‘Oumuamua, le mystère s’épaissit

Je vous ai parlé à quelques reprises de cet objet spatial repéré le 19 octobre 2017 qui a été officiellement classé dans la catégorie des objets interstellaires, c’est-à-dire que sa provenance est extérieure à notre système solaire. Il est le premier de son genre à être répertorié.

Vous trouverez les liens vers mes autres articles traitant de cet objet au bas du présent texte.

Qu’il soit astéroïde ou comète, sa forme très inhabituelle de cigare dix fois plus long que large, sa métallicité très élevée et son revêtement mou de couleur rouge foncé le rendent des plus bizarre. Mais il y a plus. Des études fines de sa trajectoire viennent rajouter une couche de mystère supplémentaire à son sujet.

Lors de son passage à proximité du Soleil, ‘Oumuamua suivait sur une trajectoire hyperbolique qui le fait s’éloigner définitivement de nous. Des astronomes ont toutefois noté une augmentation supplémentaire de sa vitesse, suggérant un dégazage semblable à ce qui survient aux comètes et qui crée leur chevelure si caractéristique. Notez qu’aucune queue de gaz n’a toutefois été repérée et seule son accélération l’a été.

Ce phénomène bien connu des astronomes est censé occasionner certains changements comportementaux à l’astre. La rotation de l’objet sur lui-même devrait se modifier. Or à ce chapitre ‘Oumuamua n’a pas semblé se comporter différemment. De plus, l’astrophysicien Roman Rafikov de l’Université Cambridge conclut que les effets du dégazage auraient dû causer sa dislocation. Pourtant, notre visiteur extrasolaire est bien resté en un seul morceau.

Une théorie alternative laisse entendre que cet objet semble trop peu naturel pour ne pas être artificiel. Certains le voient donc comme une sorte de sonde spatiale envoyée par une autre civilisation. Il récolterait des informations sur les différents systèmes planétaires qu’il croiserait en chemin. Cependant, il n’émet aucune onde électromagnétique, ni pour sonder son entourage ni pour transmettre les informations recueillies au cours de son périple. Mais cette technologie équipant nos propres sondes pourrait être ringarde et remplacée à bord d’Oumuamua par quelque chose de plus performant que nous ne connaissons pas.

Objet céleste naturel atypique ou engin spatial extraterrestre ? On ne connaitra peut-être jamais la vérité à son sujet.

Référence : L-express.ca via Agence Science-Presse

 

Mes autres articles traitant de ‘Oumuamua

Peuples galactiques

En raison de l’exploration de notre seul système solaire, nous savons que les exoplanètes telluriques ne sont pas toutes susceptibles d’abriter la vie. Tout d’abord, les planètes doivent se retrouver dans l’anneau d’habitabilité, là où la température de l’eau à la surface peut se maintenir autour des 25 °C.

Il existe aussi une question de gravité. Une planète trop petite et trop peu dense ne pourra pas retenir son atmosphère et sans elle, l’eau s’évapore. De plus, les rayons cosmiques et stellaires bombardent sa surface, la rendant carrément stérile.

1bb29fb84b_106480_mars-rouge-ok

Mais une planète trop grosse possède d’autres désavantages qui se rapportent à sa vitesse de libération ou, autrement dit, sa vitesse d’échappement. Cela correspond à la vitesse d’un véhicule spatial se libérant de l’attraction gravitationnelle de son astre. Cette vitesse dépend de la masse et du rayon de la planète.

La Terre possède une vitesse de libération d’environ 40 000 km/h. Pour une densité comparable à celle de la Terre, mais d’un rayon deux fois plus important, la vitesse de libération double également. Si l’exoplanète possède une plus forte densité, soit un rapport plus important de sa masse sur son volume, sa vitesse de libération augmentera d’autant.

755912398-登月火箭-土星五号-火箭发射-阿波罗计划

Pour atteindre la vitesse de libération, cela exige de consommer du carburant. Plus cette vitesse est importante, plus le carburant à embarquer à bord de la fusée doit être important. Le problème est qu’avec du poids supplémentaire, ça prend encore plus de carburant et la fusée pèsera encore plus lourd.

Ce cercle vicieux occasionne qu’avec une propulsion chimique, il existe une limite de vitesse de libération au-delà de laquelle, il devient impossible de lancer une fusée dans l’espace.

000_s562g_1-674473

Cela signifie que les peuples extraterrestres ne sont pas tous en mesure de visiter l’espace. Certains restent prisonniers de leur planète jusqu’à ce qu’ils puissent bénéficier d’une propulsion beaucoup plus efficace que les réactions chimiques.

On pourrait penser à des réactions nucléaires ou de la production d’énergie grâce à l’interaction matière-antimatière. Toutefois, le temps permettant de contrôler ces énergies plus exotiques empêcherait ces peuples d’envoyer des satellites et des sondes en orbite comme les humains le font depuis soixante ans uniquement grâce à des réactions chimiques bien ordinaires.

La planète Mars fait partie de celles ayant des dimensions trop petites pour préserver leur atmosphère. Dans l’autre extrême, les superterres actuellement connues risquent de piéger leurs habitants à leur surface tellement la vitesse de libération risque d’être trop importante.

correlation-exoplanetes

Le graphique montre les masses des exoplanètes connues par rapport à leur distance à leur étoile, le tout par rapport à la masse et à la distance de la Terre au Soleil. Les points bleus représentent les planètes de notre système solaire. Les points rouges, les exoplanètes connues à ce jour. Comme on peut le constater, la Terre, sa sœur Vénus et Mars semblent des exceptions dans la Galaxie, mais c’est seulement parce que détecter des planètes leur ressemblant s’avère bien plus difficile que de trouver des géantes gazeuses comme Jupiter ou Saturne. Nos moyens se raffinant et nos instruments scientifiques gagnant en précision et en acuité, bientôt les points rouges inonderont la région de ce graphique où les planètes rocheuses de notre système solaire se situent.

