L’alchimie de l’être

Je repousse d’une journée la publication d’une série de trois articles prévus aujourd’hui et les jours suivants afin d’en insérer un tout nouveau consacré au sujet discuté dans les commentaires liés à l’article d’hier sur l’alchimie. Aujourd’hui j’aborderai donc l’alchimie de l’être ou de l’âme.

J’avoue avoir été pris de court par certains lecteurs qui ont abordé l’alchimie d’un angle de vue que j’avais négligé, faute d’y avoir réfléchi, c’est l’alchimie appliquée à notre intériorité, à notre être, à notre âme.

Je remercie particulièrement Vénus ainsi qu’Ibonoco et La plume fragile pour avoir apporté leur contribution à l’article en inscrivant des commentaires, il s’en est trouvé enrichi et, conséquemment, mes propres réflexions sur le sujet.

Je vous les livre aujourd’hui à chaud, à peine sorties du haut fourneau, sans dégrossissage, sans ébarbage, sans laminage ni autre finition. Qu’importe, puisque les pensées restent toujours à être refaçonnées de toute façon.

tata-steel-uk-thyssenkrupp-ubs-steel-news-uk-steel-sector-uk_67954

La question à laquelle je me suis attaqué consiste à savoir si l’alchimie de notre âme peut réellement exister ou si ce n’est qu’un usage abusif d’un terme qu’il faudrait remplacer par un ou plusieurs autres mieux adaptés aux processus de la gestion de nos douleurs psychologiques. En clair, peut-on réellement transmuter du mal en bien dans un contexte de guérison morale ?

zahnrad.png

Tout d’abord, je pense qu’il existe plusieurs mécanismes permettant de traiter le réservoir de douleurs que l’humain peut porter. L’alchimie est-elle l’un de ceux-là ? Nous y verrons plus clair après avoir discuté des autres.

L’écornage ne diminue pas nécessairement l’ensemble du réservoir de mal. Il lime les pointes et émousse les tranchants. Il rend les douleurs moins aiguës, moins amères, moins violentes, donc plus endurables à court terme. « Je me change les idées », « je m’efforce de ne pas y penser ».

infobesite.jpg

L’érosion use le mal sur le long terme, c’est la mémoire qui fait disparaitre peu à peu les détails, les surfaces, mais le noyau douloureux résistera à toute érosion. Tant qu’on pense encore aux maux subis, peu importe de quelle façon, ils existent encore, ils vivent toujours au fond de nous et n’ont pas disparu.

La dilution viendra à bout des parties de douleurs arrachées à notre âme qui se noieront dans une mer de n’importe quoi. Loisirs, drogues, exercices, voyages, travail, la dilution ne fait rien disparaitre, elle ne fait que masquer le mal, le camoufler, le répandre en tentant de le faire disparaitre dans un bassin bien plus grand, mais la quantité de mal ne diminue pas. On entendra alors les fameuses phrases «je suis passé à autre chose» ou «je me suis trouvé une grande passion». Mais notre mal, lui, n’est pas passé à autre chose, il ne s’est pas encore transmuté.

L’évaporation laisse entendre que le niveau de ce fameux bassin réussit à être réduit par élimination progressive, pourtant rien n’est moins sûr, car le mal, comme le sel, même dilué, ne s’évapore pas. «J’ai fait la paix avec moi-même», «je lui ai pardonné», «j’y pense de moins en moins». Mais dans un système clos, l’évaporation n’est pas une disparition, elle ne fait que transporter certains éléments ailleurs et peut arroser des jardins fleuris de pluies acides.

