L’OMS travaille-t-elle à sauver des vies?

L’Organisation mondiale de la Santé, un organisme de l’ONU créé en 1948, a comme priorité que les systèmes de santé s’orientent vers la couverture de santé universelle. Elle promeut la santé tout au long de la vie. Elle collabore avec les pays en ce qui concerne les maladies infectieuses. Elle prépare, surveille et riposte aux situations d’urgence.

L’OMS avait prévu de longue date la situation mondiale causée par la COVID-19 même si la nature de la maladie n’a pas exactement correspondu au profil anticipé. C’est pourquoi ses recommandations initiales ont été moins pertinentes que si l’épidémie avait été une grippe du genre aviaire. L’organisation a dû apprendre à connaitre la nouvelle maladie avant de rédiger ses directives.

Dans son nom réside un important indice permettant de connaitre son vrai mandat. Le mot « mondiale » ne signifie pas seulement qu’elle s’intéresse aux maladies sur l’ensemble de la planète. Il signifie que l’organisation s’intéresse à l’humanité toute entière ou devrais-je dire, dans sa globalité.

Ses dirigeants ne sont pas des deux de pique. Ils ont depuis longtemps compris le paradoxe de la santé et de la surpopulation. La santé permet aux humains de se reproduire efficacement durant une période de plus en plus longue. En l’alliant à une régression de la mortalité infantile, ces deux facteurs créent un important accroissement de la population.

Travailler pour que tous les gens puissent vivre en santé constituerait une cause noble si cette même santé n’engendrait pas plus d’humains sur Terre. L’OMS a décidé de conserver la cause, peu importe apparemment l’effet pervers sur la surpopulation. Tentons d’expliquer pourquoi.

L’humanité est constituée d’êtres biologiques comme les insectes ou les rats et le comportement démographique de ces espèces est bien connu. Après un accroissement exponentiel de leur population survient toujours un effondrement subit de celle-ci.

L’OMS sait parfaitement que la courbe du nombre des humains sur Terre suivra la même forme peu importe que les gens vivent en santé ou pas. La montée et la descente de la courbe seront moins abruptes si la population est globalement plus malade. Inversement, la courbe sera beaucoup plus comprimée si les gens vivent mieux et plus longtemps. Mais dans tous les scénarios, la courbe avec sa croissance et sa décroissance surviendra inexorablement. Alors, l’OMS peut bien se préoccuper de promouvoir la santé pour tous, de toute façon elle n’aura aucun contrôle sur l’avenir global de la population mondiale.

Le titre de cet article doit être compris au premier degré. L’OMS n’a pas comme mandat de sauver des vies, mais bien de réduire les maladies et leurs effets sur la population. L’OMS ne peut pas s’intéresser à sauver des vies alors que l’effondrement de la population surviendra tôt ou tard. Elle ne peut qu’espérer une survie de l’espèce humaine lorsque des maladies frapperont et décimeront les peuples.

Par ricochet, l’OMS sauve des vies. Elle modifie l’apparence de la courbe de la population mondiale. Cette représentation graphique devient moins étirée, plus escarpée. Cependant, il faut bien comprendre qu’elle ne travaille pas à sauver des vies, une à la fois. En revanche, elle a bien comme objectif de sauver l’humanité de l’extinction.

Y parviendra-t-elle ?

Business as usual

Au milieu des années 1970, une équipe de trois chercheurs du MIT ont mathématiquement extrapolé le futur de notre civilisation en tenant compte de différents facteurs comme l’exploitation des ressources non renouvelables, l’accroissement de la population, etc. Ils ont appelé cette simulation « Business As Usual » afin de signifier qu’elle ne faisait intervenir aucun changement de comportement de notre part. Ils ont modifié leurs données en rajoutant des ressources, en diminuant le taux de natalité, en réduisant notre consommation individuelle, rien n’y faisait, une dégringolade brutale finissait toujours par survenir. Seule la date de l’inflexion de la courbe changeait.

Les résultats de leurs calculs montrent une étonnante ressemblance avec les chiffres réels rapportés durant les 50 ans ayant suivi cette étude. En fait, nous avons légèrement fait pire que leurs prédictions. Faut-il s’en étonner ? Aujourd’hui, leur conclusion alarmiste de l’époque n’étonne plus. Afin d’éviter cette catastrophe, ils recommandaient un changement immédiat de comportement de consommation si nous voulions éviter l’effondrement global anticipé aux alentours des années 2025-2050 selon le modèle.