3468

Nous pouvons néanmoins nous féliciter de vivre sur une Terre suffisamment grosse pour retenir son atmosphère et ses océans sans toutefois souffrir d’embonpoint, une Terre au cœur de la zone habitable du Soleil, une Terre permettant aux fusées à propulsion chimique de lancer des satellites et des sondes partout dans son système solaire, une Terre à la mesure de notre curiosité et de nos ambitions présentes.

e-elt-3

Lorsque nous maitriserons d’autres types de propulsions beaucoup plus efficaces, nous aurons déjà plus d’un siècle d’expérience spatiale, d’envois de télescopes scrutateurs, de robots fouineurs, de sondes détectrices et d’humains déterminés. Nous serons prêts à entamer une nouvelle phase de notre parcours spatial, devenir un peuple galactique.

 

 

Penser l’Univers autrement — 2

Dans l’article précédent, j’entame une réflexion sur une vision radicalement nouvelle de l’Univers, soit un « Univers tramé informatif plurivalent (UTIP) ». Puisque cet article se veut la suite, je vous recommande la lecture du premier volet.

Démystification des bizarreries quantiques

Mon Univers informatif tramé et plurivalent expliquerait les sauts quantiques des électrons et leurs orbitales, la non-localité et tout un tas de concepts quantiques difficilement compréhensibles et acceptables dont ceux reliés à la mesure. L’expérience des fentes de Young n’aurait plus rien d’incompréhensible ou de mystérieux.

2Interferences_Tanamura

Décohérence quantique

Ce qu’on nomme la décohérence quantique n’est en fait que la matérialisation de l’information causée par un impact, une mesure, une commande spécifique ou un algorithme traitant un lot d’informations contenues dans plusieurs mailles et qui considère qu’une particule ou un groupe de particules prendra forme à cet endroit de l’espace-temps.

quantumcomputingsakkmesterke

Intrication quantique

Ce phénomène si combattu par Einstein, mais maintes fois prouvé, connait avec ma théorie une fin heureuse pour ce cher homme, ou à tout le moins une explication qu’il aurait pu accepter.

big_artfichier_793419_7691440_201804304014163.png

Lors de l’émission de deux photons intriqués, on sait qu’on émet de l’information et non pas les photons eux-mêmes. Cette information se transporte à travers la trame à vitesse causale c (vitesse de la lumière). Lorsqu’il y a détection d’une caractéristique comme le spin d’un des deux photons, l’information sur le spin du deuxième photon intriqué est déjà rendue là où on va le matérialiser. L’intrication quantique ne viole donc aucunement la loi de la causalité.

Augmentation de la masse avec l’augmentation de la vitesse

Ce phénomène relativiste imaginé et calculé par Einstein se comprend assez bien avec l’Univers UTIP. On remarque dans notre monde que la masse d’une particule augmente avec sa vitesse jusqu’à valoir l’infini ∞ si on la pousse à atteindre la vitesse limite de causalité c.

emc

Or ce comportement s’explique en considérant qu’une information requerra un nombre plus important de mailles pour être transmise plus rapidement afin de ne pas saturer la capacité des mailles d’espace-temps et ainsi de corrompre ou de perdre cette information. L’usage de plus de mailles par unité de temps équivaut exactement à une plus grande quantité d’information fixe, donc à une plus grande masse.

La gravitation

On peut même comprendre les effets cosmologiques comme la déformation graduelle de l’espace-temps lorsque la quantité de matière (d’informations) augmente. Si on considère que les mailles gardent toujours les mêmes dimensions, il faut donc accepter que ces déformations soient de l’espace-temps supplémentaire créé pour aider à supporter le poids grandissant des informations transportées sur la trame et non pas un étirement de ces mailles comme le montrent souvent les représentations de la gravitation de la relativité générale.

8cdde1c0e5_113466_gravitation-courbe-fotolia-the-lightwriter

Si la masse n’est plus qu’une information inscrite dans des paquets qui se meuvent plus ou moins rapidement sur la trame et qu’elle crée sur son passage des mailles d’espace-temps supplémentaires, il faut donc accepter que la gravitation qu’exerce une masse sur une autre représente simplement la propension de l’information à trouver le maximum de mailles d’espace-temps d’informations et à s’en rapprocher afin d’en utiliser une certaine quantité à son propre profit.

Une masse importante crée une grande quantité de mailles d’espace-temps vierges d’informations qui deviennent disponibles pour cette même masse d’information, mais également pour tout paquet d’information passant à proximité. Cela exerce sur ce paquet un attrait à se rapprocher de ces mailles supplémentaires, car chaque paquet d’information est conçu de telle façon à rechercher le chemin le plus susceptible de le transporter efficacement, donc à trouver le chemin où existent le plus de mailles.

Les trous noirs

Les trous noirs correspondent simplement à des endroits où le nombre de mailles à créer dépasse la capacité de la trame d’espace-temps. L’information transportée est alors piégée au sein d’une certaine quantité de mailles qui perdent leur capacité de générer des particules à cause de leur impossibilité de résoudre les équations à partir d’informations incomplètes au sein de chacune des mailles.

o-WORMHOLE-facebook

Un trou noir, c’est un disque dur d’ordinateur au catalogue corrompu à cause d’une quantité trop grande d’informations. Les infos inscrites dans ces mailles sont irrémédiablement piégées.

