Quand tu te tu pour que tu me tues

La meilleure façon de se débarrasser d’un ami, c’est de transposer ses je en tu.

« Tu es, tu as, tu veux, tu cherches à, etc. »

La transposition est un mécanisme permettant d’éviter de se poser des questions parce qu’on a peur de ses propres réponses. Pas qu’elles soient inconnues, mais se répondre consciemment et sincèrement, c’est s’obliger à s’accepter tel que l’on est.

Qui est suffisamment honnête envers lui-même pour se regarder sans fléchir, sans se haïr, en acceptant sa véritable personnalité et s’aimer malgré tout ? Être honnête envers les autres exige préalablement d’être honnête envers soi-même.

Lorsqu’on transpose ses propres intentions sur les autres, l’honnêteté envers soi-même n’existe pas. On se cache qui l’on est et ce que l’on veut vraiment.

3500

Afin de résoudre le problème de son estime personnelle, le moyen employé par la plupart des gens est de transposer ses désirs et ses choix sur les autres. On les accuse de ses propres intentions. Mais quand on déforme les faits pour insérer un carré dans un cercle, c’est la preuve que la vérité est bafouée.

Cette semaine, j’ai perdu une amie qui m’accuse d’avoir désiré ce qu’elle désire, soit de vouloir couper court à notre amitié.

J’accepte sa décision, pas pour les raisons invoquées, même si elle a de bonnes raisons de m’en vouloir. Dans la vie, je n’accepte que la vérité. Elle ne m’a pas dit la vérité. Elle ne s’avoue pas la vérité. Peut-être, je ne la mérite pas. Mais je sais lorsqu’on me ment. Surtout, elle se ment à elle-même parce que son estime personnelle est basse. Et pourtant ! Mais je n’y peux plus rien. J’ai pourtant tout essayé pour qu’elle s’apprécie comme elle devrait. Peine perdue !

Moi aussi je suis fatigué d’elle, comme elle est fatiguée de moi. Elle a pris la bonne décision, mais elle n’a pas su l’assumer pleinement. Il a fallu qu’elle m’en rende responsable. C’est tellement pratique de blâmer l’autre afin de continuer de stagner plutôt que d’évoluer !

960x0.jpg

Nous avons parcouru le bout de chemin que nous devions suivre ensemble. Merci pour ce que tu m’as apporté. Tant pis pour ce que je n’ai pas pu t’apporter. Cette partie-là, il t’appartenait de l’accepter et tu l’as rejetée à plusieurs reprises.

Sois heureuse de la personne que tu es, même si tu décides de ne pas évoluer. C’était, et ça reste encore mon ultime vœu à ton égard. Maintenant, moi aussi je vais me reposer et passer à autre chose.

Décompte : 2

Craindre la peur

L’amour n’est pas le plus puissant moteur des humains, c’est la peur. Parc qu’il faut survivre afin de pouvoir se reproduire, la peur agit en dictateur sur les émotions, et en colonel sur le plan décisionnel. Même lorsque le danger est passé, la peur continue d’œuvrer en arrière-plan.

La peur, vient toujours de l’autre. On n’a jamais peur de soi-même ou de ses propres décisions, à moins d’agir en crétin devant une caméra pour tenter d’infester internet avec un virus visuel insignifiant.

Guepard

Autrefois, la survie dépendait de la rapidité à reconnaitre le danger. Pour déclencher instantanément sa peur de l’autre, on a appris à fabriquer des étiquettes facilement reconnaissables. Aujourd’hui, nous utilisons encore et toujours cette méthode même si l’ennemi ne porte plus des crocs en forme de sabre, des cornes capables d’embrocher trois personnes à la fois ou des griffes pouvant décapiter un individu d’un seul coup.

Aujourd’hui, l’étiquette n’est pas basée sur un danger évident, mais sur une simple différence. « Il n’a pas ma couleur de peau, c’est une femme, il n’est pas né ici, elle est pauvre, il s’habille autrement ». Nous craignons des dangers inventés de toute pièce, afin de perpétuer une technique de survie millénaire, mais décalée par rapport aux défis qu’a véritablement à affronter l’humain moderne.

Paradoxalement, notre espèce néglige de voir de véritables dangers capables de l’anéantir. J’ai suffisamment parlé des changements climatiques dans mes chroniques pour ne pas être obligé de préciser davantage. La question est pourtant de savoir pourquoi cette incurie, cette négligence crasse, ce jemenfoutisme presque généralisé ?

576435_polnoekrannyie_fon_mujchina_gamak_shirokoformatnyi_1920x1200_www.Gde-Fon.com

Pourquoi sommes-nous prêts à défendre si vaillamment une banalité et si mollement un danger extrême ?

Ma réponse est que le vrai danger émane de nous-mêmes, pas des autres. En attaquant le danger, nous devons attaquer sa cause qui s’avère n’être nulle autre que nous-mêmes.

Malgré leur ressemblance, les mots « humain » et « humilité » ne font pas bon ménage. Si vous lisez mes articles sur une base assez régulière, vous savez que je fonde peu d’espoir sur les chances de survie de notre espèce. Nous sommes trop imbus de nos réalisations et fiers du chemin accompli pour changer une recette gagnante pour une nouvelle façon de vivre non éprouvée.

singe-ahuri-300x300

Et voilà ! Encore et toujours la peur ! La peur d’agir différemment, d’oser changer de méthodes, d’admettre nos erreurs, de regarder la réalité en pleine face, la peur de reconnaitre nos laideurs, la peur de baser notre estime personnelle sur nos futures décisions plutôt que sur nos prétendus succès du passé.

Nous ne cesserons jamais d’avoir peur, mais nous pouvons changer ses raisons. Aujourd’hui, pour survivre, nous devons craindre nos vieilles peurs, tout comme nous devons craindre nos actuelles insouciances, car le vrai danger se situe exactement là… que nous l’acceptions ou pas.