Allez, Terre, dis-le-moi !

Il existe quelques endroits au monde qui se partagent, s’échangent, se disputent le titre du plus vieux terrain de la Terre.

On a tout d’abord un craton en Afrique du Sud, l’Australie défend aussi chèrement sa vieillesse, tout comme le Groenland qui détenait la palme jusqu’à tout dernièrement avec un prélèvement âgé de 3,8 milliards d’années. Mais récemment, des géologues québécois ont rendu les trois autres pays jaloux.

image-2

Je me souviens lorsque j’étais plus jeune et je croisais ce genre de rochers qui me semblaient bien étranges avec leurs veines ou taches blanchâtres circulant au travers d’une gangue d’un gris neutre, terne, triste, patiné. Instinctivement, je semblais déjà comprendre que cette roche était très vieille. Elle ne possédait à peu près aucun attrait, semblait fatiguée d’exister, elle avait cédé ses trésors primordiaux pour ne garder que l’ennui. Par contre, ce substrat paraissait extrêmement solide, dur, dense, inaltérable, et pourquoi pas éternel !

thumb

Des prélèvements effectués au Nunavik dans le nord du Québec ont révélé un âge jamais atteint par aucun autre caillou sur Terre. Il serait âgé de 4,2 milliards, voire 4,3 milliards d’années alors que l’âge de la planète est estimé à 4,54 milliards d’années. C’est dire comment ces roches furent parmi les premières à apparaitre à la surface et à n’avoir jamais été recyclées ou totalement érodées.

1462

J’en ai parlé dans d’autres articles, au Québec le sol fait presque totalement partie du Bouclier canadien, une vaste étendue de roc solidaire issu du magma remonté près de la surface puis solidifié par lent refroidissement. C’est essentiellement du granit, une roche plutonique, c’est-à-dire qu’il ne s’est jamais produit d’effusion de lave. Le refroidissement du magma s’est effectué en profondeur, gardant ainsi une forme cristalline à plus haute densité.

Une datation précise et comparative avec les autres sites ailleurs dans le monde reste difficile. Dans le cas des roches du Nunavik, on y est allé avec la désintégration du samarium 146 aujourd’hui entièrement transformé en néodyme 142, un isotope stable.

DSC06852

Cette découverte confirme quelques hypothèses comme l’âge de la Terre ou une autre suggérant qu’elle était à ses débuts une immense boule en fusion, que les continents ont émergé du magma bien plus tôt qu’imaginé autrefois et que des croûtes toujours visibles ont résisté à toutes les conditions ayant mené à la disparition des autres continents. On peut donc étudier la composition chimique de ces roches maintes fois milliardaires afin de mieux comprendre les origines de la formation de notre globe et les mécanismes naturels qui l’ont alors façonné.

image3-121

Étrange qu’un si jeune pays soit si vieux et qu’émergeant tout récemment de la dernière période glaciaire, il laisse maintenant apparaitre son âge vénérable. Nous, habitants de ce lieu, sommes-nous influencés par le sol sous nos pieds ? Percevons-nous sa solidité à toute épreuve ? Nous inspire-t-il son calme, son assurance, sa patience ? J’aimerais croire qu’il en soit ainsi, que nous, humains vivant à sa surface, devenons plus solides et plus sages à son contact. Une force tranquille que rien ne peut faire disparaitre. Une assise maintes fois éprouvée, mais toujours bien ancrée. Est-il possible qu’on devienne de meilleurs humains si l’on vit sur un meilleur sol ? Nous imprègne-t-il de ses qualités intrinsèques ?

8-qc-101gaspesie.jpg

Le meilleur moyen de le savoir serait de lui poser la question. Il est probablement dur… d’oreille, mais je suis certain qu’il pourrait me répondre… à sa façon. Un rare petit séisme de faible amplitude pourrait constituer une bonne façon de me le confirmer.

Allez, Terre, dis-le-moi !

