Fin de l’ère mondialiste

Naïvement, on a bien voulu y croire et comme toutes les lubies, elle s’est laissée désirée puis elle nous a enchantés, émerveillés, à tel point que nous en sommes devenus esclaves.

Aujourd’hui nous voyons la bulle se crever, notre folie se montrer sur son vrai jour. L’impensable apparait. L’élastique trop tendu a éclaté et stupidement nous nous en étonnons.

Nous ne pourrons pas arrêter l’économie de cette façon tous les ans. Nous devrons apprendre à vivre entourés de ces fléaux et à mourir à cause d’eux. La machine à dépopulation s’est probablement mise en branle.

Nous croulons sous les exemples des mauvaises décisions prises uniquement dans le but de diminuer légèrement les coûts de nos articles fabriqués. Nous ne possédons plus l’expertise ni les appareils pour créer nos propres équipements de protection. Comble de la négligence, nous venons de comprendre que ceux qui viennent des pays remplis de promesses mensongères ne satisfont pas aux normes pourtant exigées.

Notre cupidité nous détruit et elle continuera parce que nous ne cesserons pas de l’être. Un beau cercle vicieux comme le chien qui court après sa queue. Nous nous moquons du cabot et pourtant nous sommes pires que lui, car nous avons la conscience de nos actes et de nos décisions.

Un milliard ou moins. C’est à ce nombre que l’humain réussira à reprendre sa destinée en mains. La mondialisation cessera d’une façon ou d’une autre, car nous avons également mondialisé les maladies.

Ne vous étonnez pas que nous n’apprenions rien de la leçon actuelle. On pensera à un événement passager exceptionnel. Pourtant, ce n’est pas un malheur tiré du hasard, mais un coup de semonce asséné à notre société. Le comprendra-t-on enfin ?

Les six monstres

Autrefois, nous pouvions compter sur six types d’événements distincts très efficaces pour limiter la population mondiale.

Commençons par les événements les plus frappants, les cataclysmes naturels. Chutes de météorite, bouffées de rayons gamma, explosions de volcans, séismes destructeurs, tsunamis ravageurs, ouragans monstrueux, ces causes multiples tuaient vite et en très grande quantité. Ces situations existent encore, mais maintenant il est possible de limiter les pertes par des prévisions fiables et des alertes adéquates.

MIT-Blackhole-Jet_0

Ces cataclysmes naturels causaient la plupart du temps de grandes famines, accroissant du même coup le nombre de victimes collatérales, mais les temps de disette pouvaient être dus à bien d’autres facteurs, comme à des agents pathogènes, à la pauvreté et même à des despotes. La famine a existé de tout temps et continue, aujourd’hui encore, son œuvre destructrice. Chaque année, plus de 10 millions de personnes meurent de malnutrition. Ce chiffre représente environ 0,1 % de la population. Autrefois, ce pourcentage était bien plus grand. Aucune région et aucune époque n’était épargnée par le manque de nourriture ou par sa qualité compromise.

guerre-civile-1970_1_729_476

Ensuite, évidemment, la faucheuse pouvait compter sur les maladies. Qu’elles aient été causées par des insectes, des rongeurs, par des volatiles ou par tout autre vecteur infectieux provenant d’une hygiène déficiente, une bonne peste décimait facilement le tiers de la population d’une région en quelques semaines. Rajoutons à cela les autres maladies naturelles non soignées, l’humain tombait comme des mouches. Une médecine minimaliste n’y pouvait pas grand-chose et la plupart du temps elle n’était accessible qu’aux plus fortunés.

cover-r4x3w1000-5a16db69e4a1e-etching-the-plague-in-florence-1348-wellcome-m0000786

Plus près de nous, la grippe de 1918, dite espagnole, a fait 100 millions de morts, soit près de 5 % de la population de l’époque. Cette pandémie est survenue après une autre grande cause de mortalité chez l’humain, les guerres, et dans ce cas particulier, c’était la Première Guerre mondiale qui venait d’emporter 20 millions d’individus, soit près de 1 % de la population totale de la Terre.

Puisque les guerres ont toujours existé, le nombre d’humains à trépasser à cause d’elles est innombrable. Qu’il s’agisse de petits ou de grands conflits, autrefois les guerres achevaient de décimer les populations que les autres causes avaient encore épargnées.

histoire_sociale_ww1

Il ne faut surtout pas oublier que l’humain mourait également dans de nombreux accidents occasionnés par trop peu de précautions et si peu d’intérêt pour les prévenir. L’humain était une bête facilement sacrifiée au nom de la moindre convoitise. Les accidents faisaient partie des « risques du métier », comme on disait à l’époque.

Le sixième fléau occasionne moins de victimes que les autres. Cependant, il est certainement le plus monstrueux de tous. Les homicides de toutes natures se perpètrent au quotidien sans accalmie aucune. Ils surviennent dans toutes les régions du monde. Bien sûr, certains pays ont des bilans à décrocher les mâchoires. Les pires endroits concernés se retrouvent surtout en Amérique du Sud où les systèmes politiques, policiers et judiciaires auraient urgemment besoin d’une version 2.0.

Sahak-Mashalyan-considere-massacre-Armeniens-1915-durant-Premiere-guerre-mondiale-troupes-lEmpire-ottoman-instrumentalise_0_729_485

Avant notre ère moderne, à cause de la conjugaison de toutes ces causes mortelles, l’humain se reproduisait comme un lapin afin d’espérer conserver au bout du compte quelques descendants aptes à poursuivre la lignée. La survie de l’espèce, en passant par celle de la famille, s’avérait fortement compromise.

Aux époques anciennes, la Terre était vaste, grandement inhabitée et ses ressources semblaient illimitées, mais de nos jours cette belle naïveté n’a plus sa place. Nous savons maintenant que la Terre est très petite en regard à notre population actuelle.

31650_large

Paradoxalement, l’avènement de la machine censée nous déshumaniser a amené le combat contre les six fléaux présentés précédemment. Chaque humain est devenu plus que jamais un être important qu’il faut protéger contre tous ces fâcheux événements. Ainsi est survenue la surpopulation mondiale. L’humain dans son ensemble ne se reproduit plus autant qu’auparavant, fort heureusement, mais les batailles contre la mort se gagnent bien plus souvent qu’elles ne se perdent.