L’expansion de l’Univers

On peut expliquer l’expansion de l’Univers par son besoin de transporter de plus en plus d’informations. Ce gonflement ne se produit pas sur les rebords de l’Univers, mais partout dans l’espace, créant des mailles supplémentaires capables de relayer toujours plus d’informations.

838_000_11h35e

Cette création se produit à partir de ce qu’on nomme aujourd’hui l’énergie sombre ou noire, une énergie potentielle capable de générer des mailles d’espace-temps à un rythme défini par la quantité d’information à transmettre afin d’éviter la saturation des mailles, le piégeage des infos et ainsi la production de trous noirs intempestifs.

Conclusion

Voilà en résumé comment un monde basé sur un transport d’informations sur des particules plutôt que sur le transport des particules elles-mêmes permettrait de comprendre et de lier la physique quantique et la physique cosmologique en une seule vision cohérente de notre Univers.

hqdefault

Il reste tellement à écrire sur ce type d’Univers et de choses à expliquer, mais je suis sincèrement convaincu que cette vision permet de réconcilier une fois pour toutes les deux pans apparemment incompatibles de notre physique moderne.

Je poursuivrai mes réflexions sur mon «Univers tramé informatif plurivalent» (UTIP) dans d’autres articles qui seront répartis parmi beaucoup d’autres sujets de préoccupations. Restez à l’affût en vous abonnant.

Penser l’Univers autrement — 1

Je consacre deux articles se voulant un essai sur ce que je nomme un «Univers tramé informatif plurivalent (UTIP)». Ne paniquez pas, ce terme s’explique assez facilement en commençant par le début et en gravissant une marche à la fois. Un lien peut être fait entre cet article et l’Univers simulé que je décrit dans un article à lire ici

L’intemporalité du photon abordé dans un précédent article semble nous ouvrir une porte vers une vision radicalement différente de notre Univers. Je vous recommande de le lire si ce n’est déjà fait. Dans le présent article, j’utilise préférentiellement le photon comme exemple, mais le concept s’applique à n’importe quelle particule élémentaire massive ou non.

Création d’un photon

L’intemporalité photonique expliquerait sa non-localité, mais aussi la non-localité de toutes les particules massives ou non. Si un grain de lumière peut se retrouver n’importe où en un temps (personnel) nul, se pourrait-il qu’il soit déjà (potentiellement) partout?

researchers-discover-angle-particle-which-is-both-matter-and-antimatter-at-the-same-time

Alors, plutôt que de considérer le photon comme une particule ou une onde qui voyage dans l’espace-temps, regardons l’Univers comme un champ de potentiel énergétique emplissant déjà tout l’espace possible. En d’autres termes, l’espace possède déjà la capacité de créer un photon n’importe où, il suffit de lui dire où et quand le faire. L’espace contient la recette, les ingrédients et les ustensiles pour créer des photons, peu importent l’endroit et le temps (espace-temps). Il en va de même avec toutes les particules contenues dans le bestiaire de la physique.

Le processus fondamental

Une fois émis par une quelconque étoile sise aux confins du cosmos, le photon, ou en fait des informations le concernant se mettent à voyager dans la trame d’espace-temps. En soi, le photon ne voyage absolument pas et n’a pas à le faire. Ce sont ses papiers d’identité qui le font à sa place.

hqdefault

Il est impossible pour nous de le détecter tant que ses papiers d’identité ne nous parviennent pas via la trame de l’espace-temps et ceux-ci prennent un certain temps pour nous parvenir. Cette vitesse de transmission des informations concernant le photon émis par l’étoile peut se nommer la vitesse de la lumière, la vitesse limite, la vitesse de causalité ou la vitesse de transmission des informations le long de la trame informative, choisissez le terme qui vous convient le mieux, tous s’équivalent.

L’information

Je reviens donc à mon article sur l’information, que tout est information. Ici, je pousse le concept encore plus loin en considérant que les voyageurs dans l’espace ne sont pas les particules elles-mêmes, mais seulement l’information sur ces particules qui se meuvent à différentes vitesses selon le «poids» des informations à transmettre, correspondant en fait à leur masse.

quantum

Avec nos ordinateurs, on comprend très bien le concept de «poids» de nos documents et la vitesse avec laquelle nous pouvons les relayer d’un stockage à un autre. La masse des particules pourrait se comparer à un document informatique plus ou moins lourd, donc plus ou moins rapide à transférer.

Dualité onde – particule

Cette notion perd un peu de réalité sans toutefois s’inscrire en faux. En considérant que tout n’est qu’informations, cette dualité n’est que la représentation d’un lot d’informations avant et après leur matérialisation.

La masse

Si l’Univers n’est qu’informations, ce que nous nommons la masse des particules est ni plus ni moins que le bagage informatif maximal transportable par cette masse d’informations regroupées dans un seul et même «paquet». À chaque paquet de différentes valeurs correspond ce que nous nommons une particule de différente masse. La masse nulle du photon explique sa vitesse supérieure et maximale. Car au-delà de l’information contenue dans de la masse, il existe également d’autres informations de base portées par un photon, ne serait-ce que sa quantité de mouvement, son spin et son identité. Ainsi, transmettre quelques informations sur une trame conçue à cet effet, une trame d’espace-temps comme celle décrite dans la théorie de la gravitation quantique à boucles, exige une consommation de ressources temporelles, raison de la vitesse maximale, mais non infinie de la lumière malgré sa masse nulle.

Des mailles d’espace tridimensionnelles

La trame de l’espace est composée de mailles volumiques valant chacune un «volume de Planck». Ce volume indivisible et minimaliste serait capable de transmettre l’information d’un photon à ses mailles adjacentes à une vitesse phénoménale, je vous le donne en mille, le temps de Planck.

