innommable a fait son apparition dans le cercle politique que je fréquentais à l’époque. J’ai tout de suite été pris d’un grand malaise devant ces personnes apparemment toutes saines d’esprit et même brillantes qui péroraient sérieusement sur la mise en place de ce système. Les pavillons de mes oreilles tentaient d’obturer mes canaux auditifs toutes les fois qu’ils entendaient ces deux mots accolés.

maymunlar-arkadaslik-icin-guluyor-1179035

Mon dilemme à l’époque consistait à savoir si je dénonçais haut et fort cette aberration ou si je la jouais plus finement. Puisque j’étais en politique, eh bien à Rome on agit en Romains, j’ai donc décidé de commencer par me taire et d’observer la suite.

Bien entendu, cette volonté de favoriser une certaine discrimination (que je ne qualifierai jamais de positive) avait pour but de corriger de graves injustices faites dans le passé contre les femmes, les autochtones, les handicapés et les gens dont leur foi ne correspondait pas à celle de la majorité.

dog-maddie

Toutefois, le moyen choisi pour corriger ces injustices est totalement inapproprié et tout aussi immoral que les anciennes discriminations dénoncées. Cette mauvaise solution consiste à «favoriser» les gens appartenant à des groupes anciennement victimes de discrimination lors de l’embauche ou d’autres concours comparables.

Ne vous y trompez pas, toutes les discriminations basées sur les origines, la religion, les caractéristiques physiques non incapacitantes pour les tâches à accomplir, le sexe et les orientations sexuelles doivent être proscrites. Personnellement, je rajoute à cette liste la discrimination faite sur la base d’anciennes discriminations.

La seule façon saine et morale de corriger ces injustices passées est de cesser de les commettre, un point c’est tout. Tenter d’accélérer un rééquilibrage en renversant les discriminations ne fait que changer la face des coupables d’un acte odieux.

bf8ee5e1ad94e92284dbf9dc83989d4c

Ce processus apparemment juste pour l’ensemble de la communauté crée de nouvelles victimes. La question est donc de savoir si l’inversion du favoritisme est réellement nécessaire. À celle-ci, l’analyse est formelle, elle n’est pas du tout nécessaire puisque si toute forme de discrimination cesse, l’équilibre finira inévitablement par survenir.

Cette mesure se veut un coup d’accélérateur permettant de corriger plus rapidement des fautes commises sur des humains en faisant subir la même chose à d’autres humains. Si, une première fois, nous avons été scandalisés par de la discrimination, nous devons rester tout aussi scandalisés pour toutes les autres perpétrées dans des circonstances semblables.

raton-laveur-banniere-ete

La discrimination (dite) positive, c’est punir des personnes innocentes pour des exactions commises par d’autres personnes. Belle parodie de justice. On ne peut pas s’en prendre aux bonzes du passé, on va faire payer des quidams à leur place.

Les programmes de discrimination dite positive ont fini par exister et perdurent encore aujourd’hui.

13 commentaires sur “Discrimination (dite) positive

  1. « La seule façon saine et morale de corriger ces injustices passées est de cesser de les commettre, un point c’est tout. Tenter d’accélérer un rééquilibrage en renversant les discriminations ne fait que changer la face des coupables d’un acte odieux. »

    Effectivement nous ne pouvons qu’acquiescer cette pensée. En toute sagesse et en toute logique c’est la plus pertinente. Malheureusement, l’être humain à l’échelle globale ne fonctionne pas suivant ce schéma cartésien. Le fait même de l’existence et de l’utilisation de cette expression démontre cela.
    Nous sommes face à un dilemme. Tenter de colmater les erreurs de discrimination ou attendre que l’être humain change de lui-même.
    Le cas de l’Afrique du sud est un exemple significatif et terrifiant pour ce sujet. L’équipe de rugby d’AFS est majoritairement blanche car les joueurs les plus performants sont encore blancs. Cependant la majorité des supporteurs et des joueurs à l’école et en clubs sont des noirs. Pour espérer atteindre la parité en 2019, l’équipe de rugby d’Afrique du sud a donc imposé 7 joueurs non-blancs en sélection pour la coupe du monde en 2015. Les joueurs ne sont donc plus sélectionnés pour leurs talents mais pour leurs couleurs.
    Bel exemple d’action pour combattre la discrimination ou pire signe de racisme et d’inégalité ?
    Je ne sais pas…Mon cœur crie absurdité mais ma raison se brouille…

