Il faut d’abord savoir mourir

Le Québec et quelques états du centre-nord-ouest des É.U.A. ont été les seuls endroits sur la planète à subir une «anomalie» climatique à la baisse cet hiver. J’utilise le terme « anomalie », puisque la norme est maintenant au réchauffement, ce qui s’est produit de façon très marquée un peu partout et surtout en Sibérie où les records de clémence se sont succédé quotidiennement durant des mois.

08ed1dfc9a9e8a66d56e588c1a72a1101a371434.png_640xrel

Ce n’est pas la première année que le Québec se retrouve à l’opposé de la tendance mondiale. J’en ai parlé l’an dernier et aussi en 2017. Ça commence donc à devenir une réalité annuelle et j’essaye de comprendre les causes derrière cette bulle de froid stationnaire au-dessus de notre territoire durant la saison blanche.

Tout d’abord, elle suit étrangement bien nos frontières et ce n’est certainement pas dû au hasard. Puisque l’est des É.U.A. est fortement peuplé, l’air plus chaud engendré par la très grande activité humaine empêche l’air froid arctique de pénétrer profondément les états de la Nouvelle-Angleterre. Lorsqu’on regarde l’est de l’Amérique du Nord la nuit à bord de la Station Spatiale, les lumières tracent très bien cette barrière sud.

terre_nuit_1970

Lorsque la baie d’Hudson n’est pas entièrement gelée en surface, l’eau agit également comme une barrière thermique poussant l’air froid plus à l’est, donc au-dessus des terres québécoises. L’océan Atlantique qui borde la frontière est agit de même. Voilà comment le Québec se retrouve avec trois frontières thermiques qui emprisonnent l’air froid arctique qui s’engouffre allègrement par la quatrième et qui se retrouve sans porte de sortie. L’air arctique peut stagner longtemps, engendrant des précipitations abondantes, surtout sous forme de neige ou de verglas.

Oui, la glace s’est aussi mise de la partie pour nous faire vivre un hiver compliqué. Des épisodes de verglas alternant avec des chutes de neige importantes, les toits des édifices se sont retrouvés avec de lourds mille-feuilles difficiles à pelleter. Plusieurs toits se sont effondrés. Ici, chez moi, ma porte d’entrée pivotait avec grandes difficultés, signe évident d’un surpoids au-dessus de nos têtes. Heureusement, des pluies abondantes ont eu raison des blocs de glace avant qu’ils ne causent des dégâts.

564d518c-2445-4b76-b64d-4fcfb5e70afc_16x9_WEB

On peut s’estimer chanceux d’être épargnés par le réchauffement global. Un jour viendra où on le subira comme partout ailleurs dans le monde, mais en attendant, les sports d’hiver restent encore possibles sur notre territoire, plus pour très longtemps, je le crains. Lorsque l’Arctique se sera suffisamment réchauffé, il n’existera plus d’air glacial nordique pour venir occuper le territoire québécois en hiver.

On remplacera nos sapins par des cocotiers et nos épinettes noires par des palétuviers. On glissera sur des dunes, on jouera à la crosse plutôt qu’au hockey, on pourra oublier sa bouteille d’eau dans l’auto sans risque de gel. On saura que notre vie a suivi un cours différent lorsqu’en janvier, les gars se promèneront avec des chemises fleuries plutôt qu’à carreaux et des bermudas au lieu de combinaisons à grandes manches.

montreal-skyline-summer-186596454

Une saison me manquera particulièrement et ce n’est pas l’hiver, mais sa fin, le printemps. Quels étourdissements je vis lorsque je retrouve toutes ces jolies femmes dans leurs accoutrements printaniers après la saison sage! Non, rien ne vaut ces moments magiques, pas même trois degrés supplémentaires, pas même les ananas, pas même un été permanent.

276114_710fe77deca03a6c7237b094c571718a43cef1c6.jpg_facebook

Le printemps, le prime temps, la renaissance, mais pour enfin renaitre, il faut d’abord savoir mourir.

Le congélateur et l’idiot

Une vague de froid intense atteint le Québec depuis une bonne dizaine de jours. Ce ne sont pas les seules températures polaires qui glacent la peau, mais aussi les vents omniprésents. Par exemple, il fait actuellement -23 °C, mais la température ressentie sur la peau du visage atteint le -40 °C. C’est pour dire qu’il faut se couvrir la moindre parcelle de peau.

Une fois encore, M. Trump a réussi à dire des conneries. Comme la vague de froid descend à des latitudes extrêmement basses, par exemple jusqu’en Floride où il a neigé, ce truculent et détestable personnage s’est moqué du réchauffement climatique. C’est pourquoi on entend de plus en plus le terme « dérèglements climatiques » pour qualifier, entre autres choses, le réchauffement généralisé des températures moyennes à l’échelle planétaire.

Avant que les fabricants des réfrigérateurs modernes ne positionnent le congélateur dans la portion du bas, celui-ci était situé dans la partie du haut, relique des anciens frigos à une seule porte. Supposons que nous possédons cet ancien type de frigo. Si on ouvre la porte du congélateur et qu’on tient notre tête tout juste en bas de celui-ci, puisque l’air froid a tendance à descendre, le froid du congélo nous gèle le ciboulot. En refermant la porte, le froid reste emprisonné et on peut retirer notre tuque.

On peut faire l’analogie avec cette vague de froid intense provenant des hautes latitudes. Le Grand Nord, c’est notre congélateur. Lorsqu’une vague d’air polaire comme celle qui sévit actuellement atteint des basses et même des très basses latitudes, c’est l’effet congélateur. Mais que se passe-t-il lorsque la porte du congélo reste ouverte ? Il ne retient plus son froid et il dégèle. Ainsi, des températures plus froides que la normale à certains endroits peuvent très bien expliquer les hausses des températures moyennes. Et c’est exactement ce qui se passe en ce moment. Le froid n’étant plus confiné au pôle Nord, la calotte glaciaire deviendra moins épaisse que la normale, au printemps elle dégèlera plus rapidement et les températures dans le Nord grimperont en flèche.

Généralement, cette analogie somme toute assez simple pour qu’un idiot puisse la comprendre permet de clouer le bec aux individus prétextant les froids actuels pour nier les réchauffements climatiques. Testez le principe de la porte ouverte du congélateur sur vos meilleurs ennemis et vous m’en donnerez des nouvelles. Et s’ils restent réfractaires, comparez ensuite des photos satellites sur l’étendue de la calotte polaire en été à travers les années pour leur prouver que notre congélateur est réellement en train de dégeler.

Vous n’aurez probablement pas besoin de vous rendre à cette étape puisque même les idiots comprennent l’analogie du congélateur. Après on passe au crétinisme.