Réinventer le style

Il y a une quinzaine de jours, je participais à un atelier consacré à la littérature de science-fiction et de fantasie. Une question posée alors a eu de quoi faire réfléchir.

«Est-il possible de réinventer le style en évitant les dragons et les licornes?» Il fallait comprendre évidemment au sens large que les auteurs ont plutôt tendance à reprendre à leur compte des créatures bien ancrées dans l’imaginaire que d’en créer de nouvelles. Cette abondante récupération a de quoi abrutir le lecteur, mais est-il vraiment si friand de nouveautés?

Qu’en pensez-vous?

Quel type de créature vous inspire?

imgur.com ;
messagescelestes-archives.ca

Écriture cursive

Écrivez-vous encore cursivement ?

Oui, vous savez, l’écriture avant les traitements de texte ? Ça ne vous dit rien ? L’écriture avec un stylo ou un crayon ou mieux encore, avec une plume ? Non, pas une vraie plume avec ses barbes et ses barbules. Une plume fontaine, oui, une plume qui coule comme une fontaine. Mais qui cesse de couler quand on la relève. Tiens, ça me donne une idée pour ma copine et ses… enfin, je m’égare.

L’écriture cursive, les lettres attachées. Attachées, pas emprisonnées, pas prises en otage non plus. Il faut donc tout vous expliquer. Regardez l’image en tête, c’est de l’écriture cursive. Euh, imitée par un ordinateur, c’est vrai.

Je me suis rendu compte que je perds, ou j’ai déjà perdu, la capacité d’écrire cursivement. Les lettres ne s’écrivent pas suffisamment vite par rapport à ma vitesse au clavier. Donc j’écris une lettre sur deux ou elles finissent par toutes se ressembler. Un L, un T sans barre, un I, c’est l’enfer par la suite d’essayer de me relire. J’abandonne et je me concentre pour recomposer le texte à l’ordi, c’est plus rapide.

J’ai entendu dire que bientôt, l’écriture cursive ne sera plus enseignée. Je n’ai rien contre. Elle deviendra un sujet universitaire classé dans la section des écritures codées. Ce n’est plus bien grave. Les Égyptiens ont bien perdu la connaissance de leurs hiéroglyphes durant des millénaires et on a bien réussi à retrouver leur sens en lisant la pierre de Rosette. Des universitaires ont fait le boulot de déchiffrage et aujourd’hui ces dessins antédiluviens n’ont plus de secrets.

Êtes-vous nostalgique de l’écriture cursive ? Pas moi, parce que depuis longtemps, je n’écris plus en lettres attachées. J’écrivais les lettres de mon écriture cursive en les détachant les unes des autres. Je trouvais ma méthode plus rapide que de dessiner les queues entre les lettres.

Alors, gardez bien vos polices de caractères qui imitent l’écriture cursive, vos descendants deviendront peut-être le Champollion de leur temps.

Explosion d’un météore

Le 15 janvier dernier, un météore s’est invité dans notre atmosphère au-dessus de certains états du centre-nord des USA et plus particulièrement du Michigan ainsi qu’en Ontario au Canada. Il aurait explosé avant de toucher terre en créant une onde de choc et un tremblement de terre de faible amplitude. Il serait surprenant qu’on retrouve des météorites au sol. Il s’est récemment produit le même phénomène en Russie. Ce sont en soi des événements plutôt anodins même s’il existe un danger réel de bris de vitres pouvant nous causer des blessures, mais là n’est pas le vrai problème.

L’International Astronomical Union (IAU) répertorie les cailloux célestes pouvant potentiellement devenir une menace, les Potentially Hasardous Asteroids (PHA). Voici l’adresse vous permettant de voir cette liste. Par contre, les vraies menaces sont rares et actuellement, aucun des astéroïdes recensés ne représente une réelle menace pour nous. C’est-à-dire qu’aucun n’a plus de cent mètres de diamètre et en même temps une trajectoire qui l’amènera à moins 7,5 millions de km de la Terre.

