Totem

Comme tout bon Québécois issu des premières colonies, je transporte une certaine quantité de sang amérindien. Mais qu’on soit de sang mêlé ou non, poursuivre un des rituels des Premières Nations consistant à se donner un totem vaut le coup d’être sérieusement envisagé.

Le principe consiste à trouver avec quels animaux de la nature, nous possédons des qualités communes et aussi des qualités que nous voudrions acquérir ou améliorer.

Un totem peut consister en un seul animal ou plusieurs. On peut en rajouter d’autres au cours de notre vie, mais il n’est pas plus conseillé d’en prendre trop que d’en retrancher un qu’on aurait choisi sans trop réfléchir.

Il est également préférable de trouver deux animaux ne partageant pas les mêmes proies et territoires ni possédant les mêmes attributs. On ne devient pas meilleur en choisissant des semblables, mais des contraires. La complémentarité améliore la qualité du totem qui définit ce que l’on pense de soi, ainsi que la personne que nous aimerions devenir.

Ainsi, un totem ne se choisit pas à la légère et parfois un ou plusieurs avis peuvent s’avérer utiles. Cependant, un conseiller doit éviter de nommer un animal en particulier. Le choix revient totalement à celui qui portera ses marques. Il est préférable de demander à la personne de nous parler des qualités qu’elle s’attribue et celles qu’elle aimerait acquérir pour ensuite lui demander de trouver les animaux correspondants. Lire des livres, regarder des documentaires et observer les animaux sont les meilleurs outils pour découvrir son totem.

hqdefault

Un totem se sculpte par le bas et se termine par le haut. On voit donc souvent des totems avec un animal terrestre touchant le sol et un animal aérien touchant le ciel. L’eau constitue aussi un très bon réservoir d’animaux à ne pas négliger. Il faut concentrer son attention sur les qualités des animaux, pas sur leur apparence ou leur popularité. Par exemple, la tortue est un animal possédant des qualités extraordinaires que sa lenteur nous fait malheureusement oublier. En choisissant cet animal en totem, on ne cherche pas à devenir moins dynamique, on veut plutôt améliorer sa résilience, son endurance et sa pugnacité.

J’ai écrit une nouvelle dans le premier tome des « Scénarios de fins du monde » qui traite de l’obtention de totems. Cette histoire m’a profondément ému bien que j’en sois l’auteur. Lorsqu’un écrivain vous dit qu’une histoire existait déjà et qu’il n’a eu qu’à la coucher sur papier, ma nouvelle « Rite de passage » m’a semblé provenir d’un très lointain passé. Elle fait partie des histoires que mon cerveau a captées sans la chercher, sans la forcer, mais en l’acceptant alors qu’elle s’est simplement présentée au bout de mes doigts.

Il est difficile d’expliquer mon état d’esprit durant cette phase d’écriture. Cependant, je me souviens d’être calme et en paix. Ma nervosité augmentait parfois lorsque le flux devenait plus rapide et que je craignais d’oublier certains passages. En y repensant, je pourrais même affirmer que nous composions la nouvelle à deux. Nous étions interconnectés, calmes et en paix avec cet état second. Cette fusion me donnait accès à de nouvelles idées, mais également à d’autres émotions. Ce texte ne me ressemble pas vraiment, pas plus que le style employé pour raconter cette aventure.

cover-r4x3w1000-5ce57d076526a-2cf59c0dcf47533c358b7a916c4b2844330cccde-jpg

J’ai mis du temps avant de décider de mon totem et les deux animaux qui le composent n’ont pas été choisis simultanément. J’ai plutôt attendu des signes. Lorsque certains d’entre eux sont venus sous forme répétitive, j’ai pensé qu’il était temps de les adopter. Pour mon totem terrestre, ce fut le loup, mais pas n’importe lequel, et pour mon totem aérien, mon choix s’est arrêté sur le grand corbeau.

Bon, celui-là m’était peut-être prédestiné, mais il existe quand même plusieurs espèces d’oiseaux dans la famille des corvidés et le fait de choisir le grand corbeau parmi les autres espèces de la même famille n’avait rien d’anodin.

La plupart des loups font partie d’une meute, sauf ceux qui ne respectent pas l’autorité du mâle alpha. Ils deviennent alors des loups solitaires vivant à l’écart de la meute. J’ai toujours été ce genre de loup malgré mes efforts pour faire partie de plusieurs meutes. Un solitaire se trouve parfois un ami et ils chasseront à deux, augmentant de beaucoup leur chance de survie. Le loup prend soin de ses malades, et on peut même aller jusqu’à dire qu’ils respectent des rituels.