1*sZYO387ykUBhz5iAJjcepw.gif

Les mailles tridimensionnelles de l’espace sont si incroyablement fines qu’il nous est bien difficile d’en imaginer la quantité comprise dans un simple dé à jouer. 1098 mailles par cm3. C’est bien plus que le nombre total d’atomes dans tout l’Univers estimé à 1080.

Temps, vitesse de transmission et retard

Quant au temps de Planck, c’est le plus petit atome de temps. Il équivaut à 5 x 10-44 seconde. En fait, ce temps est déduit de la vitesse de la lumière lors du passage de l’information d’un photon d’une maille spatiotemporelle à l’autre.

L’information d’un photon qui se transporte d’une maille à l’autre s’effectue à la vitesse limite, elle n’accumule donc aucun retard de transmission. C’est pourquoi un photon semble intemporel. Son temps propre équivaut au retard accumulé de maille en maille. Puisqu’il n’y a aucun retard, il ne possède aucun temps propre, il est donc intemporel.

L’information d’une particule possédant une masse accumule des retards de transmission de maille en maille, l’empêchant d’atteindre la vitesse maximale.

Création des particules

Voilà le cœur du sujet et de mon idée d’une trame spatiotemporelle plurivalente. Chaque maille de l’espace-temps possède la capacité de faire apparaitre n’importe laquelle des particules à partir de l’énergie intrinsèque de chacune des mailles qui s’avère être l’énergie du vide. Il lui suffit de recevoir l’information sur sa nature et ses caractéristiques transmises sur la trame ainsi que la commande de la rendre réelle, de la créer. Cette commande provient de ce qu’on nomme la détection, la mesure, l’interaction entre elle et une autre particule déjà passée de l’état virtuel à l’état matériel.

structurs ne quarcks image-75

J’utilise le terme d’Univers plurivalent pour désigner sa capacité intrinsèque à créer n’importe quelle particule élémentaire à n’importe quel endroit de sa trame.

De cette façon, les particules ne se déplacent jamais dans l’espace-temps, même si on croit voir qu’elles le font. Ce sont ses caractéristiques qui sont transmises de maille en maille et celles-ci obtiennent ou non la commande de la générer. Sans cette commande, la particule reste à l’état virtuel d’information non traitée. Alors on la considère comme virtuelle ou délocalisée. En la détectant, la trame d’espace-temps résout les équations en utilisant les paramètres contenus dans le paquet d’information transmis et génère la particule correspondante.

Le prochain article continuera de relier ma théorie UTIP aux phénomènes physiques connus, tant ceux liés à la physique quantique que ceux traitant de relativité générale.

10 000 pas ! Pas 10 000 !

Pourquoi vise-t-on à accomplir 10000 pas par jour?

Quelle est cette fameuse barre des 10000 pas par jour? Est-elle importante? Si oui, pourquoi? Est-elle symbolique, théorique, scientifique, métabolique?

En fait, elle vise une dépense minimale d’énergie, mais comme tout objectif, celui-ci semble bien souvent inatteignable, juste au-delà de quelque chose de réaliste, de vivable, d’acceptable et de réalisable qotidiennement. On a beau marcher le midi, un peu en soirée et même durant les pauses-café, notre podomètre s’évertue à nous faire autant suer que le soleil d’été. 6961, 8649, 7033, 8204 pas, il refuse obstinément d’atteindre les 10000 pas. Voici pourquoi.

marche-a-pied

Faire 10000 pas vous prendra environ 80 minutes si vous vous déplacez à vitesse honnête de 4,5 km/h. Rajoutez le temps nécessaire pour vous vêtir, dévêtir, chercher vos clés, remplir votre gourde, retirer le caillou de la chaussure, extirper le téléphone de la craque du sofa, changer deux fois de survêtement, dire bonjour à la voisine, nettoyer la merde de chien sous votre semelle, répondre à un texto, boire une gorgée d’eau, admirer les canards, les photographier, rattacher vos souliers, enlever une pelure, sentir les glaïeuls, les photographier, reluquer l’autre voisine qui fait son jogging, la photographier, boire une gorgée d’eau, acheter sa baguette à la pâtisserie, on ne parle plus de 80 minutes, mais facilement de 120. Pressé par le temps, vous écourtez l’itinéraire censé vous amener à atteindre l’objectif. Évidemment, vous gagnerez en efficacité avec le temps en supprimant les pertes de temps et les distractions, mais effectuer 10000 pas exige bien souvent de prendre plus de temps qu’on aimerait leur consacrer.

Il faut aussi noter que se donner un tel objectif avec un chiffre rond joue sur notre désir de franchir cette marque, mais également sur notre frustration lorsque nous ne l’avons pas atteint. Cependant, tout objectif doit être adapté aux conditions du marcheur et à sa disponibilité.

marcher_vite_pour_prevenir_le_cancer_de_la_prostate

Voici quelques informations, indices, trucs, qui vous permettront de déterminer votre propre objectif. Vous serez tout de même fier de l’avoir atteint puisqu’il vous fera physiquement du bien, sans égard à cette damnée marque des 10000.

Si vous débutez, ajustez votre rythme de marche une coche sous votre vitesse naturelle et ne cherchez pas à atteindre 10000 pas du premier coup. Un rythme plus lent mais soutenu est le vrai but que vous devriez rechercher. Ne visez aucune performance au départ, le plaisir devrait toujours rester votre meilleure source de motivation. 

