Le jongleur

J’habitais chez un collègue à une dizaine de kilomètres de notre lieu de travail. Un joli chalet loué durant la saison froide tandis que ses propriétaires se la coulaient douce en Floride, lieu de résidence d’un grand pourcentage des snow birds, nos chers compatriotes québécois à la retraite.

Systématiquement, le soir après le boulot, mon ami pratiquait l’art de la jonglerie. Il n’était pas du genre à lancer cinq quilles, sept haches ou onze torches. Non, il gardait son art minimaliste. Seulement trois balles toutes blanches, phosphorescentes, de la grosseur de pamplemousses, voilà quels étaient ses seuls outils de travail. Une partie de sa routine se déroulait à la lumière et la seconde à la noirceur la plus totale.

Durant ce second épisode, grâce à des gestes fluides sans le moindre défaut, ses balles dessinaient des figures géométriques variées parfaitement bien formées. Notre persistance rétinienne nous faisait voir des carrés, des pentagones, des cascades, des pyramides alors que seules existaient trois sphères blanches. Ses enchainements étaient spectaculaires, on aurait pu croire à des ovnis tellement le ballet était minutieusement chorégraphié et exécuté à la perfection.

C’est à ce moment que j’ai commencé à exercer cet art puisque je pouvais compter sur un prof privé juste à côté de moi. Toutefois, je n’ai jamais beaucoup pratiqué, j’avais trop d’autres intérêts, dont les activités de plein air et la flûte traversière.

Tous les deux célibataires, nous avions chacun nos charmes propres lorsque le vendredi soir venu, les clientes débarquaient à l’auberge pour séjourner durant le weekend. J’étais à l’accueil et lui s’occupait de garnir le foyer de bûches, les haut-parleurs de musique apaisante et de faire connaissance avec les nouvelles venues.

Nous avions rarement les mêmes attirances et si cela survenait, jamais nous ne jouions du coude. Comme chez les oiseaux, nous laissions toujours la gent féminine décider avant tout. Une fois, cependant, nous avions accroché sur la même fille. Elle avait un quelque chose de différent, de mystérieux et de profondément attirant. C’est donc elle qui fit son choix et ce fut mon ami qui eut l’honneur de la faire tomber dans ses bras.

Durant la semaine qui suivit, j’ai déménagé mes pénates puisque sa demoiselle passerait le prochain weekend chez lui. Je me suis donc déniché un autre chalet abandonné jusqu’au retour des feuilles. Quelques semaines ont passé durant lesquelles je n’ai pas vraiment échangé avec mon ami, trop occupés au travail et lui ensuite à passer ses soirées avec sa nouvelle copine.

Ce début de relation avait rendu mon ami joyeux, mais plus le temps passait, plus il semblait devenir distant, renfermé, renfrogné. Je sentais que ce nouveau couple battait déjà de l’aile, mais j’ignorais tout de la réalité des choses. À cette époque, nous étions habitués lui et moi à n’entretenir aucune relation stable avec nos conquêtes. En conséquence, son attitude m’intriguait un peu, mais elle ne m’inquiétait pas. Je ne croyais pas qu’il était tombé éperdument amoureux en si peu de temps.

Un soir alors que je lisais Le loup des steppes de Hermann Hesse assis au coin du feu, j’entends quelqu’un cogner à ma porte. C’est lui. Les yeux exorbités, le teint livide, la gorge nouée, il me demande péniblement s’il peut entrer. Évidemment !

Il m’explique alors ce qu’il vivait depuis quelques semaines. Nous ne nous étions pas fourvoyés sur la jolie fille. Elle était chaude comme la braise et mon ami au début en avait bien profité. Mais plus les jours passaient, plus elle commençait à adopter des attitudes pas tout à fait conformes aux attentes du jongleur. Le sexe, elle en voulait plus, bien plus, énormément plus. Ensuite, ce fut les menaces qui ont pris des proportions sans précédent, jusqu’à le menacer de mort. C’est à ce moment qu’il s’est enfui sans rien prendre, qu’il l’a laissée seule à son chalet et qu’il est venu habiter chez moi le temps qu’elle disparaisse.

Nous, les hommes, nous connaissons mal ce genre de situation. On entend beaucoup trop souvent des histoires d’horreur dont les victimes sont des femmes, rarement les gars. L’état psychologique de mon ami m’a permis de m’approprier en quelque sorte ce renversement de la situation.

Bien entendu, jongler avec plusieurs belles, le risque d’en échapper une croît avec le temps. Mais se retrouver avec une belle trop différente des autres, dont le comportement est totalement étranger, pour un jongleur professionnel, vaut mieux éviter de rajouter cette figure dans sa routine.

Amours, Everest et Marianne

L’amour rend-il heureux ? Toutes les fois où je fus en amour, non seulement ça s’est mal terminé, mais ces relations ont toujours été les plus compliquées et les moins saines. Donc, pour moi, l’amour ne rend pas heureux, il rend plutôt fou. En fait, je devrais spécifier qu’il rend les gens encore plus fous, parce qu’il faut déjà être passablement fêlé pour se jeter corps, cœur et âme dans ce genre de situation périlleuse de haute voltige, sans filet, sans préparation, sans expérience et sans sa tête.

Ça pue l’échec cent kilomètres à l’avance, sauf pour le pauvre idiot qui a jeté tous ses radars au fond de l’océan de ses passions. Le résultat est conséquent à la hauteur de la chute et la douleur d’autant plus vive.

Everest_North_Face_toward_Base_Camp_Tibet_Luca_Galuzzi_2006_edit_1.jpg

Je peux comparer le grand amour à l’ascension de l’Everest. Tout commence comme un fabuleux rêve, puis l’on se rend rapidement compte qu’on doit offrir d’énormes efforts pour peu d’avancement. Rapidement, la tête nous tourne et on manque d’oxygène sans vraiment comprendre lequel est la cause et l’autre l’effet. Ce qu’on appelle progression équivaut à se retrouver en pire position et en plus grand danger que la veille. Seuls l’orgueil et le désir de vaincre nous empêchent de rebrousser chemin, ce que tout humain intelligent ferait sans hésiter.

Les derniers efforts, surhumains, autodestructeurs, insensés nous emmènent là où on ne peut pas réellement rester plus que quelques instants. Essoufflé, épuisé, frigorifié, esseulé, décati, on regarde tout autour un paysage lunaire qu’on qualifie de beau juste parce qu’il est rare et difficile à observer, pourtant, la réalité n’est que froidure et désolation.

165-IUUPm-fosse-mariannes|x240-KUM

Une fois redescendu au niveau de l’océan, une plongée aussi périlleuse nous attend au fond de la fosse des Mariannes afin de récupérer ses radars abandonnés dans la vase. Nous pourrions tout autant nous perdre et rester au fond des eaux ténébreuses qu’au sommet du mont glacé. Une fois encore, seuls l’orgueil et le désir de vaincre nous empêchent d’abandonner, ce que tout humain moins intelligent ferait sans hésiter. Lestés de poids énormes mais essentiels à la poursuite de notre vie, nous entamons la remontée, lente, imperceptible, jusqu’au moment où l’oxygène s’épuise, nous laissant de nouveau à bout de souffle.

Tout de même étrange qu’au tréfonds ou au sommet du grand amour, dans les deux cas, l’oxygène vient à nous manquer. Heureusement, au même instant, hasard ?, notre tête émerge enfin pour la première fois depuis des lustres.

PlatPays

Nos pieds foulent finalement le sol normal, un terrain banal dépourvu de monts gigantesques ou d’océans profonds, un lieu ordinaire, plat, plate, presque dépourvu de dangers, du moins de dangers évidents et hautement périlleux. L’esprit vacille, ne sachant ce qu’il doit maintenant désirer le plus ardemment : les délices du danger amoureux ou le confort du repos salvateur.

