Amours, Everest et Marianne

L’amour rend-il heureux ? Toutes les fois où je fus en amour, non seulement ça s’est mal terminé, mais ces relations ont toujours été les plus compliquées et les moins saines. Donc, pour moi, l’amour ne rend pas heureux, il rend plutôt fou. En fait, je devrais spécifier qu’il rend les gens encore plus fous, parce qu’il faut déjà être passablement fêlé pour se jeter corps, cœur et âme dans ce genre de situation périlleuse de haute voltige, sans filet, sans préparation, sans expérience et sans sa tête.

Ça pue l’échec cent kilomètres à l’avance, sauf pour le pauvre idiot qui a jeté tous ses radars au fond de l’océan de ses passions. Le résultat est conséquent à la hauteur de la chute et la douleur d’autant plus vive.

Everest_North_Face_toward_Base_Camp_Tibet_Luca_Galuzzi_2006_edit_1.jpg

Je peux comparer le grand amour à l’ascension de l’Everest. Tout commence comme un fabuleux rêve, puis l’on se rend rapidement compte qu’on doit offrir d’énormes efforts pour peu d’avancement. Rapidement, la tête nous tourne et on manque d’oxygène sans vraiment comprendre lequel est la cause et l’autre l’effet. Ce qu’on appelle progression équivaut à se retrouver en pire position et en plus grand danger que la veille. Seuls l’orgueil et le désir de vaincre nous empêchent de rebrousser chemin, ce que tout humain intelligent ferait sans hésiter.

Les derniers efforts, surhumains, autodestructeurs, insensés nous emmènent là où on ne peut pas réellement rester plus que quelques instants. Essoufflé, épuisé, frigorifié, esseulé, décati, on regarde tout autour un paysage lunaire qu’on qualifie de beau juste parce qu’il est rare et difficile à observer, pourtant, la réalité n’est que froidure et désolation.

165-IUUPm-fosse-mariannes|x240-KUM

Une fois redescendu au niveau de l’océan, une plongée aussi périlleuse nous attend au fond de la fosse des Mariannes afin de récupérer ses radars abandonnés dans la vase. Nous pourrions tout autant nous perdre et rester au fond des eaux ténébreuses qu’au sommet du mont glacé. Une fois encore, seuls l’orgueil et le désir de vaincre nous empêchent d’abandonner, ce que tout humain moins intelligent ferait sans hésiter. Lestés de poids énormes mais essentiels à la poursuite de notre vie, nous entamons la remontée, lente, imperceptible, jusqu’au moment où l’oxygène s’épuise, nous laissant de nouveau à bout de souffle.

Tout de même étrange qu’au tréfonds ou au sommet du grand amour, dans les deux cas, l’oxygène vient à nous manquer. Heureusement, au même instant, hasard ?, notre tête émerge enfin pour la première fois depuis des lustres.

PlatPays

Nos pieds foulent finalement le sol normal, un terrain banal dépourvu de monts gigantesques ou d’océans profonds, un lieu ordinaire, plat, plate, presque dépourvu de dangers, du moins de dangers évidents et hautement périlleux. L’esprit vacille, ne sachant ce qu’il doit maintenant désirer le plus ardemment : les délices du danger amoureux ou le confort du repos salvateur.

Celui qui a gravi la plus haute montagne, celui qui s’est ensuite retrouvé au plus profond des abysses, y reviendra à jamais transformé. Ses yeux ne verront plus jamais la vie comme ceux des autres. Ayant simultanément profité des plus passionnantes voluptés et enduré les plus douloureux enfers, il comprendra, parfois, peut-être, que le sublime se paye très cher. Le tribut se prend à même sa personne, l’ablation des engelures de son âme et l’addition de souffles permanents au cœur.

Il repensera souvent à sa Marianne, son Everest, ses grandes amours. Il s’en ennuiera tout en sachant pertinemment qu’y rester, ça aurait été y mourir. La montagne qui durera toujours où tant de gens reposent pour toujours. La ténébreuse Marianne aux passions abyssales nous engloutissant à tout jamais.

Ah, l’espoir !

L’espoir est un sentiment teinté de souffrances. Il résulte de la capacité qu’a l’humain à anticiper l’avenir, mais il émane souvent de l’envie et de la jalousie, ou encore d’un instinct primitif enfoui au plus profond de nous tous. Il se manifeste parfois dans les moments les plus sombres, mais il peut aussi nous quitter sans raison apparente, faisant de nous des loques, des zombis ou des cadavres.

L’espoir s’achète sous la forme d’un billet de loterie, d’une participation à un concours, d’une entrevue ou d’une audition. Il s’amuse avec nous, souffle le chaud et le froid, nous nargue, nous convie à faire la fête, mais n’évite jamais de nous la faire payer cher.

L’espoir nous rend amnésiques, nous gave de nuages vides, nous remplit de déceptions et de rage. L’espoir nous offre la délivrance, mais nous sert la souffrance.

L’espoir est cette toute petite flamme inextinguible qui cherche sans fin le combustible à dévorer. Parfois, on lui permet d’y goûter du bout des lèvres, mais ce n’est que pour mieux le tenir en esclavage.

L’espoir est omnivore, il se nourrit de rêves, de lubies, d’utopies, de chimères et de pensées magiques. Il dépense ses derniers deniers en vain et sans sagesse. Larmoyant, il se raccroche à un signe des cieux inexistant, ignorant les conseils et les mises en garde de ses proches.

