L’illusion de l’effort citoyen

Nous vivons actuellement une crise des matières recyclables et celle-ci était prévisible depuis les tout débuts de la récupération des matières post-consommation.

Je me souviens des premières cloches à récupération placées dans différents parcs. Bien que nous devions embarquer nos sacs et bacs dans l’automobile pour aller les porter et décharger leur contenu à la pièce dans les ouvertures trop hautes de ces monstres verts, en très peu de temps il aurait fallu multiplier leur nombre par mille pour satisfaire au volume de matières rapportées.

Cloche-Certex-récupération-de-vêtements-et-textiles

La mise en place de cette première mesure concrète était victime de son succès et les cloches ont disparu pour raison de salubrité et aussi parce qu’on n’avait prévu aucun moyen de recycler une quantité aussi importante et aussi subite de papiers, verres, métaux et plastiques rapportés.

H-2285G

Puis vint le ramassage à domicile, mais il fallait toujours trier les différentes matières. Ensuite, on a construit des centres de tri et on en est venu à cesser de trier les matières à la source.

À Montréal, nous sommes loin d’être les champions de la récupération avec un taux d’environ 70 %. Les autorités de tous les paliers de gouvernements mènent donc régulièrement des campagnes de sensibilisation pour augmenter ce taux.

Cependant, du côté des mêmes autorités, on se traine les pieds pour mettre en place de vraies infrastructures qui permettraient non seulement de récupérer correctement et efficacement l’ensemble des résidus, mais surtout à procéder à leur revalorisation localement tout en garantissant un gain économique substantiel sur l’achat de matières neuves.

image-6

À cause du laxisme des autorités citoyennes, aujourd’hui on exporte, enfouit ou incinère presque la totalité des matières récupérées et pourtant les annonces continuent de pleuvoir pour que les gens augmentent leur efficacité de récupération.

J’aurai beau être sensibilisé au max, si ensuite tous mes efforts tombent à l’eau parce que rien n’a été fait pour avoir instauré une véritable économie du recyclage, on croulera toujours sous des montagnes de richesses laissées à l’abandon.

813d1450-f2d0-4e96-8340-9eab095713ad_ORIGINAL

Pour prendre un exemple simple, même si tous les citoyens construisent leur petit égout personnel, ça ne suffirait pas pour en faire un système efficace et propre de récupération, de traitement et de réutilisation des résidus. Les autorités sont parvenues à récupérer notre merde sans avoir à se soulager dans un bac à recyclage et à aller le porter à l’usine. Alors, peut-on aussi le faire avec les matières qui sont moins dérangeantes parce qu’elles sentent moins mauvais?

Ça prend une économie complète du recyclage, une structure globale, efficace qui deviendrait avantageuse sur tous les plans, surtout sur le plan monétaire puisque tout doit passer par là pour être enfin compris et accepté.

mi-17102016-depotoir_dechets.jpg

Et à ce niveau, le citoyen ne sert à rien. Il est donc parfaitement illusoire de croire qu’en lui demandant plus d’efforts, ça va régler les problèmes. La population n’est pas dupe, elle voit bien que d’importants maillons manquent à la chaine. Aujourd’hui, le recyclage est une illusion bien orchestrée. On nous fait croire qu’il n’en dépend que de nous et que si nous ne continuons pas à nous améliorer, c’est peine perdue.

Toutes ces campagnes de publicité à l’intention des citoyens ne font que détourner l’argent qui serait bien plus utile pour mettre en place des infrastructures inexistantes et pour bâtir une véritable économie complète et efficace du recyclage.

43c3ece9-1163-4ddf-bf86-d242cfdc3471_JDX-2x1_WEB

Tous les gouvernements successifs ont toujours opposé le recyclage à l’économie, voilà pourquoi aucun n’a jamais pris le taureau par les cornes. C’est toujours bien plus facile de rouler dans des ornières que de bâtir une nouvelle économie plus respectueuse de l’environnement afin de limiter l’usage de nos ressources épuisables.

Il est faux de croire que les gouvernements ne peuvent pas en faire plus que les citoyens. Ce qu’ils ont à mettre en place, aucun citoyen ne le peut, ni même un groupement de citoyens, ni même une ville, ni même une région. Il manque de lois et de règlementations, il manque d’infrastructures essentielles généralisées, il manque de volonté politique aux échelons les plus élevés, c’est la seule triste vérité.

Alors, de grâce chers veules gouvernements! Cessez de dilapider notre argent en vaines publicités, cessez de cacher vos responsabilités, cessez de pelleter le problème là où il ne peut être résolu et faites la seule chose vraiment utile, attaquez-vous une fois pour toutes au problème dans son ensemble et mettez en place de vraies solutions globales.

Gamines pensées, société puérile

La pensée humaine moderne reste tributaire de celle de nos ancêtres, c’est-à-dire les chasseurs-cueilleurs, puis des agriculteurs-éleveurs. Malgré toute notre évolution technologique et scientifique, nous continuons de penser comme eux, de placer nos priorités aux mêmes endroits et de prendre les mêmes moyens qu’eux pour réaliser nos projets. Voilà probablement la raison profonde de nos échecs actuels.