12651_1871_ATNSS.jpeg

Dois-je parler de l’illusion ? S’inventer un nouveau passé exempt des sources de douleurs afin de tenter de faire disparaitre celles accumulées. Ou s’inventer une nouvelle personnalité réfractaire à la douleur, insensible, intouchable. Une spirale, qu’elle attire vers le bas comme le maelström ou vers le haut comme la tornade, finit de toute façon par disloquer les imprudents ayant cru y trouver remède à exterminer leur mal.

anders-walter-interview-i-kill-giants

Une autre façon de traiter le mal est de ne pas s’y attaquer directement, mais de s’attaquer à ses conséquences, à nos comportements envers les autres et nous-mêmes. Ainsi, à la sortie du réservoir emmagasinant nos souffrances, nous y installons un inverseur. Le mal s’écoule du réservoir, passe à travers l’inverseur et il en ressort du bien. Cependant, ce système d’inversion doit être alimenté en énergie pour bien fonctionner et cette source finit toujours par atteindre ses limites. Le système inverseur se corrode, se corrompt, s’obstrue à force de transformer du mal en bien. Il en résultera de l’écœurement, de la fatigue, de l’épuisement puis de la dépression. Le mal aura trouvé le moyen d’user les parties tendres et de s’y substituer.

Certains rajoutent à leur inverseur un amplificateur afin de transformer un peu de mal en beaucoup de bien. Il va sans dire qu’une telle surréaction ne fera que saturer leurs circuits encore plus tôt. Les effets risquent d’être catastrophiques, car leurs réactions se retrouvent rapidement hors de contrôle. Crises de pleurs et même de violence, sentiment d’être totalement incompris, bipolarité, l’amplificateur ne fait pas que déranger, il nuit gravement à la santé mentale. On peut résumer ce mécanisme par ces deux adages: «Plus, c’est trop» et «le mieux est l’ennemi du bien».

cinderella-featurette-cate-blanchett-

Cette amplification peut également se produire sans ajout d’un inverseur. On obtient ainsi le syndrome de la mégère de Cendrillon ou d’Anakin Skywalker. Leur mal devenu leur maitre, ils s’alimentent du côté obscur pour inonder l’univers de tous les maux possibles en croyant en vain réduire ou faire disparaitre leur propre réservoir de douleurs. Jalousie et égoïsme ne transmuteront jamais leur propre mal puisque leur réservoir de douleur se remplit à même les douleurs qu’ils engendrent chez les autres. Ils ont conçu un système autoreproducteur de malheurs pour eux-mêmes et une source de ténèbres pour tous les autres.

darth-vader-1600x900-hd-5k-11883.jpg

À bien y réfléchir, aucun de ces mécanismes ne fonctionne vraiment adéquatement pour diminuer de façon réelle, permanente et positive la réserve de nos douleurs morales. Les conséquences s’avèrent parfois pires que le mal initial à combattre. L’alchimie pourrait-elle alors représenter la véritable solution à la présence des maux de nos âmes et à leur élimination définitive?

Dans l’article précédent, je définis que l’alchimie des éléments chimiques est en fait de la radioactivité qui transmute un élément pur en un autre élément pur. Je délaisse les concepts de noblesse, de richesse, de rareté ou d’utilité des éléments détruits ou créés. Ce sont des concepts purement humains. Chaque élément chimique trouve ses fonctions et ses utilités à la grandeur de l’Univers et notre piètre jugement à cet égard ne pèse rien.

cropped-estrelas-estranhas-3-838x292.jpg

Cette radioactivité n’est pas instantanée, chaque isotope de chaque élément chimique radioactif possède son propre rythme de désintégration. Il en serait de même pour l’alchimie de l’âme.

Je ne discuterai pas de la nature du mal ni du bien, sauf en termes de douleur et de bonheur. Peut-on prendre une réserve de douleurs en l’amenant à se tarir graduellement en produisant des résidus de nature différente?

Si la transmutation de nos douleurs peut réellement exister, on remarquera que, dépendant de la nature de chacune d’elles et de leur provenance, il existera des taux de désintégration différents.

La transmutation devra différer des autres mécanismes discutés plus avant: inversion, amplification, camouflage, dilution, illusion, évaporation, érosion, amnésie, écornage, etc.

coeur-bleu-abondance.jpg

L’alchimie de l’âme consiste donc en une véritable guérison qui engendrerait une source radiante capable d’influencer positivement le sujet et ceux qui le côtoient.