Cependant, des astéroïdes non répertoriés continuent de nous pleuvoir sur la tête sans n’avoir jamais été détectés. Le plus médiatisé est certainement le météore de Tcheliabinsk qui a explosé dans le ciel de la Russie le 15 février 2013, faisant plusieurs blessés. Ainsi, la liste des 1 882 astéroïdes potentiellement dangereux actuels n’est rien à comparer à la vraie quantité rôdant au-dessus de nos têtes et risquant une incursion dans notre atmosphère.

Il s’est produit un événement de ce genre en 1908 en Russie (coudonc !) appelé « l’événement de la Toungouska ». Un astéroïde aurait explosé à haute altitude au-dessus de ce territoire, couchant d’un seul souffle soixante millions d’arbres sur une superficie de 1 200 kilomètres carrés et causant des dégâts sur plus de 30 000 kmfaisant de cet événement la pire catastrophe recensée impliquant un météore. Heureusement, ce territoire était inhabité et à ce que l’on sait il n’y eut aucune perte de vie. Le souffle de cette explosion équivaut à plusieurs centaines de fois le souffle des bombes nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki. Une telle catastrophe survenant aujourd’hui au-dessus d’une grande ville ferait des centaines de milliers de victimes.

toungouska-arbres.jpg

L’origine météorique est contestée à cause de l’absence d’astroblème et de résidus d’origine cométaire ou d’astéroïde. Plus récemment, des résidus auraient été retrouvés piégés dans la résine des arbres et dans la tourbe bien qu’aucune météorite n’ait été retrouvée au sol. Les autres possibilités impliquent des objets plus exotiques, donc bien plus hypothétiques, tels un trou noir, une boule de matière noire ou d’antimatière. Étant un adepte du rasoir d’Occam, je penche pour la raison la plus probable et la plus probante, soit un météore.

Aujourd’hui, on doit rajouter une autre possibilité qui n’existait pas en 1908, la chute d’un débris spatial.

debris-spatial

Ce phénomène est bien plus courant qu’il n’y parait et certaines parties de fusées conçues pour être d’une solidité à toute épreuve réussissent à tomber sur terre sans se désagréger. Sachant combien ces débris sont nombreux, attendez-vous à entendre parler régulièrement d’explosions de ce genre.

 

Le choix

« Le choix est une illusion créée par ceux possédant le pouvoir pour ceux qui en sont privés »

Cette réplique (une traduction personnelle) vient du film « La Matrice rechargée ». Le Mérovingien lance cette affirmation à Néo quand ce dernier lui dit qu’il existe toujours un choix.

Nos choix ne sont-ils qu’apparents ? Y aurait-il un Grand Horloger qui voit tout venir et qui déplace les pilules en nous laissant l’impression qu’on a réellement choisi la pilule rouge parmi les autres ? Les autres pilules n’existaient peut-être pas réellement et notre cerveau a choisi la seule vraie parmi la seule possible.

La question du choix engendre des théories scientifiques sérieuses, mais totalement loufoques comme un dédoublement de l’Univers à chaque fois que nous ferions un choix.

Mais d’où provient l’énergie pour engendrer un second Univers semblable au premier à la différence près que l’un est constitué de mon choix A et l’autre de mon choix B ?

Par quel mécanisme ce dédoublement est-il produit ? Quel type de choix est un choix valide ou pas pour générer un nouvel Univers ? Lorsqu’on choisit parmi une liste de 200 possibilités, y a-t-il création de 199 autre Univers ?

Les scientifiques qui croient à ce genre de stupidité cherchent une solution dans des directions qui invalideraient toutes les autres théories physiques, dont celle de la conservation de l’énergie et de l’énergie requise pour structurer un Univers depuis ses débuts isotropes jusqu’à un Univers organisé et structuré comme est le nôtre à l’heure actuelle. C’est ni plus ni moins de faire intervenir un Créateur omnipotent, même s’ils se défendent bien de ça.