L’alchimie de l’être

Je repousse d’une journée la publication d’une série de trois articles prévus aujourd’hui et les jours suivants afin d’en insérer un tout nouveau consacré au sujet discuté dans les commentaires liés à l’article d’hier sur l’alchimie. Aujourd’hui j’aborderai donc l’alchimie de l’être ou de l’âme.

J’avoue avoir été pris de court par certains lecteurs qui ont abordé l’alchimie d’un angle de vue que j’avais négligé, faute d’y avoir réfléchi, c’est l’alchimie appliquée à notre intériorité, à notre être, à notre âme.

Je remercie particulièrement Vénus ainsi qu’Ibonoco et La plume fragile pour avoir apporté leur contribution à l’article en inscrivant des commentaires, il s’en est trouvé enrichi et, conséquemment, mes propres réflexions sur le sujet.

Je vous les livre aujourd’hui à chaud, à peine sorties du haut fourneau, sans dégrossissage, sans ébarbage, sans laminage ni autre finition. Qu’importe, puisque les pensées restent toujours à être refaçonnées de toute façon.

tata-steel-uk-thyssenkrupp-ubs-steel-news-uk-steel-sector-uk_67954

La question à laquelle je me suis attaqué consiste à savoir si l’alchimie de notre âme peut réellement exister ou si ce n’est qu’un usage abusif d’un terme qu’il faudrait remplacer par un ou plusieurs autres mieux adaptés aux processus de la gestion de nos douleurs psychologiques. En clair, peut-on réellement transmuter du mal en bien dans un contexte de guérison morale ?

zahnrad.png

Tout d’abord, je pense qu’il existe plusieurs mécanismes permettant de traiter le réservoir de douleurs que l’humain peut porter. L’alchimie est-elle l’un de ceux-là ? Nous y verrons plus clair après avoir discuté des autres.

L’écornage ne diminue pas nécessairement l’ensemble du réservoir de mal. Il lime les pointes et émousse les tranchants. Il rend les douleurs moins aiguës, moins amères, moins violentes, donc plus endurables à court terme. « Je me change les idées », « je m’efforce de ne pas y penser ».

infobesite.jpg

L’érosion use le mal sur le long terme, c’est la mémoire qui fait disparaitre peu à peu les détails, les surfaces, mais le noyau douloureux résistera à toute érosion. Tant qu’on pense encore aux maux subis, peu importe de quelle façon, ils existent encore, ils vivent toujours au fond de nous et n’ont pas disparu.

La dilution viendra à bout des parties de douleurs arrachées à notre âme qui se noieront dans une mer de n’importe quoi. Loisirs, drogues, exercices, voyages, travail, la dilution ne fait rien disparaitre, elle ne fait que masquer le mal, le camoufler, le répandre en tentant de le faire disparaitre dans un bassin bien plus grand, mais la quantité de mal ne diminue pas. On entendra alors les fameuses phrases «je suis passé à autre chose» ou «je me suis trouvé une grande passion». Mais notre mal, lui, n’est pas passé à autre chose, il ne s’est pas encore transmuté.

L’évaporation laisse entendre que le niveau de ce fameux bassin réussit à être réduit par élimination progressive, pourtant rien n’est moins sûr, car le mal, comme le sel, même dilué, ne s’évapore pas. «J’ai fait la paix avec moi-même», «je lui ai pardonné», «j’y pense de moins en moins». Mais dans un système clos, l’évaporation n’est pas une disparition, elle ne fait que transporter certains éléments ailleurs et peut arroser des jardins fleuris de pluies acides.

12651_1871_ATNSS.jpeg

Dois-je parler de l’illusion ? S’inventer un nouveau passé exempt des sources de douleurs afin de tenter de faire disparaitre celles accumulées. Ou s’inventer une nouvelle personnalité réfractaire à la douleur, insensible, intouchable. Une spirale, qu’elle attire vers le bas comme le maelström ou vers le haut comme la tornade, finit de toute façon par disloquer les imprudents ayant cru y trouver remède à exterminer leur mal.

