L’Antarctique, deux menaces

L’Antarctique est le septième continent. Il suscite beaucoup d’intérêt depuis quelques années. Il comporte un volcan actif, le mont Erebus. Sa couche de glace varie beaucoup d’un endroit à l’autre, certains lieux laissent apparaitre le sol rocailleux tandis qu’à d’autres, trois kilomètres d’eau gelée depuis des millions d’années recouvrent son sol en permanence.

Ce continent n’a pas toujours occupé sa position actuelle. La dérive des continents l’a amené à ce lieu très particulier du globe à partir du fractionnement du supercontinent la Pangée entamé il y a de cela 240 millions d’années.

Ce n’est plus un secret pour personne, le réchauffement climatique fait fondre des quantités phénoménales de sa glace qui a pour effet direct d’élever le niveau des océans. On compte encore ce rehaussement en millimètre, mais il s’accélère dangereusement. Il deviendra bientôt impossible de protéger efficacement plusieurs lieux densément peuplés de la planète contre les effets de cette élévation permanente. 

Les conséquences les plus évidentes surviennent lors d’ouragans, typhons, cyclones — ces trois mots désignent le même phénomène météorologique — lorsque la pression atmosphérique en forte baisse surélève le niveau des mers qui envahissent alors les terres côtières ayant le malheur de se trouver à basse altitude. Ces inondations occasionnelles deviennent aujourd’hui plus fréquentes, et ce, une fois encore, à cause du surchauffage de l’atmosphère et des océans qui dope les tempêtes tropicales.

600px-Recent_Sea_Level_Rise-fr.svg

Ce problème ponctuel deviendra permanent lorsque l’élévation moyenne des océans finira par avoir le dessus sur plusieurs basses terres. Certaines villes mieux nanties pourront retarder l’inévitable en construisant des murs de rétention et en installant des pompes géantes, mais à plus long terme, elles seront elles aussi condamnées à disparaitre.

Les changements climatiques ne toucheront pas seulement les riverains. Nous subirons tous d’une façon ou d’une autre les multiples conséquences directes et indirectes de nos émissions des gaz à effet de serre.

Et parmi les conséquences indirectes de la concentration de méthane et de CO2 dans l’atmosphère, l’une d’elles concerne une fois de plus l’Antarctique.

Le septième continent cache bien des choses sous sa glace, dont tout un tas de volcans. On n’a pas fini de les compter et jusqu’à présent, on en a recensé 138. Pour l’instant, ils semblent endormis, mais un problème se profile à l’horizon et celui-ci émane une fois de plus du réchauffement de notre planète.

csm_Volcans-Artique_45daa1045f

Une analogie très valable consiste à voir un volcan comme une bouteille de champagne. Son magma accumule des gaz dissouts provenant de l’eau qui s’est infiltrée. Tant que le bouchon sur la bouteille parvient à retenir la pression interne, rien ne survient, tout reste calme. Toutefois, on connait la suite des choses si, pour une raison ou pour une autre, l’équilibre se rompt. Cette rupture peut provenir d’une hausse subite de la pression interne, comme lorsqu’on brasse la bouteille, ou de l’affaiblissement du bouchon.

c19e68e258_49475_antarctique-carte-cia-world-factbook-wikimediacommon-dp

Pour l’Antarctique, le bouchon, c’est sa glace. En fondant, il s’affaiblit et un jour, la pression interne des volcans actuellement enfouis dépassera la capacité de la glace de la contenir. Lorsque le réveil sonnera, combien de volcans entreront en éruption simultanément ?

Ce mystère ne sera connu que le jour où la catastrophe surviendra. Il est impossible de la prédire, mais cette incapacité ne signifie aucunement qu’elle n’arrivera pas. Toutes nos connaissances actuelles pointent dans la direction d’un effet « bouteille de champagne ».

