Univers simulé

« Tout est particules »

« Tout est champs »

« Tout est informations »

— John Wheeler

John Wheeler01

Ces trois affirmations représentent l’évolution de la pensée d’un monument de la physique quantique, John Wheeler.

L’information est aujourd’hui au centre des préoccupations des physiciens, car elle pourrait bien représenter la clé de compréhension de notre Univers. J’aurai l’occasion d’en reparler plus longuement dans un article en cours de rédaction.

Elle nous conduit naturellement à nous demander si nous ne vivons pas dans une simulation numérique. Question existentielle vraiment lourde de sens, s’il en est !

Longtemps négligé, le concept de l’information est aujourd’hui apparenté à celui de l’énergie, surtout en ce qui a trait à son principe de conservation. L’information serait donc transformable, mais jamais périssable.

Un pionnier en la matière aura été Ludwig Boltzmann et la constante qui porte désormais son nom (k) est directement liée à la notion d’information.

boltzmann-1

Si, comme le pense John Wheeler, l’Univers n’est qu’information, tout conduit alors à imaginer que nous sommes une série d’équations et de valeurs paramétrées. Notre vie ressemblerait à celle vécue par les héros de la trilogie de la Matrice sans le côté réveillé et extérieur à l’ordinateur.

1*WZZ9OWp3QJjcswTITitJKw

Alors comment le découvrir si on ne peut pas se réveiller en avalant une pilule rouge  ?

Il existerait des anomalies qu’on pourrait détecter puisque aucun système n’est parfait. Il s’agirait de sursauts, de déjà-vu, de temps d’arrêt, dévénements défiant les lois de la physique.

deja-vu-man-in-the-mirror

Croyez-vous avoir déjà été témoin d’un genre d’événement semblable et que pensez-vous de l’Univers simulé ?

Le choix

« Le choix est une illusion créée par ceux possédant le pouvoir pour ceux qui en sont privés »

Cette réplique (une traduction personnelle) vient du film « La Matrice rechargée ». Le Mérovingien lance cette affirmation à Néo quand ce dernier lui dit qu’il existe toujours un choix.

Nos choix ne sont-ils qu’apparents ? Y aurait-il un Grand Horloger qui voit tout venir et qui déplace les pilules en nous laissant l’impression qu’on a réellement choisi la pilule rouge parmi les autres ? Les autres pilules n’existaient peut-être pas réellement et notre cerveau a choisi la seule vraie parmi la seule possible.

La question du choix engendre des théories scientifiques sérieuses, mais totalement loufoques comme un dédoublement de l’Univers à chaque fois que nous ferions un choix.

Mais d’où provient l’énergie pour engendrer un second Univers semblable au premier à la différence près que l’un est constitué de mon choix A et l’autre de mon choix B ?

Par quel mécanisme ce dédoublement est-il produit ? Quel type de choix est un choix valide ou pas pour générer un nouvel Univers ? Lorsqu’on choisit parmi une liste de 200 possibilités, y a-t-il création de 199 autre Univers ?

Les scientifiques qui croient à ce genre de stupidité cherchent une solution dans des directions qui invalideraient toutes les autres théories physiques, dont celle de la conservation de l’énergie et de l’énergie requise pour structurer un Univers depuis ses débuts isotropes jusqu’à un Univers organisé et structuré comme est le nôtre à l’heure actuelle. C’est ni plus ni moins de faire intervenir un Créateur omnipotent, même s’ils se défendent bien de ça.

C’est vrai que la physique quantique pousse notre raison dans ses derniers retranchements, mais je suis convaincu qu’elle ne viole pas la loi de la conservation d’énergie ni la dépense d’énergie requise (entropie) pour créer des structures inhomogènes de plus en plus complexes.

Niels Bohr, l’un des piliers de la physique quantique, avait laissé entendre que la loi de la conservation d’énergie était violable, mais il fut débouté par la mise en place de la théorie de la chromodynamique quantique qui a fini par expliquer ce qui paraissait être une violation de la conservation d’énergie. Faut croire que certains scientifiques s’amusent à réinventer des théories violant pas juste un peu cette loi, mais la violant à des échelles plus qu’astronomiques.