Les six monstres continuent et continueront de nous tuer. Cependant, pour la plupart d’entre eux, ils n’ont rien de comparable à ceux d’autrefois. Des organismes nationaux et internationaux dirigent la lutte aux pandémies. Les guerres se font à coups d’unités d’élite plutôt qu’avec des troupes de chairs à canon. L’excellente hygiène quasi généralisée protège les populations contre la prolifération de foyers d’infection. Les causes des accidents de travail sont traquées et éliminées. Les alertes aux cataclysmes permettent aujourd’hui aux gens d’évacuer à temps les zones à risques. La médecine moderne protège, répare et guérit les individus. La qualité de vie rend les homicides plus rares.

Pour la grande majorité d’entre nous, aujourd’hui nous vivons dans l’insouciance. Notre vie est exempte de la plupart des problèmes occasionnés par ces fléaux. Alors qu’adviendra-t-il de nous lorsque l’un d’eux frappera sans avertissement ?

Nous avons perdu nos techniques de survie. Nous croyons vivre des malheurs alors qu’ils ne sont qu’insignifiances à comparer aux grandes catastrophes. Nous avons déprogrammé notre débrouillardise, nous nous sommes ramollis, nous vivons en pachas et nous l’ignorons.

song8

Lorsqu’un grave fléau s’abattra sur nos populations, une bonne partie d’entre elles mourra simplement parce qu’elle ne saura plus comment réagir. Elle se plaindra au lieu de prendre le taureau par les cornes. Elle attendra du secours plutôt que de se battre pour sa survie et pour celle de ses proches. Elle se découragera quasi instantanément, si peu habituée à surmonter des difficultés majeures de ce genre.

Il restera bien sûr des survivants et parmi eux, on pourra compter sur ceux qui se seront battus de toutes leurs forces avec l’énergie du désespoir, avec le désir profond et inaltérable de transcender les difficultés, quelles qu’elles soient. Ces survivants redéfiniront de nouvelles façons de vivre où l’on verra toujours la vie aussi précieuse, mais aussi que chaque vie doit se prendre en mains sans devoir attendre une aide providentielle qui n’arrive jamais dans des circonstances exceptionnelles de grande envergure. Les rescapés ajouteront leurs batailles à celles des autres. Ils se créeront une existence où ils ne deviendront pas un pénible fardeau ni une inutilité braillarde.

Tous, ils retrousseront leurs manches comme nos ancêtres savaient si bien le faire. Tous, ils verront la vie comme une bataille chèrement gagnée et non comme un dû gratuit et inaliénable. Tous, ils cesseront leurs jérémiades individualistes pour véritablement devenir des battants solidaires.

Attendez-vous cependant à ce que le prix à payer soit incommensurable, car malheureusement, il faudra que survienne une très grande catastrophe pour qu’une fois de plus nous puissions passer à un stade supérieur de notre évolution.

yellowstone-615

 

Craindre la peur

L’amour n’est pas le plus puissant moteur des humains, c’est la peur. Parc qu’il faut survivre afin de pouvoir se reproduire, la peur agit en dictateur sur les émotions, et en colonel sur le plan décisionnel. Même lorsque le danger est passé, la peur continue d’œuvrer en arrière-plan.

La peur, vient toujours de l’autre. On n’a jamais peur de soi-même ou de ses propres décisions, à moins d’agir en crétin devant une caméra pour tenter d’infester internet avec un virus visuel insignifiant.

Guepard

Autrefois, la survie dépendait de la rapidité à reconnaitre le danger. Pour déclencher instantanément sa peur de l’autre, on a appris à fabriquer des étiquettes facilement reconnaissables. Aujourd’hui, nous utilisons encore et toujours cette méthode même si l’ennemi ne porte plus des crocs en forme de sabre, des cornes capables d’embrocher trois personnes à la fois ou des griffes pouvant décapiter un individu d’un seul coup.

Aujourd’hui, l’étiquette n’est pas basée sur un danger évident, mais sur une simple différence. « Il n’a pas ma couleur de peau, c’est une femme, il n’est pas né ici, elle est pauvre, il s’habille autrement ». Nous craignons des dangers inventés de toute pièce, afin de perpétuer une technique de survie millénaire, mais décalée par rapport aux défis qu’a véritablement à affronter l’humain moderne.

Paradoxalement, notre espèce néglige de voir de véritables dangers capables de l’anéantir. J’ai suffisamment parlé des changements climatiques dans mes chroniques pour ne pas être obligé de préciser davantage. La question est pourtant de savoir pourquoi cette incurie, cette négligence crasse, ce jemenfoutisme presque généralisé ?

576435_polnoekrannyie_fon_mujchina_gamak_shirokoformatnyi_1920x1200_www.Gde-Fon.com

Pourquoi sommes-nous prêts à défendre si vaillamment une banalité et si mollement un danger extrême ?

Ma réponse est que le vrai danger émane de nous-mêmes, pas des autres. En attaquant le danger, nous devons attaquer sa cause qui s’avère n’être nulle autre que nous-mêmes.

Malgré leur ressemblance, les mots « humain » et « humilité » ne font pas bon ménage. Si vous lisez mes articles sur une base assez régulière, vous savez que je fonde peu d’espoir sur les chances de survie de notre espèce. Nous sommes trop imbus de nos réalisations et fiers du chemin accompli pour changer une recette gagnante pour une nouvelle façon de vivre non éprouvée.

singe-ahuri-300x300

Et voilà ! Encore et toujours la peur ! La peur d’agir différemment, d’oser changer de méthodes, d’admettre nos erreurs, de regarder la réalité en pleine face, la peur de reconnaitre nos laideurs, la peur de baser notre estime personnelle sur nos futures décisions plutôt que sur nos prétendus succès du passé.

Nous ne cesserons jamais d’avoir peur, mais nous pouvons changer ses raisons. Aujourd’hui, pour survivre, nous devons craindre nos vieilles peurs, tout comme nous devons craindre nos actuelles insouciances, car le vrai danger se situe exactement là… que nous l’acceptions ou pas.

L’insomnie pour contrer la bonne conscience

Regardez attentivement les initiatives prises en faveur du climat, de la pollution, des espèces en danger. Si vous les jugez honnêtement, vous constaterez que la plupart d’entre elles n’ont jamais été sincères. Elles furent prises simplement pour nous donner bonne conscience d’avoir agi. La preuve est qu’au fil des ans, on s’aperçoit que le recyclage ne fonctionne pas, la préservation de la biodiversité ne fonctionne pas, les changements climatiques s’accélèrent et ils causeront des ravages inqualifiables.