Evermore

Quant au grand corbeau, il se démarque clairement de ses cousins. Il ne participe pas à des rassemblements, il est fidèle et protecteur. Il reste plus sauvage que les autres et il est capable de chasser des animaux comme des oiseaux de proie. Il chante épouvantablement mal. En fait, son cri ressemble à une porte de grange grinçante émettant des sons graves. Se faire frôler la tête par un grand corbeau a de quoi impressionner, car son empennage est parmi les plus grands des oiseaux de la forêt. Cependant, s’il vous croit inoffensif, avec le temps il deviendra un peu moins rébarbatif à votre présence. Il se permettra même de vous faire une place dans son environnement et ne vous importunera presque plus. Par contre, cela ne l’empêchera pas de vous réveiller sans gêne aux petites heures. Il vaut mieux accepter de se lever, parce qu’il ne cessera pas avant de vous voir. C’est peut-être sa façon de démontrer qu’il vous accepte… un peu.

Le totem est un guide de vie comme bien d’autres choses. Je n’y cherche pas des interventions magiques ou surnaturelles, divines ou contrôlantes. Mon totem n’est pas moi, mais une représentation quelconque de mon for intérieur. Il peut m’aider à me définir ainsi qu’à garder le cap durant les multiples tempêtes qui jalonneront ma vie. Le totem se dresse et il est fier d’être debout, de se présenter aux autres.

Il faut protéger et entretenir son totem. On ne se moque jamais du totem des autres, puisque aucun animal n’est inutile, aucun animal n’est dépourvu de qualités, tout animal mérite de vivre et de faire bonne figure sur un totem.

Il n’y a pas si longtemps, les villes n’existaient pas et nous vivions entourés d’animaux, tous ensemble sur les mêmes territoires. Cette histoire, c’est la nôtre et elle nous habite. Le totem nous ramène à une époque où nous vivions parmi les animaux.

Un totem se retrouve rarement sous la forme d’une véritable sculpture, c’est plutôt une représentation mentale. Certains voudront toutefois posséder un objet représentant leur totem. Je conseille de le faire modeste, une dizaine de centimètres suffit amplement et il se sculpte plus rapidement.

Pour terminer, rien n’est plus satisfaisant que la fierté de son totem, car il nous relie à la nature et il nous révèle à nous-mêmes. Portez-le sans gêne et ne soyez pas timoré, parlez-en aux autres. Invitez les gens à s’en choisir un. Ça ne fait aucun mal et on acquiert un bien plus grand respect de la nature lorsque nos animaux nous suivent partout où l’on va.

Écrivez un commentaire pour me faire connaitre votre totem.

La saga de Noé

Cet article fait suite aux deux précédents, «La comète de Noé» et «Survivre à la comète de Noé»

La désolation est totale, mais vous êtes trop sous le choc pour en évaluer l’ampleur et en comprendre tout le sens. Vos deux enfants sont inconsolables. Votre femme vous regarde anxieusement, mais vous êtes incapable de la rasséréner, de lui dire que tout ira bien, car vous savez que c’est faux. Voyant que vous êtes les seuls survivants sur un territoire aussi grand que peut porter votre vue, vous vous demandez si mourir n’aurait pas été une meilleure solution!

image2

Vous vous retrouvez sur une ile jonchée de débris végétaux entremêlés de créatures marines ayant succombé au tsunami. Instinctivement, vous commencez à en extirper des décombres afin de vous faire des provisions. Heureusement, tous ces arbres déracinés vous donneront le bois nécessaire pour cuire cette viande afin de la préserver. L’ile n’est pas immense, mais elle abrite encore certainement quelques animaux enfouis dans des terriers.

Pour l’instant, le mieux est d’occuper les enfants pour les sortir de leur état de choc. Le jeunot aidera sa mère à cuire les poissons tandis que votre fille vous donnera un coup de main pour la fabrication d’un abri.

Pour tout outil, il ne vous reste que votre lance et votre couteau que vous donnez à votre femme. Il faudra faire mieux avec peu.