    Aimé par 2 personnes

    1. Se sentir pris entre deux feux est parfaitement compréhensible, mon article n’en fait pas mention, mais aucune des deux solutions est parfaite et ma pensée exprimée dans cet article se voulait extrémiste à sa manière.
      Notre peur de perpétuer une injustice nous pousse souvent à choisir une voie d’accélération. Notre peur de sembler ne rien faire pour résoudre une injustice nous pousse à la même action. Toutefois, j’ai appris que des explications claires, honnêtes et sincères permettent souvent d’éviter de faire du contrôle de dommages en renversant la vapeur au détriment d’autres individus. Mais on n’étudie plus la rhétorique. Notre siècle et le précédent ont mis l’accent sur l’action comme outil de prédilection pour régler une situation. N’importe quelle action, même une mauvaise, apparaitra plus volontaire et pertinente. C’est faux. Les idées bien construites et bien exprimées resteront toujours le meilleur outil pour amener la population à comprendre intelligemment, mais qui aujourd’hui sait manier efficacement la vérité lorsqu’on apprend tous si bien à mentir ?

      J'aime

      1. Le mensonge dont je parle est l’utilisation de la formule « discrimination positive ». La vérité serait d’utiliser la formule « discrimination inversée » et d’avoir ensuite le courage de l’expliquer. Toutefois, en politique, les formules trompeuses font gagner du temps en évitant les débats que suscite l’emploi des vrais termes.

        Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, on considère souvent des expressions comme allant de soi. « Si elles existent, elles doivent être valables ». On ne se le dit pas dans ces mots, mais notre esprit le comprend ainsi. Il est bon de s’arrêter et d’y réfléchir avant de les adopter. Merci pour ta visite et ton commentaire !

      J'aime

  2. Le politique qui veut séduire son électorat est souvent un bon orateur mais un « mauvais » penseur pragmatique. Il met l’idéologie ou la morale au dessus de bien des choses. il est dans sa bulle.
    Soit tu recherches la vérité soit tu cherches a plaire, difficile de faire les deux.
    La discrimination dite positive a l’avantage de m’avoir fait réaliser que la discrimination peut être positive pour celui qui la pratique et celui qui en bénéficie.
    Vas tu épouser une fille moche ou sadique ?
    La culture peux nous rendre plus con qu’un animal qui s’embarrasse pas de toute cette morale débile.
    Ce piège intellectuel demande du temps, de l’intelligence et des expériences éclairantes de vie pour en sortir, pour s’en émanciper.
    Bonne continuation dans ta réflexion philosophique. 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci Paul. Pour la question sur la fille, je choisirais la moche comme femme et la sadique comme maitresse hahaha ! La moche reste fidèle, quant à la sadique, on peut espacer les visites.
      Je suis d’accord que les effets positifs se font surtout sentir sur les instigateurs de la « doctrine » en moussant leur popularité grâce à une fausse vertu déguisée en vraie.

      Aimé par 1 personne

      1. Nous n’arrêtons pas de faire des choix et les mauvais choix se payent parfois très cher et longtemps en particulier quand la moche reste fidèle. 😀
        Aujourd’hui, je préfère l’effet positif du bon choix a la morale ou la justice de la societe ou l’on vit.
        L’expatriation m’a un peu ouvert les yeux sur les choix de societe.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s