Le passé est garant du présent. Rien de ce qu’on entreprend aujourd’hui ne fonctionnera parce qu’on ne prend pas la peine de regarder l’ensemble du problème et de mettre en place des solutions globales.

On ne fait qu’effleurer la réalité, car dès qu’on creuse un peu, le bilan complet des conséquences de nos actes est pétrifiant tellement il est négatif. On préfère se bercer d’illusions plutôt que se retrousser les manches et tout changer.

Bien entendu, il faudrait tout refaire, de la cave au grenier. Tout le monde le sait et personne ne le fera. On tape ici et là sur quelques têtes de clous qui dépassent en se donnant l’illusion qu’on a bien rénové. C’est toujours une question de se donner bonne conscience.

Usine-fumée

Le jour viendra où nos risibles efforts ne suffiront plus à abrier l’incurie. Lorsque nos sociétés s’écrouleront, nous clamerons à l’unisson : « Nous aurions dû faire quelque chose pendant qu’il en était encore temps ». Mais une fois de plus, pour nous donner bonne conscience, nous rajouterons : « Mais comment aurions-nous pu savoir ce qui allait survenir ? »

Encore et toujours de piètres mensonges afin de se donner bonne conscience !

Je comprends et j’accepte mes insomnies. Elles s’opposent à cette tendance de me fabriquer, moi aussi, une bonne conscience artificielle. Elles me gardent lucide sur l’itinéraire funeste qu’a choisi l’humain. Elles me répètent chaque nuit que rien de ce que nous faisons n’est une solution. Elles me disent que nous allons bientôt subir le retour du balancier.

Plutôt que de dormir en paix et mourir angoissé, je préfère dormir angoissé et mourir en paix avec ma conscience pas très bonne, mais intacte. Bonne nuit !

La véracité des personnages

Composer un roman peuplé de plusieurs personnages oblige l’auteur à imaginer des caractères différents et à les rendre plausibles. Il n’est pas possible de tout tirer de ses propres expériences ou des gens qu’on a déjà connus, enfin pas en ce qui me concerne. Il faut alors inventer des vies.

Lorsque je forge un univers, chaque créature n’appartient qu’à elle. C’est ni moi, ni une ex-copine, ni un ami ou ennemi actuel ou passé. Pour que l’histoire soit réaliste, l’exercice m’oblige à ressentir comme eux, avec leur façon de voir leur passé et leur histoire, avec leur caractère unique, leur beauté intérieure, mais aussi avec leurs défauts et leurs vices.

La méthode la plus facile pour générer aisément un personnage quelconque est de plaquer une sorte d’étiquette dans son dos. L’auteur lui donne seulement une portion de vie. Après avoir composé une foule de personnages fictifs, je perçois immédiatement cette ellipse de la part de certains auteurs. Ça évite de s’attarder à rendre l’individu un peu plus complexe, un peu plus réaliste, un peu plus humain. Du même souffle, ça permet évidemment à l’auteur de garder une distance émotive avec ceux qu’il n’aime pas, qu’il déteste ou qu’il refuse de regarder en pleine face.

Plonger au cœur de l’atrocité, du malheur, de la douleur, des afflictions, de la méchanceté, de la perversité n’est pas chose facile. Créer des demi-vies simplifie bien des choses et permet surtout de s’assurer de conserver cette fameuse dualité du bien et du mal si chère aux gens. La laideur humaine nous horripile naturellement. Il est facile de jouer sur ce sentiment. On presse le bouton et les poils du lecteur se dressent instantanément. En polarisant son histoire, l’auteur engendre un flux dans un sens unique. 

Cette façon d’écrire un roman dénote l’incapacité de l’auteur à s’immerger totalement dans la nature de ses créations. En ne présentant qu’une seule facette ou les seules facettes en lien direct avec l’objectif primaire du livre, l’écrivain réductionniste s’évite les tourments de l’immersion prolongée dans les noirs arcanes de la nature humaine et attire une interprétation unanime du lectorat sur la beauté ou la laideur de ses sujets. Présenter un carton tout noir ou tout blanc ne porte pas aux nuances, mais aucun individu réel n’est totalement uniforme.

L’autre manière d’aborder le réductionnisme des caractères en version légèrement améliorée est la rédemption. Pensez aux films Star Wars et au père de Luke Skywalker comme porte-étendard de ce style. Il est totalement méchant, sauf à la toute fin, une invraisemblance à s’en décrocher les côtes. Bien sûr, dans cette saga exclusivement axée sur le bien et le mal, il est difficile de ne pas réduire les personnages puisqu’il faut les installer dans un camp ou dans l’autre en ne laissant quasiment rien entre les deux.

Une autre technique couramment utilisée dans les polars est le monstre tapi au fond d’une personne apparemment ordinaire. Là encore, la dualité reste à l’honneur. Puisque le jack in the box surgit soudainement à la fin, l’auteur et son lectorat ont peu l’occasion de marcher en compagnie du loup pendant qu’il reste déguisé en mouton. 

Inventer un personnage crédible oblige l’auteur à lui créer un passé complet et complexe. Il ne doit pas naitre au moment où son nom est écrit pour la première fois. Dès les premières lignes traitant de cette personne, le lecteur doit avoir l’impression qu’il est de chair, d’os et de sentiments. Si l’auteur parvient rapidement à crédibiliser l’existence du personnage, le lecteur comblera les zones d’ombres ou de silence avec son imagination. L’auteur insufflera une vie complète dans la tête du lecteur sans devoir toute la raconter dans ses moindres détails.

N’ignorez pas la complexité des vies de vos créatures. Elle multiplie les interprétations possibles et c’est exactement, selon mon point de vue, une des grandes qualités d’un bon roman, la véracité de ses personnages.

Guide d’interprétation des cris du Corbot — 1

Ce guide me servira pour inviter les lecteurs à s’y référer lorsque leur interprétation ne correspond pas, ou risque de ne pas correspondre, à l’esprit de mes textes.

Je voudrais tellement que cet article soit le dernier de sa série, mais je ne m’illusionne plus depuis belle lurette, raison de sa numérotation.

Pour cette entrée en matière, comment interpréter correctement mon cri lorsque je fais référence à l’humain ou à l’humanité, surtout lorsque je décris ses pires défauts. Plusieurs de mes lecteurs pensent que je généralise, que je globalise les humains, que j’arase leurs différences. Rien n’est plus faux.

