Vivons-nous dans un trou noir ?

Je mets tout de suite les points noirs sur les i. Le trou noir dans lequel nous vivrions ne serait rien de moins que notre Univers. J’aurais pu intituler mon article : « L’Univers est-il un trou noir ? » Ainsi, sortez immédiatement de votre esprit toutes les autres interprétations, autant celles de natures socio-économiques que salaces.

Ce qui amène les scientifiques, dont les cosmologistes, à s’interroger de la sorte, ce sont certains rapprochements possibles entre les deux. Je ne reviendrai pas sur l’ensemble des concepts théoriques des trous noirs, seulement sur celui qui concerne une vision « extérieure » qui est sa capacité de retenir infiniment ce qui se rapproche en deçà d’un certain rayon de son centre.

Donc, si notre Univers, là où nous vivons, correspondait à l’intérieur d’un trou noir, nous ne pourrions jamais en sortir. Ce concept de l’emprisonnement absolu est déjà considéré comme étant une particularité de notre Univers, sinon ce ne serait pas un Univers. Voilà le premier point commun visiblement attesté, même s’il n’est que supposition.

Partant de là, il est possible de déterminer si notre Univers est un véritable trou noir en mesurant ses dimensions et sa densité moyenne. Plus les dimensions d’un trou noir croissent, plus sa densité diminue. Il est donc possible de corréler les deux. Et si ce que nous savons sur les dimensions et la densité de notre Univers est juste, il est donc possible de confirmer ou d’infirmer le principe d’un Univers trou noir.

Densité moyenne de l’Univers

Avec une densité moyenne établie par observation à 5 atomes d’hydrogène par mètre cube, la matière dans l’Univers est passablement ténue. Ce chiffre fait fi de tous les autres atomes considérés comme marginaux, y compris l’hélium même s’il contribue à environ 10 % des atomes de l’Univers.

Dimensions de l’Univers

Le problème survient surtout lorsqu’on veut connaitre les dimensions de notre Univers. Il n’y a aucun moyen de vraiment les connaitre.

Expansion de l’Univers

Puisque l’espace est en expansion depuis le Big Bang survenu il y a de cela 13,8 milliards d’années, ce n’est pas seulement la frange limite qui s’éloigne, c’est chaque atome d’espace qui laisse place à d’autres atomes d’espaces autour de lui, contribuant à faire gonfler l’espace global de manière ahurissante. Ainsi, l’expansion de l’espace engendre des effets rendant sa mesure impossible.

Vitesse de la lumière

Puisque la lumière prend un certain temps à voyager dans l’espace, il peut exister des endroits éloignés de l’espace dont la lumière ne pourra jamais nous atteindre puisque l’expansion de l’espace entre ces lieux et la Terre grandit trop vite pour laisser le temps à la lumière de parcourir le chemin supplémentaire. Ces portions de notre Univers nous resteront pour toujours inconnues.

Dimensions de l’Univers observable

À défaut de connaitre ce qui existe au-delà de ce que la vitesse de la lumière nous permet de distinguer, on est contraint de ne pouvoir mesurer que ce qui est observable. Certains cosmologistes estiment cette dimension à 93 milliards d’années-lumière de diamètre et ce ne serait que l’Univers observable depuis la Terre, pas l’Univers entier.

Univers infini

L’Univers pourrait être infini, cependant tous les infinis indisposent passablement une grande quantité de physiciens qui voient dans ce terme des relents culturels religieux inappropriés, ils préfèrent le croire fini, tout en avouant leur ignorance sur sa possible taille réelle.

Le problème du contenant

D’autre part, si on considère cette valeur comme si nous la mesurions à partir de l’extérieur de l’Univers, on considère alors que le contenu de l’Univers s’étend dans un plus grand contenant que lui-même. Il faudrait donc englober ce contenant supplémentaire dans la mesure des dimensions de tout l’Univers. Mais où cesse ce jeu des poupées russes ?

Le problème de l’observateur

En physique, un bon observateur doit rester indépendant de ce qu’il observe, sinon ses constatations deviennent contestables. En faisant partie de l’Univers que nous tentons de mesurer, le statut d’observateur fiable nous est interdit et ainsi nos conclusions resteront toujours douteuses.

Expansion égale accrétion

Un trou noir accroit ses dimensions seulement s’il est en train de bouffer de l’énergie sous n’importe quelle forme. Puisque notre Univers grandit, s’il est un trou noir, il serait en train d’avaler quelque chose venu se promener dans son entourage extérieur. Mais dans ce cas, nous devrions voir de la matière ou de l’énergie apparaitre quelque part dans l’Univers. Toutefois, étant donné que nous n’avons pas accès à voir tout l’Univers, il devient difficile de réfuter l’existence de cette activité. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’on n’a jamais rien vu de tel dans la portion de l’espace qui nous est visuellement accessible. L’astrophysicien Fred Hoyle, le père du terme « Big Bang », parlait de notre Univers en lui donnant la propriété de faire apparaitre subitement de la matière. Cette vision correspondrait à celle d’un Univers trou noir en train de bouffer des mondes externes. Malheureusement, cet aspect est contredit par la diminution de la température du fond cosmologique qui devrait augmenter avec la quantité de matière alors qu’elle est en diminution constante depuis le Big Bang.

