Trop de mauvaises idées

Trop de monde sur Terre signifie aussi trop de mauvaises idées pour pouvoir toutes les contenir. L’humanité a depuis longtemps dépassé le nombre optimal d’individus au-delà duquel le contrôle des mauvaises idées devient une tâche impossible. Puisque le capitalisme est basé sur la croissance absolue et surtout ininterrompue, le nombre d’humains a explosé afin de soutenir un régime économique aux accointances cancéreuses.

Les mauvaises idées se sont, elles aussi, multipliées sans que personne puisse y faire grand-chose, car pour juguler une horde de celles-ci, les ressources nécessaires dépassent largement les quantités disponibles. De fait, même si la croissance du nombre d’individus s’applique apparemment de la même façon aux bonnes et aux mauvaises idées, la réalité s’avère tout autre.

Comme un gardien de but, une population peut bloquer une mauvaise idée, mais pas une volée de centaines de bourdes lancées simultanément. Avec la croissance exponentielle de la population, les mauvaises idées ont largement dépassé la quantité pouvant être gérées, contenues, contrôlées ou abattues.

Des gens peuvent se mobiliser une à deux fois par année, mais pas à tous les jours. Ainsi, les mauvaises idées finissent inévitablement par envahir nos vies sans opposition digne de ce nom et ce phénomène est survenu sans relâche depuis plus d’un siècle.

En dépassant le milliard d’individus, la population mondiale a perdu sa capacité de contenir les fous et leurs œuvres de destruction. Tous ces ravages poignent au grand jour depuis des lustres et pourtant nous sommes restés et restons toujours de marbre. Mers de déchets, réchauffement climatique, dégringolade de la biodiversité, déforestation, monocultures, maladies engendrées par la pollution et les pesticides, l’avenir n’est pas sombre, mais opaque, gluant et nauséabond.

Thanos-halloween

La situation est bien décrite dans les films des Avengers. Notez toutefois que le mauvais rôle est tenu par celui qui apporte une solution drastique, celui voulant faire cesser nos folies. La façon de penser ce scénario est intimement liée à notre perception du problème et de la solution. Le problème, ce sont les autres. Le problème, c’est la solution promue. La solution, c’est de ne pas toucher au problème. Et enfin la solution apportée réside à détruire la solution. Suis-je le seul à avoir désiré la victoire décisive de Kronos?

Et vous gardez toujours espoiren l’humain? Alors, ce n’est plus de la naïveté, c’est de l’entêtement acharné! Notre mode de vie est tellement bien ancré que nous refusons tout autodiagnostic pouvant nous apporter la preuve de l’existence d’une quelconque maladie, d’une possible tare, d’un évident défaut ou d’une monstruosité. Notre décadence basée sur le gaspillage, la surconsommation et l’appât du gain pour combler ces désirs aussi irrépressibles qu’inutiles bloque toute introspection. Elle s’avèrerait beaucoup trop douloureuse, alors nous lobotomisons notre sens critique.

En ces temps de noirceur de moins en moins incertains, voici pourtant mon seul conseil et croyez-moi, il ne se veut même pas ironique. Terminez en beauté cette belle aventure. Allez-y! Continuez de voyager partout sur la planète, dépensez immodérément, amusez-vous à tous les instants, soûlez-vous la tronche, défoncez-vous, vivez comme s’il n’y avait pas de lendemain, car bientôt le soleil se couchera et à son prochain lever, le monde chimérique actuel aura disparu à jamais.

Les temps auront irrémédiablement changé et vous détesterez le résultat, vous haïrez les conséquences desquelles vous êtes restés totalement sourds, froids et distants durant tant d’années. Alors, aussi bien en profiter maintenant puisque la Terre se trouve juste sur le point de basculer. Il faut bien que le grand ménage des mauvaises idées s’accomplisse de temps en temps!

germany4

Ah, l’espoir !

L’espoir est un sentiment teinté de souffrances. Il résulte de la capacité qu’a l’humain à anticiper l’avenir, mais il émane souvent de l’envie et de la jalousie, ou encore d’un instinct primitif enfoui au plus profond de nous tous. Il se manifeste parfois dans les moments les plus sombres, mais il peut aussi nous quitter sans raison apparente, faisant de nous des loques, des zombis ou des cadavres.

L’espoir s’achète sous la forme d’un billet de loterie, d’une participation à un concours, d’une entrevue ou d’une audition. Il s’amuse avec nous, souffle le chaud et le froid, nous nargue, nous convie à faire la fête, mais n’évite jamais de nous la faire payer cher.

L’espoir nous rend amnésiques, nous gave de nuages vides, nous remplit de déceptions et de rage. L’espoir nous offre la délivrance, mais nous sert la souffrance.

L’espoir est cette toute petite flamme inextinguible qui cherche sans fin le combustible à dévorer. Parfois, on lui permet d’y goûter du bout des lèvres, mais ce n’est que pour mieux le tenir en esclavage.

L’espoir est omnivore, il se nourrit de rêves, de lubies, d’utopies, de chimères et de pensées magiques. Il dépense ses derniers deniers en vain et sans sagesse. Larmoyant, il se raccroche à un signe des cieux inexistant, ignorant les conseils et les mises en garde de ses proches.

L’espoir fustige les pessimistes, leur fait la leçon, pourtant les taciturnes ont cent fois plus de victoires que de défaites à leur compte. L’espoir s’en moque, le moqueur est terrassé, il se relève pour un nouvel assaut, semblant oublier sa dernière déconvenue et la fin certaine de la suivante.

L’espoir est-il si entêté qu’il refuse de regarder en face l’issue fatale impossible à éviter ? L’espoir est-il si bête ? N’est-il rien de plus qu’un chien se pourléchant les babines à la vue d’une viande qu’il n’aura jamais, car située bien à l’abri de ses crocs derrière une vitrine ?

L’espoir n’est rien de plus que l’espoir et ne sera jamais rien de plus que l’espoir. Rien de plus, mais tellement, car l’espoir est tout ce qui reste de l’homme lorsqu’il n’est plus rien. L’espoir est donc tout ce dont l’humain a réellement besoin pour être et pour rester en toutes circonstances et à jamais… un humain.

Photo : espoir.ca