C’est vrai que la physique quantique pousse notre raison dans ses derniers retranchements, mais je suis convaincu qu’elle ne viole pas la loi de la conservation d’énergie ni la dépense d’énergie requise (entropie) pour créer des structures inhomogènes de plus en plus complexes.

Niels Bohr, l’un des piliers de la physique quantique, avait laissé entendre que la loi de la conservation d’énergie était violable, mais il fut débouté par la mise en place de la théorie de la chromodynamique quantique qui a fini par expliquer ce qui paraissait être une violation de la conservation d’énergie. Faut croire que certains scientifiques s’amusent à réinventer des théories violant pas juste un peu cette loi, mais la violant à des échelles plus qu’astronomiques.

Une fête païenne re-recyclée

Selon plusieurs études, Jésus ne serait pas né à ce temps-ci de l’année. Si l’on fête sa naissance à ce moment précis, c’est pour retrancher une fête païenne, celle du solstice d’hiver. En empiétant sur cet événement très important chez les peuples de l’époque, petit à petit les gens ont cessé de fêter l’un pour fêter l’autre. La transition a été assurée, car elle s’est produite sans heurts et sans dénigrement.

Et une fois de plus, la société bascule vers une autre célébration, celle de la fin de l’année. Cet événement astronomique qui ramène les saisons constitue en fait un retour aux origines. Bien entendu, on ne doute plus que le Soleil reprendra sa course ascendante dans les cieux, mais dans les faits, c’est bien de cet événement qu’il est question lorsqu’on parle de la fin de l’année. Le retour de l’ascension du Soleil et l’augmentation du temps d’ensoleillement.

Évidemment, cet événement astronomique ne met pas un terme à l’hiver puisque la Terre réagit lentement aux changements. Ça lui prendra bien trois mois avant que ses rayons soient suffisamment puissants pour retrouver les premières fleurs.

Alors, joyeux Solstice à tous les humains de la Terre et aux autres !

Photo : Le Soleil

Deux proverbes chinois sur les doigts

Les proverbes chinois sont nombreux, y compris les faux.

Aujourd’hui, un vrai et un faux portant sur les doigts. Vous n’aurez aucune difficulté à découvrir l’intrus.

À un étranger qui demande pourquoi les tasses chinoises ne sont pas munies d’une anse afin d’éviter de se brûler les doigts, le chinois lui répond :  « Si c’est trop chaud pour vos doigts, c’est trop chaud pour votre bouche ». Logique imparable.

Et le second est une déclinaison sur le thème cause – effet. « En s’endormant avec la raie qui pique, on se lève avec le doigt qui pue ».

Avez-vous découvert le faux proverbe ?

Ce que je pense du dernier Star Wars

La première hier soir s’est déroulée dans une salle passablement bondée et une salve d’applaudissements a accueilli le début de la projection.

Produit par le petit génie J.J. Abrams, je m’attendais à une exécution sans fautes. Mes attentes étaient peut-être trop élevées. Ce film ne m’a pas convaincu que ce huitième épisode valait vraiment la peine d’être porté à l’écran.

C’est vrai, je suis passablement critique en ce qui concerne les scénarios. Déformation professionnelle ? Je dirais plutôt que je n’aime pas me faire charrier.

L’histoire manque sincèrement de nouveautés, mais ma critique ne s’arrête pas là. Voici quelques exemples des stupidités répertoriées.

Une huitaine de bombardiers de la Résistance arrivent face à un cuirassé ennemi. Plutôt que de déclencher leurs bombes, ils attendent patiemment de se faire détruire les uns après les autres. Non, mais, s’ils n’avaient pas l’intention d’attaquer, ils avaient juste à rester à la maison. Et cette scène se passe au tout début du film. Ça commençait plutôt mal.

