Le miroir aux vérités

L’appréciation qu’ont les autres de nous importe grandement. L’estime personnelle s’en voit renforcée. Ce mécanisme opère depuis que nous sommes bébé, c’est ainsi que nous apprenons les comportements à adopter et ceux qu’il vaudrait mieux oublier.

Les regards que porte notre entourage sur nous demeurent essentiels même à l’adolescence où nous rejetons l’estime et l’appréciation parentale pour préférer celles de nos amis et de nos idoles de jeunesse. Nous nous intéressons toujours à être admirés ou simplement bien vus, mais pas par les mêmes personnes qu’auparavant.

MG_4940

Pour obtenir cette reconnaissance de nos proches, de nos pairs, de nos collègues, de notre cercle de connaissance, nous sommes parfois prêts à agir à l’encontre de nos valeurs passées et présentes. Nous détournons des faits à notre avantage, nous trichons, nous trahissons, nous mentons, nous omettons de dire certaines vérités, nous manipulons des gens qu’on aime et qui nous aiment, nous cachons des félonies.

3719155-charlene-et-florian-restent-maries-et-on-950x0-2.png

Pour percevoir un regard d’appréciation de la part des autres, nous perdons la faculté d’être admirés par la personne la plus importante de toutes, nous-mêmes.

Ce jeu en vaut-il la chandelle? Pour certains, il n’en fait aucun doute. D’autres le vivront en transportant un poids énorme et permanent sur leur conscience. Pour quelques rares phénomènes, ils refuseront toujours de se regarder avec un voile opaque, ou de se voir avec dédain, en défaillant devant leur image ou même en vomissant de dégoût en comprenant ce qu’ils sont devenus.

FaceAFace1

Notre véritable nature se perdra à jamais, si nous agissons constamment en désaccord avec elle, peu importent les gains apparents ou réels, peu importent les regards admiratifs, peu importent le milieu avantageux et l’environnement supérieur atteints. Nous serons rendus d’une laideur indescriptible si nous ne voyons qu’un inconnu dans le miroir.

La vérité se cachera derrière l’image renvoyée par nos yeux détournés.

L’anticonformiste et les autres

Vous êtes-vous remis de la journée d’hier? Moi, pas. Les douceurs valentines, c’est comme de la crème fouettée. Trop, ça écœure. Des gens avec qui on n’a aucune intimité, aucun besoin de clamer un amour quelconque nous noient dans des mers de bonbons, de courriels nous disant combien ils nous aiment et nous ensevelissent sous une montagne de trucs achetés au magasin à 1 dollar ou euro.

Quel est ce besoin viscéral de transformer un événement censé être quelque chose en quelque chose d’autre? Ouais, pour ceux qui ont lu mon article d’hier dans lequel je voulais transformer la Saint-Valentin en Saint-Ex, je semble appliquer ce que je dénonçais. Ce n’est pas totalement faux, mais pas entièrement vrai non plus. En le lisant, vous comprendrez qu’hier, je dénonçais la célébration annuelle d’une action censée être un truc vécu au quotidien.

Aujourd’hui, je m’en prends à ceux qui encouragent la commercialisation à outrance d’un événement qui ne devrait pas l’être. Tout le monde se plaint que ces fêtes sont devenues outrancièrement commerciales, mais quasiment la totalité des gens achète ces bébelles inutiles qui transforment un événement déjà blet en un événement pourri. Ça ne vous est jamais passé par la tête que si vous n’achetiez rien, il y en aurait moins sur les rayons?

Ah! Oui. C’est vrai. Le fameux slogan «tout le monde le fait, fais-le donc!» Faire comme la plupart du monde pour éliminer les possibilités d’être pris en flagrant délit d’anticonformisme. Rechercher de la distinction à tout prix, mais être tout aussi convaincu de devoir absolument rester dans le moule.

Ça ne marche pas comme ça. L’anticonformisme n’est pas un outil supplémentaire pour se faire plus d’amis. On se fait peut-être plus de connaissances, pas plus d’amis, c’est certain, croyez-moi.

Le vrai anticonformisme transforme ses adeptes en gens grognons et haïssables. Personne de normalement constitué ne veut ça, ils achètent plutôt un plein panier de cochonneries au magasin à 1 $ €. Être haï n’est pas l’objectif des critiqueurs. Ça vient tout naturellement pour deux raisons.

La première est que ces personnes sont capables d’anticiper des événements qui restent totalement obscurs à l’ours moyen. Ça fait donc d’eux des critiqueurs alors qu’ils sont seulement en train de dénoncer les trucs que l’humanité finira par dénoncer dans quelques années ou décennies.

La seconde raison est plus pernicieuse. Les anticipateurs dénoncent des trucs que la plupart du monde voit, mais qu’il faut garder cachés par peur d’avoir honte si jamais ça devenait admis. Ainsi, dès que l’anticonformiste ouvre le moulin à parole, il plante un miroir à la face du monde qui cherche absolument à éviter de se regarder. Alors, haïr les empêcheurs de tourner en rond reste l’arme idéale.

Évidemment, vous comprendrez que je ne parle pas de tous les anticonformistes, mais d’une certaine tranche également incapable de blairer les criticailleurs de tout, de rien, qui n’ont aucun argument valable à présenter et à défendre et qui ne voient rien ni devant ni derrière.

Adopter un rôle important et impopulaire, celui d’un anticonformiste, oblige à verser un lourd tribut. C’est celui d’être ostracisé, au mieux être détesté. Alors, vous avez entièrement raison d’acheter le panier de chinoiseries et de distribuer des cœurs en chœur pour rester au cœur (décidément!) de la société.

Mais soyez gentils à l’occasion avec ceux qui ont fait le choix de rester dans les franges. Choisissez n’importe quel autre moment de l’année que le 14 février pour leur dire qu’ils ne sont pas entièrement haïssables, peu importe si vous ignorez leur utilité, ou même si vous ne voulez absolument pas l’admettre.