Ainsi, le seul continent inhabité (ou presque) nous menacera avec sa glace et ensuite avec son feu. Nous sommes en train de réveiller le dragon endormi dans sa prison en lui retirant l’immense couverture glacée permettant de le maintenir placide. Ce n’est vraiment pas une bonne idée ! Mais à quoi sert la prudence, sinon à nous empêcher de rester confortablement endormis sous une chaude couverture d’insouciance ?

L’ile de la Réunion, point chaud

Rassurez-vous, lorsque je parle de point chaud à l’ile de la Réunion, il n’est pas question d’une situation politique explosive ou qu’il y fait froid.

Cette ile est le siège du piton de la Fournaise, un volcan dit de point chaud. Ce type de volcanisme est particulier puisqu’il agit comme une sorte de chalumeau à partir du manteau terrestre. Il a transpercé la croûte terrestre et déverse sa lave en effusions lentes, mais relativement régulières.

2I6A0280-grand-galet-2-cdf-1200x518

Ce volcan est du même type que le fameux Kilauea à Hawaï et l’un des plus actifs de la planète. Il aurait formé les trapps du Deccan que je décrivais dans un récent article. On le croyait âgé d’environ 66 millions d’années justement à cause de la formation des trapps indiens. En fait, il serait beaucoup plus vieux. De récentes études suggèrent que sa formation remonte aux premiers âges de la Terre, à l’Hadéen, éon commençant aux origines de notre planète voilà 4,6 milliards d’années.

Ce panache de magma primitif ne se serait jamais mélangé au reste du manteau terrestre et perdurerait depuis tout ce temps, faisant de la lave s’écoulant en surface un témoin extraordinaire de la matière originelle de notre bonne vieille Terre.

En volcanisme, il y a danger et danger

Aussi impressionnantes que soient les images de l’éruption du volcan Kīlauea à Hawaï, ce type de volcanisme est très gentil en comparaison avec l’autre type beaucoup plus violent.

1-mauna-loa-eruption--big-island-of-hawaii-phil-degginger

Effusions de lave du Kilauea

Il existe plusieurs façons de catégoriser les volcans, l’une est par sa «couleur». Le Kilauea est un volcan rouge ou effusif. C’est-à-dire que de la lave s’en écoule en jaillissant d’un ou de plusieurs cratères pour dévaler le cône et envahir les environs. Plus la lave est pauvre en silice, plus elle est liquide et plus elle s’écoule vite. Pourtant, ce volcanisme est très peu dangereux. Oui, il incendie des villas construites beaucoup trop près, détruit des routes, brûle des champs et des boisés, mais il ne fait que très peu de victimes. Ses coulées et ses effusions sont spectaculaires, mais les dégâts restent habituellement bien en deçà de ce que peut causer un incendie de forêt moyen.

050718hawaii1_640x360

Cratère du Kīlauea – Hier

Le Kilauea est un volcan rouge tout comme le mont Erebus en Antarctique, le piton de la Fournaise à l’ile de la Réunion, le Nyiragongo en République démocratique du Congo, L’Etna en Italie. Ils sont presque tous en éruption, dont certains en permanence. Pourtant ils ne font que très peu de victimes chaque année et bien souvent, les vies fauchées sont des gens qui ont manqué à la plus primaire des prudences.

Plus la lave est siliceuse, plus elle s’écoule lentement. On serait tenté de croire que de la lave lente est moins dangereuse, pourtant, c’est le contraire. Lorsque la lave est trop lente pour s’écouler, elle forme des bouchons dans les puits qui remontent le magma vers la surface et empêchent les gaz contenus dans cette roche liquide d’être évacués. Lorsque le magma remonte vers la surface, la pression le comprimant s’amoindrit. Cette diminution de pression sur le liquide brûlant a pour effet de dégazer le magma. Le gaz libéré est principalement et de la vapeur d’eau, du dioxyde de carbone et du dioxyde de soufre. Si un bouchon de lave durcie bloque ces gaz en sous-sol, la pression interne va grimper jusqu’à ce que le bouchon de la marmite saute.