Nous frôlons l’année 2021 et nous n’avons rien changé alors que l’alarme a été entendue depuis longtemps, toutes les preuves mathématiques à l’appui. Maintenant, l’effondrement surviendra à coup sûr. Il est bien trop tard pour croire changer quelque chose même si nous passions au neutre, même si nous mettions tous les chevaux à la renverse.

L’épisode de la COrVID-19 nous aura servi de coup de semonce. Les historiens du futur, s’il en reste, diront de l’année 2020 qu’elle aura vu poindre le premier signe évident mondial de cette bascule. Ils tenteront de nous trouver des excuses pour avoir laissé le train filer droit dans le précipice, mais leur verdict restera sans appel. Au mieux ils statueront que nous nous sommes comportés en parfaits idiots. Plus probable qu’ils arrêtent leur décision sur le fait que nous avons été de dangereux crétins égocentriques.

N’ayez aucun doute, c’est en ces termes qu’ils nous définiront et ils auront entièrement raison. Parce que nous regardions notre maison flamber et plutôt que de réagir, nous avons continué à festoyer, à faire bombance, à faire du business as usual.

La pyramide

Le principe sur lequel toute l’économie mondiale est basée est celui de la pyramide.

Elle commence à la base par les plus petits salariés des pays émergents, ensuite viennent les travailleurs à salaire minimum des autres pays, puis les travailleurs non spécialisés, les travailleurs spécialisés, les professionnels, les entrepreneurs, les financiers et enfin les financiers des financiers tout au sommet.

Admettons qu’il existe 8 niveaux au total. Ça ne semble pas beaucoup pour une pyramide, mais attendez la suite. Disons qu’au sommet trônent environ 700 personnes, les plus riches de la planète. À chaque niveau inférieur, on multiplie par 10. Ce sont les souteneurs des gens trônant au sommet. Au plus bas niveau, on trouve donc 7 milliards d’individus qui soutiennent le style de vie de tous les autres niveaux supérieurs.

700
7
000
70
000
700
000
7
000000
70
000000
700
000000
7
000000000

La forme pyramidale apparait bien à travers ces chiffres. La question est de savoir combien d’individus sont nécessaires aux niveaux inférieurs pour rajouter une seule personne au sommet?

Le calcul est simple, cela prendra 10 + 100 + 1000 + 10000 + 100000 + 1000000 + 10000000, soit une somme de 11111110 têtes de pipe. Ouais, le tabac n’est plus vraiment à la mode et il tue, alors utilisons plutôt le terme «enclavés».

Ainsi, pour soutenir la mégalomanie d’un seul nouvel hyper riche, il faut rajouter plus de onze millions d’enclavés à la pyramide.

ponzi

Voilà comment notre système économique est organisé. Un système pyramidal à la Ponzi, non seulement parfaitement légal, mais pensé de telle façon qu’il devient impossible à changer. Oui, car la qualité première d’une pyramide est de garantir la stabilité de tous ses étages en les construisant sur les niveaux inférieurs beaucoup plus vastes que les niveaux supérieurs. Ainsi, les riches, les super riches, les mégas riches et les hyper riches n’ont rien à craindre. Personne ne viendra les faire tomber de leur piédestal puisqu’une pyramide est insensible aux séismes et aux éboulis économiques. Même si quelques blocs de la base s’effritent ou disparaissent, il en existe tellement d’autres que la structure globale restera solide.

On pourrait croire, et on y croit, qu’il est bien de vivre dans un contexte où le système économique est aussi stable et insensible aux intempéries. Il permet même aux gens de gravir les échelons grâce à leurs efforts, à la chance, à leur opportunisme, et aux crimes qu’ils peuvent commettre en toute impunité. La pyramide semble offrir bien des avantages et c’est parfaitement vrai lorsque le nombre de niveaux est faible. Retour en arrière, voici comment le système pyramidal a commencé.

livre-moi-sitting-bull-chef-de-tribu-des-lakotas-m

Comme toute bonne évolution, celle-ci débute avec le minimum de niveaux. Une tribu et son chef constituaient une bien petite mais très belle pyramide qui déjà démontrait une bonne stabilité si le chef était fort et avisé. Puis vinrent trois niveaux, le chef de la tribu, contre protection, devait rapporter des offrandes à un seigneur. Et ensuite, il y eut un quatrième niveau. Les seigneurs se regroupèrent autour d’un roi afin de sécuriser leurs frontières, pour envahir d’autres terres, bref pour consolider leur pyramide avant que d’autres que la leur deviennent plus grosses et plus solides.