Une fois passées les 15, 20 ou 30 premières minutes, vous sentez un changement dans votre métabolisme. Votre corps devient plus chaud, il transpire plus, vous commencez à puer, car votre graisse fond, elle dégage ses toxines qui sont évacuées presque immédiatement dans votre sueur plutôt que d’atteindre le reste de votre organisme. Atteindre ce jalon est important. Ce mécanisme ne s’enclenche que lorsque les sucres rapides de votre corps s’épuisent et que vous entamez d’autres réserves. Il reste à vous fixer un objectif modeste de temps ou de nombre de pas lorsque vous dépassez ce seuil où votre corps réagit différemment. Au début, dix minutes peuvent amplement suffire. Vous l’augmenterez au fur et à mesure de vos capacités et de votre disponibilité.

Voilà, vous êtes certain d’avoir fait du bien à votre corps sans même regarder votre podomètre, sans l’obligation d’avoir atteint la fameuse marque des 10000 pas.

ihealth_tracker_et_livree_2_interchangeables_et-198554-2.jpg

Ce principe permet de répondre à la prochaine question à savoir s’il est plus avantageux de marcher ses 10000 pas en une seule séance ou en plusieurs. Je dirais que pour maigrir, il est préférable de les marcher en une seule séance afin de dépasser le fameux creux en glucose qui active la prise en charge énergétique par les graisses.

Effectués en plusieurs séances, ne soyez pas surpris si vos 10000 pas ne parviennent aucunement à vous faire maigrir. Vous pourriez même être porté à engraisser. Par contre, si votre objectif n’est pas de perdre du poids, votre corps bénéficiera grandement de ces 10000 pas, peu importe leur répartition au cours de votre journée.

En poursuivant régulièrement votre entrainement, compensez le temps de marche et le nombre de pas par une augmentation du rythme. Si vous vous rendez jusqu’à 6 km/h, vous verrez que le nombre de pas nécessaire à atteindre l’état de sudation aura fortement diminué et les bienfaits seront quand même au rendez-vous.

marcher-esprit.jpg

Évitez de considérer les 10000 pas pour autre chose qu’une simple marque anonyme. Fixez la vôtre et faites-la évoluer selon vos conditions, vos contraintes et surtout le plaisir que vous retirez de pratiquer cette activité.

Bon marchage!

L’évolution de ma pensée sur l’évolution

Ce titre évoque, exprime, résume bien à lui seul le concept de ma pensée sur le sujet.

Phase I: La naïveté et l’exubérance de la jeunesse

Jeune, lorsque j’ai commencé à réfléchir au principe d’évolution, je m’étais fait une opinion plutôt tranchée. Ce début de processus me semble normal puisqu’il me manquait tout un tas d’informations et d’expériences pour être en mesure de nuancer ma pensée et mes propos.

mouette-appréciant-l-exubérance-de-la-jeunesse-66322238

Ainsi, je considérais tout empêchement à l’évolution comme un moyen d’infléchir le destin de l’humain dans la mauvaise direction. Je ne parvenais pas à comprendre les réacs qui tenaient mordicus à des traditions devenues incohérentes, inappropriées et même déplacées par rapport à la situation actuelle. Mais le plus dérangeant n’était pas leur peur de perdre le passé, mais leur refus du futur. Je considérais ce refus d’évolution comme un refus de survivre.

À partir du moment où on voit la vie comme un véhicule, celui-ci n’a d’utilité que s’il bouge pour se rendre d’un point à un autre afin de trouver quelque chose de différent, de nouveau, d’inédit et de potentiellement merveilleux.

Il devient donc totalement inopportun d’atteler l’avant et l’arrière d’une charrette. On peut s’obstiner sur la direction à emprunter, sur la destination finale et les relais où se reposer, mais pas sur un ancrage ou un équilibre des forces destinées à maintenir le véhicule plus ou moins en place.

Instinctivement, je voyais la vie en constante mouvance et la stagnation comme un recul. Sans plus me questionner, je considérais une évolution quasi irréfrénée comme le seul moyen de dépasser les autres et de maintenir cette avance, bref de devenir le meilleur et de le rester.

Voilà où j’en étais lors de la première phase de mon évolution sur l’évolution. Cette étape a bien duré deux décennies. Petit détail qui prendra de l’importance dans le futur, à cette époque, je n’avais pas encore lu Darwin.

Phase II: L’utilité certaine de certains freins

Ma meilleure connaissance de la nature et de ses lois m’a fait comprendre que des freins doivent exister afin de garantir une évolution constante, progressive, potentiellement susceptible d’être suivie.

Si l’Univers ne possédait aucune force antagoniste à l’évolution, il se serait détruit en une fraction de seconde. L’évolution aurait été si fulgurante que l’Univers serait passé par toutes ses phases évolutives en un rien de temps. Ainsi, pour le bien de l’équilibre évolutif, la nature doit mettre en action deux forces opposées, l’une capable de créer du changement et l’autre permettant de réfréner les ardeurs de la première.

Si l’Univers a besoin de se réguler de la sorte, j’avoue que je me sentais alors plutôt prétentieux de chercher la plus grande vitesse d’évolution à tout prix. Une dynamique n’a de sens que si on peut prendre le temps de l’apprécier dans tous ses stades. Visionner un film vingt fois plus rapidement ne sera pas plus satisfaisant qu’à vitesse normale.

Ainsi, la Nature a concocté un moyen de se réguler, de prendre du temps pour faire les choses, de les faire évoluer de façon progressive et à un certain rythme.