En fait, tout le long du film, la Résistance se fait canarder souvent bien inutilement. Si j’avais été général de cette armée de corniauds, je me serais suicidé, ce que ne manque pas de faire la générale, mais seulement après avoir regardé, inutile, ses troupes se faire décimer presque jusqu’au dernier. Et soudain, éclair de génie, elle décide de lancer son vaisseau sur le destroyer ennemi. Aucun coup de canon, rien. Et paf, elle se réveille tout d’un coup en se disant qu’elle pourrait peut-être faire quelque chose pour les siens en jouant au kamikaze.

Bon, l’objectif était justement de décimer la Résistance quasiment jusqu’au dernier combattant, mais c’est fait avec tellement d’invraisemblances et de stupidité qu’on ne croit pas un seul instant qu’ils valaient la peine de survivre.

Et la scène finale qui s’annonçait épique avec le duel de Luke et de son neveu Ben s’est plutôt déroulée comme un pétard mouillé. Dix mille canons déversent tout leur contenu sur Luke qui s’en tire sans une égratignure et Ben qui ne comprend pas que ce n’est qu’une projection.

Et que dire des parents de l’héroïne Rey qui, après tant de secrets les entourant, finissent par lui être révélés. Des ferrailleurs qui l’ont vendue pour boire. Mais pourquoi Rey est en possession des pouvoirs de la Force ? Rien de rien. Niet. On ne le saura pas.

Les trois trilogies ne sont finalement que trois répétitions d’une même série dont les deux dernières trilogies auraient dû rester dans les cartons.

Et je révise mon appréciation de J.J. Abrams à la baisse. Très à la baisse.

Dérèglement climatique – vers le pire

Des chercheurs de l’université Stanford prévoient que les scénarios les plus pessimistes du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, prévaudront sur les autres prévisions moins alarmistes.

Rappelons que le GIEC ne fait aucune recherche scientifique, par contre il collige toutes les études publiées sur l’évolution du climat. Il tente ensuite d’en tirer plusieurs tendances suivant divers scénarios allant du plus optimiste au plus pessimiste.

Le GIEC est important puisque personne n’a le goût ni le temps de lire ces études une à une et de faire le travail de synthèse qui s’impose pour comprendre où va la planète.

Ce que les chercheurs de Stanford ont publié tend à se rapprocher des conclusions les moins favorables du GIEC, mais je ne suis pas surpris et voilà pourquoi.

Au début de son mandat, Le GIEC a été fustigé et insulté d’être alarmiste et irréaliste. Il a ensuite été soumis à d’intenses pressions qui l’ont fait reculer. Ils ont alors ajusté leurs courbes d’évolution du climat en avalant des antidépresseurs et en enfilant des lunettes roses. Ils ont ainsi obtenu des courbes prédictives entièrement décalées vers le côté joyeux des axes. Il est donc normal de retrouver in fine des courbes de mesures réelles parfaitement alignées avec celles du GIEC qui prévoient le pire. Ces scénarios aujourd’hui anticipés par Stanford auraient dû se situer en plein cœur des courbes du GIEC.

Le GIEC s’est-il comporté comme un bon scientifique? nous a-t-il menti? Quelle est sa position aujourd’hui? Ces trois questions sont parfaitement légitimes. À l’évidence, il ne s’est pas comporté en bon scientifique puisqu’il a éliminé de son bilan les études les moins favorables, mais a conservé la plupart de celles prévoyant des changements moins importants et moins alarmistes. Dans le contexte où l’on collige une grande quantité d’études scientifiques, il est normal et même nécessaire d’en écarter une certaine quantité, car les études situées aux deux extrémités du spectre sont souvent biaisées par un protocole de recherche inadéquat, des données insuffisantes ou préalablement filtrées, ainsi que de la triche. En éliminant les extrêmes des deux côtés, le cumul des études restantes et la réalité devraient mieux concorder.

Toutefois, les études aux deux extrêmes n’ont pas reçu le même traitement. Au bout du compte, il est resté beaucoup plus d’études optimistes que pessimistes, ce qui engendre un important biais dans les conclusions tirées de toute cette manip antiscientifique.

