L’OMS travaille-t-elle à sauver des vies?

L’Organisation mondiale de la Santé, un organisme de l’ONU créé en 1948, a comme priorité que les systèmes de santé s’orientent vers la couverture de santé universelle. Elle promeut la santé tout au long de la vie. Elle collabore avec les pays en ce qui concerne les maladies infectieuses. Elle prépare, surveille et riposte aux situations d’urgence.

L’OMS avait prévu de longue date la situation mondiale causée par la COVID-19 même si la nature de la maladie n’a pas exactement correspondu au profil anticipé. C’est pourquoi ses recommandations initiales ont été moins pertinentes que si l’épidémie avait été une grippe du genre aviaire. L’organisation a dû apprendre à connaitre la nouvelle maladie avant de rédiger ses directives.

Dans son nom réside un important indice permettant de connaitre son vrai mandat. Le mot « mondiale » ne signifie pas seulement qu’elle s’intéresse aux maladies sur l’ensemble de la planète. Il signifie que l’organisation s’intéresse à l’humanité toute entière ou devrais-je dire, dans sa globalité.

Ses dirigeants ne sont pas des deux de pique. Ils ont depuis longtemps compris le paradoxe de la santé et de la surpopulation. La santé permet aux humains de se reproduire efficacement durant une période de plus en plus longue. En l’alliant à une régression de la mortalité infantile, ces deux facteurs créent un important accroissement de la population.

Travailler pour que tous les gens puissent vivre en santé constituerait une cause noble si cette même santé n’engendrait pas plus d’humains sur Terre. L’OMS a décidé de conserver la cause, peu importe apparemment l’effet pervers sur la surpopulation. Tentons d’expliquer pourquoi.

L’humanité est constituée d’êtres biologiques comme les insectes ou les rats et le comportement démographique de ces espèces est bien connu. Après un accroissement exponentiel de leur population survient toujours un effondrement subit de celle-ci.

L’OMS sait parfaitement que la courbe du nombre des humains sur Terre suivra la même forme peu importe que les gens vivent en santé ou pas. La montée et la descente de la courbe seront moins abruptes si la population est globalement plus malade. Inversement, la courbe sera beaucoup plus comprimée si les gens vivent mieux et plus longtemps. Mais dans tous les scénarios, la courbe avec sa croissance et sa décroissance surviendra inexorablement. Alors, l’OMS peut bien se préoccuper de promouvoir la santé pour tous, de toute façon elle n’aura aucun contrôle sur l’avenir global de la population mondiale.

Le titre de cet article doit être compris au premier degré. L’OMS n’a pas comme mandat de sauver des vies, mais bien de réduire les maladies et leurs effets sur la population. L’OMS ne peut pas s’intéresser à sauver des vies alors que l’effondrement de la population surviendra tôt ou tard. Elle ne peut qu’espérer une survie de l’espèce humaine lorsque des maladies frapperont et décimeront les peuples.

Par ricochet, l’OMS sauve des vies. Elle modifie l’apparence de la courbe de la population mondiale. Cette représentation graphique devient moins étirée, plus escarpée. Cependant, il faut bien comprendre qu’elle ne travaille pas à sauver des vies, une à la fois. En revanche, elle a bien comme objectif de sauver l’humanité de l’extinction.

Y parviendra-t-elle ?

Sourire

J’écris occasionnellement à propos des dérèglements climatiques. Selon moi, ils sont inéluctables, et ce depuis un bon bout de temps.

Je me souviens de ces années avant que les climatologues l’avouent. On battait record sur record et pourtant ces spécialistes refusaient catégoriquement de prononcer le terme « dérèglement », car la moyenne des températures était globalement respectée, malgré d’importantes  fluctuations en yoyo. Comme quoi la langue de bois n’est pas l’apanage des politiciens.

ciel-nuage-gris-FlickrLihns-1024x683

Aujourd’hui la cause est entendue, trente ans trop tard. À cette époque, ce sujet me tenait grandement à cœur. Maintenant j’ai jeté la serviette et je me prépare plutôt à subir les intempéries. J’ai acheté un véhicule capable d’affronter des conditions rudes. Bien sûr, il est plus gourmand que mes économes véhicules précédents, mais puisque le mal est déjà fait, je ne ressens aucune culpabilité. Je me suis placé en mode survie et mon véhicule en fait partie.