Celui qui a gravi la plus haute montagne, celui qui s’est ensuite retrouvé au plus profond des abysses, y reviendra à jamais transformé. Ses yeux ne verront plus jamais la vie comme ceux des autres. Ayant simultanément profité des plus passionnantes voluptés et enduré les plus douloureux enfers, il comprendra, parfois, peut-être, que le sublime se paye très cher. Le tribut se prend à même sa personne, l’ablation des engelures de son âme et l’addition de souffles permanents au cœur.

Il repensera souvent à sa Marianne, son Everest, ses grandes amours. Il s’en ennuiera tout en sachant pertinemment qu’y rester, ça aurait été y mourir. La montagne qui durera toujours où tant de gens reposent pour toujours. La ténébreuse Marianne aux passions abyssales nous engloutissant à tout jamais.

Char ou fille ?

« L’humour, c’est l’art de dire des trucs horribles à quelqu’un en lui faisant perdre le désir de vous tuer. » LeCorbot

Lecteur, lectrice, voici un billet d’humour pour se relever du dimanche annonçant nostalgiquement la fin des vacances.

Au Québec on utilise beaucoup le mot « char » pour désigner son véhicule personnel. C’est un terme plutôt archaïque, mais la culture perpétue les vieilles expressions. Il existait des chars pour transporter des denrées, du foin, mais il y avait également des chars de guerre, de course, d’apparat, de défilé.

Top-Supercar-Wallpaper-1

Je ne voudrais pas péter la bulle des filles, mais certains signes ne trompent pas. Vous devriez être convaincue que vous passez au second plan, après l’automobile de votre copain, si vous entendez ce genre de phrases.

*****

plus_de_300_voitures_au_8e_rdl_A_2010723144241_600-620x348.jpg

La jupe

Pourquoi j’appelle mon auto « Émilie » ? Tu vois, elle porte des jupes. Émile, ça aurait fait travelo.

J’aime quand tu mets ta jupe en cuir, tu sens le char neuf.

Oui, un autre week-end à exposer ma caisse au club des voitures modifiées. J’ai toujours eu l’âme d’un pédagogue. Mets ta petite jupe serrée rouge, elle s’harmonisera parfaitement avec celles d’Émilie.

Voiture-modifiée.jpg

L’air provenant de la trappe remonte ta jupe ? Les déflecteurs sont bloqués ? Émilie est mon amie, après tout.

La fille

J’adore ton pare-chocs arrière, tu sais ! Tu as juste un petit problème de hauteur inégale avec tes amortisseurs avant.

oups-hotesse.jpg

Tu es de quel type, déjà ? Démarreur ou cylindre ?

Le temps de ta vidange mensuelle, c’est quand ?

Tu es la plus bielle.

Les fuites de ton radiateur, ça se colmate ?

Je te préfère en V plutôt qu’à plat.

britney-cuissardes-copie-1

Oui, je retire ses pneus d’hiver pour les remplacer par ses pneus d’été. Pourquoi je refuse de retirer tes bottes cuissardes quand tu me le demandes ? Boulot sans boulons, tu peux faire le travail toute seule.

La relation intime

Je ne caresse pas ma caisse, je la bichonne. La différence ? Tu me caresses, je la bichonne.

accessories-26

J’aime quand tu ronronnes si sensuellement ! Quoi ? Je ne te parlais pas !

Menace-moi d’aller coucher dans le garage ! Pourquoi tu ferais cela ? Pour me… punir !

Tu mérites au moins autant d’attentions que j’en accorde à Émilie ? Elle ne me menace pas de me quitter si parfois je la néglige.

Possessivité et jalousie

Émilie ne me fait aucune scène lorsque je regarde une autre bagnole. Elle ne cherche pas à se comparer à une Ferrari non plus.

Tu t’inquiètes pour rien, parce que je ne voudrais jamais d’une Ferrari. Trop chère à entretenir. Par contre, je ferais bien une petite balade.

photos-for-ferrari-supercar-wallpaper-hd-farrari-super-car-images-laptop

Ne me demande plus si tu peux conduire Émilie. Comme tu vois, elle n’est pas équipée d’une conduite à droite.

Tu aimerais partir en balade ? Pas certain qu’Émilie ait envie que tu l’accompagnes.

Sexy

Si je te trouve sexy ? Surtout avec des auto…collants.

Et tu es très sexy avec avec tes talons aiguille, car impossible de conduire avec ces échasses dans tes pieds !

d3896

Évidemment, tu es sexy ! Sinon, jamais tu n’embarquerais à bord d’Émilie !

Le cinéparc

Une soirée au cinéparc ? Tu n’y penses pas ! Côtoyer tous ces tacots et guimbardes !

130606_ns1zs_cine_parc_sn635-635x330

Si j’accepte, tu vas m’offrir une gâterie ? Seulement si tu me promets de ne rien laisser tomber sur le siège.

De choses et d’autres

Ton huile d’olive a quel indice SAE ?

Prendre notre douche ensemble ? Bien sûr ! Je me préparais justement à laver Émilie.

Ton parfum interfère avec celui du petit sapin.

Conduire-Pieds-Tableau-Bord-Securite-Danger-2

Tu mets encore tes pieds sur mon tableau de bord ! Je comprends ta façon de conduire maintenant !

Tu sens que j’aime plus mon char que toi ? Les femmes ! Toujours des idées stupides en tête. Pas surprenant qu’on préfère passer plus de temps derrière le volant et moins en votre compagnie !

Êtes-vous démocrate dans l’âme ?

Vous vous targuez d’aimer la démocratie, vous la voulez plus belle, plus pure, vécue de plus près. Cet article vous prouvera le contraire. Pour la très grande majorité d’entre vous, la démocratie restera une utopie, car vous avez choisi ou vous opterez pour un mode de fonctionnement bien différent. Commençons votre désillusion.

Vous vivez déjà ou rêvez de vivre en couple. Cependant, votre couple est-il ou deviendra-t-il une institution démocratique? Vous le croyez? Je ne vous connais pas et pourtant je sais pertinemment que ce bel objectif ne surviendra probablement jamais.

Tout d’abord, la démocratie est basée sur l’acceptation d’une proposition à majorité simple. Dans un couple, cette majorité simple se confond avec l’unanimité, qu’elle penche en faveur ou contre l’idée du projet. Dans le seul cas qui reste, la division parfaitement égale du vote, cette impasse ne s’avère qu’apparente. Dans une démocratie utopique de couple, l’impasse se transforme habituellement en dictature.

couple-rupture-arreter-de-se-battre-

Disons que je propose à ma tendre moitié de voyager ensemble en Inde. Après avoir discuté d’un tas de facteurs, je demeure fermement décidé à y aller, mais je n’ai pas convaincu ma partenaire de démocratie, et accessoirement ma bien-aimée, de m’accompagner. Décision partagée. Pourtant, de ce débat au résultat divisé, il en ressortira quand même un gagnant. À égalité, le non l’emporte et l’emportera toujours. Le poids du non est prépondérant sur celui du oui. Nous ne verrons pas le Taj Mahal ni les trapps du Deccan.

Trapps-Deccan.png

Certaines personnes ont vite compris les avantages que procure le fait de voter non et son droit prépondérant se mue rapidement et très souvent en tentative de coup d’État pour instaurer une dictature à l’intérieur du noyau familial. Tant qu’à vivre dans une fausse démocratie utopique de couple, pourquoi ne pas la transformer en dictature? Un régime bien plus performant, qui exige moins de temps pour discuter, négocier, et où convaincre l’autre camp devient accessoire.

Real-Couples-Who-Played-Couples-TV

Contrairement à la démocratie, la dictature ne constitue pas un régime utopique, ni dans un couple ni pour une nation entière. Elle s’instaure naturellement dans le but primaire d’accroitre l’efficacité décisionnelle. Ensuite, elle glisse aisément pour se transformer en totalitarisme aveugle. Le pouvoir non partagé corrompt toutes les âmes, même les plus pures. Il en va de même dans un couple lorsqu’il a dérivé vers ce côté obscur.

idee-jeu-couple.jpg

Ainsi, la démocratie dans un couple ne pourrait vraiment exister que si un nombre impair de personnes le forment. Et c’est là où j’en arrive au trip à trois, au trio, ou pour piocher dans le lexique musical, au triolet.