Ce filtrage asymétrique a engendré des conclusions mitigées préjudiciables. De fait, les gens au pouvoir se fient généralement aux conclusions les moins contraignantes. En déplaçant artificiellement la moyenne dans cette direction, l’inaction devient presque acceptable alors qu’avec des résultats non biaisés, l’inaction aurait été critiquable. Les lobbyistes favorisant le statu quo ont donc obtenu une victoire éclatante sur la vérité.

Alors pourquoi ce groupe de travail, le GIEC, a-t-il agi ainsi, lui qui est composé de scientifiques aguerris? Les conséquences d’être resté neutre et franc l’auraient menacé d’extinction ou de remplacement de leurs membres clés, occasionnant un déplacement des prévisions encore plus important vers l’allégresse et un retard significatif dans l’émission des rapports. Mentir et tricher jusqu’à une limite «tolérable» nuisait moins à la cause du climat que d’être resté honnête et réaliste. Ce fut un geste de désespoir qui sera un jour décrié pour n’avoir pu tirer l’alarme à temps. Je suis certain que les auteurs du GIEC en sont pleinement conscients. Ils doivent être déchirés puisqu’ils ont sciemment enfreint leur code d’honneur en retranchant des poids de l’un des plateaux de la balance tout en laissant intact le second.

Les résultats de l’étude de Stanford apportent d’une certaine façon la preuve que le GIEC a été manipulé. D’autre part, on observe que ce dernier n’a pas outrepassé une certaine limite en pliant aux pressions et aux jeux de coulisses puisque les données de l’étude de Stanford concordent tout de même avec l’un des scénarios prévus par le GIEC, le pire. L’étude de Stanford n’est pas un cas isolé. D’autres études confirment la tendance réelle des changements climatiques à frôler et même à dépasser les scénarios les plus pessimistes du GIEC.

Sachant cet état de fait, il est important d’interpréter les rapports du GIEC en se focalisant sur les courbes les moins optimistes en imaginant que l’avenir leur ressemblera.

Photo : davidsuzuki.org

Salon du livre de Montréal

Je rentre tout juste du Salon du livre de Montréal dont c’était la dernière journée. Les gens aux différents kiosques étaient encore tout sourire malgré leur évidente fatigue. Je m’étonne encore de voir la multitude d’éditeurs qui consacrent une ou plusieurs collections à la jeunesse. C’est avec un plaisir non dissimulé et entremêlé de beaucoup d’excitation que les jeunes parcourent le salon en gambadant comme des antilopes, en sautillant comme des sauterelles ou en bondissant comme des guépards à travers les rangées bondées. Mais le plus fantastique est de voir ces jeunes qui s’isolent dans un coin dès qu’un livre leur tombe entre les mains et qui le lisent, entièrement coupés du brouhaha environnant, comme si la recette de la survie de l’humanité venait de leur être transmise.

Le livre recèle encore tellement de magie et toute l’électronique moderne ne l’a pas encore tuée et ne la tuera peut-être jamais. Je l’espère sincèrement, car ce média entre l’auteur et le lecteur possède une matérialité que nous semblons encore avoir besoin, même à l’ère du tout numérique.

Ayant travaillé de multiples années dans le domaine de l’imprimerie, j’ai une profonde affection pour tout ce qui s’y rapporte. Durant une certaine période, j’ai aussi produit des livres scolaires. Je suis également l’auteur de trois livres dont deux recueils de nouvelles et un roman.

L’an passé, j’ai testé avec succès le marché de l’édition avec l’un de mes recueils. Malheureusement, mon éditrice a dû par la suite abandonner les affaires pour cause de maladie et c’était avec des yeux d’un écrivain veuf que je me rendais cette année à cette foire annuelle. J’ai rencontré des gens intéressants, mais le vrai travail commence maintenant.