Voilà où aurait dû cesser le système pyramidal. Quatre niveaux, on peut dire que c’était déjà un de trop. En construire plus de quatre relevaient de la pure folie, mais l’humain applique ses bonnes vieilles méthodes jusqu’à en perdre totalement le contrôle. Il ignore tous les avertissements et les signes avant-coureurs lui montrant qu’il n’aurait jamais dû franchir certaines limites.

Le-roi-David-par-Matthias-Stomer©Musee-des-beaux-arts-de-Marseille

Mais surtout, ceux qui auraient le pouvoir de changer le système sont les mêmes individus qui en profitent le plus. C’est mal barré pour espérer toute transformation. La pyramide est ce qu’il y a de plus solide, Khéops en savait quelque chose! Quarante-cinq siècles plus tard, elle demeure vaillante.

La solidité de la pyramide possède ses avantages et aussi ses inconvénients. Tout d’abord, elle est inadaptable. Elle ne montre aucune souplesse, aucun moyen de modifier à peu de frais un quelconque élément de sa structure. Le plus grand défaut d’une pyramide est son potentiel d’inflation exponentiel. Lorsque le nombre de niveaux croît, comme dans le cas de l’économie mondiale actuelle, le système pyramidal exerce de la pression sur le surpeuplement.

L’arrivée des peuples chinois, indiens, africains, russes dans l’agrandissement de la pyramide mondiale en est la preuve. Les rois de l’ère moderne devaient trouver une solution pour devenir encore plus riches, pour créer plusieurs niveaux supplémentaires à la pyramide. Pour ce faire, il fallait agrandir de façon substantielle sa base. Et, justement, les pays énumérés ci-devant représentaient un bassin fantastique de blocs toujours inutilisés. Il suffisait de les rendre politiquement disponibles à l’enclavement.

Village-global

Le concept économique du «village global» est alors apparu. Le plus grand succès des pharaons des années 1980 fut d’embrigader la Chine et ses 1,3 milliard d’individus. En relocalisant la production manufacturière dans ce pays, ils ont réussi à rajouter tout un étage supplémentaire à leur pyramide. À leur décharge, il est vrai que ces innombrables Chinois existaient déjà, qu’ils les ont simplement rassemblés autour de la seule pyramide aujourd’hui existante, celle de l’économie mondiale. Toutefois, cet exemple démontre parfaitement combien d’individus il faut rajouter à la base d’une construction pyramidale pour faire croitre son sommet d’un ou de deux niveaux sur lesquels une infime minorité de gens s’ébattront.

Lorsque tous les pays de la planète auront prêté allégeance au système économique mondial actuel, la Chine a très bien compris qu’elle doit harnacher les Africains pour se hisser d’échelon, il ne restera plus aucun bassin de population à la disposition des tout-puissants pour continuer de croitre. Le nombre de niveaux à la pyramide aura atteint sa limite extrême, mais la fin n’est pas encore là.

Les gens veulent poursuivre leur ascension et un seul individu cherchant à se hisser de l’avant-dernier jusqu’au niveau le plus élevé a besoin d’entrainer une quantité phénoménale de gens dans sa foulée.

Pour limiter la population mondiale, il faudrait tout d’abord que personne ne veuille plus atteindre le sommet de la pyramide ou qu’ils attendent pendant de longues années que l’un d’eux meure. Il faudrait aussi que plus personne de tous les niveaux inférieurs ne veuille améliorer son sort, sauf pour prendre la place au niveau supérieur d’une personne disparue.

Bien entendu, la vie ne fonctionne pas ainsi et la pyramide continuera de chercher à croitre par tous les moyens. Croyez-vous toujours au contrôle de la surpopulation alors que personne n’a d’intérêt personnel à la limiter?

Évidemment, rien n’est éternel et malgré la belle endurance de la pyramide, elle finira aussi par atteindre ses limites. Que la catastrophe soit causée par son surpoids ou par un agent externe comme un virus incontrôlable, une météorite géante ou une guerre nucléaire qui décimerait une grande partie de la population mondiale, la pyramide ne résistera pas à la disparition subite de la majorité des éléments occupant les niveaux inférieurs.

Il en résultera un retour aux sources. Tout d’abord on verra apparaitre des tribus, puis des seigneuries, ensuite des royaumes… le reste de cette histoire, vous la connaissez bien, c’est actuellement la vôtre.

Photo entête : Journal Métro – Montréal