Né d’un trou noir

Ne pas confondre un Univers étant un lui-même un trou noir et un Univers né d’un trou noir. Cette dernière hypothèse est souvent évoquée pour expliquer l’événement Big Bang. L’Univers serait une fontaine blanche, une éjection issue d’un trou noir. Le problème est que personne n’a réussi jusqu’à présent à m’expliquer comment un trou noir peut créer une fontaine blanche alors que rien ne peut lui échapper. Lui aurait-on inséré un bâton dans son trou noir et il aurait vomi ses tripes ? Dans ma tête, ceux qui ont inventé le concept de fontaine blanche effectuent une piètre tentative pour réhabiliter la nature définitive et irrécupérable d’un trou noir qui est de dévorer sans restituer… ou si peu lorsqu’il s’évapore en émettant quelques particules de-ci de-là, mais rien pour créer une fontaine de jouissance blanche pour physiciens en manque de libido d’idées.

Mon opinion

Je considère notre Univers en vase clos et à ce titre, il se comporte comme un trou noir en ne laissant rien échapper. Cependant, il devrait posséder d’autres caractéristiques communes avec ces monstres cosmiques qu’à mon avis, il ne partage pas. Ainsi, notre Univers ne serait pas un véritable trou noir au sens einsteinien du terme.

Une bouilloire et des tares

Une bouilloire électrique est conçue pour effectuer une seule fonction et pour ce faire, elle doit accomplir trois actions. Son unique but consiste à bouillir de l’eau qui sera ensuite utilisée. Trois actions sont indispensables afin d’atteindre ce but, soit celles d’agir comme contenant, d’agir comme bouilloire et d’agir comme verseur.

Ma bouilloire réussit à mal exécuter deux de ces trois actions. Elle fuit et elle verse plus d’eau à côté de ma tasse que dedans.

226_E-1

Un contenant est, par définition, étanche. Ce n’est pas une qualité de l’être, mais une nécessité évidente, sinon on ne parle plus d’un contenant, mais d’une clepsydre, d’un arrosoir ou d’un gicleur. Je devrais donc nommer ma bouilloire un arrosoir de comptoir chauffant. Mais à quoi sert un arrosoir de comptoir chauffant?

Pire, cet objet pathétique verse comme un cancéreux de la prostate en fin de vie. C’est donc un arrosoir de comptoir chauffant versé (!) dans les éclaboussures. Ma bouilloire électrique a vraiment évolué en un objet mutant plutôt inquiétant pour le bien-être des habitants de la maison et surtout pour la réussite de mon thé.

disappointed-young-business-man-thumb-down-success-people-concept-68411352

Je comprends pourquoi ma bouilloire fuit. Oh, ne croyez surtout pas que je l’ai psychanalysée, mais je l’ai tout de même analysée! Elle fuit parce que son fond est composé de deux parties distinctes dont l’une chauffe et l’autre pas. Dilatation due à la chaleur, le joint censé être étanche entre les deux sections, à l’évidence, ne l’est pas du tout.

Je comprends aussi pourquoi elle pisse partout, sauf dans ma tasse. J’oublie un cancer de la prostate, trop évolué et surtout, peu pertinent pour UNE bouilloire. Design compact, le bec verseur ne peut bien exécuter sa fonction que dans des paramètres de débit, d’angle et de volume d’eau intérieur bien précis, paramètres évidemment inconnus. Et même à cela, la bouilloire doit verser correctement dans des écarts suffisants d’utilisation pour la rendre pratique et efficace, mais surtout pas en devenant capricieuse et caractérielle.

homem-frances-boina-barba-raiva_1194-8072

Ma bouilloire n’était pas dispendieuse, direz-vous. Et après? Où sont les instructions et l’étiquette spécifiant qu’elle ne sera en mesure que de bouillir, mais qu’elle n’a pas été conçue pour rester étanche et qu’elle sera absolument incapable de créer un filet d’eau lors de la versée?

Je ne suis pas responsable de ceux qui ont dénaturé leur produit pour le rendre attrayant et accessible, tout en conservant un nom qui ne lui sied pas du tout. L’emballage était clair et disait que je trouverais une bouilloire à l’intérieur, pas un arrosoir de comptoir chauffant à éclaboussures multiples et garanties.

Ourson-pas-content.png

Cet exemple d’aberration manufacturière est loin d’être unique. Bien au contraire, ma liste s’allonge d’année en année, même avec des objets très dispendieux qui, aujourd’hui, ne se gênent plus pour posséder de graves vices de fabrication, les rendant souvent inutilisables. Peu importe la fortune déboursée pour leur acquisition, elle ne représente plus du tout un indice et encore moins un gage de qualité.

J’écrirai d’autres articles sur ce vaste sujet qui démontre hors de tout doute certains travers de notre espèce qui les conduiront inexorablement à sa disparition.

Oui, de simples exemples comme celui de ma prétendue bouilloire peuvent en révéler beaucoup sur le sort de l’humanité lorsqu’on sait interpréter certains symptômes. Nous sommes sérieusement et profondément tarés, ce n’est pourtant pas si difficile à diagnostiquer, il me semble!