L’infini et Dieu

*Avis important *

Cet article ne cherche aucunement à apporter une réponse à la question si Dieu existe ou pas. Chacun a droit à son opinion sur le sujet. Les convictions de chacun ne se discutent pas.

f6e27e5607bf2df7332a91b75945c0f7René Descartes, à l’instar de plusieurs autres philosophes, dit apporter la preuve de l’existence de Dieu dans l’infini.

Aujourd’hui, l’infiniment grand comme l’infiniment petit sont bousculés. Les choses qu’on croyait autrefois infinies ne le sont pas. On connait l’âge de notre Univers et ses dimensions finies. On connait aussi la plus petite parcelle de temps et de distance qui ne sont pas infiniment petits.

Ce sont des connaissances humaines, pas nécessairement la réalité, me direz-vous, et c’est vrai. En science, lorsqu’un infini se profile, c’est la preuve que notre théorie a atteint ses limites et qu’il faut la remplacer par une autre plus fine, plus précise. Lorsqu’on résout des équations et que la réponse est l’infini (∞), on doit se dire: «je ne possède pas la meilleure théorie». Parfois ça prend du temps avant d’avoir en main une théorie plus précise, mais jusqu’à présent, lorsqu’on est parvenu à éliminer les réponses donnant des infinis, la nouvelle théorie s’est toujours révélée meilleure que la précédente. 

Ainsi, en renversant l’affirmation de Descartes, si l’infini n’existe pas, Dieu n’existerait pas.

Il est toujours dangereux de baser des raisonnements sur des absolus, puisque ceux-ci sont rarissimes, voire probablement inexistants. On ne peut pas prouver ou infirmer l’existence de Dieu à partir de raisonnements basés sur des absolus comme l’infini.

Le meilleur exemple de raisonnement basé sur un absolu qui a d’étranges effets est le paradoxe du Dieu omnipotent.

ob_23b36f_paraomniSi Dieu est omnipotent, il pourrait créer une masse si importante que même lui ne pourrait la soulever. Mais s’il ne peut pas la soulever, il n’est pas omnipotent. Donc un Dieu omnipotent n’existe pas.

Pour résoudre ce paradoxe, les théologiens apportent la réflexion suivante: «Dieu le peut, mais ne le veut pas, il ne crée pas une masse qu’il ne pourrait pas soulever.»

Ouf! Dieu serait capable de créer une masse si grande qu’il ne pourrait pas la soulever, mais il choisit de ne pas le faire. Ce raisonnement ne résout pas du tout le paradoxe du Dieu omnipotent. Ça prouve, en revanche, que les théologiens pensent être en mesure de capturer les intentions de Dieu.

L’autre réfutation de ce paradoxe par les théologiens qui tiennent mordicus à l’existence du Dieu omnipotent, bien évidemment, est qu’une masse capable de faire plier l’échine à Dieu ne peut pas exister, comme un cercle carré. Mais un cercle carré n’existe pas et n’existera jamais, peu importe les dimensions de l’un et de l’autre. Ces deux objets sont et seront toujours contradictoires. Tandis que pour une masse, Dieu en a créé des petites, des grosses, mais pas de dimensions qu’il est incapable de soulever. L’objection des théologiens ne tient pas la route là non plus en postulant l’impossibilité d’une telle masse. Ils postulent l’inexistence d’un objet pour prouver l’inexistence du même objet.

Une fois encore, je le répète. Je ne cherche absolument pas à prouver quoi que ce soit par rapport à Dieu. J’apporte des éléments sur les aberrations de pensée des humains.

Ça me fait penser à Einstein lorsqu’il affirmait «Dieu ne joue pas aux dés.» Niels Bohr lui rétorqua: «Cessez de dire à Dieu ce qu’il est censé faire.»

En résumé, les infinis ne prouvent ni n’infirment l’existence d’un Dieu. Descartes avait tort lorsqu’il pensait y parvenir en choisissant cet angle. Si Dieu existe, il n’a peut-être rien créé d’infini, sauf notre bêtise, mais même là j’oserais croire qu’elle possède une limite.