Je me sens malheureusement obligé d’expliquer certains fondements de ma pensée, même ceux qui me semblent les plus évidents. Oui, j’ai été éberlué de constater que bien des gens ne font pas ou ne veulent pas faire la différence entre une probabilité et une généralité. Je vais donc l’expliquer ici même à l’aide d’un support visuel.

Courbe-Gauss

Parmi les courbes de ce graphique, l’une d’elle montre une généralité où tous les humains sont identiques sur un point, celle qui ne montre aucune diversité, la ligne de couleur cyan. Ce graphique serait adéquat si la question était de savoir par exemple combien de cerveaux ont les humains. Affirmer que les humains ont un cerveau, c’est émettre une généralité représentée par la courbe cyan ayant une probabilité de cent pour cent sans écart type.

Par contre, si la question posée permet un grand nombre de réponses et si l’échantillonnage est élevé, il apparait systématiquement la fameuse courbe en cloche, la courbe de densité de Gauss. Elle présente la distribution des humains et les probabilités de trouver la majorité d’entre eux, de situer les pires et les meilleurs en rapport avec une question précise.

Dans la réalité, cette courbe n’apparait jamais aussi parfaite, mais elle s’applique partout, peu importe le sujet traité, dès que le nombre d’individus est élevé. Et à 7,3 milliards d’humains, on ne se trompe pas sur la quantité mise en examen. Il est facile de constater la différence entre une distribution et son contraire, une généralisation.

Dans mes articles, je ne généralise jamais un comportement lorsque je décris « l’humain ». Je concentre habituellement mon attention autour du pic de densité. Mais il y a des exceptions et je peux également décrire des comportements d’individus qui se situent tout au bas de la courbe, soit les pires de leur espèce. Dans ces circonstances, j’utilise encore la formule « l’humain » pour parler d’eux. Est-ce une faute ? Si l’on s’entend sur le principe de la courbe en cloche, il faut interpréter mes croassements en conséquence. Les pires humains sont des individus faisant également partie de l’humanité. Et concernant l’humanité que je décris dans plusieurs de mes articles, voici ma position.

Les humains sont égaux, mais n’influencent pas leurs semblables de façon égale. Souvent, ce sont les pires qui détiennent le pouvoir et ils dirigent l’humanité là où ils le veulent, sans égard aux volontés des autres et peu importe leur nombre. Lorsque j’utilise le terme « humanité », je ne cherche jamais à décrire individuellement chacun des humains. Je décris le mouvement global de l’humanité orienté par très peu d’individus.

Vous savez maintenant comment interpréter les cris du Corbot lorsqu’il écrit « humain » ou « humanité ». Alors j’aimerais bien en terminer avec la fausse idée que je cherche à mettre tout le monde dans le même bac. 

Dans mes futurs articles, je ne rajouterai aucune précision qui, à mon avis, est superflue car triviale. Dorénavant, lorsque les lecteurs exprimeront cette opinion, je les référerai à ce texte.

Cependant, je me questionne sur cette propension à considérer mon opinion comme une généralisation des humains, une compression outrancière de la courbe de Gauss. Mon comportement serait parfaitement inapproprié et surtout inexact. Mes pensées s’élèvent bien au-dessus de ce niveau simpliste de raisonnement, n’en déplaise aux pistoleros de la critique.

Rejeter en bloc le fondement de mes textes par cet argument équivaut à les mettre dans un gros sac vert pour en disposer plus facilement, tout cela parce les cris du Corbot dérangent.

Nous désirons tous se savoir au-dessus de la moyenne, surtout très au-dessus de la moyenne. La réalité se veut rarement aussi condescendante, alors l’esprit cherche une échappatoire. Interpréter inadéquatement les cris du Corbot apporte inconsciemment l’issue par laquelle il est possible de se défiler en douce.

Cette généralisation qu’on me prête, elle ne m’appartient pas, alors je la retourne à leur propriétaire.

Les yeux grands ouverts

Afin de mieux appréhender cet article, je recommande au lecteur de se référer à deux articles précédents et aux commentaires les accompagnant : « L’humain orphelin » et « Quelques précisions à propos de L’humain orphelin ».

M. Guay, votre type de sagesse n’a pas encore pris possession de mon esprit. Elle n’est certainement pas inadéquate, simplement je pense que j’y reste réfractaire par choix. Oui, je suis en colère à cause de cette sixième extinction massive qui emporte des milliers d’espèces animales et végétales chaque année et qui nous emportera aussi dans la foulée. Nous pouvions faire mieux, nous pouvions éviter ce massacre. Nous ne l’avons pas fait et ça me rend effectivement très amer. Je m’inclus dans le lot des gens qui auraient dû en faire plus.

C’est vrai, en vouloir à l’humanité reste une action inutile et improductive, mais anodine dans les circonstances actuelles. Crier « pauvres fous » avant de crever ne réglera rien, car plus rien ne règlera cette situation de toute façon. Toutefois, dire une vérité devient parfois un geste pédagogique, même si je remets fortement son utilité en question. On ne sait jamais ! Il se pourrait que certains d’entre nous survivent et se souviennent qu’il est possible de prévoir les conséquences de nos actes sans devoir attendre de les subir pour enfin accepter leur réalité. C’est cela le véritable but de certains de mes articles. Je pique dans les côtes, ça fait mal, mais ça peut aussi faire réfléchir. Chacun a sa façon de s’y prendre.

Ciel_menace

Contrairement à ce que ma hargne laisse probablement croire, je ne crains pas l’avenir. Ma vie est suffisamment avancée pour accepter les conséquences de nos actions et inactions passées. Plus encore, j’espère vivre suffisamment longtemps pour voir survenir la grande débâcle et assister aux événements qui s’ensuivront. Je ne me réjouirai pas des conséquences, je ne rirai pas des nombreuses victimes parmi lesquelles je compterai mes proches et moi-même, je ne pérorerai pas, simplement j’observerai avec attention l’humanité affronter cet épisode hors du commun.

J’essayerai de survivre au mieux de mes capacités et croyez-moi, je ne suis pas démuni en la matière. Toutefois, je doute de désirer réussir à tout prix. Je laisse cette fougue aux jeunes et à ceux qui croient encore qu’il est possible de s’en sortir. Car il faudra une foi inébranlable en sa capacité de surmonter l’insurmontable. Je ne possède pas cette foi, ni le désir, ni l’énergie qu’elle pourrait susciter. M’en fabriquer une, sous forme d’une religion ou d’une tout autre nature, ne m’intéresse vraiment pas, car mes doutes et mes craintes personnelles sont déjà apaisés.