Ces dernières phrases sont lourdes de sens. Même si la planète entière cessait demain de brûler des énergies fossiles, même si nous changions tous subitement notre façon de vivre, les dérèglements climatiques surviendront quand même. À cause de l’effet hystérésis, changer nos comportements dès maintenant ne renversera pas la vapeur. La Terre a tout absorbé presque sans broncher, mais elle a atteint sa capacité maximale de rétention. Elle va basculer d’un état stable vers un autre état stable. Et croyez moi, on n’aimera pas du tout sa nouvelle température moyenne et les conséquences environnementales qui y seront rattachées. Il nous reste à vivre avec les effets occasionnés par nos décisions passés.

images

Alors que j’espérais encore, j’ai vécu une très mauvaise période causée par l’indifférence générale. Ça me tuait de connaitre les conséquences certaines de l’usage immodéré des hydrocarbures, du gaspillage indécent de toutes nos ressources et des efforts timorés, pour ne pas dire inexistants, en ce qui concerne la récupération-réutilisation-recyclage. Je craignais et je crains encore les effets conjugués de la croissance de l’humanité sur la planète. Toujours accroitre notre nombre sans rien dérégler d’important, qui peut croire à cette stupidité ? Ce temps où je gardais encore un certain espoir, où j’anticipais la prise en charge de notre avenir par les politiciens, le temps de cette belle utopie est bien révolu.

Aujourd’hui je constate nos stupidités encore bien présentes et je souris. Je souris aux gens surpris par les effets qui commencent à devenir dévastateurs. Je souris de leur naïveté pathétique. Je souris en sachant que ce n’est que le début. Je souris en les voyant encore confiants de pouvoir continuer leur petite vie sans rien changer, comme si la terre n’a qu’un rhume passager. Je souris à leurs malheurs subits et imprévisibles alors qu’ils étaient tellement prévisibles. Je souris de les voir se justifier bêtement pour leurs inactions. Je souris en imaginant leur tête lorsque la suite sera tellement pire. Je souris de leurs pleurs coupables. Je souris de leur désarroi niais. Et je sourirai lorsqu’ils perdront tout.

51bKCwK2CWL._SX355_

Je ne rirai pas vraiment de leurs malheurs, mais je serai insensible aux pertes qu’ils subiront. Je ne me moquerai pas d’eux, mais je les laisserai pleurer sans broncher. Je sourirai en pensant que tout cela était évitable, que chaque humain avait la capacité de comprendre depuis longtemps les conséquences actuelles et futures. Je sourirai en empruntant un rictus mi-désabusé mi-accusateur. Je sourirai de ce fiasco global. On peut s’émouvoir du malheur de quelques individus, on ne peut pas s’émouvoir de milliards de cas semblables. Il ne reste plus qu’à sourire pour se donner le courage de traverser les pires événements en latence. Sourire pour éviter de sombrer dans la folie.

Croissances et exigences

Il est faux de croire que les Puissants de ce monde peuvent tout obtenir grâce à leur colossale fortune. Ils ne peuvent se payer deux éléments essentiels qui leur permettent de maintenir leur mode opératoire.

Le premier élément, les oligarques ont besoin d’une population mondiale croissante, sinon le système économique mondial capitaliste meurt étouffé puisqu’il est essentiellement basé sur le principe de la croissance ininterrompue des profits. Après avoir économisé en ayant coupé tous les gras possibles, après avoir acheté ou s’être autrement débarrassé de la plupart de leurs compétiteurs pour récupérer leur clientèle, le seul autre moyen d’augmenter les profits passe par la croissance des ventes. Ils doivent donc vendre plus d’unités à chaque consommateur tout en additionnant de nouveaux consommateurs.

Le graphique suivant montre l’irréversibilité du processus et la diminution généralisée. Notez que l’élite subsiste plus longtemps à l’effondrement et celle-ci compte bien en profiter pour changer de paradygme une fois que les autres bulles se seront effondrées. C’est pourquoi, pour l’instant, elle s’en fout encore de la croissance idiote puisqu’elle s’en nourrit et elle sera la dernière à y survivre. Cependant, leur mutisme pour le cacher ou leurs efforts pour tenter de nous convaincre du contraire ne saurait inverser ce processus.

