Brin de folie, brin de fourmi

Car le peuple n’est pas toujours aussi docile qu’ils aimeraient. Alors pour obtenir sa fidélité malgré leur cause inavouable, les Grands Manipulateurs inventent des causes et exacerbent des craintes afin d’obtenir en retour l’effort de guerre nécessaire et surtout la docilité inconditionnelle des populations qu’ils désirent faire travailler à l’atteinte de leurs objectifs.

Autrefois, les peurs inventées ou exagérées tournaient toutes autour de l’envahissement territorial. Ces craintes comportaient une matérialité dans des équations et des logiques simples à saisir. Si A survient, alors B sera sa conséquence. On pourrait résumer les conflits par le principe qu’il valait mieux envahir les autres en premier plutôt que de se faire envahir plus tard.

Aujourd’hui, ces projections simples sont devenues beaucoup plus complexes, car on parle plus rarement d’envahissement territorial, l’invasion se réalisant sans devoir occuper les lieux. Ainsi, les peurs à engendrer pour obtenir l’assentiment et les efforts de guerre de la population suivent l’évolution stratégique et technologique. Il n’y a pas encore si longtemps, les peurs carburaient aux communistes, aux socialistes, aux gauchistes et autres marxistes censés venir nous envahir. De nos jours, ces anciens ennemis se sont transformés en terroristes, en intégristes, en réfugiés, etc.

politique-migrants-honduras-etats-unis

Toutefois, les détenteurs des rênes du pouvoir, qu’ils soient d’hier ou de maintenant, n’ont pas changé leur objectif primordial, celui de poursuivre leur accumulation de richesses personnelles bien au-delà de n’importe quelle décence. Cependant, pour y parvenir, ils ont besoin de l’assentiment tacite des peuples qu’ils tiennent sous leur emprise et qui travaillent souvent à leur insu à les engraisser. La tactique toujours utilisée consiste à faire grandir leurs craintes en les gonflant artificiellement à partir de faits divers réels, mais souvent marginaux.

Demain, les Américains iront aux urnes pour les élections de mi-mandat. La dernière fois, je considère qu’il leur a fallu un brin de folie, pour ne pas dire une bulle au cerveau, pour élire un républicain de la nature de monsieur Trump. Cette fois-ci, ils auront eu deux ans pour réfléchir à leurs actes, nous saurons donc avec plus de précision ce que nos voisins ont vraiment dans la cervelle.

Autrefois un grand peuple, les Américains sont-ils devenus victimes de leur propre hégémonie qu’ils ont fait régner sur la planète? De folles fourmis aveugles au service de leur ploutocratie?

Dans quelques heures, nous en saurons un peu plus.

Un transport, ça urge !

En ces temps de réchauffements climatiques avérés et en forte hausse, voter pour un parti qui se désintéresse totalement du sujet confirme que nous ne croyons plus en notre avenir et que seul compte le fait de vivre le reste de nos jours en consentant les moindres efforts dans l’espoir ridicule de ne rien changer à notre mode de vie décadent et annihilateur.

256049431-edifice-industriel-pollution-de-l'air-cheminee-architecture-vapeur

Les dérèglements de la mécanique climatique n’ont rien d’une sorte de grippe. Ça ne passera pas avec un peu de patience et un sac en papier sur la tête. Mais ça, même si on fait semblant du contraire, on le sait pertinemment.

Le plus étonnant, c’est la question de l’héritage. On dit vouloir le mieux pour notre progéniture alors qu’on lui lègue sans aucune gêne une planète décrépite, aux comportements de plus en plus violents, imprévisibles et destructeurs. C’est tout de même représentatif de nos valeurs morales, dont au tout premier rang, un égoïsme absolu, y compris face et à l’encontre de nos propres enfants !

Planete-en-feu

Prenez-vous conscience comme moi de cet épouvantable constat de la nature humaine ?Et on devrait garder confiance que l’humain va s’en sortir ? Les arrogants qui rejettent toutes conséquences majeures de leurs actes sur la planète représentent les plus grandioses rêveurs et utopistes alors qu’ils utilisent ces mêmes termes pour qualifier ceux qui veulent changer les choses. Étrange ? Pas vraiment. Ce phénomène se nomme de la transposition.

palestine4.jpg

Toutefois, il serait injuste de leur remettre tous les torts. Ils ne sont pas les seuls responsables puisque nous acceptons docilement nous aussi de ne rien changer.

