Êtes-vous démocrate dans l’âme ?

Vous vous targuez d’aimer la démocratie, vous la voulez plus belle, plus pure, vécue de plus près. Cet article vous prouvera le contraire. Pour la très grande majorité d’entre vous, la démocratie restera une utopie, car vous avez choisi ou vous opterez pour un mode de fonctionnement bien différent. Commençons votre désillusion.

Vous vivez déjà ou rêvez de vivre en couple. Cependant, votre couple est-il ou deviendra-t-il une institution démocratique? Vous le croyez? Je ne vous connais pas et pourtant je sais pertinemment que ce bel objectif ne surviendra probablement jamais.

Tout d’abord, la démocratie est basée sur l’acceptation d’une proposition à majorité simple. Dans un couple, cette majorité simple se confond avec l’unanimité, qu’elle penche en faveur ou contre l’idée du projet. Dans le seul cas qui reste, la division parfaitement égale du vote, cette impasse ne s’avère qu’apparente. Dans une démocratie utopique de couple, l’impasse se transforme habituellement en dictature.

couple-rupture-arreter-de-se-battre-

Disons que je propose à ma tendre moitié de voyager ensemble en Inde. Après avoir discuté d’un tas de facteurs, je demeure fermement décidé à y aller, mais je n’ai pas convaincu ma partenaire de démocratie, et accessoirement ma bien-aimée, de m’accompagner. Décision partagée. Pourtant, de ce débat au résultat divisé, il en ressortira quand même un gagnant. À égalité, le non l’emporte et l’emportera toujours. Le poids du non est prépondérant sur celui du oui. Nous ne verrons pas le Taj Mahal ni les trapps du Deccan.

Trapps-Deccan.png

Certaines personnes ont vite compris les avantages que procure le fait de voter non et son droit prépondérant se mue rapidement et très souvent en tentative de coup d’État pour instaurer une dictature à l’intérieur du noyau familial. Tant qu’à vivre dans une fausse démocratie utopique de couple, pourquoi ne pas la transformer en dictature? Un régime bien plus performant, qui exige moins de temps pour discuter, négocier, et où convaincre l’autre camp devient accessoire.

Real-Couples-Who-Played-Couples-TV

Contrairement à la démocratie, la dictature ne constitue pas un régime utopique, ni dans un couple ni pour une nation entière. Elle s’instaure naturellement dans le but primaire d’accroitre l’efficacité décisionnelle. Ensuite, elle glisse aisément pour se transformer en totalitarisme aveugle. Le pouvoir non partagé corrompt toutes les âmes, même les plus pures. Il en va de même dans un couple lorsqu’il a dérivé vers ce côté obscur.

idee-jeu-couple.jpg

Ainsi, la démocratie dans un couple ne pourrait vraiment exister que si un nombre impair de personnes le forment. Et c’est là où j’en arrive au trip à trois, au trio, ou pour piocher dans le lexique musical, au triolet.

Un triolet consiste en un groupe de trois notes jouées dans le temps normalement imparti à deux. Alors, un triolet de vie serait un groupement de trois individus composant l’équivalent d’un couple et prenant ensemble des décisions réellement à majorité simple.

3083959363_1_5_gbBc8SSt

Petit problème que vous pouvez anticiper, dans la vie normale, le mot couple rime fortement avec le mot sexualité. Un triolet équilibré devrait donc laisser la place à une sexualité satisfaisante pour tous ses participants.

111354891_o.jpg

Voilà, rien n’est parfait dans la vie. Pour régler un problème de vote démocratique à l’intérieur d’un couple, il faut accepter le trip à trois permanent. On comprend aisément pourquoi si peu de triolets existent, mais également pourquoi tant de couples échouent en refusant d’adopter la solution la plus performante pour la démocratie et le bien-être décisionnel de leur couple.

240_f_112067513_xb7ii5igsc4t8kskb8yiuo49c5df45rs

Alors, chère lectrice, cher lecteur, si votre partenaire ose un jour vous proposer un triolet, ne vous offusquez pas. Il s’agit peut-être de la seule occasion que vous aurez dans votre vie de faire partie d’un vrai système démocratique pur et non utopique.

