Symbolisme du corbeau

Je continue la présentation du symbolisme du corbeau avec une vision occidentale et orientale du même oiseau. Vous pouvez lire le premier article traitant de sa couleur et d’une légende amérindienne lui étant associée en cliquant ici.

tour-londres-00070

— — —

L’Orient et l’Occident ont souvent des visions et des symbolismes diamétralement opposés d’une même chose ou d’un même animal. Le corbeau ne fait pas exception à ce schéma antipodal.

Probablement à cause de sa couleur l’associant au deuil, probablement à cause de son cri rauque, le corbeau en Occident a plutôt mauvaise réputation. À la tour de Londres, on garde des corbeaux sur la pelouse en leur rognant une aile, ce qui les empêche de voler, mais pas de marcher. Ce moyen peu respectueux des oiseaux a pour objectif de rehausser l’aspect funèbre de cette tour-prison. Lorsque cet oiseau est en colère, les plumes de sa gorge se hérissent et lui donnent un air résolument menaçant.

Sur la photo, notez l’irisation de ses plumes qui passe souvent inaperçue. Beaucoup d’oiseaux la voient beaucoup mieux que les humains, ce qui en fait un oiseau «coloré» à leurs yeux.

Corbeaux-de-la-tour-de-Londres-1

En Orient et plus particulièrement en Chine et au Japon, l’oiseau noir est symbole de gratitude filiale, car cet oiseau nourrit père et mère. Au Japon, il exprime l’amour familial. Les jeunes Japonais à l’école primaire apprennent et chantent cette chanson :

Pourquoi le corbeau chante-t-il ?
Parce que dans la montagne
Il a un enfant chéri de sept ans
Le corbeau chante
Mon chéri ! Mon chéri !
Il chante
Mon chéri ! Mon chéri !

Le croassement du corbeau se dit « kâ kâ » en japonais et « chéri » se dit « kawaii ».

On note principalement qu’en Occident, on regarde surtout l’apparence de l’oiseau tandis qu’en Orient, ce sont ses comportements qui importent.

Ça en dit long sur ces deux cultures !

Photos : shotsofscience.com ;
wingsunfurled-web.com ;

 

Adieu, chère petite sœur

Vient un jour où nos parents nous quittent. On pleure, bien évidemment, puisque l’amour est grand et la perte est immense. Cependant, ce deuil fait partie de l’ordre des choses de la vie. Alors on s’y attend, on l’imagine, on l’appréhende. Mais un jour, voilà que s’éteint le premier de nos frères ou sœurs. Cet événement nous rapproche bien plus de notre propre finitude. Aujourd’hui, ma petite sœur Nicole est rappelée vers son Créateur. Entre nous, c’est beaucoup de complicités. On se ressemble tellement sur certains points ! Par contre, bien des choses nous distinguent sans équivoque. Parmi ces différences, la foi. Elle est une fervente croyante, moi, si peu, ou pas du tout.

Aujourd’hui, elle touche la Vérité alors que moi, je reste ici-bas avec mes doutes. Je doute à cause d’elle. Comment peut-elle avoir tort alors que sa foi est si grande ! Sa foi est ancrée tellement profondément tandis que la mienne n’est même pas une ombre vacillante sur le mur de mes angoisses. Ma petite sœur est de douze ans mon ainée. Elle s’éteint, légère comme une brindille. Le mauvais mal, comme on l’appelait autrefois. Celui qui nous ronge et qui sape le corps par en dedans. Aujourd’hui encore, elle m’a donné une dernière leçon d’existence. Ça lui va bien, puisqu’elle est une institutrice dans l’âme, une pédagogue volontaire et inspirée. Oui, une leçon de ténacité, de courage et d’amour. Dans la dédicace de mon livre, je lui écrivais comment elle pense tellement plus aux autres qu’à elle-même. Toujours à se questionner, toujours inquiète pour tous ceux qu’elle connait. C’est le karma des personnes intelligentes vouées à supporter leurs qualités jusqu’à la toute fin. C’est ce qu’elle a fait jusqu’à son dernier souffle. Elle a refusé de partir avant que je vienne la voir une dernière fois.

Les prochains jours seront consacrés à préparer ses obsèques. C’est une façon de côtoyer la mort en la rendant palpable. Je connais le deuil à bien des niveaux. Je sais qu’il ne soulage pas, même lorsqu’il libère. C’est toutefois le moment des adieux, la réalité crue et implacable de toute vie biologique, dont la nôtre. C’est aussi le moment que je prendrai pour dire à mes trois autres sœurs combien je les aime. Mais aujourd’hui et par-dessus tout, je t’aime, Nicole.

S’il existe bel et bien, alors à n’en pas douter, le Paradis t’accueillera à bras ouverts, car tu le mérites tellement ! À la porte, présente simplement ta feuille de route, nul besoin d’un meilleur ambassadeur. Peut-être ne partageai-je pas ta foi puisque cette capacité, à l’évidence, n’est pas donnée à tous. Toutefois, je crois en toi. Une grandeur d’âme comme la tienne ne s’éteint pas si brusquement. La preuve, beaucoup de tes anciens élèves vivront éternellement avec les richesses que tu leur as si brillamment transmises au cours de ta carrière. Et celles-ci seront par la suite relayées à leurs enfants et petits-enfants comme autant de trésors inestimables, même s’ils sont si souvent, malheureusement, mésestimés.

Je me souviens de toi, je me souviendrai de toi. Pour toujours dans mon cœur. Adieu, Nicole, chère et tendre petite sœur.

Lire la suite « Adieu, chère petite sœur »