Un triolet consiste en un groupe de trois notes jouées dans le temps normalement imparti à deux. Alors, un triolet de vie serait un groupement de trois individus composant l’équivalent d’un couple et prenant ensemble des décisions réellement à majorité simple.

3083959363_1_5_gbBc8SSt

Petit problème que vous pouvez anticiper, dans la vie normale, le mot couple rime fortement avec le mot sexualité. Un triolet équilibré devrait donc laisser la place à une sexualité satisfaisante pour tous ses participants.

111354891_o.jpg

Voilà, rien n’est parfait dans la vie. Pour régler un problème de vote démocratique à l’intérieur d’un couple, il faut accepter le trip à trois permanent. On comprend aisément pourquoi si peu de triolets existent, mais également pourquoi tant de couples échouent en refusant d’adopter la solution la plus performante pour la démocratie et le bien-être décisionnel de leur couple.

240_f_112067513_xb7ii5igsc4t8kskb8yiuo49c5df45rs

Alors, chère lectrice, cher lecteur, si votre partenaire ose un jour vous proposer un triolet, ne vous offusquez pas. Il s’agit peut-être de la seule occasion que vous aurez dans votre vie de faire partie d’un vrai système démocratique pur et non utopique.

Vous vous croyiez démocrate? Prêt à vivre en vraie démocratie ? Prouvez-le maintenant!

Nuit de mains

De ta soie peau vêtue

Collier désirs te pare donne

My love lovée doigts uncinés

Agrippe la brute fierté

Enceint de mains je m’abandonne

Délices dépravent toutes vertus

Cœur brisé

Je me souviens de mon dernier ECG à l’hôpital. Cet examen avait été commandé par mon médecin de famille afin de lever un doute que les limitations de son stéthoscope ne parvenaient pas à dissiper ou à confirmer.

Tout semblait correct, mis à part un petit souffle. Rien de bien important, rien pour attenter à ma santé, mais une légère anomalie quand même.

esa

Sans y réfléchir, mais probablement aiguillonné par la joliesse de l’infirmière, je lui ai déclaré qu’il avait été causé par une peine d’amour. Elle s’est retournée en me lançant un regard chargé de questionnements, de reproches, et d’inquiétudes. Muette, elle venait pourtant de tout me dire.

obsession-amoureuse.jpg

«Êtes-vous sérieux?» «C’est possible, vous savez?» «On ne badine pas avec ces choses-là!» «Qu’en savez-vous?» «Faut pas être à ce point sensible!» «Faites plus attention à vous lorsque vous aimez.» «Ça me plairait bien de savoir que mon homme pourrait être aussi amoureux de moi!»

Bien sûr, ma théorie sur la cause de ce souffle restera invérifiable et je n’y crois qu’à moitié.

large-2.jpg

Avez-vous déjà eu si mal en amour que vous avez senti votre cœur littéralement se briser? La moitié de ma croyance provient d’un épisode de ce type. À prendre avec modération et même avec sobriété au cas où ces événements causeraient réellement des souffles au cœur.

Pour conclure ce billet, un petit mystère auquel je viens de penser.

Comment se fait-il que seules les femmes ayant fait fondre notre cœur parviennent ensuite à le briser? S’est-il cristallisé entre les deux ? Ce serait l’explication de sa fragilité.

« Tu es la plus belle ! »

Quelle femme ne désire pas entendre ces mots de la bouche d’un amoureux? Pourtant, ils sont lourds de conséquences pour vous, mesdames.

J’ai connu deux relations amoureuses durant lesquelles les femmes étaient jalouses. Ce défaut étant absent chez moi, ce sentiment s’avère difficile à comprendre sur le coup et ses motifs, motivations et mécanismes sous-jacents restent nébuleux. J’ai simplement constaté un empoisonnement constant et croissant de mes deux relations sans que je puisse y faire grand-chose.

shutterstock_114489376_1

Lorsqu’un homme ose déclarer à une femme qu’elle est la plus belle, c’est un mélange de vérité et de sentiments personnels indéfinissables. J’oublie les frimeurs, les menteurs, les manipulateurs qui ne se gênent aucunement à utiliser cette phrase comme un papier collant. Je parle des hommes qui le pensent sincèrement, et ce malgré l’extrême formule utilisée.

Lorsqu’un homme se déclare de la sorte, il ne veut aucunement dire qu’il ne vous trouve aucun défaut physique ou psychologique, ni même que vous êtes la reine de beauté de tout l’Univers. Il devient donc inutile de lui dresser une liste des défauts que la femme se reconnait.ventre-cuisses-fesses-les-francais-sont-complexes.jpeg

«Mon ventre n’est pas plat, mes seins tombent trop à mon goût, j’ai des vergetures, de la cellulite, une tignasse, des grains de beauté mal situés, le gras des bras mous, les gros orteils déviés, un nez aquilin, de trop grosses fesses» et tutti quanti.

couple-mains.jpg

Que croyez-vous, mesdames? Qu’il n’avait rien vu de tout cela? Vous croyez vraiment qu’il est aveugle ou imbécile? Quand un homme déclare que vous êtes la plus jolie, il inclut tous vos propres reproches dans son appréciation. Il dit pourtant la vérité, car selon l’homme, la beauté féminine comporte bien plus qu’une simple facette, votre beauté se situe au-delà d’une appréciation physique cruelle. Pourtant, combien d’entre vous croient le contraire

Pour en arriver à ce constat bien personnel, il vous a comparé à d’autres femmes qui n’ont pas fait le poids lorsqu’il a tout mis les aspects de la beauté dans la balance. Mais pour avoir comparé, il a observé d’autres femmes. Et c’est seulement parce qu’il a comparé qu’il peut déclarer sincèrement que «vous êtes LA plus belle». Sans comparaison, vous ne pouvez pas être mieux que simplement « belle ».

cils.jpg

Regarder sans concupiscence d’autres femmes est normal. Il voit sa compagne, il voit aussi les autres femmes et les aguicheuses ne peuvent nier leur pouvoir en ce sens. Ce processus permet au bout du compte de déclarer sans mentir que «vous êtes la plus jolie». Celles qui reprochent à leur amoureux certains regards en direction de la gent féminine les privent du moyen essentiel permettant de leur dire avec le plus grand sérieux du monde qu’elles sont à leurs yeux la plus belle de toutes les femmes.

Elles risquent en revanche de transformer ses simples regards en œillades, ses compliments en mensonges et ses projets d’avenir en issues de secours. La jalousie injustifiée constitue d’abord et avant tout une injustice et l’homme est conçu pour fortement y réagir.

La jalousie n’a jamais empêché l’infidélité, au contraire elle l’attise. Bien peu d’hommes trouvent la jalousie sexy, de bon goût ou adéquate. Le plaisir de se sentir désiré cède rapidement devant les désagréables conséquences d’une jalousie constante.

Je-suis-jalouse-de-la-reussite-d-un-proche-c-est-normal_width1024.jpg

De plus, elle privera la femme du plus beau cadeau qu’un homme puisse faire à une femme, lui dire de manière honnête et amoureuse: «Tu es la plus belle».

Pour celles qui possèdent de bonnes raisons de douter de la fidélité de leur compagnon, encore une fois la jalousie ne règle rien. Le contrôler par ce moyen ou par un autre échouera lamentablement. En contrepartie, les femmes gardent le contrôle de leurs propres pensées, décisions et actes.

Quitter un homme affublé d’un défaut impossible à tolérer reste la meilleure des solutions. Accepter son défaut reste un choix difficile, voire impossible, mais un meilleur choix tout de même que de tomber dans la jalousie lorsque la séparation est écartée de l’équation. Passer un pacte librement et mutuellement consenti n’aura de sens que si les termes sont clairs et réalistes.

jalousie.jpg

Lorsqu’un homme déclare à une femme jalouse qu’elle est la plus belle, vous pouvez être assurés qu’il ment. On doit plutôt y comprendre: «Ce compliment va-t-il calmer tes sangs?»