Personnellement, je pense qu’il est vain de chercher sur terre la preuve de l’existence ou de l’inexistence de Dieu. Nous parlons de foi et celle-ci est personnelle à chacun de nous. Croire en un Dieu ne fait pas de nous une meilleure personne. Il existe bien trop de contre-exemples à cette assertion.

Donne-moi l’échelle !

J’ai toujours aimé regarder des émissions et des films de science-fiction. C’était vrai lorsque étant jeune et plus encore depuis que les trucages sont devenus époustouflants. Je me voyais parcourant la Galaxie à la rencontre d’autres civilisations et, bien entendu, sauver une jolie Zetanienne en détresse. Mon côté chevaleresque s’est ensuite quelque peu émoussé depuis qu’ils ont commencé à montrer les filles démolir, seules, le portrait des vilains.

Je ne me souviens plus dans quelle émission télé, peut-être « Cosmos 1999 » avec Barbara Bain et Martin Landau ou était-ce un film, peu importe, une sonde avait photographié la surface d’une planète et était de retour avec de fantastiques images montrant des constructions géométriques diverses. Le responsable de cette équipe jubilait alors que le scientifique, lui, restait de glace devant ces images tendant à prouver hors de tout doute l’existence d’une civilisation avancée. Surpris par ce manque d’enthousiasme, il lui demanda la raison qui le poussait à demeurer si stoïque. Le scientifique lui expliqua que les coupes budgétaires avaient fragilisé cette mission. De plus en plus intrigué par cette raison sibylline, le responsable fit un retour sur certaines photos montrant explicitement, selon lui, des constructions réalisées par des êtres intelligents. Le scientifique s’expliqua enfin en présentant une autre série de photos tout aussi explicites que celles provenant de la sonde. On y voyait différentes constructions géométriques aussi jolies que les autres et souvent presque identiques.

« D’où proviennent ces clichés ? », demanda instamment le responsable. Et le scientifique de lui répondre : « Voyez-vous, ces photographies nous montrent différentes constructions végétales ou minérales. On ne trouve, parmi elles, aucune construction réalisée par une civilisation intelligente et pourtant, elles sont incroyablement semblables aux photos de la sonde. Les coupes budgétaires ont entrainé la panne du système devant inscrire sur les photographies le taux d’agrandissement et l’altitude auxquels elles ont été prises. Sans ces informations cruciales nous permettant d’évaluer l’échelle des dimensions, on ne peut absolument rien tirer comme conclusion sur les dimensions réelles de ces objets ».

Plusieurs reportages font état de formes étranges à la surface de la Lune ou de Mars. Très rarement, on voit une échelle de comparaison nous permettant de juger des dimensions de ces objets. Il n’y a rien d’anormal à trouver une pierre parfaitement rectangulaire de 2 millimètres de haut. Il en va tout autrement si ce rectangle parfait mesure 2 mètres de haut, et encore plus s’il fait 20 mètres. Et que dire s’il s’élève à 200 mètres !

L’échelle des dimensions n’est pas seulement importante, elle est essentielle pour juger de la normalité ou non des objets qu’on photographie. Les géologues, anthropologues et paléontologues prennent toujours leurs clichés accompagnés d’une règle graduée ou de leur maillet afin de « bien juger » de la nature dudit objet. Sans échelle de comparaison, aucune conclusion n’est possible, absolument aucune. Alors, avant de s’extasier sur la forme d’un caillou quelconque pris en photo sur le sol martien, il faut toujours connaitre, à défaut de ses dimensions exactes, au moins son échelle de grandeur.

En fin de compte, on verrait souvent de la pure banalité de la plupart de ces objets rapportés par ces enthousiastes internautes, s’ils avaient pris la peine d’en connaitre les dimensions. Et puisque nous ne pourrons probablement jamais obtenir cette information, nous avons au moins le contrôle de nos propres opinions et réactions face à ces canulars, parfois involontaires, mais des canulars quand même.