Déconfinement

Depuis le début du confinement, je me suis organisé une petite vie selon les obligations et les interdits reliés à la pandémie. À la maison, mon bureau pour le télétravail est encore mieux équipé et plus fonctionnel que celui du siège social. Avec mes trois moniteurs, mes écouteurs-micro sans fil, ma chaise ergonomique, mon téléphone et tous mes livres à portée de main, mes performances surclassent celles qu’il m’était possible d’offrir lorsque j’étais entouré de collègues.

Mes journées commencent plus tôt puisque j’économise sur le temps de transport et je termine mon travail plus tôt, ce qui me donne la marge de manœuvre nécessaire pour entreprendre mon deuxième travail, l’écriture. Celle-ci est une amante demandante et épuisante. Sans le confinement, mon plus récent livre, « Le domaine Ondana-Watermore » (DOW), ne serait pas encore paru et la suite, « L’ascension du Watermore » (LAW), végèterait au stade des balbutiements.

Le déconfinement signera peut-être mon retour au travail en présentiel. Je perdrai alors énormément en qualité de vie. Je ne pourrai plus écrire autant, je ne pourrai plus faire autant d’activité physique, je serai plus fatigué et je deviendrai plus hargneux. Bon ! Difficile de devenir plus hargneux que je le suis, mais j’espère que ce soit quand même possible. Le déconfinement me semblera plutôt une déconfiture.

Comme quoi, le confinement qui paraissait être un malheur, une épreuve, une calamité, peut prendre exactement la forme inverse. Alors avant de prendre des airs affectés concernant les changements qui affectent nos aires de vies, commençons par les vivre avec la plus grande sérénité. Ils cachent peut-être de bien plus grands bonheurs que nous pourrions l’imaginer.

Il n’y a pas de petites injustices

Qui que vous soyez, quoique vous fassiez, qu’importe votre travail, vos fonctions, vos pouvoirs, votre degré d’influence, l’injustice que vous causez aux autres ne possède pas de degré d’importance.

Les petites injustices n’existent pas, il n’y a que de l’injustice et toute injustice est une forme de calamité, car c’est une épreuve qui était évitable. Et voilà où le bât blesse. L’injustice est presque toujours un acte volontaire, voilà pourquoi les injustices ne sont pas quantifiables. Elles seront toujours de trop.

C’est comme le tabagisme, le meilleur moyen de briser le cercle de l’injustice, c’est d’arrêter d’en causer autour de soi, point final.

Allez, Terre, dis-le-moi !

Il existe quelques endroits au monde qui se partagent, s’échangent, se disputent le titre du plus vieux terrain de la Terre.

On a tout d’abord un craton en Afrique du Sud, l’Australie défend aussi chèrement sa vieillesse, tout comme le Groenland qui détenait la palme jusqu’à tout dernièrement avec un prélèvement âgé de 3,8 milliards d’années. Mais récemment, des géologues québécois ont rendu les trois autres pays jaloux.

image-2

Je me souviens lorsque j’étais plus jeune et je croisais ce genre de rochers qui me semblaient bien étranges avec leurs veines ou taches blanchâtres circulant au travers d’une gangue d’un gris neutre, terne, triste, patiné. Instinctivement, je semblais déjà comprendre que cette roche était très vieille. Elle ne possédait à peu près aucun attrait, semblait fatiguée d’exister, elle avait cédé ses trésors primordiaux pour ne garder que l’ennui. Par contre, ce substrat paraissait extrêmement solide, dur, dense, inaltérable, et pourquoi pas éternel !

thumb

Des prélèvements effectués au Nunavik dans le nord du Québec ont révélé un âge jamais atteint par aucun autre caillou sur Terre. Il serait âgé de 4,2 milliards, voire 4,3 milliards d’années alors que l’âge de la planète est estimé à 4,54 milliards d’années. C’est dire comment ces roches furent parmi les premières à apparaitre à la surface et à n’avoir jamais été recyclées ou totalement érodées.

1462

J’en ai parlé dans d’autres articles, au Québec le sol fait presque totalement partie du Bouclier canadien, une vaste étendue de roc solidaire issu du magma remonté près de la surface puis solidifié par lent refroidissement. C’est essentiellement du granit, une roche plutonique, c’est-à-dire qu’il ne s’est jamais produit d’effusion de lave. Le refroidissement du magma s’est effectué en profondeur, gardant ainsi une forme cristalline à plus haute densité.

Une datation précise et comparative avec les autres sites ailleurs dans le monde reste difficile. Dans le cas des roches du Nunavik, on y est allé avec la désintégration du samarium 146 aujourd’hui entièrement transformé en néodyme 142, un isotope stable.

DSC06852

Cette découverte confirme quelques hypothèses comme l’âge de la Terre ou une autre suggérant qu’elle était à ses débuts une immense boule en fusion, que les continents ont émergé du magma bien plus tôt qu’imaginé autrefois et que des croûtes toujours visibles ont résisté à toutes les conditions ayant mené à la disparition des autres continents. On peut donc étudier la composition chimique de ces roches maintes fois milliardaires afin de mieux comprendre les origines de la formation de notre globe et les mécanismes naturels qui l’ont alors façonné.

image3-121

Étrange qu’un si jeune pays soit si vieux et qu’émergeant tout récemment de la dernière période glaciaire, il laisse maintenant apparaitre son âge vénérable. Nous, habitants de ce lieu, sommes-nous influencés par le sol sous nos pieds ? Percevons-nous sa solidité à toute épreuve ? Nous inspire-t-il son calme, son assurance, sa patience ? J’aimerais croire qu’il en soit ainsi, que nous, humains vivant à sa surface, devenons plus solides et plus sages à son contact. Une force tranquille que rien ne peut faire disparaitre. Une assise maintes fois éprouvée, mais toujours bien ancrée. Est-il possible qu’on devienne de meilleurs humains si l’on vit sur un meilleur sol ? Nous imprègne-t-il de ses qualités intrinsèques ?

8-qc-101gaspesie.jpg

Le meilleur moyen de le savoir serait de lui poser la question. Il est probablement dur… d’oreille, mais je suis certain qu’il pourrait me répondre… à sa façon. Un rare petit séisme de faible amplitude pourrait constituer une bonne façon de me le confirmer.

Allez, Terre, dis-le-moi !