Discuter pour vivre ensemble

Il est facile de parler sans se comprendre. Plusieurs causes de mésententes coulent de source, elles tirent leurs origines de l’objectif même de la discussion entreprise avec une autre personne.

Cherche-t-on vraiment à discuter qui oblige à échanger? Il est facile de camoufler un diktat sous des airs de discussion. Elle ne sert bien souvent que d’outil de manipulation. On l’utilise pour faire connaitre une décision déjà prise. On demande l’avis de l’autre sans vouloir en tenir compte s’il diverge du nôtre. Ce n’est que de la poudre aux yeux destinée à prouver une fausse bonne foi.

homem-frances-boina-barba-raiva_1194-8072

La discussion vise parfois un but inavouable et inavoué. En usant de moyens destinés à noyer le poisson, à éloigner l’autre de la vérité, la discussion déraille, l’impatience gagne les deux parties et les conséquences s’ensuivent. Tout ce qui ne tombe pas sous le sens est discutable et devrait être discuté lorsque l’autre partie se rend compte d’une argumentation à la logique bousculée, triturée, contorsionnée qui vise à insérer une cheville carrée dans un trou rond sans trop le faire paraitre.

Mais qui est prêt à se remettre en question devant son partenaire? À réfléchir tout haut? À entreprendre une démarche de questions-réponses sans préparations? À livrer ses propres incertitudes, ses doutes, ses faiblesses?

disappointed-young-business-man-thumb-down-success-people-concept-68411352

Ce qu’on devrait toujours faire est de réfléchir à l’argumentation adverse avant de répondre, quitte à reporter la discussion si nécessaire. En revanche, toujours ramener sur le tapis un sujet laissé en suspens. Répondre franchement aux questions légitimes. Éviter de mêler plusieurs sujets, au contraire, leur donner une priorité. Reconnaitre ses subterfuges, ses camouflages et s’en départir.

La règle d’or est tellement simple que tous les grands humanistes l’ont reprise dans leurs discours.

«Traite les autres comme tu souhaiterais être traité.»

Tu ne peux exiger d’une personne d’être ouverte, franche, conciliante, de bonne foi si tu lui refuses les mêmes comportements.

chaunu_audition

Lorsqu’il existe une barrière franche entre deux comportements, lorsque après maints efforts personne ne semble donner signe de bonne foi, il faut se questionner sur la pertinence de la relation. S’il y a refus de s’entendre de part et d’autre sur des règles du jeu communes, le plaisir n’existe plus. C’est une guerre déguisée, un conflit en habits de civilité.

Gagner sur une personne censée être son alliée n’est pas une victoire, mais une trahison et vous serez alors traité de la sorte. L’objectif ne devrait jamais être la victoire, mais le plaisir d’avoir obtenu un accord mutuel accepté de plein gré.

Si vous aimez vous battre contre un ennemi, choisissez donc celui-ci. Combattez votre goût, votre désir de gagner, d’avoir gain de cause, d’imposer vos idées, car voilà le vrai ennemi à abattre lorsqu’on choisit de vivre en couple et en société.

On peut ne pas s’entendre sur la destination, sur le chemin à emprunter, sur les haltes, tout cela reste en partie secondaire tant qu’on vise l’objectif de bien vivre ensemble.

14 commentaires sur “Discuter pour vivre ensemble

  1. C’est drôle, à lire votre titre, on s’attend à un développement plutôt neutre voire encourageant. Après tout, discuter, c’est bien ! Il le faut. C’est très sain. Et pour une relation sereine, c’est un prérequis. C’est essentiel.
    En fait, on se rend compte à la lecture de votre article que discuter est une gageure, parfois un fardeau; qu’il faut payer de sa personne, afin de ne pas se laisser anéantir par des quiproquos. Mais est-ce bien étonnant ? Après tout, l’échange entre les hommes a toujours reposé sur un donnant-donnant, le fameux « win-win » qui domine bon nombre de nos relations, qu’elles soient professionnelles ou personnelles. Un donnant-donnant très insidieux parfois. Quel dommage. Cela vient sans doute du troc, de la monnaie d’échange. Cet omniprésent rapport à l’argent. La contingence du pouvoir. La volonté de domination.
    Pourquoi la communication est-elle si compliquée à établir, à instaurer? Pourquoi ne sommes-nous jamais certain que « le message est passé » ? Comme dirait Philippe Sollers, « Pourquoi les êtres humains ne s’entendent-ils pas parler, docteur ? D’où vient qu’ils n’aient pas le retour de leur propre son ? Vous croyez que tout cela à un rapport ? La manière dont on jouit ? la façon d’utiliser les phrases ? » (Passion fixe)

    Mes parents ne se sont jamais entendus. Je crois qu’ils n’aimaient pas s’écouter. Impossible de savoir s’ils se sont aimés. En tout cas, ils se sont déchirés pendant des années. J’ai toujours espéré ne jamais reproduire ce schéma douloureux, où la réciprocité n’existait que dans la colère ou dans la peine.
    Après, les joutes verbales, c’est très exaltant. Mais c’est une autre guerre, bien plus enrichissante. Vive le langage, le pouvoir des mots. Comme dirait Faiza Guène, « c’est une chance d’avoir les mots ».

    Bonne soirée,
    f.