Pour ma part, je réfléchis à la façon de bâtir des produits de lecture plus actuels en utilisant mes textes disponibles, mais aussi en leur adjoignant de nouveaux textes afin de proposer un concept modernisé.

Dans le prochain article, je partagerai avec vous mon opinion sur une certaine désinvolture relevée chez beaucoup d’éditeurs. C’est donc à suivre.

Énergie ? Mais laquelle ?

Je me promène plus ou moins régulièrement sur YouTube et d’autres sites semblables pour écouter des reportages sur divers sujets. J’y vois souvent des individus totalement ignorants pérorer autour de certains principes scientifiques en croyant avoir découvert une faille majeure dans telle ou telle théorie. Ils en profitent alors pour déclarer haut et fort qu’on se fait emplir de mensonges éhontés et qu’eux seuls ont su découvrir la vérité. Un des sujets récurrents est sans conteste la fameuse loi E = mc2 de mon pote Albert.

Voici le raisonnement tenu par beaucoup de ces scientifrics. La lumière n’a pas de masse, donc dans l’équation E = mc2, m vaut zéro. Lorsqu’on multiplie n’importe quelle valeur, en l’occurrence c2, par zéro, on obtient toujours zéro. Donc l’énergie de la lumière vaut toujours zéro, ce qui est évidemment faux, tous les gens se faisant cuire la peau au soleil vous le diront. Donc la loi d’Einstein est fausse et les physiciens n’ont jamais relevé cette erreur, même après cinq années d’université à étudier comme des dingues.

À leur place, j’aurais au moins eu un petit doute sur la validité de leur raisonnement. Ce qu’ils n’ont pas cherché à savoir, c’est quelle énergie il est question dans la formule d’Einstein. Et effectivement, c’est l’« Énergie d’une masse au repos ». Il est donc tout à fait normal qu’une particule sans masse, comme le photon, ait une énergie de masse au repos valant zéro. Même Kim Jong-Un l’a compris puisqu’il ne conçoit pas ses bombes nucléaires à partir de photons.

Pour connaitre l’énergie véhiculée par une particule sans masse, on utilise la formule E = hv. La lettre h est la constante de Planck et v (lettre grecque nu) est la fréquence du photon (de l’onde électromagnétique). Puisque la fréquence v ne peut jamais être nulle et que la constante de Planck n’est évidemment pas nulle, toute onde électromagnétique possède une énergie E non nulle, même si son énergie de masse au repos vaut bien zéro.

Ce qui me sidère le plus dans tout cela, ce n’est pas l’ignorance de ceux qui tentent de discréditer les scientifiques, mais leur comportement malveillant. Plutôt que de traiter toute la communauté scientifique de charlatans devant public en déclarant qu’ils ont tous oublié la règle de l’élément absorbant de la multiplication (le zéro qui génère toujours un résultat égal à zéro), j’aurais esréré qu’ils auraient au moins dû demander conseil ou simplement ouvrir un navigateur web et effectuer une recherche que n’importe quel enfant du primaire peut exécuter avec succès. Au contraire, ils emplissent une piscine olympique d’insanités et la font avaler par la suite aux gens ayant tout juste suffisamment retenu certaines connaissances mathématiques ou scientifiques pour les croire.

Leur attitude irresponsable et condescendante n’est pas causée par une erreur qu’ils commettent, mais bien par une négligence crasse, ou pire, par une volonté de désinformer. Elle  a d’ailleurs reçu un numéro d’identification scientifique, oui oui, c’est le comportement  numéro « ID dix T ». Ou autrement écrit : « ID10T ».

 

Catastrophes et pensée magique.

