L’actualité

Si vous me lisez fréquemment ou même occasionnellement, vous avez sûrement noté que j’aborde rarement des sujets d’actualité. J’ai plusieurs bonnes raisons de me tenir éloigné des événements qui font la une et qui attirent un tas de blogueurs à publier des articles traitant des nouvelles du jour.

Tout d’abord, l’actualité est censée rapporter des faits. Malheureusement, même dénués d’opinions, les faits rapportés sont toujours biaisés. Lorsqu’on relaye ces informations tirées de n’importe quelle source, on se rend complice des omissions, manquements, mésinterprétations, amplifications, atténuations, déformations et désinformations incluses volontairement et involontairement dans les articles.

resize

La seule façon de voir les situations un peu plus clairement est de s’abreuver à plusieurs sources d’information afin que les faiblesses puissent être compensées par les forces des autres articles que plusieurs analyses et éditoriaux aient été publiés sur ces mêmes sujets.

Plusieurs personnes spécialistes des dossiers doivent avoir pris le temps d’y réfléchir et de publier leurs opinions sur la question en ayant investigué, questionné, interviewé et avoir pondu un article qui sera lui aussi biaisé, mais qui aura au moins le mérite d’ajouter des points de vue, de multiplier les perspectives, de lever des voiles, de rajouter de la viande sur les os, de dissiper des brouillards et surtout de déjouer tous les spécialistes en communication embauchés spécifiquement pour maquiller les faits, dissimuler les informations sensibles, édulcorer les propos afin d’esquiver les attaques potentielles et de redorer les réputations.

Mauvaise-foi

En revanche, tout organe informationnel possède une ligne éditoriale. Croire en la neutralité des médias traditionnels ou électroniques est d’une naïveté inouïe. Cette polarisation a beaucoup joué dans le manque de confiance des gens envers des institutions censées rapporter les faits et qui ne sont devenus que des organes de propagande en habit de camouflage.

Vous relayez de l’actualité sans y mettre de la valeur ajoutée? Vous vous rendez alors complice de ces fabricants d’images qui comptent sur vous pour faire le sale boulot de désinformation nécessaire à la dissimulation de la vérité. C’est dommage, même si vous pensez le contraire, vous n’aidez aucunement à faire connaitre des faits, mais bien à manipuler l’opinion publique grâce à des stratégies où vous servez de courroie de transmission.

Trou_Noir

Dernièrement, la fameuse image du trou noir a fait couler beaucoup d’encre. Pourtant, si vous relisez mon article sur ce sujet qui me passionne par-dessus tout, vous constaterez qu’il a paru une bonne semaine après l’annonce officielle. Vous verrez également que je suis passablement critique à l’égard de cette nouvelle qui a fait la une de tous les journaux. J’avais déjà écrit une bonne dizaine d’articles sur les trous noirs et pourtant, je ne me suis pas jeté sur l’occasion pour être la centième personne cette journée-là à vous rabâcher les oreilles avec la même sornette.

J’ai attendu que la poussière retombe afin de donner une valeur plus juste à cette nouvelle en déjouant les fabricants de sensationnalisme. Voilà comment j’aime traiter l’actualité lorsque je me laisse convaincre d’en parler, ce qui survient plutôt rarement. Mais sur ce sujet de prédilection, je savais que je devais boucler la boucle que j’avais amorcée bien des mois, sinon des années auparavant.

Alors, ne vous étonnez pas de rarement lire sur mon blogue des articles proches de l’actualité brûlante, et si cela survient, sachez que je n’aurai pas joué au bon perroquet bien dressé. Bien au contraire, je nagerai probablement à contre-courant de l’opinion dominante parce que j’aurai travaillé très fort à démonter les machines à fabriquer des images sur mesure.

Tant qu’à faire, ne vous gênez surtout pas pour relayer cet article. S’il faut quelqu’un pour profiter de vos efforts à faire connaitre l’opinion d’autres individus, aussi bien que ce soit moi!

Mauvaise foi

L’humain reste un humain et la mauvaise foi en fait malheureusement partie, quel que soit le parti qu’il adopte. Le sens imagé de l’expression « mauvaise foi » correspond au contenu des déclarations qui deviennent mensongères, sciemment fausses ou à l’inverse, des vérités passées sous silence.

La recherche scientifique n’échappe pas aux travers humains, donc à la mauvaise foi, car elle est menée par des humains. Devant des évidences qui nuisent à la théorie adoptée, celle qui semble la plus logique et bien pensante, certains scientifiques préfèrent éluder les autres possibilités et ils vont même jusqu’à détruire quelques évidences pour ne rien déplacer. Dans une moindre mesure, ils en minimisent l’importance ou simplement les ignorent.

katiola.png

Devant de tels comportements irrespectueux de la science elle-même, des détracteurs voient le jour. Ces champions de la vérité, ces empêcheurs de tourner en rond traquent les anomalies scientifiques et proposent des théories alternatives. Quelquefois boiteuses, celles-ci ont au moins le mérite de proposer des pistes de solutions pour tenter d’expliquer ce que les chercheurs guindés relèguent dans un placard dont ils jettent la clé.

Lorsque les déviants s’avèrent être eux-mêmes des professionnels en la matière, ils sont systématiquement ostracisés afin de causer le plus de tort possible aux idées qu’ils véhiculent. Lorsque les attaques proviennent d’individus ne partageant pas le même bagage scientifique, ils sont simplement ridiculisés ou totalement ignorés.

dsc00710

Malheureusement, l’armure des preux chevaliers ne reste pas impeccable au fil du temps. Si certains scientifiques n’hésitent pas à banaliser les preuves dérangeantes, leurs détracteurs s’accrochent bien trop souvent à leurs théories même lorsque de nouvelles évidences finissent par les battre en brèches.

Se livrant chacun à sa manière à un dialogue de sourds, ils s’invectivent à qui mieux mieux en ayant à la fois tort et raison de le faire. Malheureusement, l’humain reste toujours un humain, il déteste avouer s’être trompé et, par-dessus tout, il déteste voir son œuvre maitresse réduite en poussières, peu importe s’il fait partie des académiciens bornés ou des sonneurs de fausses alertes.

cover-r4x3w1000-57e17b24c60fa-un-chimpanze-dans-un-zoo-au-mexique.png

Et le commun des mortels comme vous et moi les regarde s’entredéchirer sans pouvoir décider lequel a tort et lequel a raison, les deux mentent, les deux deviennent ridicules, les deux jouent de mauvaise foi. Toute faiblesse argumentaire de l’ennemi est exploitée, c’est de bonne guerre. Mais plutôt que d’avouer leurs erreurs, ils continuent de s’accrocher à leurs théories bancales en esquivant l’attaque par l’attaque. Les deux parties refusent de collaborer, préférant l’affrontement. Et comme toujours, ils empêchent le seul triomphe qui compte vraiment, celui de la vérité. Ça me fait penser à la théorie mathématique des jeux, mais l’importance de ce sujet vaut bien un article complet. Ce sera pour une prochaine fois.

Pour conclure ce texte, la morale à en tirer : ne jamais faire assurément confiance en l’humain, vous serez assurément déçus.