Prenons seulement la production des 92 éléments chimiques naturels. L’Univers a débuté seulement avec de l’hydrogène (H), de l’hélium (He) et une trace de lithium (Li). Tous les autres éléments chimiques ont été produits au cœur des étoiles et lors de l’explosion de supernovæ. Des milliards d’années ont été requises pour que le milieu duquel notre système solaire est apparu soit suffisamment riche en éléments chimiques pour qu’il puisse engendrer la vie. Chaque étape devait durer suffisamment longtemps pour que la mécanique reste efficace.

supernova-622x415.jpg

J’ai alors comparé l’évolution à un amplificateur électronique que je connaissais bien. À l’étape du design, on crée des appareils ayant le plus fort taux d’amplification possible. Un million, dix millions, cent millions. Ensuite, on écrase ce taux à une valeur plus normale de dix, de cent, grâce à une boucle de rétroaction. Ce faisant, ce qu’on délaisse en quantité est gagné en qualité.

L’évolution débridée, incontrôlée ressemblerait à un amplificateur laissé en boucle ouverte et n’aurait aucune utilité. La réduction volontaire de certaines de ses performances améliorerait les autres. Les réactionnaires ne me semblaient plus aussi antipathiques qu’auparavant. Même si je ne m’étais pas retrouvé à faire partie de ce groupe, je pensais mieux comprendre leur utilité.

Phase III: Les nuances et les distinctions

Je continuais cependant à garder un malaise certain face aux réactionnaires. Quelque chose dans ma tête refusait de croire en leur réelle utilité, car même les avant-gardistes devenaient de plus en plus rébarbatifs aux changements, surtout lorsque cela touchait les fondements des changements qu’ils avaient contribué à introduire dans la société. Je me retrouvais devant un poids deux mesures. Si on avait subi la stagnation, l’évolution s’avérait utile jusqu’à ce qu’elle nous avantage, peu importe ensuite si le nouveau gel devait nuire aux autres. J’avais compris que l’égoïsme engendrait le désir de stagnation ou d’évolution, pas les besoins de la société.

C’est également à cette époque que j’ai lu Darwin où j’ai bien compris la différence entre l’évolution et l’amélioration. Évoluer, c’est simplement changer. À savoir si ce changement est bénéfique ou non est une tout autre histoire. La même évolution placée dans deux environnements différents s’avérera positive et négative. Ce n’est donc pas l’évolution ni même la direction prise par l’évolution qui peut être qualifiée, mais seulement la façon dont elle subit son environnement ou sait en tirer profit.

Sapiens-neanderthal

La gracilité d’homo sapiens le prédestinait à être supplanté par la robustesse d’homo neanderthalensis, bien mieux adaptée à supporter les rigueurs du climat de cette époque. Et pourtant, nos ancêtres ont survécu, pas Néandertal, car lorsque la viande s’est faite rare, leur exigeante constitution les a menés à l’extinction. Voilà comment un même caractère peut jouer en faveur ou carrément devenir nuisible.

Toutes mes convictions se nuançaient. Si auparavant je créais des synonymes entre évolution, changement et amélioration, ce n’était plus du tout le cas. J’ai cessé de penser en matière d’évolution, car on ne peut la contrecarrer. L’ADN au cœur des gènes est une formidable machine de réplication. D’une fiabilité impressionnante à cause de sa simplicité fonctionnelle, l’ADN n’est pourtant pas totalement infaillible. De légères erreurs se glissent constamment et celles-ci sont souvent rejetées, mais pas toujours. Les changements permanents se nomment mutations.

La Nature fonctionne à partir d’un mécanisme réplicatif permettant la stabilité, la constance, mais elle s’est également dotée d’un moyen naturel d’évoluer, de casser la routine, de muter afin d’éviter la stagnation absolue.

Phase IV: Presque le retour au point de départ

La distinction entre les réacs et les freins naturels est au cœur de la suite de mon raisonnement.

gentillesse-2L’évolution naturelle peut très bien se passer des réactionnaires puisqu’elle possède ses propres freins. Ces derniers ne jouent donc pas le rôle précieux de maintenir une certaine cohésion par de la retenue. 

Lorsque je vois des gens s’époumoner à dénoncer des changements apportés à des lois, à des règlements, à des règles du jeu de la société, il est rare que j’aie de la sympathie pour leur cause, à moins qu’elle touche des valeurs très fondamentales et que ce changement représente une perte absolue sans aucune contrepartie valable. Ex.: esclavagisme, violence faite aux enfants, etc.

Finalement, tout n’est qu’une question d’égoïsme. On ne veut rien déranger de ce qui nous arrange et on veut réarranger tout ce qui nous dérange.

Je vois donc aujourd’hui tous les freins non naturels à l’évolution comme des crises d’enfants gâtés prêts à tout pour conserver leurs petits avantages grappillés au détriment d’autres personnes et qui ne veulent surtout pas se retrouver dans les mêmes souliers que leurs anciennes victimes.

Ainsi, mon instinct de jeunesse ne m’avait peut-être pas vraiment trompé. Après avoir complété un tour de roue, me voilà presque revenu à mon point de départ. Cependant, on sait tous que lorsque la roue de la charrette a complété un tour, sa position a tout de même changé. Une évolution est nécessairement survenue dans ma pensée, ne serait-ce que sa richesse accrue.

Conclusion

Et qui sait! Peut-être vivrai-je une cinquième phase qui serait impossible sans avoir vécu les précédentes. L’évolution de ma pensée semble suivre les schèmes de la grande Évolution. Elle atteint certains paliers, mais semble toujours devoir reprendre son inexorable cheminement.

Et je n’essayerai pas de contrecarrer ce mouvement. Je tenterai tant bien que mal de le suivre et de l’analyser pour mieux le comprendre.