3566.jpg

Si déclarer sincèrement à une femme qu’elle est la plus belle revient à l’homme, il revient à la femme de faire en sorte qu’il se sente honnête lorsque viendra le temps de le répéter.

Au-delà de l’invisible

8 août 1982. Ce jour restera à jamais gravé dans ma mémoire. Moi, pour qui les dates me posent de sérieux problèmes, chaque année, pourtant, je regarde des photos… et je lui souris.

Mon fils est né ce jour-là. J’ai également su à ce moment précis que ma vie ne se déroulerait pas comme un conte de fées, sans être banale pour autant.

Devenir du jour au lendemain le père d’un enfant lourdement handicapé physiquement et mentalement m’a obligé à me poser des questions fondamentales et à y répondre rapidement. Vous me trouverez probablement bizarre, mais mes préoccupations les plus sérieuses à ce moment ne portaient pas sur le diagnostic ni les pronostics. De toute façon, ce n’était pas à moi à y répondre. Je me souciais de celles dont les réponses m’appartenaient.

Ne-trop-tot-Soins

La plus importante fut : est-ce que je veux tenter de faire une différence dans sa vie ? Peu importe le temps que durerait l’aventure, je devais savoir si je l’acceptais, si je désirais lui donner mon espace, mon temps, mes énergies, mon présent ainsi que mon futur.

Ayant répondu par l’affirmative, mes problèmes avec les dates, les jours, les nuits, les ans ont commencé à ce moment précis. Le temps s’est transformé en un concept peu utile et même, je pourrais dire, nuisible à l’atteinte de mon objectif.

Mais qu’était donc cet objectif et quelle importance pouvait-il bien avoir pour lui sacrifier toute notion de temps ? Mon seul vrai désir se résumait simplement. Que mon fils puisse vivre heureux, et ce malgré son handicap.

dads_intro.jpg.560x0_q80_crop-smart

Cet objectif ne possède aucune courbe normalisée sur laquelle se baser pour évaluer son degré d’avancement. Il ne possède aucun jalon, pas de nombre de jours, aucun graphique, pas de marqueurs, aucune référence.

Au début, les progrès de mon garçon restaient invisibles pour tout le monde ainsi qu’à sa mère. Moi, j’en voyais. On me disait que j’inventais ce que je voulais voir. Je savais que c’était faux parce que je n’ai jamais cherché à voir autre chose que la réalité. J’avais réglé le problème potentiel de me cacher la vérité alors que j’avais tout juste onze ans.

Une nuit à cette époque, j’étais loin dans la forêt, il faisait nuit et j’étais seul dans ma tente. Le tonnerre frappait sans arrêt devenant plus terrifiant de minute en minute. Les éclairs fusaient si nombreux que la nuit se faisait jour. Le terrible orage déversait des torrents qui délavaient le sol forestier. Je me protégeais des intempéries à l’aide, ou malgré une tente sans plancher. Une rivière s’était invitée à faire des cascades dans mon habitacle de fortune et je pataugeais littéralement dans mon sac de couchage. Je grelottais de tous mes membres, j’étais transi et au bord de l’hypothermie. Une pensée fugace m’est tout à coup venue à l’esprit, je pourrais trouver refuge au fond de ma tête afin d’échapper à ce désastre.

Old-School-Tent-1

Sans jamais avoir su pourquoi, j’ai refusé net. J’ai préféré ressentir toutes les affres de cet orage plutôt que sombrer dans l’irréel. Cet épisode charnière m’a permis de connaitre un des mécanismes menant à la fuite, à la création de l’irréel, à l’abandon d’un présent concret détestable pour un rêve plus doux et agréable.

Sachant que je ne m’étais pas enfui dans ce monde, j’étais convaincu que mes observations concernant mon fils, aussi ténues fussent-elles, devaient être véridiques. Et progressant d’un iota invisible à un atome tout aussi intangible, le résultat finit par devenir visible aux yeux de mes proches, et ensuite à tout le monde.

La vie de Mathieu n’a pas été parsemée ici et là de quelques moments de bonheur. Il a vécu heureux la plupart du temps, plus que bien des gens normaux.

Atteindre cet objectif fut la plus grande et la plus belle de toutes mes réalisations. Pourtant, elle n’a tenu qu’à un fil, qu’à une seule capacité, qu’à une seule volonté, qu’à une seule certitude, celle de percevoir la réalité à travers et au-delà de l’invisible.

La magie de l’amour

Vivez-vous en couple? Est-ce que votre conjoint-conjointe se permet de vous dire «mon amour»? Souvent? Parfois? Rarement? Jamais?

ab88ba99

On se sent si bien lorsqu’on entend ces mots, n’est-ce pas? Dans ce cas, est-ce que vous les dites à votre partenaire?

«Mon amour!» Si les mots magiques existent, vous pouvez être certains que ces deux-là en font effectivement partie.

menopause

Quand on y pense, agir en magicien, en magicienne n’a rien de très compliqué. Il suffit de prononcer ces deux petits mots. Dites-les plusieurs fois, souvent, car même la magie n’opère pas sur une base permanente.

L’anticonformiste et les autres

Vous êtes-vous remis de la journée d’hier? Moi, pas. Les douceurs valentines, c’est comme de la crème fouettée. Trop, ça écœure. Des gens avec qui on n’a aucune intimité, aucun besoin de clamer un amour quelconque nous noient dans des mers de bonbons, de courriels nous disant combien ils nous aiment et nous ensevelissent sous une montagne de trucs achetés au magasin à 1 dollar ou euro.

Quel est ce besoin viscéral de transformer un événement censé être quelque chose en quelque chose d’autre? Ouais, pour ceux qui ont lu mon article d’hier dans lequel je voulais transformer la Saint-Valentin en Saint-Ex, je semble appliquer ce que je dénonçais. Ce n’est pas totalement faux, mais pas entièrement vrai non plus. En le lisant, vous comprendrez qu’hier, je dénonçais la célébration annuelle d’une action censée être un truc vécu au quotidien.

Aujourd’hui, je m’en prends à ceux qui encouragent la commercialisation à outrance d’un événement qui ne devrait pas l’être. Tout le monde se plaint que ces fêtes sont devenues outrancièrement commerciales, mais quasiment la totalité des gens achète ces bébelles inutiles qui transforment un événement déjà blet en un événement pourri. Ça ne vous est jamais passé par la tête que si vous n’achetiez rien, il y en aurait moins sur les rayons?

Ah! Oui. C’est vrai. Le fameux slogan «tout le monde le fait, fais-le donc!» Faire comme la plupart du monde pour éliminer les possibilités d’être pris en flagrant délit d’anticonformisme. Rechercher de la distinction à tout prix, mais être tout aussi convaincu de devoir absolument rester dans le moule.

Ça ne marche pas comme ça. L’anticonformisme n’est pas un outil supplémentaire pour se faire plus d’amis. On se fait peut-être plus de connaissances, pas plus d’amis, c’est certain, croyez-moi.

Le vrai anticonformisme transforme ses adeptes en gens grognons et haïssables. Personne de normalement constitué ne veut ça, ils achètent plutôt un plein panier de cochonneries au magasin à 1 $ €. Être haï n’est pas l’objectif des critiqueurs. Ça vient tout naturellement pour deux raisons.

La première est que ces personnes sont capables d’anticiper des événements qui restent totalement obscurs à l’ours moyen. Ça fait donc d’eux des critiqueurs alors qu’ils sont seulement en train de dénoncer les trucs que l’humanité finira par dénoncer dans quelques années ou décennies.

La seconde raison est plus pernicieuse. Les anticipateurs dénoncent des trucs que la plupart du monde voit, mais qu’il faut garder cachés par peur d’avoir honte si jamais ça devenait admis. Ainsi, dès que l’anticonformiste ouvre le moulin à parole, il plante un miroir à la face du monde qui cherche absolument à éviter de se regarder. Alors, haïr les empêcheurs de tourner en rond reste l’arme idéale.

Évidemment, vous comprendrez que je ne parle pas de tous les anticonformistes, mais d’une certaine tranche également incapable de blairer les criticailleurs de tout, de rien, qui n’ont aucun argument valable à présenter et à défendre et qui ne voient rien ni devant ni derrière.