576435_polnoekrannyie_fon_mujchina_gamak_shirokoformatnyi_1920x1200_www.Gde-Fon.com.jpg

Je vis en paix avec mes décisions et si je n’ai pas encore pardonné les plus importants acteurs de cette abomination actuelle et tous ceux qui leur mangent encore dans la main, c’est parce que je ne crois pas en leur discours prétendant qu’ils ignorent tout de l’avenir dessiné par les scientifiques. Ils font simplement le plus grand déni jamais observé. Pourtant, toute personne, si elle le veut vraiment, est en mesure d’ouvrir les yeux.

J’ai toujours gardé les miens bien ouverts, j’ai toujours refusé de les fermer, n’en déplaise à ceux voulant être imités afin d’apaiser leur propre culpabilité. J’ai aussi tout perdu dans la vie à cause de mon comportement entêté. Je n’ai pas commis une erreur maintes fois répétée, c’est ma façon consciente de vivre, je l’ai assumée, je l’assume encore au quotidien, comme j’assume mes écrits, les yeux grands ouverts.

Quelques précisions à propos de l’Humain orphelin

Cet article se veut une suite inattendue du précédent, grâce en particulier au commentaire pertinent de M. Serge-André Guay. Voyant la longueur de ma réponse, j’ai donc préféré la publier sous la forme plus appropriée d’un article en bonne et due forme.

Je vous remercie, M. Guay, pour votre opinion franche et ne soyez pas surpris si je dis que je la partage sur certains points. Nous divergeons peut-être à l’occasion pour des raisons sémantiques et j’essayerai d’apporter de l’éclairage sur mes propres définitions, dont celle de l’humain et de l’humanité. D’autre part, les raisons pour lesquelles vous me considérez pessimiste et ayant perdu espoir ne vous sont peut-être pas connues.

Je vous recommande un de mes articles antérieurs « Respecter le pessimisme ». Il pourra aider à mieux me cerner sans devoir le réécrire. D’autres articles vous seront proposés au cours de ma réponse que voici.

Il y a de cela 40 ans et même 30 ans, j’étais prêt à croire encore en l’humanité, plus maintenant. Plus après avoir vu et revu ce que sa cupidité engendre comme décisions dans des situations critiques. Si vous me dites que l’humain diminuera drastiquement sa cupidité dans peu de temps, je vous promets d’afficher un rayon d’optimisme. Permettez-moi toutefois de fortement en douter.

J’aimerais également vous inviter à lire mes articles traitant de la courbe d’hystérésis qui explique scientifiquement pourquoi il est trop tard dans notre piètre lutte contre les changements climatiques, même si on ne le perçoit pas encore. Je n’ai pas perdu espoir en l’humain, je sais que la guerre est déjà perdue avec ou sans lui. Les scientifiques qui le savent n’osent le déclarer pour différentes raisons. Je n’ai pas cette pudeur, je n’ai pas de faux amis à perdre, je n’ai pas de réputation à protéger et je n’ai simplement pas envie de faire comme les autres et de me taire pour éviter de faire peur aux autres oiseaux de la volière.

Les bonnes nouvelles existent et plusieurs blogueurs les couvrent amplement. Pour ma part, oui je me concentre sur les mauvaises nouvelles, car plusieurs d’entre elles sont très mauvaises et personne ne veut les aborder, les fuient comme la peste, les font disparaitre sous le tapis. Je réagis aux mauvaises nouvelles, mais surtout, et c’est là où je dérange le plus, j’écris avant d’attendre que ces mauvaises nouvelles deviennent notre réalité quotidienne.

Si on laisse un chaudron d’huile sur un feu au maximum et l’on quitte la maison, elle ne brûle pas immédiatement, mais il n’est pas nécessaire d’être ferré dans les arts divinatoires pour comprendre le futur.

Prévoir n’est pas bien difficile, c’est presque à la portée de tout le monde, mais ça prend une bonne dose de courage pour publier ses prévisions avant de les voir se transformer en faits. La plupart des gens attendent de voir la réalité avant de s’exprimer pour éviter de se faire reprocher une erreur. Ensuite ils montrent comment c’était facile de tout voir, de tout comprendre à l’avance. 

La peur de l’erreur les garde coincés jusqu’au jour où il devient impossible de se tromper. Ils jouent à la roulette en misant une fois la bille arrêtée. L’erreur est humaine, je peux me tromper et je sais me les pardonner lorsque j’en commets. Sans les prendre à la légère, je n’en meurs pas.

Voici comment je vois l’avenir selon l’état actuel de la situation et les lois de la thermodynamique. Nous ne reverrons plus jamais la Terre telle qu’elle se présente aujourd’hui — la suite de cette déclaration est d’une importance primordiale pour la compréhension de mon opinion — même si les sept milliards d’humains cessaient immédiatement toutes les activités anthropiques ayant un effet sur le climat.

Je suis convaincu que la boucle de rétroaction est passée en mode amplification. Cela signifie que la hausse actuelle des températures exacerbe des hausses encore plus grandes des températures dans un cycle autogénérateur, c’est-à-dire qu’il s’entretient de lui-même sans nul besoin d’apports externes. Ce charabia n’est pas une lubie issue d’une imagination trop fertile, mais un véritable effet technique causé par des accumulateurs en rupture dans un système de régulation en boucle fermée, exactement comme la Terre actuelle. Les articles scientifiques de plus en plus alarmants (je bannis l’adjectif « alarmiste », une arme de dénigrement massif) et de plus en plus fréquents devraient vous convaincre que le patient n’est pas simplement mal en point. Le GIEC s’est montré jusqu’à présent très timoré dans ses conclusions afin de ne pas être dissout. Ainsi, de plus en plus de comités élargis de scientifiques se forment afin de se faire entendre sans passer par ces filtres politico-économiques chargés de ménager la susceptibilité des dirigeants.

Vous pouvez ne pas y croire, vous pouvez garder espoir, vous pouvez penser qu’il n’est pas trop tard, moi je n’y crois plus et c’est mon droit le plus strict. L’humain pourra peut-être s’en sortir au bout du compte comme il s’en est sorti il y a 75 000 ans lorsque Toba l’a presque effacé de la surface de la Terre. Un enfant montre souvent des qualités plus grandes que les adultes. Je n’insulte pas l’humanité en la voyant comme une enfant, je trouve cette comparaison raisonnable et je la verrais même touchante si elle ne tenait pas les rênes de notre éradication.