Mon verdict: Je crois maintenant possible de produire un phénomène d’alchimie de l’âme réduisant nos réserves de douleurs en les transmutant en autre chose de moins corrosif. Cependant, je doute que certains mouvements populaires puissent faire mieux que de donner des outils généralistes qui s’avèreront assez rapidement limités et même inadéquats.

Sans en connaitre aucun, je gagerais que la majorité confond l’alchimie de l’âme avec l’un ou l’autre des différents mécanismes présentés dans cet article.

La véritable alchimie de l’âme est très certainement un exercice de haute voltige et les guides compétents aussi rares que les plus précieuses pierres radioactives enfouies dans la croûte terrestre. La plus grande prudence est de mise.

1658365-la-boussole-sur-carte-ancienne

Doutez des formules trop simplistes, qui s’appliquent à tous, qui apportent un bien-être quasi instantané, qui vous noient dans une mer d’individus semblables, qui ne vous donnent pas la place la plus importante et qui ne respectent pas votre individualité, votre histoire personnelle, votre nature profonde.

Gardez toujours votre liberté de jugement, sachez reconnaitre rapidement les fausses alchimies de l’âme afin de débusquer les charlatans pour ne conserver que les bons guides et les bonnes techniques.

Giovanni_Domenico_Tiepolo_-_The_Charlatan_(The_Tooth-Puller)_-_WGA22380.jpg

Rappelez-vous également que les anciens alchimistes avaient tort en regard à la pierre philosophale et à la rectification. On peut très bien transmuter la nature des choses sans devoir recourir à des éléments extérieurs ou à des procédés complexes. Suffit parfois de savoir où poser son regard, le plus formidable outil alchimique, et peut-être la seule véritable pierre philosophale.

cropped-7-astuces-maquillage-pour-avoir-un-regard-sexy-et-envoutant-couv1.jpg

16 commentaires sur “L’alchimie de l’être

  1. J’ ai tout essayé pour transmuter mon âme, sans grand résultat hélas .
    Me reste si je comprends bien, qu’ à me rendre en pélerinage dans un haut lieu de recueillement radioactif : Tchernobyl ou Fukushima !
    Je vais réserver de ce pas mon billet d’ avion.
    Fukushima via Tchernobyl, 1 aller simple svp 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Voilà une belle synthèse de mes deux articles. Mais je vous en prie, prenez également un billet de retour. Vos maux d’esprit peuvent guérir, mais la perte de vos mots d’esprit rendrait ma douleur trop vive, voire impossible à transmuter en bonheur. Je serais obligé de me rendre moi aussi dans l’un de ces vilains endroits, engendrant par le fait même une réaction en chaine. La radioactivité animique se transformerait en un dégagement incontrôlable de tristesses et de malheurs, causant les pires catastrophes.