1920px-Clouds_over_the_Atlantic_Ocean

Votre fille déploie d’étonnantes aptitudes, tant physiques qu’organisationnelles. Elle n’a pas raté une seule de vos leçons et elle le démontre avec une énergie juvénile, c’est-à-dire inépuisable. À défaut de trouver une grotte, vous assemblez rapidement des troncs d’arbres pour former une construction mi-toit mi-mur que vous orientez de façon à vous mettre à l’abri des vents dominants. Les côtés sont construits à partir d’arbres plus petits et de branches. Il ne restera qu’à sceller les interstices avec des branchages et de la boue. Ce ne sera pas totalement étanche, mais ça fera l’affaire pour passer les prochaines nuits.

Tandis que vous laissez votre fille terminer l’abri, vous partez à la recherche d’eau douce, la prochaine priorité. Déjà, la soif vous tenaille à cause des derniers efforts déployés et vous espérez vraiment trouver un quelconque réservoir intact. La surface de l’ile est inégale et il est possible que des anfractuosités aient accumulé de l’eau de pluie.

grotte

Avec de la persévérance, de l’observation et un peu de chance, vous découvrez, sous des buissons réputés pousser dans des sols humides, des rochers fracturés formant une cuve remplie du précieux liquide. À l’aide de feuilles, vous puisez de l’eau pour en apporter au reste de la famille. Il faudra fabriquer un contenant étanche avec des clisses de bois, une hache vous sera nécessaire. Déjà, vous vous attelez à fabriquer deux modèles de cet outil très polyvalent.

Les jours passent et vous avez compris dès le début qu’aucun avenir ne réside sur cette ile. L’habitude d’observer les oiseaux vous a indiqué une direction. Ils semblent tous se diriger vers le Soleil levant. C’est donc par là que vous devez emmener votre famille même si la mer s’étend à perte de vue dans cette direction.

496091_zakat_more_pticy_3872x2432_www.Gde-Fon.com

Un radeau devrait apporter la solution. Puisque les arbres morts et les débris végétaux s’étalent à profusion, la matière première pour le construire ne pose aucun problème. Votre fils démontre une belle opiniâtreté au travail. Il a appris à pêcher et à chasser les oiseaux et les petits mammifères, vous dégageant de cette responsabilité.

Un jour, votre femme et votre fille vous font une étrange demande. En fait, c’est plus une décision qu’une suggestion. Elles veulent emporter le plus d’animaux possible sur l’embarcation. Leurs arguments ne manquent pas, mais les conséquences de cette nouvelle réalité sur les plans de l’embarcation sont énormes. Elle retardera de plusieurs lunes le jour du départ, mais mon argument massue se fracasse contre la ferme intention des deux femmes. «Il n’est absolument pas question de partir sans les animaux.» Même mon air le plus dépité n’a pas eu raison de leur détermination.

mauii013

Le radeau est agrandi, solidifié et compartimenté. Nourrir certains animaux devrait s’avérer plutôt aisé, il n’en ira pas de même avec d’autres. La question de fond est de savoir combien de temps durera la grande traversée, une inconnue dont dépendent les quantités en réserves à embarquer et surtout la quantité d’eau douce qui sera nécessaire à toute la ménagerie.

Le grand Jour approche. La chasse aux animaux pour d’autres fins que de terminer immédiatement dans vos estomacs est finalement commencée. Les cages sont prêtes à les accueillir et le radeau, parlons maintenant d’une arche, a été mis à l’eau hier soir lorsque vous l’avez fait glisser sur des rondins jusque dans le bassin d’eau profonde.

Rondins

Votre femme révise une dernière fois les calculs des quantités d’eau à l’aide de cailloux. «Nous devrons tous nous limiter à boire moins que nécessaire, vous dit-elle. Nous pourrons tenir une demi-lune s’il ne pleut pas.»

Vous n’êtes pas marin. Vous avez toujours détesté la mer depuis qu’elle a pris votre ainé. Vous comprenez toutefois le principe des courants de marée et des courants dominants. Sur l’eau, il est impératif de prévoir ces courants afin d’éviter les dérives. Durant la construction de l’arche, vous avez eu le temps d’observer les cycles et vous avez fait certains rapprochements avec les positions de la Lune et du Soleil. Vous avez gravé vos observations les plus significatives sur un morceau d’écorce. Vous avez également confectionné des cordelettes avec des nœuds afin de compter les cycles des marées. Muni de ces deux éléments, vous devriez prévoir les courants et adapter vos manœuvres en conséquence.