La menace du Cumbre Vieja

Choisir un vendredi 13 pour aborder une éventuelle catastrophe, je trouve ça de bon ton. Ouais, je parle de catastrophes beaucoup d’autres jours que des vendredis 13, direz-vous, et vous avez raison. Toutefois, je ne pouvais pas rater cette journée-ci.

Le possible cataclysme dont il est question sera engendré par le volcan Cumbre Vieja. Il a fait la manchette en 2000 lorsqu’une équipe de la BBC a lancé un pavé dans la mare en lui prédisant un funeste destin. Faisant suite à ce reportage, la délégation composée de journalistes et de scientifiques a reçu tous les noms d’oiseaux connus, mais aujourd’hui personne ne sait exactement si leurs prédictions étaient complètement démesurées et irresponsables ou si la vérité se montrera aussi abominable qu’ils l’ont prétendu. Toutefois, la menace est bien réelle et seuls son ampleur et le moment de sa venue sont sujets d’interrogations.

Cumbre Vieja

Le petit cercle rouge tout à l’Est de l’océan Atlantiqe est l’ile de La Palma

 

Le Cumbre Vieja, Vieux Sommet en français, culminant à 1949 m, est un volcan rouge actif formant la partie sud de l’ile de La Palma aux iles Canaries en plein océan Atlantique au large du Maroc. Sur les photos et les cartes, on voit une immense caldeira au nord de l’ile de La Palma, mais celle-ci n’est que l’ancien stratovolcan effondré nommé Caldeira de Taburiente culminant à 2426 m. Le Cumbre Vieja situé plus au sud se trouve à être moins élevé, mais combien plus dangereux!

Lorsqu’on parle de la dangerosité d’un volcan, généralement on suppose une éruption cataclysmique, mais ce volcan espagnol réserve une surprise bien différente. Les pressions magmatiques internes font fissurer cette montagne, laissant présager qu’une grande partie déboulera dans la mer. Par la reconnaissance des crevasses qui apparaissent en surface, on calcule approximativement la quantité de roche qui se détachera et qui dévalera dans les eaux de l’océan Atlantique. Ce faisant, une vague de fond s’élèvera et se propagera en direction des côtes des Amériques. Arrivée à destination, un tsunami d’une ampleur sans précédent historique détruira tout sur son passage en réduisant à néant cette section du monde lorsqu’il s’enfoncera très loin à l’intérieur des terres.

Cumbre-Vieja-tsunami-1.jpg

La vague couvrira un éventail impressionnant de territoires, dévastant plusieurs pays en commençant par toutes les iles antillaises, dont les Antilles françaises, les Bahamas, Cuba, Porto Rico, la République dominicaine et Haïti. Les É.U.A., le Vénézuéla, le Canada, les Bermudes, Le Groenland, le Brésil, la Guyane française, le Suriname, le Guyana et même l’Islande verront une partie de leurs terres inondées. New York ne s’en remettra peut-être jamais tellement la dévastation risque de causer des dégâts irréparables à toutes les infrastructures et à tous les bâtiments. Ce dévalement survenant à la section ouest de la montagne n’épargnera toutefois pas entièrement les côtes est de l’Afrique, dont la Mauritanie et le Sénégal. On comptera ses morts par centaines de milliers, sinon par millions.

Il existe de forts doutes sur l’ampleur possible de cette vague gigantesque, car tout dépend de la quantité de roches totale ainsi que de la vitesse du glissement de terrain. Le tsunami prendra alors des proportions moindres ou monstrueuses et tout se joue sur ces informations d’importance ultime.

Cumbre-Vieja-3.jpg

À la suite du reportage-choc de la BBC, des simulations en laboratoire tendent à prouver que le résultat risque d’être bien moins spectaculaire que ceux présentés par l’équipe anglaise. Cependant, ces tests ne peuvent considérer tous les facteurs réels et je soupçonne les chercheurs chargés de veiller aux alertes dans l’Atlantique Nord et qui ont été pris de court par cette diffusion de se venger en dénigrant un tantinet, c’est un euphémisme, leurs collègues britanniques.

Le Cumbre Vieja s’effondrera, sur ce point, peu de doutes, son héritage reste toutefois à connaitre. Les prophètes de malheur ayant prédit une hyper catastrophe, en tant qu’oiseau de malheur, je les aime bien. Ils sont piétinés sans vergogne jusqu’à ce que la réalité leur donne souvent raison. Quant à ceux qui se sont essuyé les pieds dessus, ils rejoindront la grande fosse des fielleux oubliés.

Connaissez-vous le wing chun ?

Ne stressez pas, je ne vous ferai pas modifier la position de vos meubles dans votre chambre à coucher pour retrouver la tête de lit encastrée dans vos portes de garde-robe. Ce n’est pas non plus une nouvelle marque de gomme à mâcher. Pas plus qu’une technique pour rogner les ailes de votre perruche pour éviter qu’elle se promène partout. Et enfin, ce n’est pas le nom de l’acteur chinois qui va remplacer Jackie Chan dans les films d’action, quoique là, on commence à chauffer un peu plus.

ip2hungipfight

Le wing chun est un art martial chinois qui a été popularisé, du moins en partie, par le célèbre et regretté acteur sino-américain Bruce Lee. Plus récemment, une série de trois films mettant en vedette Donnie Yen dans le rôle-titre de Ip Man a relancé la popularité de cet art martial un peu particulier. Ip Man (photo noir et blanc ci-bas) fut le véritable professeur du jeune Bruce Lee lorsqu’il vivait en Chine.

chi-sao-2

Le wing chun aurait été inventé par une femme et son objectif initial était d’être en mesure de tenir tête aux hommes dans des combats à mains nues ainsi qu’avec certains objets utilisés dans la vie courante, bâton de bambou, couperet de boucher, etc.

