Astroblème astronomique

Les astroblèmes non confirmés, mais qui pourraient le devenir un jour sont nombreux au Québec. L’âge vénérable de cette croûte continentale permet de remonter très loin dans le temps, aux débuts mêmes de la formation de ce continent. Cependant, cette vieillesse a fait en sorte que les preuves ont eu beaucoup de temps pour disparaitre.

La côte est de la baie d’Hudson possède une vaste échancrure en arc de cercle parfait. Si c’est bien un astroblème, il ferait plus de 500 km de diamètre, ce qui ferait de lui, et de loin, la plus grande de toutes les blessures laissées par les météorites.

Les scientifiques n’ont pas réussi à ce jour à prouver hors de tout doute que c’en est un. Pour ma part, je ne crois pas que la nature peut créer ce genre de portion de cercle aussi grand et aussi parfait sans que ce soit lié à une météorite géante. On peut même voir des iles au large qui correspondraient au piton central. S’il manque des preuves géologiques, c’est peut-être dû à son âge et à ses dimensions exceptionnelles. C’est tout de même étrange que la baie d’Hudson se trouve en plein centre du Bouclier canadien et que son sous-sol ne soit pas constitué des mêmes roches que tout le reste aux alentours.

Dans l’article «Vieux, solide et trempe», je faisais état de la découverte récente des roches les plus vieilles de la Planète, soit 4,3 milliards d’années, au Québec. Elles ont justement été trouvées sur la rive est de la baie d’Hudson, à Inukjuak, directement sur l’arc de cercle de cet hypothétique astroblème.

Le double satellite Grace (Gravity recovey climate experiment) a également prouvé que la baie d’Hudson possède une importante anomalie gravitationnelle. Ces résultats signifient qu’à cet endroit précis, la densité et/ou l’épaisseur de la croûte terrestre sont différentes du reste du continent. On peut dire que ça fait beaucoup d’anomalies ou d’étrangetés pour un seul et même lieu.

Notez sur la photo les deux astroblèmes non jumeaux dont je parlais dans l’article précédent, ceux des lacs À l’eau claire.

Les plus vieilles roches sur Terre

L’Univers existe depuis 13,8 milliards d’années. Le système solaire s’est formé à partir de résidus d’anciennes étoiles ayant antérieurement explosé en supernovæ. Le processus d’agglutinement à la base de la formation du Soleil se serait enclenché voilà 4,567 milliards d’années. La formation de la Terre et des autres planètes du système solaire aurait suivi de près voilà 4,543 milliards d’années.

Nos continents ne se sont pas tous formés à la même époque. Ils résultent du renfoncement vers le centre des éléments les plus lourds, laissant à la surface des éléments plus légers qui flottent donc à la surface d’un manteau semi-liquide qu’on nomme magma. Mais les premières croûtes ont pratiquement toutes disparues dans le manteau terrestre.

Toutefois, une partie des vieux cratons a pu s’intégrer aux croûtes plus nouvelles et qui datent d’environ 2,7 milliards d’années. Par des analyses isotopiques d’éléments radioactifs, il est possible de dénicher les résidus des croûtes originelles. Certains endroits se disputent cette palme dont en Australie, en Afrique du Sud et au Canada et plus particulièrement au Québec.

Mis à part une bande rocheuse au sud du fleuve Saint-Laurent qui fait partie des Appalaches, presque tout le reste du territoire québécois est compris dans le Bouclier canadien, un roc dur, stable et très ancien. Plusieurs périodes glaciaires ont mis la roche-mère à nue. Il est donc possible de trouver des roches extrêmement vieilles dans lesquelles se trouvent des roches encore plus vieilles sans devoir creuser. Et c’est ce que certains chercheurs ont découvert dans l’extrême nord du Québec. Un affleurement rocheux datant de 4,3 milliards d’années qui serait un ancien fond océanique.

Photo : Rick Carlson