60896c838df38b122ab6e42bdc45b334

L’embarquement s’avère un moment plus émotif qu’escompté. Il faut non seulement quitter la terre qui nous a vus naitre, mais également celle qui nous a sauvés et maintenus en vie, tout cela pour affronter une mer apparemment infinie aux confins inconnus. Avant de détacher la dernière amarre, vous dites à votre famille: «Nous avons eu la chance de survivre à la Grande inondation. Nous avons vécu heureux par la suite en faisant tous de notre mieux. Si notre vie devait se terminer sur les vagues de cette mer, nous ne devons rien regretter. Qui sait ce qui nous attend au loin? Notre périple deviendra peut-être légende. Une belle légende comme toutes celles que je vous raconte le soir autour du feu.»

screen-shot-2017-12-28-at-10-16-04-am

Allez, chéri! Cesse de parler et détache-nous, on a une terre à trouver!

Le paradoxe de la machine

L’outil n’est pas propre à l’humain, même des corbeaux en conçoivent et les utilisent, c’est pour dire! La machine, par contre, semble effectivement être un point d’inflexion entre l’humain et ses proches biologiques.

gammasquadcrows2

Un outil est manipulé par un animal quelconque, parfois par l’humain, pour effectuer un travail. Une machine effectue un travail sans l’apport constant d’une entité biologique. Une fois en route, elle poursuit sa tâche de manière autonome. Elle accomplit une opération pour laquelle elle a été conçue. Une machine ne doit rien au hasard, sauf peut-être l’idée, mais ensuite, on la harnache par volonté afin d’obtenir un effet prévisible et prévu.

roue-a-aube

La machine a commencé de manière toute simple. Le moulin à vent, la roue à aubes. On récupère une énergie et la machine la transforme. La machine est donc bien plus qu’un outil, elle déplace de l’énergie pour en produire une autre plus adéquate à nos besoins. À part sécher le linge, le vent était plus nuisible qu’utile. Les voiliers ont changé la donne, ils ont transformé l’énergie éolienne pour faire mouvoir leur imposante masse sur un liquide susceptible de les déplacer plus aisément.

1200-x-9001

Le vent moud du grain en faisant tourner une meule. Une fois les pales en action, le moulin poursuit son travail tout seul. C’est une machine, pas juste un outil, car une machine doit être munie d’une source d’énergie pour garder son autonomie d’action. Vent, gravité, électricité, différence de température ou de pression, lumière, le choix énergétique est vaste et l’humain a harnaché la plupart des formes d’énergies de la nature. Il s’est construit une quantité phénoménale de machines à tout faire et celles qui lui manquent verront le jour.

Étrangement, ou plutôt paradoxalement, la machine qui devait nous affranchir du travail ne nous a pas affranchis d’elle. Bien au contraire, nous avons toujours été dépendants de nos créations et aujourd’hui plus que jamais. Ce n’est plus un culte en son honneur, c’est une soumission totale envers elle.

plateforme-petrole

Bien sûr, tout ceci était prévisible et a effectivement été prévu par certains visionnaires ou simplement par des gens dotés d’un gros bon sens. La machine nous a affranchis de certaines tâches qu’elle prend en charge pour nous asservir à elle-même.

L’échange valait-il le coût? Sommes-nous mieux aujourd’hui qu’avant l’invention de la machine?

homme-enchainé

Bien entendu, la machine possède une certaine autonomie, elle ne nous enchaine pas totalement à elle, mais lorsqu’elle cesse de fonctionner, elle n’a pas son pareil pour nous culpabiliser et nous obliger à la remettre en fonction. On nous apprend vite qu’une machine arrêtée fait perdre une fortune à ses propriétaires sans donner la contrepartie, combien elle leur fait amasser de fric. On nous parle toujours que des pertes et plus la machine est grosse…. Alors on court la secourir et la remettre en marche, peu importe le jour, l’heure et ce que nous étions en train de faire.

Voilà le nœud du problème. Nous ne maitrisons plus notre horaire, nous laissons la machine décider à notre place. On apprend à laisser pleurer un enfant la nuit pour qu’il s’habitue à ne pas nous manipuler et on devient incapable de laisser une machine hors d’usage sans virer fous.

20150128-094845-g

Les nouvelles bestioles technologiques enfouies dans nos poches sont les pires de toutes. Elles nous soumettent aux supplices de la pastille, du bandeau, du vibrateur et de l’alarme sans égards à notre sommeil, nos pauses, ni même à nos moments intimes sur le trône. Et on les laisse nous manipuler, nous enchainer, nous esclavager, alors qu’elles devraient nous libérer. Nous libérer de quoi? Certainement pas des machines!

uploads%2Fstory%2Fthumbnail%2F55364%2F15e4ddd3-60ed-4916-a871-0f8a03109fee.png%2F950x534.png

Alors, partez immédiatement à la recherche de notre John Connor, celui qui nous sauvera du règne des machines, car cette ère est déjà commencée.