Handy

Même les adolescents comprennent qu’une croissance continue infinie est impossible, sinon qu’adviendrait-il de leurs boutons d’acné et de leur moral ? Pourtant, le système capitaliste global nie catégoriquement cette évidence puisque toute sa stratégie repose sur une croissance continue ininterrompue. Vous avez entendu parler des dérives liées aux techniques de Ponzi. Pourtant, le système capitaliste mondial est construit sur ce principe de pyramide qui doit accroitre continuellement les dimensions de sa base. Autrement, tout le système flanche, implose et disparait.

Le deuxième élément essentiel dont les dirigeants de l’ombre ne peuvent se passer, ce sont nos bras pour faire leurs besognes. Afin de conserver leur hégémonie, ils doivent écraser les compétiteurs actuels et potentiels, détourner des ressources de tous types, affaiblir les pays inamicaux à leurs désirs. Pour ce faire, ça prend des guerres et des populations qui les soutiennent en désirs et en actes.

98781289_o.jpg

Des guerres sont alors inventées en utilisant toutes sortes d’excuses et de magouilles pour soutenir la croissance des consommateurs et des profits. Les économies des autres pays sont détruites et remplacées pour les contrôler afin de s’approprier toutes les ressources. Bon, on connait la suite.

Voilà pourquoi la population mondiale croît sans cesse et elle le fera jusqu’à l’effondrement de sa bulle, associée à celle qu’elle nourrit, le capitalisme d’entreprise et d’état, car il ne faut pas se bercer d’illusions, toutes les bulles finissent inexorablement par péter. Ce sont les mathématiques qui le disent. Ensuite, libre à nous tous d’y croire.

Nous sommes utilisés, non seulement comme consommateurs, mais également comme souteneurs des régimes politiques et financiers basés sur des croissances absolues.

Cet article ne cherche pas à critiquer ou à soutenir un système économique plus qu’un autre. Je ne désire pas non plus vous convertir à une idéologie quelconque. Je mets sur la table une équation dotée d’un point d’inflexion, au mieux une asymptote. En termes moins mathématiques, la population de la Terre finira par décliner. Dans le meilleur des cas, elle cessera de croitre. Cependant, cette deuxième possibilité ne peut pas s’obtenir avec un régime économique mondial basé sur la croissance perpétuelle.

deforestation

Vous pouvez encore dormir sur vos deux oreilles, l’hécatombe ne surviendra probablement pas de notre vivant, mais tous les signes avant-coureurs ont commencé à apparaitre et certains même depuis longtemps. Remarquez les dérives financières de plus en plus répétées causées par la recherche « créative » de nouveaux profits. Voyez comment la majorité des marchés sont de plus en plus monopolistiques. Observez les méthodes et les arguments de plus en plus tordus et mensongers pour créer des guerres. Constatez l’essoufflement de la terre nourricière par les monocultures afin de maximiser les profits. Notez la destruction irréfrénée des habitats non agricoles pour les convertir en terres arables. Un consommateur mort de faim est un consommateur en moins donc une source de profit disparue.

monoculture.png

Bientôt, la terre ne pourra plus nourrir que les humains, mais sans le reste du biotope, notre bulle explosera. C’est absolument impossible d’arriver à un autre résultat si la population humaine croit constamment.

Photos : diversifiedtrust.com ; delibere.frafriqueinside.compszczolyimy.pl

Retour des animaux géants ?

Lorsque les proportions de la faune étaient gigantesques, entre autres comme dans le temps des dinosaures, les températures extérieures étaient nettement supérieures à celles d’aujourd’hui. Avec le réchauffement du climat, peut-on s’imaginer que la sélection naturelle privilégiera les animaux plus volumineux ? Sans l’influence de l’humain, il est fort probable que les dimensions s’accroitraient. Le problème est que les animaux géants ont besoin d’une plus grande quantité quotidienne de nourriture. Avec la déforestation généralisée, les herbivores n’y trouveraient pas leur compte. Et sans herbivores énormes, point de carnivores géants.

Sans nécessairement retrouver les monstres d’antan, il est toutefois possible que les dimensions des animaux s’accroissent. Pourquoi ? Pour évacuer la chaleur corporelle. Lorsque le différentiel entre la température corporelle interne et la température ambiante diminue, les animaux à sang chaud ont besoin d’une plus grande surface de peau pour réguler efficacement leur métabolisme. Et qui dit surface de peau accrue, dit proportions accrues.

