Tasmanie, l’ile distincte

La faune tasmanienne

Qui n’a pas entendu parler du diable de Tasmanie ? Cette petite créature marsupiale de moins de 10 kg est une véritable machine à bouffer de la viande. Les dessins animés en montraient une version tournoyante et presque sympathique. La réalité de ce carnivore est qu’il pue, est plutôt mal engueulé et endure mal ses congénères lorsqu’il mange. Mais un grave problème décime sa population et c’est passablement troublant. Il développe des tumeurs cancéreuses… contagieuses… par morsure. Et puisque ce charmant démon a un caractère très peu pacifique, les diables infectés sont en forte hausse et les survivants, eux, sont en chute libre. Il se porte toutefois un peu mieux que son cousin, le tigre de Tasmanie, un autre marsupial carnivore qui a été exterminé par le gentil humain durant les années 1930. Il se pourrait qu’il en reste une meute au centre du pays, mais cette hypothèse n’a reçu aucune confirmation scientifique. Notre culpabilité adorerait cela. Les wallabys et kangourous qu’on trouve sur le territoire tasmanien sont devenus des espèces distinctes des autres espèces continentales adjacentes depuis la fin de la dernière glaciation uqi avait rattaché temporairement ces iles au continent. Ne pas oublier dans notre liste d’y rajouter l’opossum, le wombat et l’ornithorynque, toutes des créatures un peu ou très spéciales.

On trouve au sud-ouest de l’ile principale un bassin d’eau qu’on atteint en remontant un chenal de dix kilomètres qui l’isole sans le couper entièrement de l’océan. Ce plan d’eau est donc rempli d’eau de mer et de créatures marines ayant remonté le chenal. De l’eau douce flotte au-dessus de l’eau saline, alimentée par le ruissellement abondant de l’eau de pluie qui délave les sols environnants. Une coloration rouge provenant des plantes locales teinte fortement cette eau douce, formant un important écran empêchant toute lumière d’atteindre une profondeur au-delà d’à peine cinq mètres. Oui, il fait noir à seulement cinq mètres de profondeur. Et devinez quelle faune on y trouve. Une faune des profondeurs océaniques vivant normalement à 200, 300, voire 600 mètres. Et tout ça parfaitement accessible à tout juste cinq mètres sous la surface !

Décidément, la Tasmanie est une ile vraiment distincte. À suivre.

Lire la suite « Tasmanie, l’ile distincte »

Le LBT, le VATT et LUCIFER

Non, je ne vous parlerai pas de sandwich Laitue-Bacon-Tomate. Ça s’applique également pour les Véhicules Autonomes Tout-Terrain desquels vous n’entendrez pas parler. Et enfin, je resterai loin du diable, mais là c’est un peu moins certain. Commençons donc par lever l’ambiguïté sur les trois premières lettres afin d’écarter définitivement l’hypothèse du sandwich. Dans le monde de l’astronomie, LBT signifie « Large Binocular Telescope », un télescope géant perché au sommet du mont Graham en Arizona à plus de 3,2 km d’altitude. Il s’avère être le télescope optique terrestre ayant la meilleure résolution grâce à ses deux miroirs de 8,4 mètres solidaires de la même monture azimutale. C’est le seul télescope géant à vision binoculaire au monde. Quant au VATT, c’est le Vatican Advanced Technology Telescope. Les deux appareils partagent la même montagne comme le montre la photo ci-dessus où l’on voit le VATT au premier plan et le LBT en arrière. Ils font ensemble partie (avec d’autres instruments) de l’Observatoire international du mont Graham.

Vous avez bien lu, le second appareil de précision appartient au Vatican et une équipe de religieux y travaillent. On oublie souvent que l’Institution s’est toujours intéressée à l’astronomie. À Castel Gandolfo où le pape se retire l’été, une coupole ayant abrité un télescope trône toujours au sommet du palais pontifical. Aujourd’hui, les religieux qui travaillent au VATT sont d’authentiques scientifiques tout autant que leurs quêtes.

Toutefois, une rumeur persistante circule voulant qu’on y parle ouvertement de vie extraterrestre et plus particulièrement d’entités extraterrestres, comme si leur existence était une évidence au même titre que la rotondité de notre planète. Le Père George Coyne, directeur de l’Observatoire du Vatican, ne renie pas leur existence. On est loin de l’époque de l’Inquisition où on brûlait Giordano Bruno sur un bûcher pour avoir affirmé que de la vie ailleurs que sur Terre devait foisonner. Aujourd’hui, le Père Coyne donne raison sans ambages au supplicié.

Au LBT, le voisin immédiat du VATT, on trouve un instrument scientifique, en l’occurrence une caméra infrarouge couplée à un spectrographe, qui porte le nom surprenant de LUCIFER. Je vous fais grâce de la définition exacte de ce long acronyme. Toutefois, il règne ici une confusion apparaissant un peu partout et je voudrais l’éclaircir. Puisque les deux observatoires font partie de la même organisation, certains prétendent que le Vatican a sciemment nommé l’instrument ainsi. Toutefois le Vatican n’a rien à voir avec cet appareil qui ne peut pas se connecter au VATT. Par contre, je suspecte un petit comique travaillant au LBT de s’être donné un mal fou pour trouver cet acronyme, juste pour tirer la pipe à ses voisins.

Il faut l’avouer, c’est tout de même ironique de savoir que les prêtres travaillant au VATT ne sont qu’à deux pas de LUCIFER. D’autre part, ce n’est plus un secret pour personne, les religieux ont l’habitude de côtoyer le diable, même à des altitudes stratosphériques. Et qui sait si ce qu’on appelle le diable ne serait pas parfois des entités extraterrestres ? Ainsi on comprendrait mieux pourquoi les prêtres se sentent si libres de parler d’eux.

Lire la suite « Le LBT, le VATT et LUCIFER »