Blague du dimanche et expression québécoise – 6

Ouais, bon, je n’en ferai pas une tradition. Du deux pour un, c’est pas mon style depuis que j’ai perdu mon fromage. Je suis devenu économe et même lésineux. Et pour un Corbot, les blagues, c’est contre-nature. Après tout, je dois préserver ma réputation d’oiseau de malheur. Et les sourires me font mal aux commissures. L’humeur massacrante, ça se cultive. Mais ce matin, je me sens généreux et d’assez bonne humeur. J’ai besoin d’un médecin, ça presse !

Une blague convient à ma résolution de garder légers et surtout courts les articles dominicaux, objectif rarement atteint d’ailleurs. C’est qu’il croasse en vinyenne ce Corbot !

Ne cherchez pas le mot vinyenne dans un dico français. Au Québec, on l’utilise parfois pour remplacer un juron. Il est utilisé dans des phrases exclamatives. Malheureusement, ce joli mot tend à disparaitre. J’apporte donc ma contribution pour sa préservation.

Oui, la blague maintenant. Comme vous voyez, mon inconscient ne cesse de détourner mes idées de ces actes un peu barbares et primitifs que sont les sourires et surtout les rires.

C’est donc un médecin qui rencontre un ingénieur, chacun faisant grand étalage de ses connaissances.

Au cours de la discussion, l’ingénieur dit au médecin : « Que vous fassiez n’importe quoi, vos patients finiront tous par mourir au bas mot avant la centaine d’années. Nous, nos bâtiments peuvent durer parfois des millénaires. »

Et le médecin de rétorquer : « Lorsque nous commettons des erreurs, nous avons la décence de les enterrer, alors que les vôtres, vous vous empressez de les ériger. »

Un bon vendeur

Cette histoire m’a été racontée alors que je travaillais dans la vente à l’occasion d’un week-end consacré aux futures stratégies de vente.

Un bougre arrive devant saint Pierre qui lui fait visiter le paradis. Nuages, musique classique, angelots, voix célestes, vertus, paix et tranquillité. Mais avant d’y entrer, saint Pierre l’oblige à visiter l’enfer en guise de pénitence pour la rémission de ses péchés. L’homme choisira ensuite l’endroit qu’il préfère.

Arrivé aux portes de l’enfer, Satan l’invite à entrer. Il ouvre des portes les unes après les autres et ne voit qu’orgies, drogues, alcools, festins de toutes sortes, le tout sur des airs de musique rock à tue-tête.

De retour au paradis pour annoncer sa décision, l’homme avise saint Pierre qu’il préfère l’enfer. Saint Pierre fait une moue et accepte son choix.

L’homme revient en enfer et Satan l’attrape par le bras sans mot dire. Il ouvre une porte et projette violemment le nouvel arrivé sur le sol. L’homme regarde ce qui s’y passe autour de lui pour ne voir que des gens en train de se faire brûler, écarteler, dépecer, mutiler.

Au moment d’être attaché à une table de torture, l’homme crie à l’attention de Satan « ce n’est pas ce que tu m’as montré quand je suis venu te visiter ».

Et Satan de lui répondre : « à ce moment tu étais un prospect, maintenant tu es un client ».

Évidemment, cela avait pour but de nous inciter à éviter la représentation mensongère et non à la promouvoir, quitte parfois à laisser un client se perdre aux mains d’un vendeur malhonnête.