Il est bien difficile de parler de l’humanité sans généraliser puisqu’il n’en existe qu’une. L’humanité est une entité construite de milliards d’individus dont il en ressort des comportements dominants. Je ne m’attaque pas à chacun des humains formant l’humanité et si j’en ai laissé l’impression, je m’excuse sincèrement auprès de ceux qui ont pu se sentir blessés dans leur attitude responsable et débordante d’humanisme et d’optimisme. Lorsqu’on parle pour la moyenne, on omet malheureusement de s’adresser aux autres, j’en conviens.

Tout un chacun, nous ne ressemblons pas à l’humanité puisque nous ne sommes pas une espèce clonée. En faire partie devient parfois un poids difficile à porter lorsqu’on ne ressemble pas à la majorité ou à ses têtes d’affiche. Mais c’est alors qu’il faut s’exprimer le plus fort, le plus clairement et le plus souvent possible.

Lorsque je compare l’humain, le digne représentant moyen de l’humanité, pas les humains individuels, à un enfant gâté, cette façon de le définir n’est pas vraiment exagérée. Il suffit de regarder les crises déclenchées par les bonzes lorsqu’on tente de leur faire comprendre qu’ils doivent changer de comportement, de politiques ! C’est la crise du bacon frétillant sur le plancher du salon. La démagogie dans son plus grand art sort du placard pour nous plaquer au sol. On peut rétorquer que les grandes gueules qui prennent le crachoir ne représentent pas l’humanité. C’est vrai et faux. Si on les laisse parler en notre nom sans broncher, si on reste silencieux lorsqu’ils nous embobinent en poussant leur opinion dans nos gosiers pour nous étouffer, on abandonne la nôtre au profit de la leur. Mes pierres ne visent pas spécifiquement l’humain moyen comme vous pourrez le lire dans l’article sur l’illusion de l’effort citoyen.

Mes conclusions dérangent les gens qui voudraient une fin heureuse, mais ce serait leur mentir. J’assume donc d’être considéré comme l’oiseau des mauvais augures.

S’il est vraiment trop tard, peut-être vaudrait-il mieux ne rien dire du tout ? C’est possible. On fera alors tous semblant d’être étonnés lorsque la machine climatique s’emballera pour de bon. Ainsi, on s’affranchira du poids de la culpabilité en accusant le mauvais sort, le manque d’informations fiables et le silence des lanceurs d’alerte. Très peu pour moi. Et si je dois être haï pour répéter trop souvent les horreurs à survenir avec, en toile de fond, « je vous l’avais bien dit », la difficulté morale qu’auront les gens à se regarder dans la glace m’indiffère totalement puisque ce sentiment, ils y font déjà face quotidiennement. Ils auront amplement mérité la honte consciente pour être restés silencieux et inactifs. Beaucoup trop peu, beaucoup trop tard. Voilà ce que diront les survivants. Et s’il s’avère que j’avais tort, les gens n’auront qu’à se réjouir et à lapider mon effigie.

On peut penser qu’en parlant de l’humanité de la sorte, je sape les efforts de ceux qui croient encore qu’elle est vouée à un bel et grand avenir pour peu qu’elle s’y mette pour de bon. Voilà peut-être une raison de m’en vouloir. Pour ma part, ce sont des lunettes roses qui ne font qu’éloigner les gens de la triste et crue réalité. Lorsque la forêt brûle, espérer le contraire ne sera jamais le gage que le feu se maitrisera de lui-même et que rien n’y paraitra par après. Retirer ses lunettes roses est le commencement d’une vie adulte.

Dans ma vie professionnelle, lorsque je me suis engagé, lorsque je m’engage encore à réaliser un mandat, je m’y emploie, quoi qu’il en coûte, car je prends les moyens qu’il faut pour y parvenir. Mais ce combat-là, il vise à dégommer simultanément tous les magnats qui freinent depuis toujours un changement radical de nos pires habitudes. L’humain ordinaire est mené par un autre type d’humain et la plupart de mes reproches exprimés envers « l’humain » visent principalement cette dernière catégorie, mais pas toujours.

En supposant le fait que le combat ne soit pas encore perdu, connaissez-vous les moyens appropriés pour contrer ces gens de pouvoir qui, s’ils ne sont pas l’humanité, la dirigent toutefois d’une main de fer ? Il faut bien comprendre que ces dirigeants ne se présentent jamais aux élections, ils payent des gens pour le faire, eux restent bien tapis dans l’ombre à accumuler l’argent. La démocratie ne nous sauvera pas d’eux.

Eh bien ! Vous avez dit vrai dans votre commentaire, M. Guay. Je suis incapable de prendre les moyens draconiens requis pour nous débarrasser de la vraie source de nos problèmes. Je ne fonde donc aucun espoir sur moi-même pour appliquer les solutions requises, comme je ne fonde aucun espoir sur personne pour faire changer les paradigmes actuels aussi rapidement qu’il serait nécessaire de le faire, que ce soit par la force de la persuasion ou autrement.

Et pourquoi ces dirigeants de l’économie mondiale s’ils se sentaient acculés au pied du mur ne changeraient-ils pas les bases sur lesquelles le monde tourne ? Tout simplement parce que l’Afrique tout entière reste à conquérir. Mais avant que chaque Africain ne roule en automobile le téléphone à la main en cherchant le Starbuck le plus près avant de se rendre au Walmart, la planète aura déjà cessé de nous endurer.

Je ne suis ni pessimiste ni défaitiste ni névrosé ni dépressif. Je suis le plus lucide possible, je sais extrapoler, une technique utilisée par tous les scientifiques pour prévoir les comportements à venir à partir de lois connues et de données réelles. Si ces extrapolations nuisent au moral des troupes, il existe tout un tas de vidéos de chatons sur YouTube ou des matchs de foot ou de hockey à la télé pour aider à le conserver. C’est bien ce que font actuellement les gens ordinaires pour oublier leurs soucis et le sort de la planète. Et l’humanité ne vit pas puérilement ? Peut-être plus souvent qu’il ne faudrait, tout de même !

L’humain orphelin

J’adore recevoir des commentaires, parce qu’ils m’aident à poursuivre ma réflexion sur un sujet ou ils me font dévier afin d’explorer une autre voie passionnante. Grâce à un commentaire de Sylpheline (j’abrège) en rapport avec mon article d’hier sur la vie intelligente ailleurs que sur Terre, j’ai eu cette réflexion.