Pinatubo1991.png

Mont Pinatubo – Philippines 1991

On se retrouve alors avec un volcanisme gris parce qu’il n’engendre que très peu de lave, mais beaucoup de cendres, de pierres ponces et de nuées ardentes. Les volcans gris sont extrêmement dangereux, car ils explosent, détruisant tout sur des dizaines de kilomètres à la ronde. Les nuées ardentes sont des gaz et des poussières à très haute température, plusieurs centaines de degrés Celsius, qui dévalent les flancs des volcans à des centaines de kilomètres à l’heure, prenant n’importe qui par surprise. Ils brûlent les gens autant de l’intérieur lorsque les gaz sont inhalés que de l’extérieur. Les panaches de poussières que ces volcans éjectent peuvent atteindre des hauteurs de plus de 35 kilomètres d’altitude. Ces particules en suspension font parfois plusieurs fois le tour de la Terre et selon la quantité émise, elles peuvent modifier le climat global sur plus d’une année.

Bali-Mont-Agung-1

Mont Agung – Bali

L’éruption du Vésuve en 79 de notre ère était une éruption plinienne caractérisée par un volcanisme gris. Le Krakatoa a explosé en 1883, c’était un volcan gris. Le mont Saint Helens est un volcan gris (1980). Le Pinatubo ayant explosé en 1991 est un volcan gris. Il a déréglé le climat de la planète entière. Le mont Thera (Stromboli) qui a balayé tout un peuple, les Minoeens, dans l’antiquité est un volcan gris. Il est en partie responsable du mythe de l’Atlantide. Le mont Agung à Bali est un volcan gris. Le Popocatepetl au Mexique est un volcan gris. Tous ces volcans ont été ou sont encore très dangereux.

Le Kīlauea n’explosera pas et son principal danger provient surtout de ses émissions de dioxyde de soufre. Sur l’ile d’Hawaï, tout près de lui vit son grand frère, le Mauna Loa, un autre volcan rouge toujours actif, mais d’une dimension de plusieurs dizaines de fois plus importantes que celles du Kīlauea.

Voici une vidéo en anglais sur l’étude du Kīlauea.

Voici pourquoi la Terre n’est pas creuse

Certains conspirationnistes en mal de sensations, mais surtout d’attention crient haut et fort que la Terre est creuse. Une fois encore, ces individus auraient eu intérêt à rester en classe et à écouter leurs profs plutôt que de sécher leurs cours. Ils auraient dit moins d’âneries.

Évidemment, la Terre recèle des grottes, mais ces petites cavités tout juste sous la surface ne font pas une Terre creuse, tout comme nos pores de peau ne font pas de notre corps un objet creux.

Nous savons avec certitude que la Terre n’est pas creuse et nous n’avons pas eu besoin de creuser pour le prouver. Les tremblements de Terre permettent de le savoir avec grande précision. Les ondes sismiques se déplacent à des vitesses différentes dans l’air, dans le magma et dans un corps métallique solide.

En mesurant les temps qu’un séisme met à traverser la Terre dans différentes directions, on peut connaitre la nature de son contenu. Et devinez? Les ondes ne traversent pas de vastes régions vides de matière solide sinon les temps de propagation auraient été plus importants.

Cette méthode nous a même permis de savoir qu’au cœur de la Terre se trouve une graine solide (noyau interne) et on a même mesuré ses dimensions, 1278 km. Personne n’a eu besoin de creuser à la pelle pour découvrir comment la Terre est constituée.

Les autres couches de la Terre sont le noyau externe, le manteau inférieur, le manteau supérieur et enfin la croûte, toutes avec des propriétés de propagation sonore différentes. Ces connaissances ne sont pas des délires de géologues qui se sont levés un beau matin en se disant: «Tiens, aujourd’hui, pourquoi on n’inventerait pas un contenu à la Terre?» Ce sont des faits avérés par des méthodes scientifiques éprouvées.

Chaque fois qu’un tremblement de terre secoue notre planète, les sismographes disséminés partout sur la surface solide de la Terre permettent de nous faire connaitre son contenu interne et ses dimensions avec grande précision. À chaque séisme, encore et encore et encore et enc…