Idéalismes

Idéalismes.png

Si vous recherchez l’auteur de ces recettes, je les ai obtenues de la patte même d’un noir oiseau venu se percher sur ma main.

Il m’a avoué s’être longuement promené afin de suivre la piste de plusieurs idéalismes qui l’ont toujours mené vers des gens concoctant ces sempiternelles mêmes recettes. Après une étude approfondie des causes de ces constantes, il a constaté la pauvreté et l’insipidité des ingrédients utilisés.

La première question qu’il leur posa fut de comprendre pourquoi ils n’utilisaient pas d’autres ingrédients plus savoureux. Il s’en voulut d’avoir été si peu perspicace tellement la réponse était évidente. L’idéaliste ne nourrit aucun doute sur sa recette et il la réalise en prenant un soin jaloux de ne rien y changer.

L’idéaliste possède les réponses à toutes les questions puisque ses réponses restent invariablement les mêmes. Alors, pourquoi chercher ailleurs, pourquoi faire plus compliqué, pourquoi remettre en cause une recette parfaite?

Peu importe l’inadéquation entre la question et sa réponse, l’idéaliste considère que si celle-ci ne convient pas à la question, il n’avait tout simplement pas lieu de la poser. Si sa réponse est 42, il est inutile de lui poser des questions impertinentes dont le résultat diffèrerait de 42.

Bien souvent, l’idéaliste reste parfaitement conscient de son stratagème, mais il préfère s’appuyer sur une mauvaise réponse plutôt que de rester sur un questionnement. Il craint maladivement tout type d’éléments inconnus qui le paralysent des pieds à la tête.

Incapable de trouver par lui-même des réponses à des questions, il opte pour la simplicité afin de voyager le plus léger possible et ce faisant, il ne s’embarrasse d’aucun doute.

N’ayant jamais tort, l’idéaliste n’écoute personne. Il devient donc totalement inutile de s’efforcer de discuter avec lui. La meilleure attitude à adopter est de le laisser moisir seul dans son jus puisque cette attitude d’éloignement respecte entièrement ses choix et ses désirs.

L’idéaliste refuse de reconnaitre qu’aucune réponse ne satisfera entièrement une question ouverte. Les réponses nuancées le mèneraient à commettre des erreurs sans lui fournir d’excuses béton pour se disculper.

Reconnaissant son incompétence à réfléchir intelligemment à un problème par inculture, par manque de technique et d’exercice, il ne lui reste qu’une seule option, radicaliser sa pensée et s’en tenir coûte que coûte.

Voilà ce qu’attend un individu tenté par l’idéalisme, rien de plus qu’un immense désert intellectuel.

Les seuls fruits issus des idéalismes sont de l’incompréhension, de l’intolérance et de l’intransigeance. Ces récoltes ne produiront jamais rien d’autre que des salades d’intenses déceptions et des confitures d’injustes représailles.

— LeCorbot

C’est la guigne… olé !

On établit le degré d’avancement d’une société aux moyens mis en oeuvre pour soutenir ses personnes les plus démunies. Je ne parle pas seulement des programmes de l’État, j’inclus également les gestes posés par ses citoyens. Mis à part l’argent de nos impôts dont une partie sert à combler le strict minimum des plus nécessiteux, nous posons parfois des gestes de bonté, de charité ou de soutien auprès de personnes totalement anonymes, comme lors de la guignolée annuelle. Dans ce genre d’activité, l’anonymat est bilatéral. Je doute de l’interprétation voulant que, dans l’ensemble, les gens se fichent éperdument de connaitre ceux à qui profite leur générosité passagère. Ce faisant, ils ne font que s’acheter une bonne conscience au rabais grâce à un don de quelques pièces déposées à des intersections prises d’assaut par une brigade de bénévoles sollicitant leurs offrandes. Il existe une autre interprétation possible au désir d’anonymat. Ce pourrait être parce que les gens veulent éviter de commettre des indiscrétions qui risqueraient d’entacher la dignité de ceux dont la guigne s’acharne à leur ravir le peu qu’il leur reste. Le donateur moyen se fait discret en laissant le soin à quelques individus d’intervenir auprès des familles éprouvées sans éventer ni partager leur secret. Mais voilà, il y a un tribut à payer pour toute chose et l’adage « loin des yeux, loin du coeur » s’applique bien dans ce contexte. L’anonymat des uns pour les autres élimine le lien de proximité devant exister entre les individus d’une même communauté. Ainsi, le sentiment de compassion reste dans la marge. Seules la charité ainsi qu’un peu de culpabilité semblent les éléments requis en de telles circonstances alors qu’il devrait surtout être question de partage et de chaleur humaine. Ainsi, une fois l’an, nous glissons quelques boites métalliques ou cartonnées remplies de victuailles non périssables sous un faux sapin afin qu’elles soient distribuées à des familles inconnues, mais bien réelles. Nous lançons prestement quelques piécettes au fond d’une boite de conserve tapageuse avec l’étrange impression d’en donner trop et trop peu, tout à la fois. Notez, je ne cherche d’aucune façon à diminuer, à mitiger ou à dénigrer le rôle important joué par des activités comme la guignolée, bien au contraire. Par contre, nos efforts resteront toujours circonstanciels tant que nous n’adopterons pas également d’autres modes opératoires. Oui, la guignolée annuelle est là pour nous rappeler que nous avons tous droit à un bonheur minimum, surtout durant le temps des Fêtes, mais la guignolée à elle seule ne fera pas disparaitre la misère. Il existera toujours des gens qui resteront aux prises avec de furieux taureaux montés d’une part par la pauvreté et de l’autre par la guigne. Alors, au lieu de simplement les encourager de nos olé une fois l’an, oserons-nous un jour descendre avec eux dans l’arène pour porter un coup fatal à la déshumanisante pauvreté ?

Lire la suite « C’est la guigne… olé ! »