J’ai pris conscience que l’humanité est un petit garçon, une petite fille, sans parents pour lui dire s’il fait bien ou mal. Alors il a inventé des pères célestes pour l’aider dans cette épreuve, pour lui servir de guide avec tous les avantages, mais aussi tous les inconvénients liés au fait qu’il se laisse guider par une invention figée dans le temps.

Suzor-Coté_Mon-neveu

L’humain est orphelin et il a peur, peur de lui-même, peur de ses semblables, peur de sa puérilité et de ses colères enfantines, peur du vide laissé par des parents inexistants et surtout il a peur de ses questions laissées sans réponses.

L’humain cherche encore ses parents et tant qu’il n’aura pas appris à se prendre en main, il restera un mioche enfoui au fond d’un placard qui s’invente des histoires pour faire disparaitre le monde extérieur si différent de celui qu’il voudrait connaitre. Il s’inventera des parents vivants temporairement absents qui l’aiment et qui pensent à lui.

L’humain est faible alors qu’il aime se croire fort. Il crie, il crâne, car il craint. Il appréhende de devoir finalement accepter de ne jamais connaitre ses parents. Alors il repousse ce jour en se rattachant à des croyances anciennes. Toutefois, celles-ci le retiennent prisonnier, l’empêchant de franchir la frontière entre le monde des enfants et celui des adultes.

Hier, j’écrivais que l’humain est intelligent, mais idiot. En fait, j’aurais dû utiliser le mot enfantin. Ce constat m’aide-t-il à plus aimer l’humanité ? C’est dommage, je dirais l’inverse. Selon moi, elle n’est plus une enfant, mais elle joue à le rester en faisant l’idiote. Et cette nouvelle donne empire l’état de mon estime à son égard. Hier encore, il me restait un peu de sympathie pour l’humanité. Aujourd’hui, je n’en suis plus aussi certain.

Images : Peintures de Suzor-Coté
– Dégel soir de mars Arthabaska
– Mon neveu

Serons-nous envahis sous peu ?

Pourquoi les extraterrestres ne nous envahissent-ils pas? Nous avons une planète extraordinaire et nous leur démontrons que nous sommes absolument incapables d’en prendre soin. C’est fantastique! Toutes les conditions sont réunies pour se faire irrémédiablement évincer. Exit du paradis terrestre! Étrange comment certaines écritures millénaires décrivent le certain passé alors qu’ils pourraient parfaitement correspondre au futur, un futur proche.

Nuclear-Explosion-HD-1024x640-1728x800_c

Nous nous retrouvons une fois de plus à la limite de nos folies. Ce fut le cas durant les années soixante où les bombes nucléaires faisaient planer la menace réaliste d’une élimination radicale et instantanée de l’espèce humaine. Si j’avais fait partie d’une civilisation extraterrestre à cette époque, je me serais empressé d’activer la guerre totale par la ruse afin de m’emparer de la Terre une fois exempte de son pire fléau. C’était certes le moment le plus propice et réaliser ce coup d’État pour des entités venant des confins du cosmos ne devait pas poser de grands défis.

Or, à l’évidence, ce scénario ne s’est pas matérialisé et l’humain continue sa détérioration systématique du milieu qui l’a vu naitre. Mais si l’envahisseur s’est autrefois tenu à carreau, le fera-t-il une seconde fois? Oui, je sais, je postule leur existence. Ce n’est qu’une question statistique. Il est mathématiquement quasi impossible qu’ils n’existent pas. Il y a trop d’exoplanètes beaucoup plus vieilles et possédant de meilleures conditions de vie que la Terre pour croire que les extraterrestres ne sont qu’imaginaires. Et si certains peuples ont vécu des millions d’années plus que nous, il est raisonnable de penser que leurs connaissances et leurs technologies se situent bien au-delà des nôtres.

Thanos-halloween

Il est donc logique d’imaginer une grande quantité de peuples extraterrestres en train de nous observer, nous et plusieurs autres espèces scientifiquement évolutives comparables. Ils savent donc à quoi s’attendre d’un peuple belliqueux tel que le nôtre. Nous n’avons probablement pas encore touché le fond du baril galactique sinon les extraterrestres se seraient ouvertement manifestés. Tout comme dans Star Trek, leur directive (primordiale) les empêche peut-être d’agir et d’interagir. Si nous sommes voués à nous détruire, ils attendent probablement que nous le fassions par nos propres moyens sans qu’aucune société extraterrestre intervienne dans un sens ou dans l’autre.

Donc, la Terre ne sera probablement pas envahie par une horde d’étrangers avant que nous ayons pris le soin de nous effacer en quasi-totalité. Nous pouvons dormir sur nos deux oreilles, la cohabitation n’aura probablement jamais lieu. Ils n’envahiront pas la Terre avec des humains au sommet.

Il est possible toutefois qu’une petite partie de notre population survive à l’apocalypse et que les futurs maitres de la Terre l’épargne en cloisonnant les individus dans un lieu duquel ils ne s’échapperont pas. Y voir un zoo, récompense bien connue des humains pour leur faune en voie d’extinction.

150114_r02fc_rci-ours-polaire_sn635

Méritons-nous toujours la Terre? En tant qu’espèce dominatrice et hégémonique, nous devrions prendre tous les moyens possibles pour la bichonner. Puisque nos actes vont dans une direction diamétralement opposée, je considère que nous n’en sommes absolument pas dignes.

On connaitra bientôt les répercussions de nos actions et inactions. Entretemps, rien ne nous empêche de les imaginer. J’y consacre beaucoup de temps et dans tous les cas je ne parviens pas à voir l’humain s’en tirer à bon compte. Sois je manque cruellement d’imagination, soit je suis trop réaliste pour inventer des histoires abracadabrantes censées remonter le moral. Entre les deux suppositions, je connais la réponse.

Ne nous faites pas confiance !

Plusieurs personnes croient aux Ummites, de prétendus individus provenant de la planète Ummo qui seraient venus s’installer sur Terre en 1950 après avoir entendu les premières transmissions électromagnétiques d’origine humaine au début des années 1930.

Je ne commenterai pas cette croyance, car je n’ai aucune opinion, n’ayant jamais lu aucun des nombreux écrits qu’ils auraient composés et envoyés depuis 1965 sous forme de lettres à des individus disséminés un peu partout sur la planète.

Si cette histoire est véridique, leur planète étant située d’après leurs dires à 14,4 années-lumière de la Terre, ils bénéficieraient donc de moyens de transport aux capacités fantastiques dont la vitesse friserait ou dépasserait même la vitesse de la lumière.