Adopter un rôle important et impopulaire, celui d’un anticonformiste, oblige à verser un lourd tribut. C’est celui d’être ostracisé, au mieux être détesté. Alors, vous avez entièrement raison d’acheter le panier de chinoiseries et de distribuer des cœurs en chœur pour rester au cœur (décidément!) de la société.

Mais soyez gentils à l’occasion avec ceux qui ont fait le choix de rester dans les franges. Choisissez n’importe quel autre moment de l’année que le 14 février pour leur dire qu’ils ne sont pas entièrement haïssables, peu importe si vous ignorez leur utilité, ou même si vous ne voulez absolument pas l’admettre.

La fête la plus idiote de l’année

Je ne comprends pas ceux qui fêtent de la Saint-Valentin. La fête des mères et des pères, ça passe parce qu’on peut ne pas les voir souvent durant l’année. Mais si vous vous sentez dans l’obligation de fêter votre couple une fois l’an, entre vous et votre chum ou votre blonde, ça ne va pas très fort ! Et si votre couple bat de l’aile à ce point, coupez-les-lui une fois pour toutes. L’avantage collatéral sera que vous n’aurez plus à célébrer la fête la plus idiote de l’année.

Dans un couple, chaque occasion de se voir devrait être une célébration. Si la Saint-Valentin est le seul moment de l’année où vous osez déclarer à votre partenaire que vous l’aimez, vos paroles doivent mal passer dans votre bouche. Un relent de vieux chausson sale peut-être ?

Inversez le processus. Dites-vous que chaque jour de l’année est la fête de l’amour et que la Saint-Valentin est le seul moment où vous avez le droit et la possibilité de vous abstenir de toute forme de manifestation amoureuse.

Vous gardez tout de même le droit de lui dire « je t’aime chéri(e) » parce que lorsqu’on le dit tous les jours, on se sent mal en dedans quand on éclipse ces petits mots pour plus de vingt-quatre heures et ça évite d’être aux prises avec les rots de chausson sale.

Aujourd’hui, je peux alors dire toutes mes anciennes amantes que je vous aime. Oui, c’est comme pour la fête des pères ou des mères. Quand on ne se voit pas souvent, on peut se le dire une fois par année. Alors, pourquoi ne pas nommer cette fête du 14 février la Saint-Ex ?

Une boite d’un nouveau genre pour un Boxing Day plus inspirant

Hier, c’était la fête de la boite ou de la taloche, selon le sens donné au mot « boxing ». Il invite les gens à ne pas oublier qu’ils sont d’abord et avant tout des consommateurs. Ici les magasins ouvrent leurs portes à 13 h. Afin de profiter des meilleures offres, certains individus font la file durant plusieurs heures, allant même jusqu’à apporter chaise pliante, doudou et thermos rempli d’on ne sait quel liquide ayant la fabuleuse propriété de rendre idiot.

Il fait actuellement -12 °C et -22 °C si on tient compte du facteur éolien. Ce n’est pas très froid pour cette période de l’année. Demain, le mercure frisera le -35 °C et le facteur éolien va donner l’impression que notre peau est soumise à un -45 °C. Mais ce -12 °C ne semble pas encore suffisamment froid pour briser la volonté ou l’entêtement ou la stupidité de ceux faisant le pied de grue devant les portes d’un magasin de bébelles.

En tant qu’humain, j’ai honte du comportement de mes semblables. Je ne saurai quoi dire aux extraterrestres lorsqu’ils me questionneront sur le sujet. Mettre ses orteils et ses lobes d’oreilles en gage dans le but de dépenser de l’argent pour un objet qu’on revendra peut-être immédiatement sur internet est, selon moi, le comble de ce que la société de consommation nous apporte. Évidemment, si on essayait de se procurer ces articles pour ensuite les donner aux moins bien nantis, ce serait un geste courageux et vertueux. Évidemment, aucun de ces consommateurs n’est empreint de cette bienveillante intention.

Nous avons accueilli durant ces derniers mois plus que notre part de réfugiés. Des gens qui, souvent, ont utilisé leurs derniers sous pour payer un taxi les amenant à l’un ou l’autre de nos postes frontaliers, pour fuir les purges du gouvernement étasunien qui veut retourner dans leur pays les gens accueillis durant ces dernières années.

Ce serait un beau geste de la part des propriétaires de magasins s’ils préparaient pour le Boxing Day un tas de boites remplies d’articles à l’attention des réfugiés nouvellement arrivés. Ce faisant, le Jour de la Boite prendrait un tout autre sens, un sens alliant charité et hospitalité, amour et entraide.

Les citoyens pourraient eux aussi contribuer en déposant leurs surplus de cadeaux dans ces commerces. Les boites se multiplieraient et enfin, le Boxing Day deviendrait aussi bien le jour des boites que celui de la taloche. Des taloches dispensées à la pauvreté, à la surconsommation et à l’égoïsme.

Si vous aimez l’idée, partagez ce lien.

Ah ! L’amour… animal !

On connait les conséquences d’être amoureux. On fait des choses dingues, on pense à des choses dingues et on devient dingue. Mais l’amour, on n’en sait bien peu de choses. On sait qu’il est grandement lié à la procréation. C’est pourquoi les divorces suivent bien souvent l’arrivée du nombre d’enfants désiré. Un, deux, trois, quand c’est fait, boum ! L’amour s’étiole. Du jour au lendemain, tous les défauts de notre partenaire deviennent absolument insupportables, alors qu’hier encore, il (elle) était génial(e). On se sépare en se demandant comment on a bien pu bien faire pour l’endurer aussi longtemps.

Si on accepte l’idée que l’amour provient d’un besoin de procréation, peut-on en faire une généralité et dire que les adeptes de la fornication finiront un jour par tomber en amour qui s’avère être une sorte de sens à donner à leur instinct ? Si c’est le cas, qu’en est-il des couples de… lions, de bonobos, de manchots, de baleines, d’ornithorynques (celui-là, c’était pour voir si je pouvais l’écrire sans faute du premier coup).

Malgré mon éducation qui plaçait sans conteste l’humain au sommet de la Création, on sait bien aujourd’hui que cette frontière virtuelle entre les animaux et nous devient de plus en plus poreuse au fil des découvertes scientifiques. Et pourquoi pas pour l’amour aussi ? J’aimerais croire qu’il en va de même pour les animaux, du moins pour une partie d’entre eux. Un jour, les IRM nous prouveront peut-être qu’il n’y a aucune différence entre nos signaux cérébraux et les leurs lorsque nous pensons à notre partenaire avec lequel ou laquelle nous sommes en relation… amoureuse.

Alors, lorsque vous sentirez des instincts bestiaux vous animer à la vue d’une beauté animale, dites-vous que c’est peut-être exactement ce qui vous arrive.

Adieu, chère petite sœur

Vient un jour où nos parents nous quittent. On pleure, bien évidemment, puisque l’amour est grand et la perte est immense. Cependant, ce deuil fait partie de l’ordre des choses de la vie. Alors on s’y attend, on l’imagine, on l’appréhende. Mais un jour, voilà que s’éteint le premier de nos frères ou sœurs. Cet événement nous rapproche bien plus de notre propre finitude. Aujourd’hui, ma petite sœur Nicole est rappelée vers son Créateur. Entre nous, c’est beaucoup de complicités. On se ressemble tellement sur certains points ! Par contre, bien des choses nous distinguent sans équivoque. Parmi ces différences, la foi. Elle est une fervente croyante, moi, si peu, ou pas du tout.