Le singe et son égoportrait

Cette histoire a fait le tour de la planète. En 2011. Un singe, en l’occurrence un macaque noir à crête prénommé Naruto, vivant sur l’ile de Sulawesi en Indonésie, ravit l’appareil photo du photographe David Slater et fait ce que tout humain aurait fait dans les circonstances, il s’est pris en photo alors qu’il arborait son plus beau sourire.

Selfie-de-singe-les-droits-du-celebre-cliche-reviennent-a-l-humain

La photo dérange parce que le singe semble vraiment avoir compris le rôle de l’appareil, la façon de s’en servir et le résultat attendu, mais on est dans la jungle. Son sourire lui donne un air, je dirais, conscient et désireux d’être à son avantage. Le genre de sourire qu’on aime bien avoir sur nos propres photos, pas trop ni trop peu.

Une ONG du nom de PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) a alors tout de suite voulu garantir la propriété de l’égoportrait à Naruto en renvoyant cette histoire devant les tribunaux afin d’en déterminer la légitimité et surtout les revenus découlant de sa diffusion.

Remplaçons le singe par un humain qui agit à l’identique et voyons ce qu’un juge aurait peut-être décidé dans les mêmes circonstances. Voulant récupérer ses droits sur l’égoportrait, il s’adresse à une cour qui juge l’affaire.

marteau-juge

Le juge doit décider de la propriété d’une œuvre faite à partir d’un objet volé. C’est ça la vraie cause. À sa place j’aurais dit ceci: «cette photo ne vous appartient pas puisque vous l’avez fait avec un objet qui ne vous appartenait pas et sans le consentement de son propriétaire légitime pour la réaliser. Si vous voulez créer des œuvres, assurez-vous d’être le propriétaire de vos outils ou de détenir les autorisations nécessaires pour les utiliser.»

Le photographe a quand même accepté de donner 25 % des futurs revenus tirés des deux clichés faits par le singe à des organismes qui protègent l’habitat de Naruto et des autres macaques d’Indonésie. On parle ici d’une entente à l’amiable intervenue devant une cour, pas un jugement de la cour.

Cf2xBy8XEAAiR2i-e1498050212461-759x500

J’aimerais qu’un humain donne (en bonne et due forme) un appareil photographique à un primate et que celui-ci s’amuse à prendre des photos. Ensuite que cette personne tente de s’approprier les œuvres du singe en faisant entendre sa cause devant un juge qui serait défendue par une ONG comme celle ayant défendu les droits de Naruto.

On pourrait statuer sur la propriété intellectuelle d’une œuvre effectuée avec un outil appartenant à l’animal, et non pas sur la propriété technique d’une œuvre. Enfin, le vrai débat pourrait bien avoir lieu sur les droits des animaux à créer des œuvres et à en être les propriétaires légitimes.

Évidemment, qui aurait le droit de dépenser cet argent et pour quelles raisons reste à définir. La solution privilégiée dans le cas de Naruto s’avère intéressante, car l’argent sert réellement à l’animal qui, à mon avis, est le propriétaire légitime des œuvres qu’il crée tant qu’il ne chaparde pas les outils utilisés pour sa création.

Photo de Naruto : europe1.fr ;
Marteau : raphaelcharrier.toutpoursagloire.com ;
Singe et appareil photo : spi0n.com

C’est bon rire

La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri.
Chamfort

img_3247

Riez pendant qu’il vous reste des dents, après on rira de vous.
LeCorbot

vieux rire sans dent

Rire de soi, c’est le plaisir solitaire
LeCorbot

0feqw6ak

Et les perles en dents se moulent
Pour l’écrin des rires charmants
Théophile Gautier

Laughing woman with great teeth

Pauvre Charles Darwin !

Les détracteurs de la théorie de l’origine et de l’évolution des espèces de Darwin sont nombreux. Les créationnistes sont probablement les mieux connus, mais il en existe plein d’autres, dont plusieurs théologiens et les néo-évhéméristes qui considèrent les progrès fulgurants de l’espèce humaine comme étant dus à des manipulations génétiques opérées par des extraterrestres en vue d’accélérer notre évolution plutôt qu’à des changements dus uniquement à la façon dont la Nature fonctionne et à nos activités parmi celle-ci.

