Flocons manègent

« Ah comme la neige a neigé / Ma vitre est un jardin de givre »

frozen winter window

Ainsi s’exprimait le poète québécois, Émile Nelligan. Pays de neige et de froid durant plusieurs mois par année, notre pays est toutefois épargné de la plupart des autres types de catastrophes, si toutefois nous inscrivons le froid et la neige dans cette catégorie. J’ose le prétendre en considérant que plusieurs personnes en meurent chaque année, faute d’y avoir suffisamment prêté attention, à cause d’étourderies ou parce que les conditions météo ont eu raison de sans-abris devenus terriblement vulnérables lors de conditions rigoureuses. 

170213_sf3vt_hiver-tempete-pelle_sn635

Nous sommes préparés à vivre des moments plus difficiles et nos infrastructures ont été pensé en conséquence, mais surviennent des situations anormales nous rappelant que nous ne supportons pas longtemps le froid et que neige vire parfois son âme de blanche à noire. Il va sans dire, tout est une question de durée, de quantité et d’intensité.

La neige, c’est magique, surtout durant le temps des Fêtes lorsqu’un tapis blanc recouvre le triste sol noirâtre et qu’une farandole de flocons virevolte devant nos yeux, mais lorsque le blizzard se lève, lorsque les flocons se transforment en petites aiguilles cherchant à transpercer notre visage découvert, lorsque le froid colle nos parois nasales, lorsque la neige au sol crisse pour nous avertir de nous méfier d’elle, lorsque les congères grandissent à trois fois notre hauteur, lorsque les rues destinées à faire circuler plusieurs véhicules de front les enlisent, lorsque nos joues nous avisent que le froid les font rougir de honte pour ensuite les blanchir de peur, lorsque les têtes des clous éclatent sous la pression de l’écartèlement des planches, lorsque les véhicules n’ont plus la force de démarrer et préfèrent se laisser mourir sur place, la féérie blanche devient la furie blanche.

La Nature ne s’attaque pas à nous, on ne doit donc pas la traiter comme une ennemie. Il est de loin préférable de bien se préparer à ses débordements pouvant nous causer désagréments, difficultés ou dangers, tout d’abord en s’informant adéquatement des conditions météorologiques à venir et en se vêtant de manière appropriée.

image

Cette année, l’hiver est survenu tôt. Neige début novembre, record quotidien de froid battu, voulait-il nous assommer ? Nous prendre à contre-pied ? Ou simplement nous aviser qu’il vaut toujours mieux être prêt à toute éventualité ?

neige-velo-montreal

La planète change, nous devons, non seulement écouter ses signaux, mais surtout agir de la sorte. Nous aussi devons changer, à commencer par notre façon de penser. La planète Eden devient souvent et imprévisiblement violente. Restons en constant état de surveillance. Préparons nos kits de secours et de survie. Concevons des protocoles d’urgence et répétons-les. Ces gestes ne sont plus des délires de paranos. Ils sont une prévoyance distinguant ceux qui survivront de ceux qui périront. Vous comptez plutôt sur la chance que les catastrophes passent ailleurs ? Dans ce cas, vous n’auriez pas objection à me léguer vos biens advenant un coup du sort puisque celui-ci ne surviendra pas. Plus riche, j’irai ensuite croasser sur vos tombes.

Mont Rainier

La ville de Seattle est facilement reconnaissable sur des photos ou des prises de vues par sa proximité de l’eau et par sa tour d’observation et de télécommunications très caractéristique.

Contrairement à ce que plusieurs pensent, Seattle n’est pas située sur les rives du Pacifique, mais d’un bras de mer intérieur nommé Puget Sound. Ainsi, la ville est séparée de l’océan par une chaine montagneuse.milkovi-334541.jpg

Un autre élément typique de la plus importante ville de l’état de Washington est la proximité du mont Rainier qui donne un aspect vraiment spectaculaire à cette ville. La montagne culmine à 4392 mètres au-dessus de l’océan. Étant située à environ 90 kilomètres de distance l’une de l’autre, la superbe montagne se découpe parfaitement en arrière-scène comme on peut le remarquer sur la photo précédente.

Aux sommets éternellement enneigés, le mont Rainier est en fait un volcan en dormance, mais bien actif. Il pourrait surgir à tout moment. Sa dernière éruption remonte à l’année 1894. Il est considéré comme le troisième volcan le plus potentiellement dangereux des É.U.A. Lorsqu’il entrera en éruption, les premières effusions feront fondre toute cette neige et cette glace des glaciers et transformeront ses flancs en coulées de boues monstrueuses. Elles dévaleront dans la vallée en contrebas et prendront le chemin de quelques petites villes vivant à ses pieds.

mt-rainier-from-above-at-sunset

La première localité à être touchée par les lahars (coulées de boues de nature volcanique) sera probablement Tacoma. Peu de choses de la ville seront préservées malgré les 65 kilomètres qui la séparent du cratère d’où s’échappera la lave. Seattle ne se situe pas bien loin au nord de cette localité et l’on prévoit que plusieurs quartiers seront dévastés par la boue advenant une éruption.