La pensée magique existe, principalement chez ceux qui ne sont pas magiciens. Je suis toujours sidéré quoique de moins en moins avec l’âge, lorsque je constate le degré d’amateurisme, d’incompétence et de détachement qu’ont nos politiciens lorsque frappent des catastrophes comme celles ayant dernièrement dévasté les Antilles. Un ouragan, ce n’est pas une tornade ni un séisme. On le voit se développer plusieurs jours à l’avance et on sait prédire sa course et ses conséquences. Pourtant, les dirigeants semblent en perpétuel désarçonnement lorsque ce genre de malheur s’abat sur leurs concitoyens. Ils font acte de présence qu’on sent par pures obligations, les yeux virés ailleurs, rivés vers d’autres cieux moins chargés de nuages et de misères.

Ce sont pour ces raisons que je crains tant pour la survie de l’humanité durant mes jours d’optimisme et que je suis entièrement convaincu de son extinction lorsque je constate l’incapacité de nos dirigeants, et de nous-mêmes par association, à affronter adéquatement des événements d’une totale prévisibilité. Nos inutiles élus tentent ensuite de rassurer la population, alors que leur intérêt pour la chose ne dure que l’équivalent d’un vol d’avion et d’une brève déclaration sur le tarmac d’un aéroport situé en zone totalement sécuritaire à des dizaines de kilomètres des vrais miséreux, mis à part une belle mise en scène avec un poupon à demi effrayé, censé représenter notre amour et nos actes héroïques à l’égard de la population en détresse.

Les changements climatiques ne surprennent plus personne. Seuls les climatosceptiques peuvent se permettre de manifester de la surprise et, conséquemment, leur ânerie. Tous ceux qui prétendent faire partie de l’autre catégorie auraient pu préparer l’après-catastrophe… avant la catastrophe.

Mais il n’en est rien. Je suis fourbu, las de me répéter comme un grognon grincheux. Suis-je vraiment le seul capable de prévoir le prévisible? Nous sommes encore dans l’ère du Poisson et je sais pertinemment pourquoi. La prochaine ère serait celle du Verseau, signifiant les renversements. Espérons-le, pour la prospérité et la qualité de notre espèce qui en a manifestement bien besoin.

Trop intelligent pour être heureux ?

Voici un livre s’inscrivant un peu dans la même veine que la publication du Huffington Post proposé dans mon article d’hier. Il me fut conseillé par une amie surdouée œuvrant à Nantes avec de jeunes adultes surdoués et son fils l’est également. On peut dire qu’elle s’y connait bien, tout comme l’auteure de ce livre, Jeanne Siaud-Facchin, psychologue praticienne à Paris et à Marseille, spécialiste reconnue des surdoués.

Le titre du livre interroge puisque rien n’est absolu dans ce domaine. Il met cependant en lumière le rôle des émotions exacerbées chez la plupart de ces individus. Le livre est sans conteste optimiste puisqu’en apprivoisant sa personnalité, on permet au mieux-être de s’installer. Il ne guérit de rien, si ce n’est de l’ignorance. Et ici je pense non seulement à celle des surdoués envers eux-mêmes, mais également et surtout à celle des gens qui cohabitent, les côtoient ou interviennent auprès d’eux.

Ce livre apporte des démentis à certaines croyances, il permet de décoder ceux qui sont touchés par la douance intellectuelle et surtout, il apporte à ces personnes des moyens concrets pour mieux interagir avec leur entourage en leur donnant des clés d’interprétation qu’ils ne possèdent pas toujours. Car plusieurs défis les attendent au cours de leur vie d’adulte dont l’un est invariablement l’impression d’avoir été abandonné sur cette planète par des parents extraterrestres. Ils n’ont pas totalement tort puisque ce monde n’a pas été constitué de prime abord pour eux.

Et le bonheur dans tout ça ? Il consiste bien souvent à éviter certains pièges en les appréhendant. J’aime bien l’expression de l’auteure lorsqu’elle les nomme des « SurDouillets » et lorsqu’elle met en garde leur entourage en les décrivant comme « un cocktail explosif à manier avec grande précaution », ou qu’ils possèdent une « force fragile ».

Lorsque la douance apparait comme un défaut plutôt qu’un gift, ce livre précieux peut réellement faire la différence.