Je vous recommande vivement de regarder au moins l’excellent premier film Ip Man afin d’apprécier ces techniques. Vous remarquerez assez facilement que cet art du combat n’a rien de tellement spectaculaire. Pas de gestes exubérants, pas d’envolées fracassantes, pas de hurlements, pas de positions du tigre, de la grue, du cobra ou du singe. Même la position de base en préparation au combat ressemble à une invitation à une poignée de main. Pas de mimique d’arrachage de cœur, pas de splits, pas de barbarie.

Et c’est exactement ce qui fait la beauté de cet art. Sa simplicité apparente, l’impression que n’importe qui peut le pratiquer, et c’est en partie vrai, redonne aux arts martiaux la place qui lui revient. Oubliez le tai-chi. Le wing chun ne déguise pas les techniques de combat, il les épure.

Robert-Downey-Wing-Chun

L’acteur jouant le rôle d’Ironman, Robert Downey jr s’y est également mis afin de donner à son personnage des gestes simples et efficaces d’autodéfense et de combat.

Je disais au début qu’il aurait été inventé par une femme. Ses principes ne sont donc pas basés sur la force mais sur la vitesse, sur des positions stables en toutes circonstances, sur des économies d’énergie, sur la simultanéité de la défense et de l’attaque et sur la volonté de commencer un combat pour le terminer au plus tôt.

En mettant en pratique ses techniques, les petits gabarits peuvent affronter des opposants bien plus puissants et quand même les vaincre. Il permet de tenir tête à plusieurs opposants simultanément. Pas comme dans les films où le héros combat 50 ennemis, mais toujours un seul à la fois.

9d1b8fad4fcd93c6a149bab8e8d3e11e

Le wing chun permet vraiment de se défendre contre plusieurs opposants, car il mise sur la vitesse et sur des gestes permettant la défense et l’attaque tout-en-un. En limitant au strict minimum les déplacements et la gestuelle, il accorde au combattant une stabilité constante. Le principe géométrique principal est le triangle dont l’une des pointes est toujours orientée vers l’opposant. Et tout parent sait qu’un tricycle est bien plus stable qu’un vélo.

Mais ne vous fiez pas à ses apparences inoffensives, le wing chun vise réellement à neutraliser l’ennemi le plus rapidement et le plus économiquement possible.

wing-chun-dummy

Il existe également un quatrième film sur Ip Man non issu de la trilogie. Vous trouverez aussi une série biographique sur NetFlix consacrée à Bruce Lee où l’on voit son apprentissage avec son maitre Ip Man. Il existe quelques photos et films d’archives permettant de voir le vieil Ip Man, le vrai, utilisant son instrument de pratique fétiche, un appareil tout en bois à forme humaine.

Après avoir vu le wing chun, c’est certain, vous ne verrez plus jamais les films d’arts martiaux du même œil.

IpMan3

« On le fait et on se tait »

Tous ces flashs aperçus un peu partout depuis un certain temps autour de la planète sont-ils dus à des météorites ou à des débris spatiaux qui retombent sur Terre ? À mon avis, à un peu des deux sortes. Les débris spatiaux sont légion et en recevoir de plus en plus souvent sur le crâne est normal puisqu’on multiplie les vols spatiaux.

météore

De l’autre côté, jusqu’à ce jour, on a répertorié plusieurs géocroiseurs, la liste officielle n’en contient cependant que 1 889. Autant dire qu’elle est vide. C’est évident qu’il en existe un multiple important de ce nombre. Les météores qui zèbrent le ciel inopinément ne font pas partie de cette liste, sinon ils auraient été répertoriés et on aurait été alertés.

Ce qu’on oublie souvent lorsqu’on parle de débris spatiaux ou de météores c’est la fabuleuse énergie que transportent ces objets, même lorsque leur masse est modeste. Leur énergie cinétique est proportionnelle au carré de leur vitesse et lorsqu’ils pénètrent dans l’atmosphère, celle-ci peut valoir une vingtaine de kilomètres par seconde ! Même une fois en décélération par notre atmosphère, les cailloux ou les composantes de fusées peuvent facilement ravager les vitres de tout un quartier s’ils explosent avant de toucher le sol.

-360108

Par contre, je suis intrigué par quelque chose qui risquerait bien de devenir le thème d’une nouvelle conspiration.

Comme on peut le constater sur l’image en tête de cet article, le nombre de débris spatiaux est absolument faramineux, surtout en orbite basse près de la boule bleue. Le grand cercle blanc correspond aux débris sur les orbites géosynchrones, mais près de la Terre, c’est le bouchon de circulation !

Je suis à peu près certain que les compagnies gérant le lancement de nouvelles fusées se grattent la tête pour savoir sur quelle trajectoire et à quelle heure organiser le vol des prochaines fusées pour passer à travers cette mer de débris.

is_p46359_hd.jpg

Que leur reste-t-il à faire pour se donner plus de latitudes ? Nettoyer l’espace pour réduire le nombre de débris et éviter le plus possible d’en générer de nouveaux.

Mais cette opération signifie de nous faire tomber sur la tête ce qui a été lancé dans l’espace. Les risques qu’un débris cause des dommages sont faibles, mais non négligeables. Toutefois, il serait vraiment surprenant qu’une agence spatiale avoue faire exprès pour ramener des débris sur Terre sans connaitre avec précision la trajectoire d’entrée dans l’atmosphère et les risques de dégâts.

Elles s’appliquent donc à taire leur petit jeu pour ne pas causer des vagues dans la population alors que les risques sont minimes, même s’ils sont loin d’être nuls. Gestion de l’image oblige. C’est la politique du « on le fait et on se tait ».