Sourire

J’écris occasionnellement à propos des dérèglements climatiques. Selon moi, ils sont inéluctables, et ce depuis un bon bout de temps.

Je me souviens de ces années avant que les climatologues l’avouent. On battait record sur record et pourtant ces spécialistes refusaient catégoriquement de prononcer le terme « dérèglement », car la moyenne des températures était globalement respectée, malgré d’importantes  fluctuations en yoyo. Comme quoi la langue de bois n’est pas l’apanage des politiciens.

ciel-nuage-gris-FlickrLihns-1024x683

Aujourd’hui la cause est entendue, trente ans trop tard. À cette époque, ce sujet me tenait grandement à cœur. Maintenant j’ai jeté la serviette et je me prépare plutôt à subir les intempéries. J’ai acheté un véhicule capable d’affronter des conditions rudes. Bien sûr, il est plus gourmand que mes économes véhicules précédents, mais puisque le mal est déjà fait, je ne ressens aucune culpabilité. Je me suis placé en mode survie et mon véhicule en fait partie.

Ces dernières phrases sont lourdes de sens. Même si la planète entière cessait demain de brûler des énergies fossiles, même si nous changions tous subitement notre façon de vivre, les dérèglements climatiques surviendront quand même. À cause de l’effet hystérésis, changer nos comportements dès maintenant ne renversera pas la vapeur. La Terre a tout absorbé presque sans broncher, mais elle a atteint sa capacité maximale de rétention. Elle va basculer d’un état stable vers un autre état stable. Et croyez moi, on n’aimera pas du tout sa nouvelle température moyenne et les conséquences environnementales qui y seront rattachées. Il nous reste à vivre avec les effets occasionnés par nos décisions passés.

images

Alors que j’espérais encore, j’ai vécu une très mauvaise période causée par l’indifférence générale. Ça me tuait de connaitre les conséquences certaines de l’usage immodéré des hydrocarbures, du gaspillage indécent de toutes nos ressources et des efforts timorés, pour ne pas dire inexistants, en ce qui concerne la récupération-réutilisation-recyclage. Je craignais et je crains encore les effets conjugués de la croissance de l’humanité sur la planète. Toujours accroitre notre nombre sans rien dérégler d’important, qui peut croire à cette stupidité ? Ce temps où je gardais encore un certain espoir, où j’anticipais la prise en charge de notre avenir par les politiciens, le temps de cette belle utopie est bien révolu.

Aujourd’hui je constate nos stupidités encore bien présentes et je souris. Je souris aux gens surpris par les effets qui commencent à devenir dévastateurs. Je souris de leur naïveté pathétique. Je souris en sachant que ce n’est que le début. Je souris en les voyant encore confiants de pouvoir continuer leur petite vie sans rien changer, comme si la terre n’a qu’un rhume passager. Je souris à leurs malheurs subits et imprévisibles alors qu’ils étaient tellement prévisibles. Je souris de les voir se justifier bêtement pour leurs inactions. Je souris en imaginant leur tête lorsque la suite sera tellement pire. Je souris de leurs pleurs coupables. Je souris de leur désarroi niais. Et je sourirai lorsqu’ils perdront tout.

51bKCwK2CWL._SX355_

Je ne rirai pas vraiment de leurs malheurs, mais je serai insensible aux pertes qu’ils subiront. Je ne me moquerai pas d’eux, mais je les laisserai pleurer sans broncher. Je sourirai en pensant que tout cela était évitable, que chaque humain avait la capacité de comprendre depuis longtemps les conséquences actuelles et futures. Je sourirai en empruntant un rictus mi-désabusé mi-accusateur. Je sourirai de ce fiasco global. On peut s’émouvoir du malheur de quelques individus, on ne peut pas s’émouvoir de milliards de cas semblables. Il ne reste plus qu’à sourire pour se donner le courage de traverser les pires événements en latence. Sourire pour éviter de sombrer dans la folie.

Il n’y a pas de petites injustices

Qui que vous soyez, quoique vous fassiez, qu’importe votre travail, vos fonctions, vos pouvoirs, votre degré d’influence, l’injustice que vous causez aux autres ne possède pas de degré d’importance.

Les petites injustices n’existent pas, il n’y a que de l’injustice et toute injustice est une forme de calamité, car c’est une épreuve qui était évitable. Et voilà où le bât blesse. L’injustice est presque toujours un acte volontaire, voilà pourquoi les injustices ne sont pas quantifiables. Elles seront toujours de trop.

C’est comme le tabagisme, le meilleur moyen de briser le cercle de l’injustice, c’est d’arrêter d’en causer autour de soi, point final.