Mais la boue n’est que l’une des calamités qui attendent les résidents des environs. Le stratovolcan laisse présager pire calamité. Il fait partie de la même chaine des Cascades que le tristement célèbre mont St Helens qui, en 1980, entra en éruption dite pyroclastique. C’est en fait une façon de dire que le volcan explose en une ou en plusieurs nuées ardentes de plus de 500°C qui dévalent les flancs à des vitesses ahurissantes en brûlant tout sur leur passage.

D’autres volcans ravageurs bien connus sont du même type que le mont Rainier : le Vésuve, le Krakatoa, la montagne Pelée, le Santorin, tous de sympathiques voisins qui ont déjà fait table rase dans le passé en réglant leurs différends avec les humains en les effaçant de la surface de la Terre. Oui, le mont Rainier est un candidat pour être pris des mêmes sautes d’humeur que ces tristement célèbres volcans explosifs.

Bon d’accord. Rien pour le moment ne laisse présager le pire. La montagne est bien tranquille malgré quelques fumerolles occasionnelles, mais elle laisse tout de même planer un danger sur plus de 1,5 millions de personnes aux alentours !

mount_rainier_behind_tacoma_by_arnaudperret-d5quoz9.jpg

Ce n’est que l’un des volcans dans le monde où la population s’est agglutinée autour d’eux. La ville de Tacoma est même construite sur la dernière coulée de boues à avoir dévalé ses flancs. On sait ce qui en adviendra lors de la prochaine.

Mes questions restent les mêmes, que ce soit pour ce mont ou pour un autre du même acabit. Aura-t-on le temps d’évacuer tout le monde lorsque la montagne montrera un début de colère ? Le verra-t-on seulement s’y préparer ?

La dernière grande tragédie mondiale fut le tsunami de 2004. Un quart de millions de gens sont morts. Je redoute une tragédie qui fauchera un million ou même plusieurs millions d’individus. Malgré tous nos systèmes de communication, les gens resteront piégés sur les routes et autoroutes transformées en énormes parcs de stationnement par les gens en panne d’essence.

161005163908-02-i-26-west-columbia-1005-super-169.jpg

Et la mort viendra les faucher, là, incapables de fuir, pris comme des rats dans leurs belles bagnoles qui deviendront leurs tombeaux. Achetez-vous des motos, laissez tout derrière vous et surtout, n’y jetez plus aucun coup d’œil, sinon vous partagerez le sort de la femme de Loth, mais au lieu du sel, votre corps se couvrira de cendres après avoir été brûlé jusqu’aux os.

Deux Congolais à Montréal

Par un temps semblable à aujourd’hui, voilà bien des années, je recevais deux étudiants provenant du Congo pour un stage de perfectionnement. Ils devaient apprendre à réparer et entretenir des équipements radio qui servaient dans les différents services à travers le pays. J’avais été embauché par Canadian Marconi Company pour leur dispenser la formation appropriée. La compagnie leur avait loué un logement pas très loin d’où ils suivaient leurs cours.

Le premier matin de formation, ils n’arrivaient pas et je me demandais bien où ils étaient passés. J’appelle à leur appartement, l’un d’eux me répond. Je m’enquiers de la raison pour laquelle ils sèchent leur cours. Durant la nuit, il avait neigé moins d’un centimètre de neige, une trace tout au plus. Lorsqu’ils ont mis le nez dehors, ils sont tombés sur le derrière en mettant le pied sur le balcon. Convaincus que la météo était trop dangereuse pour sortir, ils ont cru que les cours n’auraient pas lieu. J’ai été les chercher en auto en leur donnant quelques trucs pour marcher sur la neige sans tomber.

La deuxième semaine, le mercure est fortement tombé et ce fut le froid qui les a retenus à l’intérieur. C’était la première fois de leur vie qu’ils ressentaient des températures sous le zéro et là ils devaient se taper du -25 °C. L’horreur se lisait sur leur visage.

Durant les deux week-ends où ils étaient à Montréal, je les ai amenés à différents endroits. Nous étions dans les Laurentides après une semaine où il avait passablement neigé. Les bancs de neige faisaient bien trois mètres de haut, nous marchions dans le chemin. Ils étaient ébahis par la quantité de neige, eux qui n’en avaient jamais vu avant d’arriver au Québec.