L’espoir fustige les pessimistes, leur fait la leçon, pourtant les taciturnes ont cent fois plus de victoires que de défaites à leur compte. L’espoir s’en moque, le moqueur est terrassé, il se relève pour un nouvel assaut, semblant oublier sa dernière déconvenue et la fin certaine de la suivante.

L’espoir est-il si entêté qu’il refuse de regarder en face l’issue fatale impossible à éviter ? L’espoir est-il si bête ? N’est-il rien de plus qu’un chien se pourléchant les babines à la vue d’une viande qu’il n’aura jamais, car située bien à l’abri de ses crocs derrière une vitrine ?

L’espoir n’est rien de plus que l’espoir et ne sera jamais rien de plus que l’espoir. Rien de plus, mais tellement, car l’espoir est tout ce qui reste de l’homme lorsqu’il n’est plus rien. L’espoir est donc tout ce dont l’humain a réellement besoin pour être et pour rester en toutes circonstances et à jamais… un humain.

Photo : espoir.ca

Je ne veux plus souffrir

Le Monde se divise toujours en deux clans. En ce qui concerne les souffrances post-amoureuses, il y a ceux qui disent et pensent sincèrement qu’ils ne veulent plus souffrir, et les autres qui ne disent rien ou qui disent des machins pas vraiment réfléchis. Personnellement, je me situe  ailleurs (comme d’habitude mon Mathis !). Je fais partie d’une minorité de gens qui empoignent un tisonnier à chaque fois qu’ils entendent cette ritournelle si, trop, souvent serinée.

J’ai l’impression de le dire pour la neuf-mille-trois-cent-quatre-vingt-dix-septième fois (c’était un chiffre aussi long que mon ennui) ce que je dis toujours dans ces circonstances. « Tu ne souffriras plus le jour où on te retrouvera en compagnie d’une boite à six planches  ».

Je me soulève immédiatement (Prudence est la mère de tous mes enfants) contre ceux qui veulent monter aux barricades en espérant faire croire que j’encourage une solution qui commence par un «s» et se termine par un «e». Je le dit sans ambages, vous avez parfaitement raison, ça vaut certainement une soûlerie avec une bonne bouteille de scotch qu’on trouve dans sa belle boite en bois à six planches.

Haro ! criè-je. Défendez-moi kékun ! Depuis quand une vérité de La Palice est une incitation à autre chose qu’à rire ou à prendre un bon scotch ?

La vie est remplie de souffrances. C’est impossible de s’imaginer vivre totalement sans elles. Mais, bonne nouvelle, la vie est aussi remplie de joies et c’est également impossible de s’imaginer vivre sans elles.

Oui, c’est vrai, les peines d’amour font mal. Très mal. Épouvantablement mal. (…) mal (remplir avec votre superlatif préféré). Et vous vous faites violence pour ne pas vivre une autre peine d’amour qui fait mal (!). Pourtant, c’est ce que vous faites lorsque vous répétez un modèle, fois après fois, avec le même foutu résultat poche ! En réalité, quand vous dites « je ne veux plus souffrir », il faut l’interpréter ainsi : « Je veux continuer à fricoter avec des TdC, mais je ne veux pas qu’ils me fassent souffrir ». Désolé, madame, monsieur et les autres, si vous ne le saviez pas encore, je vous le dis pour la neuf-mille-trois-cent-quatre-vingt-dix-septième fois, un TdC, ça reste un TdC même si tu travailles fort fort pour le changer, même si tu pries fort fort pour le changer (ouais, c’est moins populaire qu’avant, mais qui sait ?) et même si tu lui fais des gâteries fort fort pour le changer (ça, c’est plus populaire qu’avant et ça ne semble pas mieux fonctionner que les prières, pourtant, dans les deux cas on s’agenouille, mais là Mathis tu dérailles, reviens au propos principal et ne pense plus aux génuflexions) .

Il ne reste qu’une seule solution et elle se décline en quatre volets.

  • Uno : oublie une vie sans souffrances sans rien changer d’important dans tes critères du prospect idéal.
  • Deuzio : oublie une vie sans souffrances sans lobotomie. Et encore, arrange-toi pour être bien gelé parce que, ça aussi, ça fait vraiment mal.
  • Troisio : oublie une vie sans souffrances entre 6 planches. Tu ne pourras plus lire mon blogue et tu ne veux vraiment pas vivre cette atroce souffrance.
  • Quatriozo :  oublie une vie sans souffrance parce que ce sont les mêmes personnes qui souffrent et qui vivent les plus belles histoires d’amour et ça, tu ne veux absolument pas t’en passer, sauf si tu es déjà lobotomisé.

En conclusion : quand tu regardes un film qui contient une histoire d’amour (ce n’est pas bien compliqué, il y en a au moins une dans chaque film (foutu bon placement média)) qui se termine mal, tu pleures. Et si elle se termine bien, tu pleures. Fèque, commence par dire à tes yeux comment réagir parce que, à l’évidence, ils l’ignorent totalement. Et quand ce sera plus clair dans ta tête et pour tes yeux qui en font partie, tu comprendras enfin que… touche surtout pas à ma blonde !

Lire la suite « Je ne veux plus souffrir »