1200px-Kirikoraha_ceremony._Wellcome_M0005264

La société a technologiquement évolué sans progresser dans ses paradigmes. Ceux-ci se sont avérés valables à d’autres époques et pour d’autres conditions, mais maintenant ils plombent nos projets d’avenir en nous ramenant constamment à ne regarder qu’à court terme, jusqu’au prochain repas, jusqu’à la prochaine chasse, jusqu’à la prochaine saison des semailles ou des récoltes.

Aujourd’hui, nous devons nous donner des défis indépendants des politiciens et de leurs considérations presque uniquement centrées sur leur réélection. La société a besoin de projets vus, prévus, planifiés et réalisés sur le long terme.

2018-02-28-185030

Tous les quatre ans, on change la couleur des fusées et leur destination, bien plus pour des considérations d’héritage politique que pour atteindre des objectifs scientifiques et sociologiques.

Les oligarques imposent leurs vues et leurs objectifs à l’ensemble des citoyens. S’ils détestent l’épeautre, gagez que nous ne verrons jamais de pains composés d’épeautre sur les rayons des marchés. S’ils détestent l’énergie solaire, il végètera au fond des labos désœuvrés. S’ils aiment les armes, le monde vivra en guerre permanente, peu importe les efforts adverses. S’ils se foutent de l’environnement parce qu’ils se montrent incapables de comprendre comment ils peuvent en tirer profit, nous resterons tous et toujours des pollueurs exemplaires.

Force est de constater que nos vrais dirigeants, les oligarques, nous prouvent jour après jour leur incapacité à regarder au-delà du prochain trimestre et nous les laissons nous diriger, nous dire ce que nous devons faire, nous dire quoi penser, nous dire quoi aimer, nous dire comment vivre et comment mourir. Nous pensons et agissons comme des gamins, alors nous en sommes.

118561724_o.jpg

Voilà où en est rendue la société humaine. En fait, elle est rendue nulle part puisqu’elle n’a pas progressé d’un seul pas depuis l’Antiquité, depuis les grottes et même depuis les savanes. Nous avons donné nos sociétés sans rien recevoir en échange à une bande d’enfants gâtés, égoïstes, totalement imbus de leur rang, incapables de la moindre empathie, du moindre projet rassembleur, des moindres pensées progressistes et nous les suivons comme s’ils pouvaient nous apporter le bonheur alors qu’ils nous enlisent dans la mouise la plus débilitante et la noirceur la plus totale.

chasseurs-cueilleurs-1

Nous ne reconnaitrons jamais nos erreurs, tout d’abord celle qui consiste à se laisser diriger par une bande de junkies à l’argent, et ensuite celle de continuer à les suivre docilement jusqu’au précipice où ils nous laisseront nous bousculer jusqu’à tous s’y précipiter de gré ou de force.

Ce dernier constat est pour moi le pire à accepter. Reconnaitre ses erreurs, ses gaffes, ses faiblesses est une étape essentielle dans un processus d’évolution et la société humaine actuelle reste totalement imperméable à l’autocritique et absolument incapable de choisir de nouvelles directions.

птица-archaeopteryx-доисторическая-25156158

Bien que les dinosaures aient dominé sur Terre pendant 165 millions d’années, ils n’ont pas pu s’adapter suffisamment rapidement aux nouvelles conditions, sauf une petite branche pourtant bien plus fragile, les espèces aviaires qui nous ont donné tous nos oiseaux actuels.

L’humain agit en prédateur suprême. Toutes les espèces ayant porté cette étiquette, leurs os ont terminé entre deux couches géologiques, sauf le requin ! Nous sommes les prochains sur la liste. L’Anthropocène, ou si l’on préfère le Meghalayen, aura été de très courte durée, quelques centaines d’années tout au plus.

À moins que nos sociétés se dotent d’outils pour briser leur dépendance absolue face à cette bande de caïds juste bonne à répéter la même recette ad nauseam. Cette recette, évidemment, est celle qui les avantage tout particulièrement, raison de leur collage à l’époxy sur leur siège rembourré au papier-monnaie. Que croyez-vous réellement? Qu’ils décolleront d’eux-mêmes de leur confortable siège? Qu’ils amèneront la société quelque part ailleurs où il fait meilleur? Qu’ils possèdent une vision cohérente et perspicace du futur? Votre réveil s’avérera méchamment brutal si vous croyez à ces âneries.

Notre naïveté ne peut pas durer éternellement. Notre dépendance aux décisions d’une minorité confirme notre statut de gamins. Agissons en vrais adultes, relevons nos manches et attaquons les problèmes à la racine. Enfin, donnons-nous des objectifs clairs et indépendants des classes politiques et oligarchiques. Déterminons ensemble des objectifs de société et réalisons-les, pour le bien de notre société et de tous ses citoyens.

Lorsque nous renverserons la vapeur et que ce sera la société qui dira aux oligarques et aux politiciens quoi faire et comment le faire, nous commencerons à vivre dans une société adulte. En attendant, nous ne faisons que jouer aux billes !

tre-em11-1