    Aimé par 1 personne

    1. Les actes les plus anodins cachent parfois les plus grands desseins, mais heureusement, pas toujours.
      Discuter est un outil qui peut servir à bien des choses, pas à une seule, et pas seulement à se comprendre.
      Chacun l’utilise à des fins différentes à des moments différents avec des personnes différentes. Si nous n’y voyons qu’une seule utilité, nous ne comprendrons pas ceux qui en font un usage différent et varié. Avons-nous sous-développé son potentiel ? Sommes-nous trop idéalistes pour nous attacher à une seule fonction ?
      Lorsque nous discutons à bâtons rompus, avec légèreté, simplement et sans arrière- pensée, sommes-nous plutôt en train de tâter le terrain, de chercher un bouton caché, de louvoyer radar en main ? Soudain, un mot est jeté et la discussion change de rythme et d’intentions. Quelqu’un vient de toucher un bouton désiré ou indésirable. Les tâtonnements cessent et la conversation s’oriente et se polarise. Elle se remplira d’émotions qui seront partagées ou reniées. La discussion est un outil polyvalent et la bonne foi n’est malheureusement qu’une façon parmi bien d’autres de le tenir en main.

      J'aime

  2. C’est très beau, mais plus que cela, ça invite à regarder en soi honnêtement la qualité des échanges que l’on crée (ou non).
    Merci beaucoup Mathis.
    Une belle journée à vous

    Aimé par 2 personnes

    1. Je repense à ce que, à travers un cercle de femmes, nous avions évoqué sur la notion d’échanger ensemble afin d’évoluer et de grandir toutes ensemble dans une atmosphère qui nous enrichisse. Quand nous voulons échanger ou partager, choisir de partager avec le centre de nous-mêmes, C’est à dire prendre le temps de l’introspection et ressentir d’où provient notre besoin d’échanger. Est-ce parce que nous avons juste besoin d’être vue ? C’est à dire, pouvoir déposer des mots avec toute l’expression de ce qui nous habite ? Sans commentaire ni recherche d’appréciation ou de dépréciation, mais simplement dans la confiance que nous serons reçue juste pour qui nous sommes. Ou avons-nous besoin d’un éclairage ? C’est à dire reconnaître que notre propre vision, parfois trop prise émotionnellement, manque d’ouverture et recherche alors l’éclairage d’une autre personne ? Dans cette démarche, C’est être prête à recevoir et entendre les conseils. Parce que dans cette intention, nous avons aussi conscience que notre vérité peut s’exprimer par la bouche d’un autre. Ou recherchons-nous le débat pour faire évoluer une idée ou pensée, avec la conscience que chacun amène sa pièce du puzzle et que ce sera la somme qui nous délivrera une vérité encore plus grande ?
      Revenir à soi et sentir d’où provient notre besoin d’échange. Cela a été très fort pour moi d’entreprendre la démarche avec une sincérité et une remise en question avec soi. Parce que parfois nous nous mentons à nous-mêmes, parfois nous voulons le débat mais ne sommes pas prêt pour cela. Parfois nous avons juste besoin d’être entendu et ne désirons pas la remise en cause. Pas parce que nous sommes fermés, mais parce que nous ressentons juste le besoin de pouvoir être. Et avoir le sentiment d’être reçu tout simplement. Parfois nous avons besoin d’aide mais nous le disons pas et sommes déçus de la réaction pauvre ou inexistante. Dans notre besoin d’échange, il est intéressant et sage de sentir ce que nous recherchons vraiment et d’ainsi entrer en relation avec l’autre dans une démarche sincère. Souvent l’écho sera fait dans la même intention. Et si cela n’est pas le cas, nous aurons au moins été clair et transparent avec soi.

      Aimé par 2 personnes

      1. Tout d’abord, merci Vénus pour cette profonde, sage et pertinente réflexion. Se questionner sur l’objectif d’une discussion permet certainement de mieux se comprendre en évitant surtout de se mentir. Annoncer d’entrée de jeu notre objectif aide l’autre parti à comprendre ce qu’on attend de lui. En revanche, les discussions informelles et spontanées prennent tout le monde de court, son objectif restant méconnu. On surfe ensemble sur les idées et on finit bien souvent par introduire inconsciemment dans la conversation un sujet d’inquiétude ou de questionnement. Une discussion anodine se métamorphose alors sans préavis en une séance d’écoute, de consultation, de thérapie, en débat ou en foire d’empoigne.
        Volà tout le côté pétillant de la vie avec ses aspects non prédictifs.
        Les discussions superficielles sont bien souvent des bouées ou des bouteilles jetées à la mer, des écrans de fumée, des cris étouffés de détresse ou encore des coups de semonce. J’ai fini par comprendre qu’aucune discussion n’est anodine, même les plus… anodines.

        Aimé par 1 personne

      2. Ce que vous dites et cette dernière phrase est en soi des plus pertinentes. Rien n’est anodin, même quand nous le feignons. Je suis d’accord avec vous.
        La complexité de l’humain et la capacité de communication est fascinante quand même. Voilà ma réflexion à l’instant. On ne se rend pas toujours compte des impacts que l’on crée, en soi, mais autour de soi également.
        Merci Mathis, C’est toujours un plaisir d’échanger avec vous. Vous me faites avancer.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s