Idéalismes

Idéalismes.png

Si vous recherchez l’auteur de ces recettes, je les ai obtenues de la patte même d’un noir oiseau venu se percher sur ma main.

Il m’a avoué s’être longuement promené afin de suivre la piste de plusieurs idéalismes qui l’ont toujours mené vers des gens concoctant ces sempiternelles mêmes recettes. Après une étude approfondie des causes de ces constantes, il a constaté la pauvreté et l’insipidité des ingrédients utilisés.

La première question qu’il leur posa fut de comprendre pourquoi ils n’utilisaient pas d’autres ingrédients plus savoureux. Il s’en voulut d’avoir été si peu perspicace tellement la réponse était évidente. L’idéaliste ne nourrit aucun doute sur sa recette et il la réalise en prenant un soin jaloux de ne rien y changer.

L’idéaliste possède les réponses à toutes les questions puisque ses réponses restent invariablement les mêmes. Alors, pourquoi chercher ailleurs, pourquoi faire plus compliqué, pourquoi remettre en cause une recette parfaite?

Peu importe l’inadéquation entre la question et sa réponse, l’idéaliste considère que si celle-ci ne convient pas à la question, il n’avait tout simplement pas lieu de la poser. Si sa réponse est 42, il est inutile de lui poser des questions impertinentes dont le résultat diffèrerait de 42.

Bien souvent, l’idéaliste reste parfaitement conscient de son stratagème, mais il préfère s’appuyer sur une mauvaise réponse plutôt que de rester sur un questionnement. Il craint maladivement tout type d’éléments inconnus qui le paralysent des pieds à la tête.

Incapable de trouver par lui-même des réponses à des questions, il opte pour la simplicité afin de voyager le plus léger possible et ce faisant, il ne s’embarrasse d’aucun doute.

N’ayant jamais tort, l’idéaliste n’écoute personne. Il devient donc totalement inutile de s’efforcer de discuter avec lui. La meilleure attitude à adopter est de le laisser moisir seul dans son jus puisque cette attitude d’éloignement respecte entièrement ses choix et ses désirs.

L’idéaliste refuse de reconnaitre qu’aucune réponse ne satisfera entièrement une question ouverte. Les réponses nuancées le mèneraient à commettre des erreurs sans lui fournir d’excuses béton pour se disculper.

Reconnaissant son incompétence à réfléchir intelligemment à un problème par inculture, par manque de technique et d’exercice, il ne lui reste qu’une seule option, radicaliser sa pensée et s’en tenir coûte que coûte.

Voilà ce qu’attend un individu tenté par l’idéalisme, rien de plus qu’un immense désert intellectuel.

Les seuls fruits issus des idéalismes sont de l’incompréhension, de l’intolérance et de l’intransigeance. Ces récoltes ne produiront jamais rien d’autre que des salades d’intenses déceptions et des confitures d’injustes représailles.

— LeCorbot

9 commentaires sur “Idéalismes

  1. L’on est jeune, on a besoin de se reconnaître dans des valeurs , des idéaux. Puis avec la vie viennent les épreuves . L’ on mûrit et devient plus sage. A chaque tranche d’âge, son stade d’ évolution, me semble t-il.
    A une vache près. C’est pas une science exacte. A chacun son rythme. Mais dans l’ ensemble … Hum ?

    Aimé par 1 personne

  2. Attention cependant à ne pas confondre votre définition de l’idealiste ( celle qui est courante aujourd’hui), avec la définition philosophique du terme. Pareil pour le « réalisme ».
    Simple remarque au passage.

    Aimé par 1 personne

  3. #include
    int main(){
    char x = ‘*’;
    printf(“Hitchhikers Guide to the Galaxy assure que le sens de la vie c’est: %i”, x);
    }

    Parce que ASCII_42 c’est l’étoile, le charactère qui les remplace tous !
    J’espère que ma réponse n’est pas inadéquate !-)

    Aimé par 1 personne

    1. « Le guide du voyageur galactique », la réponse à la question fondamentale : Quel est le sens de la vie (si ma mémoire est bonne) ? Réponse : 42. L’usage de ce nombre dans mon article n’était pas anodin, tout comme la pertinence de votre commentaire, Marc.

      Aimé par 1 personne

  4. C’est tellement ça ! Je dois avouer que j’ai eu pendant longtemps cette vision idéaliste et clairement, j’étais devenir intolérante, intransigeante et je me renfermais sur moi-même. Et donc malheureuse. Par expérience, l’idéalisme tue à petit feu et consume notre humanité, notre capacité de compassion et d’écoute. Notre perspective de vision nouvelle. Ça pue la mort quoi.
    Merci beaucoup Mathis pour ce post. Il permet de se remettre sérieusement en question et de sentir, choisir qu’elle position nous souhaitons adopter dans notre vie.
    Une très belle journée à vous

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s