      Aimé par 1 personne

      1. Face à vos touchants arguments je ne peux effectivement que revenir de ce périlleux voyage. Je contaminerai donc un peu plus vos commentaires de mes « mots d’ esprit » qui vous sont si chers, et éviterai une malheureuse fin du monde suite à une réaction en chaîne animique. Bonne et radieuse journée. Glomérule 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. Brillant exposé! J’apprécie beaucoup. Une petite expression de Piaget en rapport avec cet exposé ou pas: « L’intelligence, ça n’est pas ce que l’on sait, mais ce que l’on fait quand on ne sait pas ». Merci Mathis.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Mathis, je trouve ça magnifique cette remise en question de soi.
    J’étais en train de penser en vous lisant que la physique quantique prouve maintenant que notre conscience du temps est erronée, que nous avons une perception du temps linéaire donc soit passé, présent, futur, mais qu’en réalité, tout se passe simultanément. Le temps serait comme une couche superposée, ce qui fait qu’en réalité il n’existe pas. Le seul temps serait donc l’instant T, le moment présent. Quand nous évoquons l’alchimie, nous faisons donc quand même référence ou imaginons à tout un processus de transformation qui s’avère durable sur le temps. Mais le temps, pour en reprendre les termes évoqués précédemment, est une illusion et une projection du mental. Et le mental n’existe pas dans le présent, il est rattaché soit au passé, et en somme fonctionne par réaction, ou au futur et donc par anticipation.
    Je dis tout ça car on mentionne également cette mention dans tous les livres de développement personnel que seul le moment présent est notre rédemption et notre véritable pouvoir car lorsque nous sommes dans l’instant, nous touchons à l’essence même de notre être, être intemporel. La méditation, en réalité n’est qu’un état de pleine conscience. Soit la présence entière dans l’instant T. En gros, tout ce que nous cherchons à résolver, à guérir et l’envie de transcender peut se dissoudre dans cette conscience de notre plein pouvoir, dans l’instant T.
    Il m’est arrivé quelques fois de vivre ces moments où J’ai eu le sentiment d’une intense lucidité et clarté, et où tout semblait rien et tout à la fois, comme un peu un sentiment de béatitude profonde. Mais aussitôt, le soi-même et les jours suivants (et le 99% de ma vie), je vis dans mes combats, mes frustrations, mes peines et mes joies du quotidien.
    Alors parfois je me demande pourquoi ? Mais toutes ces interrogations restent mentales. Je ne nie pas l’importance du mental qui est notre garde-fou et notre indispensable dans notre incarnation, mais il est fonctionnel que dans le temporel. Et si, notre capacité de transcendance et d’alchimie est dans notre capacité à nourrir notre pleine conscience ? Dans cet état, chacun va se nourrir de son histoire propre, de ses blessures propres et de son individualité pour se créer à chaque instant, par l’écoute de sa boussole interne, son être intemporel. Et si l’alchimie est cette capacité de présence ?
    En fait tout cela sont des questions que je me pose intérieurement et que je vous partage également. Il n’y a pas de vérité absolue mais peut-être une vérité applicable sur mesure à chacun ? Je ne sais pas en fait. Mais tout cela est si intéressant

    Aimé par 1 personne

    1. La physique quantique lance effectivement un pavé dans la mare de nos conceptions classiques de la réalité et du temps. L’inexistence du temps revient constamment et pourtant les équations quantiques utilisent le temps de Plank comme atome temporel. Je pense qu’il y a beaucoup de mésinterprétations des phénomènes quantiques chez les physiciens qui pensent toujours moitié classique quand ils pensent quantique.
      Parfois la nuit, je semble être en mesure de voir d’autres types de réalités. Je ne parle pas des rêves, mais d’un état de conscience transcendant ce monde. Peut-être des manifestations quantiques car nous savons maintenant que notre cerveau opère comme une sorte d’ordinateur quantique.
      Notre quête de la compréhension du Monde est entrée dans une nouvelle ère et elle nous réservera bien des surprises !

      Aimé par 1 personne

      1. Intéressant et les découvertes semblent bien présenter encore des surprises en effet.
        Pour la quantique, je vais me pencher davantage. Juste pour affiner ma compréhension personnelle.
        Belle journée à vous

        Aimé par 1 personne

  4. J’ai envie de dire : l’« alchimie de l’âme » est une désignation très poétique de la psychologie ! Après tout, la racine « psycho- » vient du grec psukhế qui veut dire « âme » ou « esprit ».

    Les « guides compétents » seraient donc les psychologues et ainsi de suite.

    Ceci-dit, l’article est très intéressant et porte à réflexion, comme toujours !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, Rozmador. Le psychologue peut, je crois, permettre l’alchimie de l’âme, mais surtout d’éviter les autres pièges qu’on peut prendre pour des guérisons et qui ne font que nous enliser davantage. L’alchimie opèrerait uniquement dans des conditions où la personne et son thérapeute aboutissent. Bien des gens n’atteindront jamais cette finalité, peu importe l’alchimiste, car il nous appartient d’accepter la substance alchimique rectificatrice.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s