Si Einstein vivait, il ferait évidemment partie des sceptiques. Pour lui, rien de très massif ne peut s’approcher de la vitesse de la lumière sans une débauche d’énergie impossible à embarquer à bord d’un vaisseau spatial. Quant à carrément dépasser la vitesse limite, le mot limite devrait être suffisamment explicite pour rejeter cette hypothèse.

Pourtant, sans contredire la physique relativiste, il semblerait possible de créer des conditions qui permettraient de se déplacer d’un point à l’autre de l’espace en créant l’illusion d’avoir dépassé la vitesse de la lumière sans passer par un écrabouilleur et létal trou de ver.

iStock-898633500-e1528790579564

En tordant l’espace, en le déformant, en le pliant ou en sautant à travers une quatrième dimension spatiale, il serait théoriquement possible de se déplacer entre Ummo et la Terre sans vraiment parcourir l’entière distance au sens classique du terme. Le voyage serait ainsi écourté et il suffirait d’une énergie et d’un temps raisonnables pour parvenir à destination.

En supposant qu’il soit possible de générer une distorsion spatiale de manière énergétiquement acceptable, voudrions-nous utiliser ce moyen pour aller coloniser d’autres planètes ?

Certes, nous sauterions sur l’occasion de s’accaparer cette technologie. Ayant dévasté la Terre, il est évident que nous voudrions trouver d’autres planètes susceptibles de posséder des ressources vierges et abondantes afin de les piller à notre guise sans gouvernement pour nous restreindre à suivre de multiples règles.

On peut d’ores et déjà connaitre le résultat de ces colonies, un recommencement des erreurs ayant mené à la ruine du milieu dans lequel on vit encore. L’humain est trop vorace pour faire attention à quoi que ce soit. Il est trop cupide et même trop idiot pour apprendre de ses erreurs.

J’en appelle donc aux Ummites ou à toute autre race extraterrestre grenouillant dans nos parages. Tenez les humains loin des technologies qui leur permettraient de partir à la conquête d’autres systèmes planétaires. L’espace a beau être vaste, faut-il vraiment que d’autres mondes supportent nos ravages ? 

Par contre et à tout hasard, n’auriez-vous pas un bidule très puissant à me prêter ? Non, pas le truc pour plier l’espace, l’autre machin plus utile encore, celui pouvant ramener la population de la Terre à l’Âge de pierre. Je vous le rends dès que j’en aurai fait bon usage !

Collapsologue

J’ai appris que j’étais collapsologue. Rassurez-vous, je ne souffre pas de collapsite ou pire, de collapsose.

Être collapsologue, c’est tout d’abord croire que le monde tel qu’on le connait va s’effondrer. Ah! Là, vous me reconnaissez. Ouais, pour un gars qui a écrit des dizaines de nouvelles sur la fin du monde, il ne pourrait en être autrement.

En théologie, il existe le terme « eschatologie » pour signifier l’étude de la fin des humains et du monde. Il serait synonyme à collapsologie s’il ne regardait pas tout à travers des lunettes où un quelconque dieu nous punit pour nos actes. L’humain n’a pas besoin d’une entité bien-mal-veillante pour être puni, il le fait très bien tout seul. Mais parce qu’il applique son châtiment à ses voisins, il ignore sciemment qu’eux-mêmes font claquer leur fouet sur son propre dos. Et c’est la ronde stupide des châtieurs châtiés.

041816-kgo-1906-sf-great-quake-img_image_16-48-4712-1024x576

Le collapsologue croit à l’effondrement de notre mode de vie et s’il s’y prépare adéquatement, il devient un survivaliste. J’ai déjà abordé le sujet ici même. Il s’y prépare, tout d’abord, psychologiquement. S’il possède des tendances de pédagogue, il en parle autour de lui, et si en plus il s’avère être un blogueur, il parvient peut-être à sensibiliser un public éloigné et élargi.

Ensuite, il acquiert des kits de survie, des vêtements appropriés et du matériel facilitant son autonomie. Il se monte des plans d’urgence. Comme outil, il ignore toute forme de technologie au-delà de celle intégrée dans une bonne vieille hache. Bon, ici j’exagère un peu, des allumettes, c’est sacrément pratique, mais vous comprenez le principe. Et d’ailleurs, je possède aussi du matériel pour allumer un feu sans allumette. Faque (ça fait que)…

Feu12

Le collapsologue est le dernier à vouloir l’effondrement de la civilisation, mais il le sait inévitable et surtout, il ne (se) le cache pas. Pour ceux qui en sont tout aussi convaincus et qui agissent comme si l’implosion ne surviendrait jamais, on a déjà inventé les mots autruche, jovialiste et niais dépendant de leur degré de négation et de la pauvreté de leur argumentation.

Pour les autres, les optimistes, ceux qui sont convaincus du contraire, il existe plusieurs catégories. J’en connais qui croient en l’humain, qui pensent sincèrement qu’il va finir par prendre les choses en main afin d’éviter les pires crises. Ils sont convaincus que les gens finiront par se lever et s’élever au-dessus de leur état bestial actuel. Que l’amour, la compassion, le partage, la sincérité et la bonté finiront par rassembler les humains autour d’un projet sérieux et réaliste. À eux, je lève mon chapeau, car mes facultés ne me permettent pas de penser ainsi, et j’espère de tout cœur qu’ils aient raison, même si je suis convaincu du contraire.

Sense8_Finale_Unit_01280_R.0

Une autre catégorie est celle du genre monsieur Jemefousdetout, les dépensiers compulsifs, les pollueurs invétérés, les gaspilleurs éhontés, ceux pour qui le recyclage n’est qu’une perte de temps, la parcimonie un signe de pauvreté, qui croient que tout leur est dû, qu’ils possèdent tout en étant en manque de tout, que les autres personnes valent juste d’être à leur service, qui vivent sans remords de leurs abus les plus intolérables.

Vous les connaissez, ce sont eux qui nous ont amenés au bord du précipice et qui vous demanderont de vous y précipiter avant eux afin d’amortir leur chute. Ce sont eux qui ne veulent rien changer. Ils se reconnaissent facilement puisqu’ils se montrent comme des paons. On les retrouve dans chaque famille, dans chaque rue, dans chaque cercle d’amis, dans chaque bureau et usine et surtout, on les retrouve au sommet puisque ce sont des gens de pouvoir, ce sont nos dirigeants.