Bon appétit ? Tu me détestes ?

Bon appétit ! J’aimerais qu’on revoie cette formule de politesse pour l’adapter à notre mode de vie moderne. Je trouve qu’avoir un bon appétit n’est plus très à propos puisque nos besoins énergétiques ont drastiquement chuté depuis un siècle. Pour la plupart d’entre nous, nous poussons du crayon, tapotons du clavier ou placotons dans une salle de conférence. Et quand on devient très actif, nous effectuons ces trois activités de front, vraiment rien pour nous donner un « bon appétit ».

Je propose la formule de politesse inverse. Souhaitons-nous plutôt « bonne satiété ! »  puisque moins manger nous aide à garder la santé. Moins de calories, moins d’obésité; moins de gras, moins de cholestérol; moins de sucre, moins de diabète; moins de sel, moins d’hypertension. Ressentir rapidement la satiété nous aide donc à vivre mieux et en meilleure forme.

1300440111-19566

L’heure du lunch approche et vous sentez la faim vous tenailler ? Vous dévoreriez un cheval ? Surtout, n’ayez pas trop d’appétit, vous le regretteriez si vous deviez passer le reste de la journée avec des lourdeurs d’estomac, des gaz, des ballonnements, de la somnolence, un taux de glucose trop élevé, une diarrhée, un kilo de plus et des artères en train de se bloquer.

Non, croyez-moi, la dernière chose que vous désirez dans la vie est d’avoir bon appétit. Alors je ne vous souhaiterai certainement pas puisque je vous veux des lecteurs assidus et éveillés !

Je vais plutôt vous souhaiter « bonne satiété ! »

6 commentaires sur “Bon appétit ? Tu me détestes ?

  1. Oui, mais… « quand l’appétit va, tout va ». C’est malgré tout un signe de bonne santé, même si c’est paradoxal avec ce que tu avances, bien entendu. Ces problèmes de santé sont scientifiquement prouvés. Et pourtant. Quand je n’ai pas faim, quand je n’ai pas « bon appétit », je sens, je sais que je ne vais pas bien. Alors, que faire ? Rester sur sa faim ? Au Québec, je crois savoir qu’on dit « Bon matin » pour souhaiter une bonne journée. Alors, j’aime autant qu’on me souhaite un bon appétit, plutôt qu’une bonne satiété qui me rappellerait que je suis rassasiée, repus de tout, peut-être même écœurée. Ce ne serait pas bon signe… Have a nice day! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Le mot satiété a connu divers sens, souvent péjoratifs. En nutrition moderne, son sens est nettement positif et cette sensation est un signe important de notre corps qu’il faut écouter. Manger trop vite nous le fait rater, donc on mange plus et trop pour nos besoins. Notre « bon appétit » n’a pas eu le temps de se transformer en satiété qui nous dit de cesser.
      L’appétit a si longtemps été associé à la santé et à la richesse qu’il n’existe aucun mot précis qui n’a pas autrefois eu de connotations péjoratives. Satiété est le mot choisi par les nutritionistes, diététistes et autres professionnels de la santé comme signe physiologique positif à écouter et à respecter pour « demeurer » en santé. Si on est malade, la perte d’appétit n’est pas de la satiété. Je n’ai pas inventé le sens moderne donné au mot satiété. Peut-être en inventer un nouveau aurait été plus judicieux. Toutefois le dico regorge de mots s’étant transformés au fil du temps et des conditions liées à son usage. Dans un monde où nous mangeons tous trop, contrairement à autrefois où les gens mourraient de faim à chaque coin de rue, satiété est un signe de sagesse qu’il faudrait écouter à chaque repas que nous prenons. De là à en faire une formule de politesse pour en remplacer une autre expression devenue moins pertinente (selon moi), nous sommes tous libres d’y adhérer ou non.
      Sur un autre sujet, le fameux « bon matin », même si on l’entend à profusion au Québec, n’a jamais obtenu un statut officiel de la part de l’Office de la langue française du Québec qui ne recommande que le bonjour. Nos envahissants voisins anglophones nous bombardent de good morning, good afternoon, good evening et good night.
      L’emprunt est alors si facile !

      J'aime

    1. À part de jouer, les mots font autre chose, ils nous parlent, ils ont une histoire à raconter, ils sont les témoins de notre passé. Cette expression nous dit qu’il en était autrement autrefois où ne pas avoir faim était signe de maladie. En souhaitant bon appétit, on souhaitait à l’autre la santé. Ce paradigme n’est plus vrai et cette expression a aujourd’hui rejoint la panoplie de formules qui, prises mot à mot, ont perdu leur sens et peuvent même signifier le contraire.
      S’en rendre compte nous prouve que tout change, que la vie se transforme, même les choses les plus sûres… comme l’appétit.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s