On tente également de réfuter Darwin à partir de l’évolution de notre pilosité. D’après ces penseurs, perdre sa fourrure ne constitue pas une évolution puisqu’elle nous aurait obligé à nous vêtir, ce qui constitue une mésadaptation dans le cadre d’une nature où règnent généralement le trop froid ou le trop chaud. Les poils isolent bien la peau des sévices causés par ces deux extrêmes. Un autre exemple bien connu est le fait que le grand naturaliste aurait dit que l’humain descend du singe.

Je dois dire à tous ces gens qu’ils auraient dû lire « L’origine des espèces » et le lire en entier, et le lire pour le comprendre, parce que Darwin n’a jamais dit l’une ou l’autre de ces faussetés. Je suis certain qu’ils ne se basent pas sur leur propre lecture, mais sur des interprétations de gens désirant à tout prix démolir cette théorie à coups d’arguments fallacieux et de propos tirés de leur seule imagination plutôt que des écrits réels de Darwin.

Pour ceux qui croient que la vitesse de l’évolution de l’humain ne peut pas avoir été naturelle, j’aimerais qu’ils me fournissent une liste des autres espèces aussi évoluées que nous, ou plus, qui habitent sur d’autres planètes et qui ont connu une évolution beaucoup plus lente que la nôtre, prouvant que nous n’aurions pas pu évoluer aussi rapidement sans un coup de pouce (ou peu importe le nom que les extraterrestres lui donne) de créatures extra planétaires. Il me faudrait également la liste des espèces ayant reçu ce coup de pouce pour comparer les vitesses d’évolution des deux groupes témoins à la nôtre. Nous pourrions ainsi douter, sans encore toutefois en être totalement certains, que notre évolution ressemble plus à celle du premier ou du second groupe témoin et ainsi en tirer une hypothèse réaliste. Malheureusement, seules des archives permettraient de déterminer, sans conteste possible, si nous avons évolué seuls ou en étant aidés d’une quelconque façon. Conclusion, sans posséder aucun point de comparaison scientifique réellement comparable et dénué d’arguments démagogiques, on ne peut absolument rien déclarer sur la vitesse de notre évolution, peu importe qu’on la trouve rapide ou même époustouflante.

En ce qui concerne notre pilosité ainsi que d’autres exemples du même acabit, Darwin a insisté plusieurs fois dans son livre sur le fait qu’évoluer ne signifie en rien s’améliorer. L’évolution est aléatoire. Certaines espèces en bénéficient, d’autres y perdent au change et plusieurs en sont indépendantes. Perdre nos poils n’a pas été un avantage face à une nature inclémente. Il peut toutefois avoir accéléré nos besoins de trouver rapidement une parade et notre recouvrement par la peau d’un animal mort aurait été notre réponse. Ce faisant, l’obligation de se promener avec une fourrure naturelle serait devenue moins importante, ce qui aurait permis aux partiellement glabres et ensuite aux glabres de continuer à se reproduire et ainsi de transmettre ce caractère génétique à leur descendance. Les détracteurs omettent également le fait que l’humain a pratiquement été exterminé de la surface de la terre à quelques reprises. Mais ça ferait tache parmi leurs arguments déjà pauvres en quantité et nuls en qualité.

Et enfin, pour en finir avec le fait que Darwin nous aurait comparés à des singes en nous plaçant dans leur filiation, c’est un autre mensonge éhonté. Les singes et l’humain sont des branches bien distinctes dans un immense arbre dont le tronc est un organisme unicellulaire vivant il y a 4 milliards d’années. Alors, tant qu’à faire, en utilisant leur même logique défaillante, je les compare à une éponge, à une amibe ainsi qu’à une algue puisque ces trois organismes partagent également des ancêtres communs avec nous. Peut-être trouveront-ils ainsi le singe plus acceptable après tout. Quoique le plaisir que je ressens à les associer à une éponge ou à une algue est trop grand. Je pense que je vais écrire un livre pour parler d’eux. Je l’intitulerai « L’origine des espèces… ignares et fières de le rester ».

Dans un autre article, j’aborderai une erreur commise par Darwin et elle ne concerne pas ce dont je viens de parler. Une erreur qui semble lui avoir passé sous le nez. C’est tout de même encourageant pour nous. Elle permet de constater que personne n’est à l’abri d’en commettre.