Cette bête sauvage qualifiée injustement de sapiens ment comme elle respire y compris à elle-même, ce qui constitue à mon avis un défaut à l’origine de bien d’autres.

11916223.jpg

J’attends toujours avec impatience le passage du prochain vaisseau en direction de ma planète d’origine. Je commence vraiment à en avoir ma claque de cet endroit, et ce malgré les jolis paysages disséminés un peu partout sur cette boule, de toute façon, en décrépitude. Il y a plus important à faire et je n’ai plus aucune utilité parmi ces indigènes indigestes. J’accepterais aussi un travail bénévole comme agent de bord. Ah et puis tant pis! Foutez-moi dans une soute à bagages si ça vous chante, mais faites quelque chose!

Kenya Floods

Bah! Gang! Ne vous inquiétez pas. Je compte bien continuer de vous écrire, question de recevoir vos commentaires sur la façon dont vous vous débrouillez avec les catastrophes et cataclysmes. Vous ne m’en voudrez pas si je ne parais pas étonné de vos déboires avec la Nature et avec vos semblables lorsque vous vous entretuerez pour survivre. Et même si vous détestez l’entendre, je vous abreuverai sans vergogne de centaines de «je vous l’avais bien dit».

Soirée électorale au Québec

Hier, c’était jour d’élections au Québec. On a un nouveau gouvernement majoritaire, un nouveau parti au pouvoir, la CAQ (Coalition Avenir Québec) et un nouveau premier ministre, François Legault.

Le parti qui a remporté les élections est le seul parti dont le programme a, non seulement aucune mesure à présenter en matière d’environnement, mais au contraire, il veut encourager les hydrocarbures y compris la fracturation hydraulique.

Je félicite la CAQ pour leur victoire, ainsi que pour ne pas avoir cédé à la tentation de nous mentir effrontément sur le sujet. Au moins, les électeurs n’auront pas à regretter leur choix pris en connaissance de cause. Je souhaite simplement à ce parti et à son chef d’ouvrir les yeux et de gouverner en gens responsables. Ça devrait suffire pour prendre quelques bonnes décisions en rapport avec des priorités non inscrites dans leur programme.

À tous les nouveaux élus de tous les partis, je vous souhaite la clairvoyance et l’humilité. Représentez vos concitoyens de manière honnête et responsable.

Yes we march !

Pourriez-vous le croire, ce slogan n’a pas été créé par un anglophone. Il ne s’adresse pas non plus à des anglophones. L’auteur de cette horreur est Français et elle s’adresse à la diaspora française ayant élu domicile au Québec pour les inciter à voter Emmanuel Macron à la présidentielle française.

Je croyais à un canular tellement ce mauvais jeu de mot entre les slogans « En marche » et « Yes we can » est d’une bêtise absolue. Il démontre cette espèce de fascination morbide que certains Français ont envers l’anglais. Mais il démontre surtout, et c’est le pire, l’absence totale de respect pour leur propre langue maternelle.

Ceux qui s’adonnent à faire ces salamalecs devant leurs anciens ennemis sont d’ores et déjà assimilés. Si ce n’était que d’eux, le français serait déjà devenu une langue morte. Bien entendu, ils se défendront en récitant des excuses absurdes, les mêmes qu’ils ne cessent d’utiliser chaque fois que leurs paroles s’enrichissent de mots et d’expressions anglais au détriment de leurs équivalents français. « vous vous en faites pour des riens », « ce n’est qu’une toute petite phrase », « le français ne disparaitra quand même pas pour si peu ». L’excuse officielle donnée par l’anglophile auteur de ce slogan est que « nous sommes tout de même en Amérique ! ». Je vais donc lui répondre dans sa langue d’emprunt: « go to hell ». S’il l’ignore, une partie de l’Amérique est toujours francophone. Les Français qui y élisent domicile ne deviennent pas des anglophones au moment où ils foulent le sol québécois du simple fait que ce coin de pays est situé en Amérique. Les Français vivant ici méritent de se faire parler en français, en bon français.

Tout commence par une simple attraction. Mot après mot, expression par expression, comprendront-ils un jour que c’est exactement de cette façon qu’un peuple devient assimilé et que sa culture finit par disparaitre au fil du temps !

Lire la suite « Yes we march ! »