Aujourd’hui, elle touche la Vérité alors que moi, je reste ici-bas avec mes doutes. Je doute à cause d’elle. Comment peut-elle avoir tort alors que sa foi est si grande ! Sa foi est ancrée tellement profondément tandis que la mienne n’est même pas une ombre vacillante sur le mur de mes angoisses. Ma petite sœur est de douze ans mon ainée. Elle s’éteint, légère comme une brindille. Le mauvais mal, comme on l’appelait autrefois. Celui qui nous ronge et qui sape le corps par en dedans. Aujourd’hui encore, elle m’a donné une dernière leçon d’existence. Ça lui va bien, puisqu’elle est une institutrice dans l’âme, une pédagogue volontaire et inspirée. Oui, une leçon de ténacité, de courage et d’amour. Dans la dédicace de mon livre, je lui écrivais comment elle pense tellement plus aux autres qu’à elle-même. Toujours à se questionner, toujours inquiète pour tous ceux qu’elle connait. C’est le karma des personnes intelligentes vouées à supporter leurs qualités jusqu’à la toute fin. C’est ce qu’elle a fait jusqu’à son dernier souffle. Elle a refusé de partir avant que je vienne la voir une dernière fois.

Les prochains jours seront consacrés à préparer ses obsèques. C’est une façon de côtoyer la mort en la rendant palpable. Je connais le deuil à bien des niveaux. Je sais qu’il ne soulage pas, même lorsqu’il libère. C’est toutefois le moment des adieux, la réalité crue et implacable de toute vie biologique, dont la nôtre. C’est aussi le moment que je prendrai pour dire à mes trois autres sœurs combien je les aime. Mais aujourd’hui et par-dessus tout, je t’aime, Nicole.

S’il existe bel et bien, alors à n’en pas douter, le Paradis t’accueillera à bras ouverts, car tu le mérites tellement ! À la porte, présente simplement ta feuille de route, nul besoin d’un meilleur ambassadeur. Peut-être ne partageai-je pas ta foi puisque cette capacité, à l’évidence, n’est pas donnée à tous. Toutefois, je crois en toi. Une grandeur d’âme comme la tienne ne s’éteint pas si brusquement. La preuve, beaucoup de tes anciens élèves vivront éternellement avec les richesses que tu leur as si brillamment transmises au cours de ta carrière. Et celles-ci seront par la suite relayées à leurs enfants et petits-enfants comme autant de trésors inestimables, même s’ils sont si souvent, malheureusement, mésestimés.

Je me souviens de toi, je me souviendrai de toi. Pour toujours dans mon cœur. Adieu, Nicole, chère et tendre petite sœur.

Lire la suite « Adieu, chère petite sœur »

Le vrai sel de la vie

Un coup de cœur, puis un coup au cœur. Encore une autre peine d’amour. Pouvez-vous espérer devenir plus sage en amour avec l’âge ? L’amour et la raison vivent en dedans de vous comme deux colocataires mal assortis, l’un noceur et l’autre casanier. D’une part, faire vœu de sagesse vous rend nauséeux, juste d’y penser. D’autre part, vous commencez à croire que votre santé mentale finira par exiger plus de calme, plus de stabilité et moins de passion. Jusqu’à maintenant, vous avez été allergique à toute forme de sagesse. Vous ne pouviez absolument pas imaginer vivre de l’amour drabe. C’était tout ou rien. Votre implication à fond, vos désirs en tête de peloton et vos blessures… on s’en préoccupera plus tard !

Mais là, vous en avez plus que marre de refaire le même bout de chemin pour toujours vous retrouver dans le même cul-de-sac en repansant les mêmes blessures qui ne font que se rouvrir fois après fois. Vous n’êtes pas sans savoir que vos amis soupçonnent de la dépendance affective. Ils ne vous en parlent qu’à mots couverts, car ils sont pleutres, mais leur regard les trahit. Jusqu’à présent, vous évitiez d’y réfléchir, préférant sauter d’un rocher à l’autre au milieu de la rivière. Mais après plusieurs plongeons involontaires, vous commencez à penser que regarder un peu plus loin devant vous éviterait peut-être de constamment perdre pied pour vous retrouver le bec à l’eau.

Pourtant, une impression de trahison envers vous-même vous assaille. À quoi bon vivre autrement si c’est pour se retrouver dans la peau d’un d’autre ? Le succès en amour vaut-il ce prix, mais surtout est-ce vraiment nécessaire ? N’y aurait-il pas une autre solution moins extrême que cette apparente obligation de se travestir pour remporter une hypothétique victoire amoureuse ?

Votre dilemme reste entier malgré un effort sincère pour briser le cercle vicieux. Une fois la transformation complétée, la rétroaction s’avérera-t-elle impossible ? C’est pourquoi vous nagez encore dans le doute, incertain de vouloir ou de pouvoir payer ce prix. Au bout du compte, ce tribut semble trop important pour obtenir un bonheur éminemment simple et probablement dépourvu de ses feux d’artifice.

Quelle est la bonne réponse ? Quel est le bon choix ? Est-ce bien, comme vous avez tendance à le croire, une profanation de vous-même? Ceux qui vous jugent vous demandent de changer vos valeurs pour d’autres qui ne vous ressemblent pas, en prétendant d’emblée qu’elles seront meilleures. Mais faut-il vraiment devenir quelqu’un d’autre ?

Être en harmonie avec soi-même est souvent une quête difficile et chaotique, mais c’est la seule qui soit pleine de sens et importante à réaliser. S’accepter au-delà du regard des autres mérite les efforts à entreprendre et ça commence par une profonde compréhension de ce que l’on est vraiment. Le jugement des autres deviendra alors moins lourd à porter. Lorsque vous vous promenez avec un grand sourire sincère, l’avis des autres sur votre compte change drastiquement. Peu importe si votre parcours est atypique, votre bonheur le sera aussi. Et puis après ! C’est souvent la peur de décevoir qui rend malheureux. S’affranchir de cette fausse exigence ramène les yeux devant les bons trous.

Lorsque vous êtes fier de vous, les gens lâchent prise, car ils comprennent qu’ils ne peuvent plus vous influencer durablement dans le sens qu’ils voudraient pour vous. Vous tracez vous-même votre route et cette voie vous appartient. Puis vous croiserez plein d’autres routes et c’est là que vous prendrez d’autres décisions. Celle de poursuivre votre aventure dans une voie différente ou garder la vôtre. La vie n’est qu’une succession de choix qui finissent par former un long fleuve aux mille bras et ramifications possibles dont quelques-uns seulement seront explorés. Ça deviendra votre vie, une vie parmi des milliers que vous auriez pu vivre. Mais qu’importe, puisque revenir en arrière et choisir une autre bifurcation est impossible. Par contre, la bonne nouvelle est que toutes celles que vous croiserez devant vous sont accessibles. Reste à savoir si vous aurez la sagesse ou le culot d’éviter ou de tenter une incursion en terra incognita. Après tout, n’est-ce pas là le vrai sel de la vie ?

Lire la suite « Le vrai sel de la vie »

Distinguées

C’est une vérité de La Palice, je le sais, mais je dois ici l’affirmer une fois de plus, la vie est injuste. Que ce soit à cause de notre patrie, de notre famille, de notre état de santé ou de notre apparence physique, on nait avec nos gènes et on vit dans un milieu qui ne nous apporte pas les mêmes chances de succès ou les mêmes années d’existence.

Cependant, de toutes ces injustices, l’une d’elles se démarque des autres et c’est l’apparence physique. Déjà, le mot le proclame, c’est une apparence. Cela ne signifie rien, sauf si on compare les personnes à un modèle bien défini. Si on peut compter l’argent pour connaitre quelle famille est la plus riche. Si on peut dresser un bilan de santé pour découvrir les maladies des gens. Si on peut comparer les régimes politiques et même si on ne peut pas définir précisément les meilleurs, on peut certainement définir les pires en dressant des bilans sur l’âge moyen des décès, le niveau de scolarité moyen, le PIB et autres statistiques plus ou moins révélatrices.

Mais l’apparence physique, la beauté, que du vent ! Nos canons féminins actuels auraient autrefois été relégués au rang de rachitiques souffreteuses juste bonnes à garder le lit. Et ce n’est que l’affaire d’un petit siècle si on pense autrement. Plus loin dans le passé, les vénus étaient replètes, bedonnantes et portaient fièrement le double menton. Et encore plus loin, on les aimait non seulement grasses, mais grosses, car elles avaient plus de chance de terminer leur grossesse et de bien allaiter le dernier et aussi les autres mioches précédents. La beauté est totalement subjective et c’est ce hqui en fait un critère de comparaison déloyal, injuste et sournois.