anders-walter-interview-i-kill-giants

Une autre façon de traiter le mal est de ne pas s’y attaquer directement, mais de s’attaquer à ses conséquences, à nos comportements envers les autres et nous-mêmes. Ainsi, à la sortie du réservoir emmagasinant nos souffrances, nous y installons un inverseur. Le mal s’écoule du réservoir, passe à travers l’inverseur et il en ressort du bien. Cependant, ce système d’inversion doit être alimenté en énergie pour bien fonctionner et cette source finit toujours par atteindre ses limites. Le système inverseur se corrode, se corrompt, s’obstrue à force de transformer du mal en bien. Il en résultera de l’écœurement, de la fatigue, de l’épuisement puis de la dépression. Le mal aura trouvé le moyen d’user les parties tendres et de s’y substituer.

Certains rajoutent à leur inverseur un amplificateur afin de transformer un peu de mal en beaucoup de bien. Il va sans dire qu’une telle surréaction ne fera que saturer leurs circuits encore plus tôt. Les effets risquent d’être catastrophiques, car leurs réactions se retrouvent rapidement hors de contrôle. Crises de pleurs et même de violence, sentiment d’être totalement incompris, bipolarité, l’amplificateur ne fait pas que déranger, il nuit gravement à la santé mentale. On peut résumer ce mécanisme par ces deux adages: «Plus, c’est trop» et «le mieux est l’ennemi du bien».

cinderella-featurette-cate-blanchett-

Cette amplification peut également se produire sans ajout d’un inverseur. On obtient ainsi le syndrome de la mégère de Cendrillon ou d’Anakin Skywalker. Leur mal devenu leur maitre, ils s’alimentent du côté obscur pour inonder l’univers de tous les maux possibles en croyant en vain réduire ou faire disparaitre leur propre réservoir de douleurs. Jalousie et égoïsme ne transmuteront jamais leur propre mal puisque leur réservoir de douleur se remplit à même les douleurs qu’ils engendrent chez les autres. Ils ont conçu un système autoreproducteur de malheurs pour eux-mêmes et une source de ténèbres pour tous les autres.

darth-vader-1600x900-hd-5k-11883.jpg

À bien y réfléchir, aucun de ces mécanismes ne fonctionne vraiment adéquatement pour diminuer de façon réelle, permanente et positive la réserve de nos douleurs morales. Les conséquences s’avèrent parfois pires que le mal initial à combattre. L’alchimie pourrait-elle alors représenter la véritable solution à la présence des maux de nos âmes et à leur élimination définitive?

Dans l’article précédent, je définis que l’alchimie des éléments chimiques est en fait de la radioactivité qui transmute un élément pur en un autre élément pur. Je délaisse les concepts de noblesse, de richesse, de rareté ou d’utilité des éléments détruits ou créés. Ce sont des concepts purement humains. Chaque élément chimique trouve ses fonctions et ses utilités à la grandeur de l’Univers et notre piètre jugement à cet égard ne pèse rien.

cropped-estrelas-estranhas-3-838x292.jpg

Cette radioactivité n’est pas instantanée, chaque isotope de chaque élément chimique radioactif possède son propre rythme de désintégration. Il en serait de même pour l’alchimie de l’âme.

Je ne discuterai pas de la nature du mal ni du bien, sauf en termes de douleur et de bonheur. Peut-on prendre une réserve de douleurs en l’amenant à se tarir graduellement en produisant des résidus de nature différente?

Si la transmutation de nos douleurs peut réellement exister, on remarquera que, dépendant de la nature de chacune d’elles et de leur provenance, il existera des taux de désintégration différents.

La transmutation devra différer des autres mécanismes discutés plus avant: inversion, amplification, camouflage, dilution, illusion, évaporation, érosion, amnésie, écornage, etc.

coeur-bleu-abondance.jpg

L’alchimie de l’âme consiste donc en une véritable guérison qui engendrerait une source radiante capable d’influencer positivement le sujet et ceux qui le côtoient.

Mon verdict: Je crois maintenant possible de produire un phénomène d’alchimie de l’âme réduisant nos réserves de douleurs en les transmutant en autre chose de moins corrosif. Cependant, je doute que certains mouvements populaires puissent faire mieux que de donner des outils généralistes qui s’avèreront assez rapidement limités et même inadéquats.

