Chasseuse de géants

Chasseuse de géants (v.f. de I kill giants) est un film belgo-britannico-américano-chinois réalisé par Anders Walter et paru en anglais en mars 2018. Vous pouvez le trouver sur Netflix sous sa dénomination originale anglaise et trame sonore en français.

D’une intelligence et d’une sensibilité rares, ce film s’adresse aux adolescents, aux parents et aux éducateurs.

anders-walter-interview-i-kill-giants

Il est dénué de tous les défauts que je déteste dans un film dont le sujet se prête à devenir moralisateur. Je ne vous raconterai pas l’histoire. Je vous conseille seulement de tenir bon même si parfois vous pouviez avoir tendance à vouloir le zapper.

image1-1

La jeunesse et certains problèmes auxquels elle fait face méritent amplement notre attention. Ce film possède la finesse de suivre le parcours de l’héroïne à deux niveaux qui s’emmêlent sans montrer aucune frontière, aucun saut d’un à l’autre. C’est génialement amené, tout bonnement parce que c’est vibrant de simplicité et de vérité.

ChasseuseDeGéants.png

Il a été présenté en primeur au TIFF (Festival international de films de Toronto) le 9 septembre 2017.

Madison Wolfe dans le rôle principal de Barbara et Zoe Saldana (la verte beauté des Gardiens de la galaxie) dans celui de la psychologue Molly offrent des performances brillantes qui se tiennent loin de la caricature, une tendance naturelle pour le sujet et évitée avec grand art.

i_kill_giants_first_look_h_2017

Assurez-vous d’être émotionnellement réceptif avant d’entamer son visionnement. Le film ne vous tournera pas les sangs, mais sa beauté vous atteindra si vous la laissez vous toucher.

Trop intelligent pour être heureux ?

Voici un livre s’inscrivant un peu dans la même veine que la publication du Huffington Post proposé dans mon article d’hier. Il me fut conseillé par une amie surdouée œuvrant à Nantes avec de jeunes adultes surdoués et son fils l’est également. On peut dire qu’elle s’y connait bien, tout comme l’auteure de ce livre, Jeanne Siaud-Facchin, psychologue praticienne à Paris et à Marseille, spécialiste reconnue des surdoués.

Le titre du livre interroge puisque rien n’est absolu dans ce domaine. Il met cependant en lumière le rôle des émotions exacerbées chez la plupart de ces individus. Le livre est sans conteste optimiste puisqu’en apprivoisant sa personnalité, on permet au mieux-être de s’installer. Il ne guérit de rien, si ce n’est de l’ignorance. Et ici je pense non seulement à celle des surdoués envers eux-mêmes, mais également et surtout à celle des gens qui cohabitent, les côtoient ou interviennent auprès d’eux.

Ce livre apporte des démentis à certaines croyances, il permet de décoder ceux qui sont touchés par la douance intellectuelle et surtout, il apporte à ces personnes des moyens concrets pour mieux interagir avec leur entourage en leur donnant des clés d’interprétation qu’ils ne possèdent pas toujours. Car plusieurs défis les attendent au cours de leur vie d’adulte dont l’un est invariablement l’impression d’avoir été abandonné sur cette planète par des parents extraterrestres. Ils n’ont pas totalement tort puisque ce monde n’a pas été constitué de prime abord pour eux.

Et le bonheur dans tout ça ? Il consiste bien souvent à éviter certains pièges en les appréhendant. J’aime bien l’expression de l’auteure lorsqu’elle les nomme des « SurDouillets » et lorsqu’elle met en garde leur entourage en les décrivant comme « un cocktail explosif à manier avec grande précaution », ou qu’ils possèdent une « force fragile ».

Lorsque la douance apparait comme un défaut plutôt qu’un gift, ce livre précieux peut réellement faire la différence.