Le problème est que si la nourriture supplémentaire vient à manquer, et elle va manquer, il y aura un déséquilibre qui entrainera la disparition des animaux. On peut donc s’attendre à une autre hécatombe occasionnée par la hausse des températures globales et l’impossibilité d’équilibrer la surface corporelle à cette nouvelle réalité.

On est en droit de se demander ce qu’il adviendra de l’humain. Serons-nous obligés de croitre pour les mêmes raisons ? C’est possible, mais pas certain. Avec tous nos climatiseurs, la pression pour augmenter notre surface corporelle sera amoindrie, sinon éliminée. L’inverse serait même possible puisqu’une personne de moindre taille a besoin de moins de nourriture, moins de protéines pour survivre.

Pourquoi je parle de notre survie ? Parce qu’il y a beaucoup trop d’humains sur la planète et la population ne cesse de croitre. L’apex n’est pas très loin et lorsqu’il sera atteint, on verra une dégringolade. Comment ? J’ai ma petite idée, mais ce sera le sujet d’un prochain article.

Néocapitalisme, risques et cancer

Ç’aurait pu être un article recensant une autre bêtise humaine et ses conséquences. Oui, cette locution dénote une réalité relativement commune puisque l’humain commet des bêtises à l’occasion. Il suffit d’agir trop rapidement, et voilà.

Mais là, je veux parler de la bêtise réfléchie, généralisée, institutionnalisée et instrumentalisée. La bêtise comme mode de vie, comme système économique et comme système politique. Il existe d’autres terminologies plus commodes comme le capitalisme moderne ou le néocapitalisme. J’en veux à toutes ces formes de modèles économiques qui ont découvert le moyen d’inverser les rôles joués par les clients et ceux tenus par les investisseurs. En s’attardant à analyser la situation, on voit rapidement poindre cette dérive et l’idiotie de ces modèles basés sur le principe du cancer économique.

Voilà deux symptômes de cette aberration. Tout d’abord, l’inversion des rôles. Aujourd’hui, l’investisseur, celui qui est censé prendre des risques, voit ses rendements garantis. Mais où sont donc passés ses fameux risques ? Ils n’ont pas disparu pour autant. La stratégie est basée sur l’offre avant la demande. Elle engendre le désir plutôt que le besoin et par conséquent, le risque est transporté du côté de la clientèle qui veut absolument se procurer le produit ou recevoir le service. L’absence de systèmes d’évaluation fiables permet de commercialiser des produits pourris. Les gens se découragent de demander un remboursement ou un échange (pour un modèle tout aussi médiocre !). Ils préfèrent bien souvent jeter leur achat aux poubelles en même temps que la serviette. Évidemment, l’érection de barrières visant à plier l’échine fait partie de la stratégie permettant de garder les aléas uniquement du bord du client. Il est ainsi devenu le détenteur du risque et l’investisseur celui de la garantie.

Pourtant, qui relève cette inversion, ce mélange des genres, cette tare de l’économie moderne ? Grâce à un bassin suffisamment grand, l’entreprise se permet de perdre la confiance des clients pourvu que celle des investisseurs soit préservée. Et voilà, le pont est lancé pour comprendre la seconde idiotie de ce système, la fameuse croissance. Dans ce système économique, une entreprise ne se contente pas de croitre, elle doit impérativement gonfler au-delà d’un seuil plancher fixé par ses investisseurs. Ainsi, tous les coups sont permis et surtout ceux qui ont pour but de flouer ses employés et ses clients ou de manquer à ses obligations sociales. Et lorsque la compagnie rend l’âme, elle emporte ses promesses non tenues et ses négligences dans sa tombe avec ses autres mensonges. Bien entendu, l’investisseur moderne connait la fin inéluctable de ce système et retire ses billes au moindre signe de faiblesse puisqu’il est pleinement conscient du mécanisme visant à l’enrichir en rendant les entreprises moribondes. Ainsi, son niveau de risque personnel reste minimal. Il transporte alors son cancer dans un secteur de l’économie encore vierge de ses exactions, car il s’agit bien d’un cancer qui se nourrit de la vitalité des autres pour continuer de détruire sans relâche ceux qui font sa fortune.

Lire la suite « Néocapitalisme, risques et cancer »