Sans en connaitre aucun, je gagerais que la majorité confond l’alchimie de l’âme avec l’un ou l’autre des différents mécanismes présentés dans cet article.

La véritable alchimie de l’âme est très certainement un exercice de haute voltige et les guides compétents aussi rares que les plus précieuses pierres radioactives enfouies dans la croûte terrestre. La plus grande prudence est de mise.

1658365-la-boussole-sur-carte-ancienne

Doutez des formules trop simplistes, qui s’appliquent à tous, qui apportent un bien-être quasi instantané, qui vous noient dans une mer d’individus semblables, qui ne vous donnent pas la place la plus importante et qui ne respectent pas votre individualité, votre histoire personnelle, votre nature profonde.

Gardez toujours votre liberté de jugement, sachez reconnaitre rapidement les fausses alchimies de l’âme afin de débusquer les charlatans pour ne conserver que les bons guides et les bonnes techniques.

Giovanni_Domenico_Tiepolo_-_The_Charlatan_(The_Tooth-Puller)_-_WGA22380.jpg

Rappelez-vous également que les anciens alchimistes avaient tort en regard à la pierre philosophale et à la rectification. On peut très bien transmuter la nature des choses sans devoir recourir à des éléments extérieurs ou à des procédés complexes. Suffit parfois de savoir où poser son regard, le plus formidable outil alchimique, et peut-être la seule véritable pierre philosophale.

cropped-7-astuces-maquillage-pour-avoir-un-regard-sexy-et-envoutant-couv1.jpg

Astroblème de 600 km de diamètre au Québec

L’astroblème (cratère d’impact) a un diamètre deux fois plus grand que la plus grosse cicatrice météoritique terrestre visible connue à ce jour, soit l’astroblème de Vredefort en Afrique du Sud.

Le diamètre de la météorite géante à l’origine de l’astroblème de 600 km mesurait entre 50 et 70 km. En comparaison, l’astéroïde responsable de la disparition des dinosaures mesurait 10 km de diamètre.

Il nous faut des comparaisons pour bien saisir l’ampleur de l’empreinte laissée par ce caillou spatial démesuré. Le diamètre de son cratère d’impact équivaut à la distance Paris – Toulouse à vol d’oiseau ou à celle de Montréal – New York. Il a causé une cicatrice d’une superficie équivalente à celle de la moitié de la France métropolitaine ou de l’état entier du Nevada aux USA.

L’astroblème est situé au cœur du territoire québécois. Il serait vieux de 2,2 milliards d’années, si vieux que presque toutes les preuves se sont envolées, effacées par l’érosion, raison du scepticisme de la plupart des géologues. Mais voilà le problème, les méthodes utilisées normalement pour confirmer l’existence d’une cicatrice d’origine météoritique ne valent pas cher lorsqu’il est question d’une météorite de cette taille, lorsqu’il faut remonter aussi loin dans le temps sur un territoire aussi érodé que celui du Québec. 2,2 milliards d’années, c’est la moitié de l’âge de la Terre. C’est 33 fois l’âge de l’astroblème de Chicxulub au Mexique, lieu d’atterrissage de la météorite tueuse de dinosaures.

Toutefois, certains signes restent visibles à commencer par la forme de plusieurs lacs, dont le triple arc des lacs Mistassini et Albanel qui décrivent une partie d’un astroblème à anneaux multiples se formant lorsque certaines conditions sont réunies, dont les dimensions exceptionnelles de la météorite en cause. Les monts Otish au Nord et la ville de Québec au Sud délimitent l’astroblème.

Le géologue derrière cette affirmation extraordinaire est Dominique Forget. Il n’en est pas à ses premiers faits d’armes puisqu’il est à l’origine de la découverte des mines d’uranium au Québec. Il n’est pas le seul ni le premier québécois à croire en ce cratère d’impact, mais il fait certainement partie de ceux qui peuvent le prouver hors de tout doute.