Les souffleuses à neige la rendent compacte et il est normalement possible de ne pas trop enfoncer lorsqu’on marche sur un banc de neige fait de neige soufflée. Il me prend donc l’idée de monter sur l’un d’eux et de marcher en suivant un chemin parallèle. Pour les deux Congolais, je n’étais pas moins qu’un magicien de pouvoir marcher ainsi grimpé sur une montagne de neige. Soudain, j’arrive à un endroit où la neige est molle et je renfonce jusqu’à la taille. Mes deux étudiants, épouvantés, se sauvent en courant, certains que je mourrai dans les prochaines secondes et ils ne voulaient pas être témoins de ma disparition. Ou ils voulaient éviter de répondre aux policiers qui les auraient certainement accusés de mon meurtre. Lorsqu’ils se sont retournés vers moi, question de jeter un dernier regard à leur professeur disparu corps et biens sous la neige, je n’ai pas pu résister encore quelques secondes à l’idée de les laisser à leur frousse. Finalement, je les ai rassurés et lorsqu’ils ont été totalement convaincus que j’étais sain et sauf, ils sont revenus sur leurs pas.

On ne sait jamais comment les étrangers vont réagir à un événement anodin pour nous. Jouer dans la neige est tellement ancré dans nos habitudes qu’on ne peut pas concevoir une réaction de panique au simple fait de voir quelqu’un renfoncer jusqu’à la taille. Voilà la beauté des échanges interculturels. De leur côté, ils ont probablement gardé un souvenir inoubliable de leur voyage à Montréal au mois de février. Le froid, la neige, le verglas, les bancs de neige plus hauts que les hommes et le professeur qui savait marcher sur le grand péril blanc sans périr.

Photo : quebecurbain.qc.ca

Un Noël blanc

Oui, en cette nuit de Noël, Montréal est tout de blanc vêtue et on annonce un autre quinze centimètres de neige pour ce 25. Même ceux qui détestent la neige espèrent du blanc partout pour cette journée particulière. Étant jeune, on ne connaissait aucun Noël sans neige. Puis plus tard sont apparues des années moches où la pluie et la pluie verglaçante ont remplacé la neige. Les changements climatiques s’étaient mis à nous tomber dessus.

Depuis quelques années, les beaux hivers blancs sont revenus, mais on n’ignore pas qu’ils seront bientôt chose du passé. Il faut en profiter, évidemment, car d’ici peu les rues et les parterres gris remplaceront pour longtemps et peut-être pour toujours ces lieux aujourd’hui immaculés de blanc.

Les Noëls du futur seront différents, car tout change et surtout le temps. On ignore ce qu’on a engendré, mais on en aura une bonne idée bien assez tôt, car les années d’insouciance se terminent. La meilleure solution ne sera pas de sombrer dans la tristesse ou la nostalgie et encore moins dans la colère. Il suffira d’accueillir au mieux ce que le monde nous aura réservé.

Joyeux Noël.

Voilà, il neige

Lorsqu’on vit au Québec, la première neige de l’année nous avise que nous nous apprêtons à vivre quelques mois de froid, parfois même, intense. Mais cette prévision ne gâche pas le spectacle de ces flocons virevoltant gracieusement sous le vent en faisant disparaitre les surfaces sur lesquelles elles se déposent sous un silence monacal.

Ici, nous avons la fabuleuse chance de connaitre quatre saisons bien distinctes. Malheureusement, cet état de fait ne durera probablement plus bien longtemps. Les deux derniers hivers furent, heureusement, conformes à ceux de mon enfance. Je me souviens que mes potes et moi arpentions les rues du quartier en quête de voitures enlisées. On aidait les conducteurs à s’extraire des congères qu’on nomme ici « bancs de neige » en mettant nos nouveaux muscles au défi.

Il neige en ce moment à pleins ciels, mais ces jolis flocons blancs comme des boules de coton ne résisteront pas à la clémence actuelle des températures, car la politesse exige que la neige nous avertisse avant de nous ensevelir. Toutefois, je me souviens de certaines années où elle a manqué à ses obligations de courtoisie. Pas cette année.

Lorsqu’on consulte les cartes météorologiques des températures moyennes mondiales des deux derniers hivers, seul le Québec a été épargné par les hausses catastrophiques des températures. Cette année, je crains fortement que nous écopions comme la Sibérie, comme les pays nordiques européens et comme le Grand Nord qui, tous, se réchauffent à grande vitesse. Dans l’hémisphère nord, nous n’aurons plus bientôt que des souvenirs de ce temps où la Nature prenait quelques mois de repos.