Vous vous croyiez démocrate? Prêt à vivre en vraie démocratie ? Prouvez-le maintenant!

Qui gagne perd

Oui, vous ne m’apprenez rien, j’ai inversé le dicton, mais pas sans raisons qu’une partie d’entre vous n’aimera probablement pas. Mais ne suis-je pas LeCorbot?

Dans sa forme originale, ces trois petits mots veulent signaler que nous devrions conserver un esprit positif face à l’adversité ou dans la défaite. Voir le bon côté d’une situation, tirer des leçons d’une expérience pour mieux rebondir. Malgré son côté «youpélaïe», je souscris à cet adage pourvu qu’il ne reste pas une coquille vide, qu’il ne serve pas à camoufler la réalité, qu’il ne serve pas de machine à amnésie.

En le renversant, je veux attirer l’attention sur un mécanisme souvent absent de nos analyses et surtout des discours et promesses faites par tous les acteurs dans nos sociétés. Que cache l’usage des mots «gagner», «progrès», «prospérité»? Quel est l’envers de la médaille?

secret-hush-72dpi1.jpg

Le jeu naturel des promoteurs d’un projet consiste à passer ses conséquences négatives sous silence. Mais nous qui entendons ce qu’ils nous disent, nous devrions instinctivement nous répéter le titre de cet article afin de découvrir les aspects moins reluisants et camouflés d’un projet ou d’une idée. Qui gagne perd.

Tout comme le principe de la conservation de l’énergie, on ne progresse pas sans délaisser quelque chose d’équivalent. Reste à savoir quoi. Plus l’information contradictoire reste secrète, inconnue, plus le doute sur les vertus dudit projet devrait grimper en flèche.

Il est triste de constater que nous aimons nous faire emplir de mensonges éhontés, ayant tous été bercés au son des histoires aux fins heureuses. Nous oublions volontairement le principe fondamental que l’univers ne fonctionne jamais que dans un seul sens. Chaque hausse de quelque chose est obligatoirement accompagnée d’une baisse d’autre chose, sinon son équilibre global serait rompu.

Mensonge-trahison.png

Pour leurs promoteurs, éluder les aspects les moins reluisants d’un projet peut se comprendre. Mais notre naïveté face à ces omissions, elle, demeure indéfendable. Nous avons le devoir de débusquer les conséquences enterrées du côté obscur.

Évidemment, vous comme moi sommes incapables de devenir ces enquêteurs à moins de s’y consacrer entièrement. Il existe, ou du moins il existait encore récemment, des journalistes, des organes d’information dédiés à cette importante et essentielle tâche de regarder de l’autre côté du médaillon, d’y découvrir la vérité cachée et de déchiffrer son contenu.

ecrit.jpg

Malheureusement, toutes les fois que certaines personnes relayent intégralement leurs nouvelles, elles les privent des moyens nécessaires pour qu’ils puissent effectuer leur travail correctement. En voulant démocratiser l’information, au contraire, elles affaiblissent le seul système vraiment en mesure de contrebalancer le poids de ceux qui cachent la partie abjecte des informations. Qui gagne perd.

Lire une douzaine de fois le même texte ne me rendra pas mieux informé puisque de façon générale, ces copies n’ont pas été commentées, bonifiées, critiquées. Pas plus qu’elles n’ont été assemblées, comparées, analysées, synthétisées avec d’autres articles sur le même sujet. Elles ont tout bonnement été récupérées à des fins personnelles au nom d’un accroissement inexistant de la démocratisation et même à son détriment certain. Les vertus démocratiques des copistes des âges sombres existaient avant Gütenberg et avant internet, plus maintenant. Qui gagne perd.

Copiste.png

Toutes nos actions, même en apparence les plus positives, possèdent une contrepartie obscure. Aurons-nous le courage de chercher à connaitre à quoi et à qui nous nuisons? Qui gagne perd.