Mis à part cet astroblème, le territoire québécois en compte neuf autres officiellement répertoriés. Toutefois, je me suis amusé à étudier la carte du Québec. On peut facilement apercevoir de nombreuses cicatrices circulaires qui pourraient très bien correspondre à d’autres astroblèmes. J’en ai dessiné une bonne douzaine non répertoriés. Nous oublions parfois que la croûte terrestre a été bombardée au moins aussi souvent que celle de la Lune, toutes proportions gardées. Nous n’avons qu’à regarder notre satellite naturel sur Google Moon pour voir comment cette surface est grenelée. Celle de la Terre présenterait au moins autant de cicatrices si le surfaçage permanent dont elle a été victime n’avait pas été à l’œuvre depuis ces temps immémoriaux.

À cause de l’âge exceptionnel et des dimensions importantes du territoire québécois, il est peut-être le seul endroit au monde où l’on pourra encore trouver des traces multiples de la chute de météorites. Mais pour ce faire, les mêmes géologues qui nient tous les astroblèmes terrestres sans nier pour autant ceux existant sur la Lune devraient cesser de se rebuter et commencent plutôt à chercher sérieusement les preuves dont ils ont besoin. Les signes leur parlent et ne mentent pas. Il serait temps qu’ils cessent de prétendre à leur mutisme et usent enfin d’imagination et de sueur au lieu de dénégation et de paresse.

Astroblèmes

Le mot « astroblème » désigne depuis 1960 le résultat de l’écrasement d’un corps au sol. Il remplace les expressions « cratère d’impact, cratère météorique, cratère terrestre, cratère lunaire et cratère de bombe ». Je comprends mal qu’il remplace « cratère de bombe » puisque la racine grecque « astron » signifiant « astre » ne peut vraiment pas s’appliquer à une grenade ou à une bombe. Mais le français est ainsi fait. On comprend bien, par contre, que le mot « cratère » soit inapproprié pour désigner ces blessures (blêma) causées par des météorites et même des bombes puisqu’il vient jeter un doute sur leur nature réelle.

Moins de 200 astroblèmes ont été confirmés jusqu’à maintenant. Simplement en comparant les faces de la Lune ou de Mercure avec celle de la Terre, on s’aperçoit d’un déficit évident. Il devrait en avoir plusieurs dizaines de milliers. Mais la Terre est géologiquement active, elle gèle et dégèle régulièrement, elle s’érode et sa surface est cachée à 70 % sous l’eau. Tous ces facteurs réunis contribuent à camoufler les astroblèmes si ce n’est pour les faire disparaitre définitivement. Qui plus est, certains hypothétiques astroblèmes posent… problème, les preuves géologiques ayant probablement disparu depuis leur formation. Et sans preuve formelle, point de statut.

Le plus vieil astroblème répertorié serait celui de Maniitsoq au Groenland et serait âgé de 3 milliards d’années. Le plus vaste se nomme Vredefort, il se trouve en Afrique du Sud. Il fait 300 kilomètres de diamètre. Une règle simple permet de connaitre approximativement la dimension de la météorite d’origine en divisant le diamètre de son astroblème par 10. Ce monstre aurait donc fait environ 30 kilomètres de diamètre. Ça fait froid dans le dos. Heureusement, cette collision céleste est survenue au moment où la Terre était jeune et ne comportait que de la vie primitive.

Je faisais remarquer dans un article précédent que le Bouclier canadien est probablement le territoire le plus âgé de la Planète. On devrait donc y voir plusieurs astroblèmes et c’est effectivement le cas, malgré plusieurs épisodes de forte érosion causée par les glaciers durant les périodes glaciaires répétitives. L’astroblème de Sudbury en Ontario est le deuxième plus grand jamais recensé, il s’étire sur 250 km. Malgré une apparence en surface quasiment effacée, le bassin Sudbury s’est qualifié grâce aux affleurements de nickel et de roches ignées en forme d’ovales concentriques (photo). La catastrophe serait survenue voilà 1,85 milliard d’années.

Dans de prochains articles, je détaillerai certains astroblèmes particulièrement intéressants situés en territoire québécois.