La Planète a déjà connu de bien pires conditions et en soi, ce réchauffement peut être considéré comme de bon augure s’il permet d’accroitre le nombre de semaines par année de cultures locales. Durant ce temps, les pays nordiques seront moins dépendants des fruits et légumes provenant des basses latitudes, ce qui permettra d’accroitre l’offre mondiale. Mais, car il existe toujours une contrepartie, en brisant l’équilibre que la Terre avait atteint après le Grand Dégel, l’humain a propulsé sa planète vers un nouveau point d’équilibre totalement inconnu. Sera-t-il, comme certains météorologues le prévoient, suffisamment important pour causer la fonte de toutes les calottes glaciaires restantes ? C’est possible et même très possible, car un emballement des températures est de plus en plus envisageable.

Mais actuellement, cette neige est belle et je profite de ce spectacle aux antipodes des jeux de sons et lumières post-modernes étourdissants. Ici, seuls le silence et la monochromie ont droit de scène. Mes pneus d’hiver sont posés et j’ai placé mes pelles et mes balais à neige dans l’auto afin qu’ils me prêtent main-forte le temps venu. J’ai sorti mes parkas, bottes, foulards, tuques, gants et mitaines de leur coffre comme en prévision d’un rude hiver d’antan. Je sais toutefois qu’un jour ils vieilliront, totalement inutiles, comme des vieillards mis au rancart dans des hospices ternes et insipides. À l’instar de ces pauvres personnes mal aimées, mes outils hivernaux perdront leur raison d’exister. Certains d’entre eux seront envoyés au musée afin que l’humain se souvienne de ces temps où la neige avait modelé leur vie autrement. J’espère, sans trop y croire, que la Terre saura stopper l’emballement thermique catastrophique qui la fera ressembler à sa sœur Vénus où l’on ne fait pas frire des œufs à sa surface, mais bien, fondre du plomb.

Heureusement, cette année encore, la neige reprend du service. Notre planète se bat une fois de plus pour contrer nos stupides agissements posés en pleine connaissance de cause. Combien de temps lui reste-t-il  ? Jusqu’à ce qu’Elle en ait plein le dos. Mais qui veut vraiment savoir quand cela surviendra alors que nous pouvons sans contraintes vivre béatement notre imbécillité ?

Photo : lenavet.ca

Les Petits-Gris – 2 – Primeur : Québec 1992

Je travaille toujours sur la suite de l’article concernant ces entités qui seraient originaires d’une autre planète de notre Galaxie. Ne vous offusquez pas de me voir utiliser le conditionnel. Tant et aussi longtemps que leur présence n’est pas officiellement avérée, je me dois de l’utiliser. Avant de poursuivre mon analyse des Petits-Gris, j’incorpore ce présent article qui vous surprendra très certainement. Par un curieux hasard, une vidéo a été téléversée hier sur YouTube qui relate la découverte au Québec en 1992 d’un cadavre de ce qui ressemble étrangement à un Petit-Gris. Je vous transmets le lien afin que vous puissiez immédiatement la regarder.

Cliquer ici pour voir la vidéo

Cette vidéo présentée sur la chaine Secureteam10 de YouTube a été filmée à l’hiver 1992 dans l’ouest du Québec. Le cadavre d’une créature étrangement semblable à la description faite des Petits-Gris a été placé sur un fil tendu afin de mieux le voir et aussi pour éviter tout contact physique potentiellement dangereux. Il a été trouvé par des motoneigistes circulant le long de la rivière Rouge, une région encore très sauvage uniquement accessible l’hiver par les motoneiges.

Pour des raisons de sécurité pour les auteurs de cette vidéo, elle n’a jamais été rendue publique avant hier et encore, elle a seulement circulé anonymement sur le Dark Web avant d’être coulée puis reprise par le webmestre de Secureteam10. Quelqu’un a filmé un téléviseur sur lequel était présenté cet événement vraiment unique. La qualité laisse donc passablement à désirer par rapport à nos critères actuels, mais est tout de même suffisante pour faire une assez bonne analyse du sujet présenté.

Tyler, le webmestre de Secureteam10 ne croit pas à un canular. Comme vous avez pu le constater, trop d’informations anatomiques cohérentes nous permettent de croire qu’il s’agit véritablement d’une créature réelle, humanoïde et possédant les attributs généralement décrits chez ceux qu’on appelle les Petits-Gris.

Si vous ne connaissez pa la chaine Secureteam10 sur YouTube, je vous dirais que son auteur tente régulièrement de déceler les canulars. Il n’est pas du genre à s’extasier sur n’importe quel élément visuel discutable qu’on lui présente. Bien entendu, il croit ferme aux extraterrestres et certaines des ses analyses manquent parfois un peu d’objectivité, mais dans l’ensemble, je considère qu’il s’en tire relativement bien.

J’aimerais connaître votre opinion concernant de cette vidéo. N’hésitez donc pas à me transmettre vos commentaires.