Petite anecdote. Plus jeune, j’étais en voyage dans une ville européenne réputée pour ses jolies filles et de fait, au bistro-bar de mon hôtel, je regardais les beautés débarquer chaque soir pour l’apéro ou pour la danse. Après seulement le deuxième soir, j’ai commencé à constater un phénomène pour le moins étrange. Toutes les jolies demoiselles que je croisais se résumaient en fait à seulement trois styles, tous plus ou moins semblables. Cheveux longs, lisses, blonds avec ou sans queue de cheval. Jeans et cuissardes, jupe en cuir et talons aiguille ou pantalons beiges et escarpins. Blouse blanche avec plus ou moins de dentelles, petite veste en jeans, ou veste en suède. Bref, il n’y avait que trois modèles pour trois-cents filles. Oui, le premier soir, j’en étais étourdi à force de faire pivoter mon cou, mais ensuite, elles se ressemblaient tellement toutes qu’elles n’avaient plus beaucoup d’attraits.

C’est alors que je me suis mis à repenser aux Montréalaises. Effectivement, la densité des canons de beauté stéréotypés est plus faible au mètre carré, mais en contrepartie, les femmes sont toutes très différentes les unes des autres. C’est là que j’ai compris tout le charme de la métropole. Sur une terrasse en été, en vingt minutes, on peut voir et admirer une foule de belles femmes qui auront fait l’effort de se démarquer, qui auront créé leur propre style et qui porteront fièrement leurs propres couleurs. Pas d’embrigadement ni de mode uniforme. Chacune y va de son style qui, en plus, variera d’une soirée à l’autre. C’est tellement plus agréable et ça permet à chacune de mettre en valeur ses propres attraits. Ainsi, la beauté prend des milliers de facettes dont chacune brille d’un éclat très distinctif. Bien entendu, comme tous les hommes, j’aurai mes préférences, mais gageons qu’elles ne ressembleront pas aux trois-cents clones européennes, car j’ai compris alors que la beauté, ce n’est pas l’affaire de se ressembler, mai au contraire, c’est celle de se distinguer.

Le danger dans tout cela, c’est qu’au lieu de tomber en amour une seule fois, l’homme se retrouve dans la pire des situations possibles, soit celle de tomber amoureux des milliers de fois. Alors, mesdames, pour la Saint-Valentin, ne nous jugez pas trop sévèrement puisqu’il est très difficile pour nous de résister à vos innombrables et si distinctives beautés.

Lire la suite « Distinguées »

Haïr la haine

Haïr est un verbe chargé de sens, un verbe lourd de sens. Je ne parle pas de détester ou tout autre substitut édulcoré. Haïr ne souffre d’aucun substitut. C’est un superlatif puisqu’il ne laisse place à aucune nuance. C’est un verbe à utilisation restreinte, car il est à destruction massive. Il a donc tout d’un verbe qu’on devrait… haïr par-dessus tout.

Les personnes haïssables sont celles qui incitent à la haine. Ainsi, ce verbe et ses nominatifs, adjectifs et adverbiaux s’autoalimentent, ils n’existent que parce qu’ils sont autoréférentiels.

Peu importe notre éducation, nous sommes tous confrontés un jour à avoir des pensées haineuses. L’important est de rapidement dégonfler ce ballon, ce que la plupart des gens réussissent naturellement à faire. Pour les autres, ils la cultivent et récoltent donc ses fruits qu’ils projettent tout autour d’eux. Le problème se situe à ce niveau. Car pour se débarrasser des gens haineux, on doit finir par les haïr et donc commettre les mêmes crimes que ceux pour lesquels on les juge. Ils ont donc réussi à nous faire ressentir une émotion qu’on se refuse et qu’on leur refuse.

C’est pourquoi il n’existe qu’une seule solution. C’est de ne haïr qu’une seule chose, c’est la haine elle-même, ses porteurs et ses promoteurs. Rien de plus. Ainsi, le cercle autrefois vicieux aura une origine externe et un aboutissement interne. Pourvu que l’on partage tous la même définition de ce qu’est la haine.

À cause de cette impossibilité de la définir de façon univoque, voilà une autre excellente raison de haïr la haine! »

Lire la suite « Haïr la haine »

Bêtise humaine N° 1

Après un triptyque sur l’amour et les peines d’amour, je sentais le besoin de changer de registre sans toutefois trop m’éloigner du sujet principal. Je veux un texte plus léger, plus guilleret, plus osé peut-être ou, oui, une montée de lait sur la bêtise humaine ! Et quoi de mieux pour parler de cet art en constante progression que de s’attarder quelques secondes sur l’une des plus horribles créations inhumaines imaginables, je parle bien évidemment de la Saint-Valentin, la fête la plus poche de tout l’Univers connu et inconnu, créée ex nihilo par l’amant le plus poche de l’Univers connu et inconnu et qui aurait mieux fait de le rester, lui aussi, inconnu.

Pas besoin de chercher bien loin le coupable ou, en fait, les vrais coupables. Ce sont, eh oui, les Anglo-saxons. Après ça, on tergiverse encore sur le mythe de la froideur de ce peuple. (Ici, je m’adresse directement à eux) Si vous aviez fait plus souvent l’amour à votre partenaire, vous n’auriez jamais inventé cette horrible chose que vous osez appeler une fête ! Parlez plutôt de la célébration de l’oubli amoureux, de la déchéance amoureuse ou de l’inconvenance amoureuse, ce serait un plus juste titre. En passant, chers conquérants sans cœur, si vous l’ignoriez encore, Adam et Ève se sont fait expulser de l’Eden pour nous donner la chance d’honorer notre compagne à d’autres occasions que le seul rut. Et c’est comme ça que vous les remerciez de leur abnégation ? De grâce, transformez cette célébration en un hommage à nos aïeux qui ont tout sacrifié pour nous donner la possibilité de forniquer à souhait !

Toutefois, force est de reconnaitre que les Brits sont conséquents. Ils ont choisi un faux saint pour fêter faussement de faux amoureux. Même l’Église ne reconnait plus ce cul pis don à la con. Et pour rendre cette fête encore plus imbuvable, ce sont des angelots grassouillets en couches qui tirent des flèches chocolatées en direction des désolantes délaissées. Voyons, tout le monde le sait, les femmes compensent le manque d’amour par du chocolat. Et que donnent ces disciples de la chasteté à leur partenaire pour célébrer cet événement ? Du chocolat ! Certainement pour leur signifier que même durant ce seul jour de l’année où le chérubin essaye de titiller leur fibre amoureuse, le gars envoie à sa blonde un message lui disant : « je te remercie de savoir te passer de moi le reste de l’année et pour le souligner, je te donne une compensation qui te permettra de te passer encore de moi aujourd’hui ».

Petit fait intéressant qui m’est réellement arrivé. J’ai une nouvelle blonde. On est plus très loin de la date de cette fête maudite. Connaissant mon opinion sur le sujet, vous vous doutez bien que j’appréhende grandement l’arrivée de ce 14 février. Je tente le grand coup avec ma nouvelle flamme et je lui propose un marché : « tu me fous la paix avec la Saint-Valentin et je te promets de célébrer notre amour les 364 autres jours de l’année. Admettez que ce pacte était largement en faveur de ma douce. Et devinez maintenant sa réponse… Ah, j’entends au loin des femmes répondre la même chose… Effectivement, elle m’a répondu qu’elle voulait que je célèbre aussi la Saint-Valentin.

J’ai vite compris sur quel bord seraient tirées toutes les couvertures du lit. Notre couple ne s’est jamais rendu à la Saint-Valentin. Heureusement, car je savais exactement le présent que je lui aurais offert. Une boite de chocolat dans laquelle j’aurais glissé un billet aller simple pour les Îles britanniques.

Vous croyez qu’il est un peu tôt pour parler du 14 février ? Allez dire ça aux gérants de tous ces magasins qui nous inondent de rouge depuis le 2 janvier. À croire qu’on y tient une clinique permanente de don de sang.

Et pour ceux qui se posent la question sur le titre de cet article, je vous rassure immédiatement. C’est effectivement la première d’une suite d’articles consacrés aux bêtises humaines. Ce sont des sujets inépuisables, tout comme mes textes traitant des fins du monde (cliquer sur SFM-1 ou Projet SFM pour en savoir davantage).

De grâce, ceux et celles qui lisent cet article, référez-le à tous vos amis et connaissances. Un jour, peut-être, serons-nous débarrassés de cette fête insidieuse. On pourrait faire comme l’Église catholique et la récupérer à d’autres fins tout en évitant de brusquer ceux qui la trouvent pertinente. Je propose donc immédiatement un sujet de remplacement. La fête du trip à trois. Ça se situe un peu plus dans la lignée du geste d’Adam et Ève qui n’auraient certainement pas dédaigné l’expérience. Mais puisqu’ils n’avaient personne d’autre à leur disposition, ils ont dû se contenter d’une baise conventionnelle. Ensuite, Ève s’est bien reprise. Je tais sciemment sa méthode, mais de son union avec Adam, elle n’eut que deux fils dont le cadet a été trucidé par l’ainé pour quelque raison obscure. Elle n’est pourtant pas très difficile à découvrir lorsqu’on sait que nous sommes tous les descendants de… de qui exactement ?

Lire la suite « Bêtise humaine N° 1 »

Je t’aimerai toujours

Vous rappelez-vous du premier « je t’aime » ? Vous l’avez probablement pensé très fort durant un certain temps avant de le lui avouer. Ce tout premier « je t’aime » a été une étape difficile à franchir. Vous auriez préféré l’entendre de la bouche de votre chéri(e) plutôt que de vous mettre à nu en premier. Mais lorsque vous souffriez trop de vous taire, vous avez fini par traverser le Rubicon dans un moment de… faiblesse ou d’intenses émotions. Au début, vous le déguisiez parfois en slogan, en rigolade ou en chuchotement pour ne pas trop en dévoiler du coup. Le temps passant, « je t’aime » devint plus naturel, plus fréquent et plus normal. Puis un jour, vous avez eu la désagréable impression qu’il était devenu anodin. Il avait perdu de sa superbe et de sa magie des premiers temps.

Par dichotomie, votre amour a continué de croitre et vos « je t’aime » sont restés identiques. Vous vous êtes retrouvé au point de départ, à la recherche de mots nouveaux pour exprimer avec justesse l’intensité de vos sentiments. Tout à coup, une idée folle traverse votre esprit. Sans les avoir sciemment choisies, quelques lettres deviennent une éventuelle déclaration, mais vous vous gardez de les lui dire. C’est trop gros, trop tôt et encore trop incertain.

Pourtant, à l’instar du ruisseau cherchant la mer, l’idée se fraie lentement un chemin parmi les obstacles de la quotidienneté. Vous scandez la phrase lorsque vous êtes seul, craignant puérilement de l’oublier si elle reste muette. Vous ressentez intensément son grand pouvoir qui vous fait aussi craindre de mourir avant d’avoir osé la lui révéler. Vous tentez de vous calmer, de réfléchir, de cogiter en constatant soudain que la distance entre « je t’aime » et « je t’aimerai toujours » se mesure en années-lumière. Puis un jour, par hasard, survient un événement distinctif et vous franchissez la mer des doutes pour la toute dernière fois.

Car plus jamais d’autres mots n’exprimeront votre amour avec une plus grande intensité. Tout aura été dit et entendu ou lu, car la plume sait se faire entendre même en chuchotant à travers le brouhaha de l’effervescence des vies modernes. Elle sait également répéter le message sans jamais se lasser. Elle sait même transformer une déclaration en poème, un mot en fleur et une phrase en arc-en-ciel.

« Je t’aimerai toujours » n’est pas un cadeau à donner ni un vœu à exprimer, c’est un serment, une promesse solennelle. C’est pourquoi cette déclaration irrite tellement lorsque votre cœur s’est insuffisamment préparé. Vos paroles sortent, acide, de vos commissures et se répandent en bave irritante ou en écume mensongère.

Comme le brin d’herbe, vous ne pouvez tirer sur vos sentiments pour les faire croitre plus rapidement. Il est fort possible que votre amour n’atteigne jamais son apex. C’est peut-être mieux ainsi, car comme tout don, celui de l’amour absolu se paye à prix fort.

À moins d’une situation exceptionnelle, vous déclarerez cette courte phrase de quatre mots à une seule personne dans votre existence (excluant vos enfants) et chaque fois votre cœur se resserrera et cessera de battre durant une infinie seconde. C’est pourquoi cette déclaration ne deviendra jamais banale ni euphémique.

Malheureusement, même les professions de foi les plus sérieuses et les plus engagées risquent de mourir précocement. Vous pourrez accuser le manque de réciprocité, les changements de conditions imprévus ou tout autre dérangement susceptible d’excuser votre récusation. Cette affirmation absolutiste serait-elle alors vouée à n’être rien de mieux qu’une promesse d’insensé ?

Comme tous les superlatifs, « je t’aimerai toujours » ne peut souffrir d’aucun fléchissement sinon il s’amenuise et disparait dans le brouillard des amours trahies. Auraient-elles alors simplement existé ? Et pourtant, subsistent quelques-unes de ces promesses contre temps et mortalités. Votre dernier souffle sera-t-il voué à renouveler votre serment Unique ? Alors que vous fuyez vers le crépuscule, que les dernières secondes s’égrènent, tous vos doutes enfin disparaitront lorsque vos dernières paroles prononcées seront « je t’aimerai toujours ».

Lire la suite « Je t’aimerai toujours »

Les mots me manquent

Vous avez été amoureux. Vous l’êtes présentement. Un soir ordinaire de janvier, vous regardez votre belle et vous voudriez lui exprimer tout votre amour, mais au moment de le lui crier, vos lèvres restent closes. Les mots vous manquent.

Pourtant, la puissance de vos émotions vous étourdit, vous chavire. Vous ne comprenez rien à ce qui vous arrive. Vous ne connaissez aucun mot pour décrire ce que vous ressentez. Les mots vous manquent.

Un sentiment d’incomplétude vous envahit, vous frustre, vous agresse. Pourquoi ? Pourquoi suis-je incapable d’exprimer l’ampleur de mes émotions ? De lui dire au moins une fois combien je l’aime vraiment ! De lui exprimer à quel point je suis fou d’elle ! Combien je meurs à chacune de ses respirations ! Les mots me manquent. Ils fuient, ils s’évaporent, ils me laissent tomber au moment où j’en ai le plus besoin. Les mots me manquent et me font terriblement, affreusement souffrir.

Dès que je tente d’aligner plus de deux mots d’amour, le résultat ressemble à une mauvaise blague. Les mots me manquent. Pourtant, ils vivent dans mon cœur. Un chirurgien les recevrait en pleine figure s’il me transperçait et pourtant, ils demeurent bloqués quelque part entre la trachée et mes lèvres. Les mots les plus importants sont ceux que je connais le moins. À l’école, ces mots nous étaient interdits, comme s’ils étaient la pire des drogues à laquelle on succombe à la moindre utilisation. On nous les a cachés comme on nous cache les vices et les crimes. L’amour est le plus grand des tabous.

On m’a permis de m’en approcher virtuellement, vertueusement. Les films romantiques, les chansons d’amour, jamais de plus près. Les mots me manquent parce qu’on ne me les a jamais enseignés. On m’a préservé de l’amour parce que son pouvoir est infini. On s’y perd trop facilement. Les mots me manquent et cette souffrance vaut bien celle d’une peine d’amour puisque dans les deux cas, les mots me manquent.

Les mots me manquent, l’héroïne des amoureux. L’amoureux face à son héroïne, démuni, atterré, épuisé, décati. En manque de mots. Les mots me manquent. Les mots… Lire la suite « Les mots me manquent »